Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Nombre de Visiteurs

 313511 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

L'équipe CFE-CGC

Cliquez sur les photos

Vos représentants
CFE-CGC PImkie

 

guy_bouquet_1.gif
  Guy Bouquet

bruno_pluquet_assis.gif
  Bruno Pluquet

myriam_bouzar.gif
Myriam Bouzar

jocelyne_1_le_19_octobre_2014.gif
Jocelyne Pelletier

karine.gif
Karine Dewasmes

Myriam_Le_Bars.gif
Myriam Le Bars

vincent_butor.gif

Vincent Butor

sylvie_droulez_1.gif
Sylvie Droulez

frederique_dupont.gif
Fredérique Dupont

pascale_laversin.gif
Pascale Laversin

virginie_minnaert.gif
Virginie Minnaert

annabelle_masselis_1.gif
Annabelle Masselis

Francoise_Ferlin.gif
Françoise Ferlin

bruno_legrand.gif
Bruno Legrand

patrick_dandrimont.gif
Patrice Dandrimont

arnaud_dossin.gif
Arnaud Dossin

eric_douliez.gif
Eric Douliez


rene_roche.gif
 René Roche 
Président CFE-CGC
Commerce et Service

Vous pouvez nous écrire
en toute discrétion à :                  

cgcpimkie@gmail.com    

Bienvenue sur http://www.cgcpimkie.info

Logo-CFECGC 58x64.jpg      Vous êtes sur le site n°1 des informations sociales Pimkie    Logo-CFECGC 58x64.jpg
 

La CFE-CGC spécialiste des RMs, RMAs Magasins et Agents de Maîtrise, Cadres des Centrales

>>>    Nos Objectifs :    Rémunération    Reconnaissance    Conditions de Travail   <<<


facebook.gif
Retrouvez nous sur Facebook et devenez "Amis" en tout anonymat

twitter.gif
Retrouvez nous sur Twitter @CFECGCPimkie



Rejoignez la CFE-CGC et ensemble soyons les acteurs incontournables du dialogue dans l'entreprise


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Prime Intéressement 3iéme trimestre 2017 : Juillet/Août/Septembre



 

PPP

La prime est générée par une évolution positive de la marge, tirée principalement par les Affiliés et le Web

Le CA, à magasins et jours comparables, est en baisse.

La CFE-CGC attire l’attention de nouveau que les frais de transport sont en forte hausse malgré une baisse des quantités vendues.

Le REX total est en forte baisse.

Le taux est de 3,54 % d’un trimestre de salaire,

soit en exemple pour 1000€ de salaire, le prime est de 109 € brut.

Le virement aura lieu vers le 20 novembre.




 

Diramode

Forte chute du CA international,

sauf pour les Partenaires qui génèrent un taux de 0,12%.

Le RCAI est en chute libre.

Comme sur PPP, les frais de transport sont en inadéquation avec les quantités vendues.

L’ensemble des résultats ne donne qu’un taux à 0,12 lié uniquement aux Partenaires.

Le taux est de 0.12 % sur un trimestre de salaire,

soit pour 1000€ de salaire, le prime est de 3,60 € brut




 

La CFE-CGC  ne peut que constater, encore une fois, que les efforts des salariés, principalement nos collègues à l’International, ne sont pas récompensées de leurs efforts.

Les résultats globaux sont impactés très négativement par les autres Zones.



 

Les 50 dernières nouvelles
Nouveau  Bershka - par webMaster le 19/10/2017 : 19:47

Bershka s'offre une première adresse physique aux Etats-Unis

Inditex renforce sa présence aux Etats-Unis. Le groupe d’habillement espagnol a installé à New York sa marque de mode jeune Bershka, qui s’épanouit dans le quartier de SoHo depuis le 17 octobre grâce à un magasin éphémère qui restera ouvert jusqu’à la fin de l’année. Il s'agit d'une première présence physique pour l’enseigne dans ce pays, qui vient y appuyer son lancement e-commerce, intervenu au printemps dernier.


bershka_1_le_19_ocotbre_2017.gif

La marque a choisi une adresse de choix, sur Broadway, non loin de Forever 21, & other stories et Mango
 

Bershka a ciblé le quartier de SoHo et s’est installée dans un point de vente de 760 mètres carrés sur la mythique artère de Broadway, au numéro 580. Il s’agit donc d’un test pour l’enseigne, qui pourrait à terme s’implanter plus durablement aux Etats-Unis.




bershka_2_le_19_ocotbre_2017.gif

Matériaux bruts et ambiance show musical au programme.
 

La boutique référence une partie des collections homme et femme de Bershka, et a aussi pour but d’immerger le client dans l’univers tendance et plutôt décontracté du label créé en 1998, qui revendique également un ancrage dans le monde de la musique. Ce concept magasin, lancé en 2015 et baptisé « Stage », présente un aménagement au style industriel, rappelle les scènes de concert et dévoile le squelette du lieu, tandis que des structures façon échafaudage servent de portants.
 



bershka_3_le_19_ocotbre_2017.gif

Espace détente
 

Moins de 10 ans après sa création, Bershka opère à ce jour 1 098 magasins dans 75 pays et a déployé son site e-commerce sur 35 marchés. Ses ventes représentent environ 10 % du chiffre d’affaires généré par le groupe Inditex et se sont inscrites en hausse de 14 % au premier semestre 2017.



 

Lire la suite Lire la suite

Bershka s'offre une première adresse physique aux Etats-Unis

Inditex renforce sa présence aux Etats-Unis. Le groupe d’habillement espagnol a installé à New York sa marque de mode jeune Bershka, qui s’épanouit dans le quartier de SoHo depuis le 17 octobre grâce à un magasin éphémère qui restera ouvert jusqu’à la fin de l’année. Il s'agit d'une première présence physique pour l’enseigne dans ce pays, qui vient y appuyer son lancement e-commerce, intervenu au printemps dernier.


bershka_1_le_19_ocotbre_2017.gif

La marque a choisi une adresse de choix, sur Broadway, non loin de Forever 21, & other stories et Mango
 

Bershka a ciblé le quartier de SoHo et s’est installée dans un point de vente de 760 mètres carrés sur la mythique artère de Broadway, au numéro 580. Il s’agit donc d’un test pour l’enseigne, qui pourrait à terme s’implanter plus durablement aux Etats-Unis.




bershka_2_le_19_ocotbre_2017.gif

Matériaux bruts et ambiance show musical au programme.
 

La boutique référence une partie des collections homme et femme de Bershka, et a aussi pour but d’immerger le client dans l’univers tendance et plutôt décontracté du label créé en 1998, qui revendique également un ancrage dans le monde de la musique. Ce concept magasin, lancé en 2015 et baptisé « Stage », présente un aménagement au style industriel, rappelle les scènes de concert et dévoile le squelette du lieu, tandis que des structures façon échafaudage servent de portants.
 



bershka_3_le_19_ocotbre_2017.gif

Espace détente
 

Moins de 10 ans après sa création, Bershka opère à ce jour 1 098 magasins dans 75 pays et a déployé son site e-commerce sur 35 marchés. Ses ventes représentent environ 10 % du chiffre d’affaires généré par le groupe Inditex et se sont inscrites en hausse de 14 % au premier semestre 2017.



 

Fermer Fermer


Nouveau  Message de la direction - par webMaster le 19/10/2017 : 15:35

Message de la direction réservé pour l'instant à Villeneuve  : "Compte tenu de notre situation économique, de notre volonté d'optimiser les coûts, mais également de repenser complètement nos organisations de travail, décision est prise de ne plus recruter aucun nouveau collaborateurs dans l'entreprise : CDI, CDD, Stagiaire/Alternance,....de proposer des postes à des personnes qui apprendront le métier.En clair à renforcer encore plus les mobilités internes transverses "

Pour l'instant pas d'infos sur ce sujet au niveau de la ZNO

Lire la suite Lire la suite

Message de la direction réservé pour l'instant à Villeneuve  : "Compte tenu de notre situation économique, de notre volonté d'optimiser les coûts, mais également de repenser complètement nos organisations de travail, décision est prise de ne plus recruter aucun nouveau collaborateurs dans l'entreprise : CDI, CDD, Stagiaire/Alternance,....de proposer des postes à des personnes qui apprendront le métier.En clair à renforcer encore plus les mobilités internes transverses "

Pour l'instant pas d'infos sur ce sujet au niveau de la ZNO

Fermer Fermer


Nouveau  Zara - par webMaster le 19/10/2017 : 09:37


ZARA : COMMENT LA MARQUE A CONQUIS LE MONDE


zara_le_18_octobre_2017.gif
 

Le modèle économique de la marque a fait l’objet d’un workshop organisé le 10 octobre à Casablanca par le bureau économique de l’ambassade d’Espagne.

Étant l’une des rares enseignes de prêt-à-porter à n'avoir pas connu la crise, Zara, filiale du groupe Inditex, continue de crever le plafond en termes de résultats. En 2016, le groupe a en effet réalisé un chiffre d’affaire de 23 milliards d’euros, avec une progression dans toutes les zones géographiques, notamment au Maroc. Une success-story mondiale ayant fait l’objet d’un workshop organisé le 10 octobre à Casablanca par le bureau économique de l’ambassade d’Espagne, pays d’origine de la marque. «L’une des particularités de Zara et des autres marques, réside dans l’organisation de sa chaîne logistique, centralisée en Espagne, qu'elle contrôle d'un bout à l'autre», explique un intervenant. En effet, la stratégie développée veut que les étagères des boutiques soient renouvelées tous les quinze jours.

L’enseigne se distingue ainsi par la vitesse de la mise en place de nouveaux produits dans ses magasins. En effet, il ne s’écoule que deux à trois semaines entre la décision de commercialiser un modèle et son arrivée dans les boutiques, alors que la moyenne du marché est de deux mois. Pour cela, le groupe privilégie une stratégie industrielle locale, là où ses concurrents ont préféré la délocalisation. Zara et Inditex peuvent ainsi faire preuve de réactivité et de flexibilité. La moitié des produits sont fabriqués en Europe et dans le bassin méditerranéen, dont la moitié dans les quatorze usines du groupe, un tiers en Asie, mais aussi en Amérique du Sud. Une politique qui porte ses fruits avec une prise rapide des nouvelles tendances de la mode, la prévision précise des besoins en stock qui réduit les démarques, la rotation rapide des stocks qui incite les clients à revenir pour de nouveaux produits, une bonne réactivité aux facteurs externes. Ils n'ont pas non plus à s'engager sur tous leurs stocks bien avant chaque saison et sont toujours en cours de fabrication pendant la saison. Cela signifie évidemment qu'ils peuvent faire des choses comme répondre aux changements de mode, réduire ou augmenter la production si nécessaire, introduire de nouvelles lignes et ainsi de suite. «C'est un point de différence important pour la plupart des autres détaillants de vêtements qui s'engagent habituellement avant chaque saison et qui n'ont aucune capacité de changer de volume ou d'introduire de nouveaux styles à la mi-saison».

Un business-model ayant donné ses fruits
Cette faculté d’anticipation fait donc de la marque une référence mondiale en termes de business model, au point que même les analystes du Wall Street ploient le genou: «Nous pensons qu'Inditex a le meilleur modèle d'affaires dans le secteur de l'habillement et nous nous attendons à ce que le groupe continue de réaliser une croissance de son chiffre d'affaires à deux chiffres par an au cours des cinq prochaines années». «Contrairement aux détaillants de la fast-fashion qui ont des équipes d'achat approvisionnant les dernières tendances de la mode de fournisseurs tiers, les détaillants spécialisés traditionnels ont des équipes de concepteurs qui créent un style qu'ils croient devenir une tendance après 12 mois» écrivent les chercheurs. Le risque d'essayer de prédire les tendances de la mode un an à l'avance pèse sur le succès des détaillants. Si ces détaillants ont échoué à prédire la tendance, cela signifiera des pertes, ce qui réduira les bénéfices de l'entreprise. Avec son modèle commercial non conventionnel, Zara élimine ce risque.

La stratégie de la société consiste à stocker peu, contrairement aux autres marques qui ne mettent à jour leurs collections qu'une fois par saison. Il faut également ajouter que Zara n'a pas de politique de communication tapageuse, contrairement à d'autres marques opérant sur un segment similaire. Cette politique de discrétion est notamment la conséquence du renouvellement incessant des collections. Ce parti pris de ne pas promouvoir la marque permet de dégager une marge importante, plutôt investie dans l'ouverture de nouvelles boutiques. 

Lire la suite Lire la suite


ZARA : COMMENT LA MARQUE A CONQUIS LE MONDE


zara_le_18_octobre_2017.gif
 

Le modèle économique de la marque a fait l’objet d’un workshop organisé le 10 octobre à Casablanca par le bureau économique de l’ambassade d’Espagne.

Étant l’une des rares enseignes de prêt-à-porter à n'avoir pas connu la crise, Zara, filiale du groupe Inditex, continue de crever le plafond en termes de résultats. En 2016, le groupe a en effet réalisé un chiffre d’affaire de 23 milliards d’euros, avec une progression dans toutes les zones géographiques, notamment au Maroc. Une success-story mondiale ayant fait l’objet d’un workshop organisé le 10 octobre à Casablanca par le bureau économique de l’ambassade d’Espagne, pays d’origine de la marque. «L’une des particularités de Zara et des autres marques, réside dans l’organisation de sa chaîne logistique, centralisée en Espagne, qu'elle contrôle d'un bout à l'autre», explique un intervenant. En effet, la stratégie développée veut que les étagères des boutiques soient renouvelées tous les quinze jours.

L’enseigne se distingue ainsi par la vitesse de la mise en place de nouveaux produits dans ses magasins. En effet, il ne s’écoule que deux à trois semaines entre la décision de commercialiser un modèle et son arrivée dans les boutiques, alors que la moyenne du marché est de deux mois. Pour cela, le groupe privilégie une stratégie industrielle locale, là où ses concurrents ont préféré la délocalisation. Zara et Inditex peuvent ainsi faire preuve de réactivité et de flexibilité. La moitié des produits sont fabriqués en Europe et dans le bassin méditerranéen, dont la moitié dans les quatorze usines du groupe, un tiers en Asie, mais aussi en Amérique du Sud. Une politique qui porte ses fruits avec une prise rapide des nouvelles tendances de la mode, la prévision précise des besoins en stock qui réduit les démarques, la rotation rapide des stocks qui incite les clients à revenir pour de nouveaux produits, une bonne réactivité aux facteurs externes. Ils n'ont pas non plus à s'engager sur tous leurs stocks bien avant chaque saison et sont toujours en cours de fabrication pendant la saison. Cela signifie évidemment qu'ils peuvent faire des choses comme répondre aux changements de mode, réduire ou augmenter la production si nécessaire, introduire de nouvelles lignes et ainsi de suite. «C'est un point de différence important pour la plupart des autres détaillants de vêtements qui s'engagent habituellement avant chaque saison et qui n'ont aucune capacité de changer de volume ou d'introduire de nouveaux styles à la mi-saison».

Un business-model ayant donné ses fruits
Cette faculté d’anticipation fait donc de la marque une référence mondiale en termes de business model, au point que même les analystes du Wall Street ploient le genou: «Nous pensons qu'Inditex a le meilleur modèle d'affaires dans le secteur de l'habillement et nous nous attendons à ce que le groupe continue de réaliser une croissance de son chiffre d'affaires à deux chiffres par an au cours des cinq prochaines années». «Contrairement aux détaillants de la fast-fashion qui ont des équipes d'achat approvisionnant les dernières tendances de la mode de fournisseurs tiers, les détaillants spécialisés traditionnels ont des équipes de concepteurs qui créent un style qu'ils croient devenir une tendance après 12 mois» écrivent les chercheurs. Le risque d'essayer de prédire les tendances de la mode un an à l'avance pèse sur le succès des détaillants. Si ces détaillants ont échoué à prédire la tendance, cela signifiera des pertes, ce qui réduira les bénéfices de l'entreprise. Avec son modèle commercial non conventionnel, Zara élimine ce risque.

La stratégie de la société consiste à stocker peu, contrairement aux autres marques qui ne mettent à jour leurs collections qu'une fois par saison. Il faut également ajouter que Zara n'a pas de politique de communication tapageuse, contrairement à d'autres marques opérant sur un segment similaire. Cette politique de discrétion est notamment la conséquence du renouvellement incessant des collections. Ce parti pris de ne pas promouvoir la marque permet de dégager une marge importante, plutôt investie dans l'ouverture de nouvelles boutiques. 

Fermer Fermer


Nouveau  Habillement - par webMaster le 18/10/2017 : 11:01

Textile/habillement : les ventes décollent en septembre

Après un mois d’août s’inscrivant en hausse de 5,4 %, la consommation d’habillement et de textile en France accélère encore avec une progression de 20,6 % en valeur en septembre, par rapport au même mois de l’année 2016, d’après les chiffres provisoires publiés par l’Institut Français de la Mode.


textile_le_17_octobre_2017.gif

Hausse de 20,6 % de la consommation mode et textile en septembre 2017
 

Une embellie certaine, à mettre en perspective avec la chute de 12,1 % enregistrée en septembre 2016. Selon plusieurs acteurs du prêt-à-porter, une météo plutôt maussade en septembre a constitué un facteur déterminant dans ce regain d’activité.

Parmi les différents acteurs de la mode et du textile, les chaînes de grande diffusion (Kiabi, Gémo…) affichent une affolante croissance, de l’ordre de 38,4 %, les indépendants multimarques voyant eux leur activité progresser de 13,1 %.

Sur les neuf premiers mois de l’année, le bilan se présente en légère hausse de 1,6 %. Un résultat pour l'instant supérieur aux prévisions de l'IFM, qui anticipait fin 2016 un recul de 1,4 % de la consommation textile/habillement pour l'ensemble de l'année 2017.


 

Lire la suite Lire la suite

Textile/habillement : les ventes décollent en septembre

Après un mois d’août s’inscrivant en hausse de 5,4 %, la consommation d’habillement et de textile en France accélère encore avec une progression de 20,6 % en valeur en septembre, par rapport au même mois de l’année 2016, d’après les chiffres provisoires publiés par l’Institut Français de la Mode.


textile_le_17_octobre_2017.gif

Hausse de 20,6 % de la consommation mode et textile en septembre 2017
 

Une embellie certaine, à mettre en perspective avec la chute de 12,1 % enregistrée en septembre 2016. Selon plusieurs acteurs du prêt-à-porter, une météo plutôt maussade en septembre a constitué un facteur déterminant dans ce regain d’activité.

Parmi les différents acteurs de la mode et du textile, les chaînes de grande diffusion (Kiabi, Gémo…) affichent une affolante croissance, de l’ordre de 38,4 %, les indépendants multimarques voyant eux leur activité progresser de 13,1 %.

Sur les neuf premiers mois de l’année, le bilan se présente en légère hausse de 1,6 %. Un résultat pour l'instant supérieur aux prévisions de l'IFM, qui anticipait fin 2016 un recul de 1,4 % de la consommation textile/habillement pour l'ensemble de l'année 2017.


 

Fermer Fermer


Nouveau  BCBG - par webMaster le 17/10/2017 : 19:56

BCBG Max Azria : la filiale française liquidée

  

Bien qu’une offre de reprise avait été soumise, le tribunal de commerce de Romans-sur-Isère a prononcé ce lundi 16 octobre la liquidation judiciaire de la filiale française de BCBG Max Azria. Près de 250 personnes (en comptant les employés en Europe), dont 138 salariés en France, vont sous peu perdre leur emploi. La poursuite d'activité est fixée jusqu'au 31 octobre.


bcbg_le_16_octobre_2017.gif

La filiale française réunit les marques BCBG Max Azria et Hervé Léger.
 

Lors de l’audience du 11 octobre dernier, l’offre formulée par des dirigeants de l’enseigne a été une nouvelle fois soupesée, sans que celle-ci ne convainque le juge, qualifiée de non recevable. Le projet de reprise prévoyait le lancement d’une nouvelle marque et le maintien de 96 emplois.

Placée en redressement judiciaire en mars 2017, suite à la faillite de sa maison mère aux Etats-Unis, la filiale française de BCBG Max Azria, dont le siège est basé à Mercurol, dans la Drôme, pilote encore 25 adresses, dont 11 magasins sous enseigne BCBG, trois magasins d’usine, une unité Hervé Léger et un magasin d’usine Hervé Léger en France, mais aussi 13 magasins en Europe (Belgique, Luxembourg, Suisse, Espagne, Portugal, Maroc et Allemagne).

De très beaux emplacements intéresseront sans doute de nombreux acteurs lors de liquidation, notamment à Paris (Ternes, rue du Bac, Madeleine et Victor Hugo), mais aussi à Lyon, Bordeaux, Cannes ou Saint-Tropez, tandis que le point de vente Hervé Léger est situé rue Cambon (Paris 1er).

En 2013, l'activité du groupe BCBG Max Azria en France avait déjà subi un coup d'arrêt : il avait alors été décidé de stopper l’enseigne française Manoukian, acquise en 2005, entraînant le licenciement de près de 175 personnes.


 

Lire la suite Lire la suite

BCBG Max Azria : la filiale française liquidée

  

Bien qu’une offre de reprise avait été soumise, le tribunal de commerce de Romans-sur-Isère a prononcé ce lundi 16 octobre la liquidation judiciaire de la filiale française de BCBG Max Azria. Près de 250 personnes (en comptant les employés en Europe), dont 138 salariés en France, vont sous peu perdre leur emploi. La poursuite d'activité est fixée jusqu'au 31 octobre.


bcbg_le_16_octobre_2017.gif

La filiale française réunit les marques BCBG Max Azria et Hervé Léger.
 

Lors de l’audience du 11 octobre dernier, l’offre formulée par des dirigeants de l’enseigne a été une nouvelle fois soupesée, sans que celle-ci ne convainque le juge, qualifiée de non recevable. Le projet de reprise prévoyait le lancement d’une nouvelle marque et le maintien de 96 emplois.

Placée en redressement judiciaire en mars 2017, suite à la faillite de sa maison mère aux Etats-Unis, la filiale française de BCBG Max Azria, dont le siège est basé à Mercurol, dans la Drôme, pilote encore 25 adresses, dont 11 magasins sous enseigne BCBG, trois magasins d’usine, une unité Hervé Léger et un magasin d’usine Hervé Léger en France, mais aussi 13 magasins en Europe (Belgique, Luxembourg, Suisse, Espagne, Portugal, Maroc et Allemagne).

De très beaux emplacements intéresseront sans doute de nombreux acteurs lors de liquidation, notamment à Paris (Ternes, rue du Bac, Madeleine et Victor Hugo), mais aussi à Lyon, Bordeaux, Cannes ou Saint-Tropez, tandis que le point de vente Hervé Léger est situé rue Cambon (Paris 1er).

En 2013, l'activité du groupe BCBG Max Azria en France avait déjà subi un coup d'arrêt : il avait alors été décidé de stopper l’enseigne française Manoukian, acquise en 2005, entraînant le licenciement de près de 175 personnes.


 

Fermer Fermer


Nouveau  Beaumanoir - par webMaster le 16/10/2017 : 20:26

Le groupe Beaumanoir propose des interprètes virtuels pour les malentendants dans 500 magasins

Depuis le 1er octobre, Morgan, Bréal et Scottage proposent de nouveaux services facilitant le shopping des clients sourds ou malentendants en France. Le groupe Beaumanoir a pour cela fait appel à la société Acceo, afin d’équiper ses boutiques et ses e-shops.


beaumanoir_le_15_octobre_2017.gif

L'application est disponible sur mobile et tablette
 

Le but est de faciliter l’échange entre les clients et les équipes, à travers deux dispositifs en ligne : l'un permettant  d’accéder à des interprètes spécialistes de la langue des signes, via la vidéo, qui traduisent à la personne déficiente auditive les paroles du vendeur, et réciproquement ; l'autre étant un e-transcripteur, à savoir un interprète écrivant en temps réel les propos des équipes, que le client peut ainsi lire sur écran.

Il ne s’agit pas d’un test, puisque les 135 magasins Morgan, les 124 unités Scottage et les 233 points de vente Bréal disposent de ce service. Ce qui fait dire au groupe Beaumanoir qu’il est le premier acteur du prêt-à-porter à proposer cette aide aux sourds et malentendants. En France, plus de 10 millions de personnes sont concernées par différents handicaps liés à l’audition.



 

Lire la suite Lire la suite

Le groupe Beaumanoir propose des interprètes virtuels pour les malentendants dans 500 magasins

Depuis le 1er octobre, Morgan, Bréal et Scottage proposent de nouveaux services facilitant le shopping des clients sourds ou malentendants en France. Le groupe Beaumanoir a pour cela fait appel à la société Acceo, afin d’équiper ses boutiques et ses e-shops.


beaumanoir_le_15_octobre_2017.gif

L'application est disponible sur mobile et tablette
 

Le but est de faciliter l’échange entre les clients et les équipes, à travers deux dispositifs en ligne : l'un permettant  d’accéder à des interprètes spécialistes de la langue des signes, via la vidéo, qui traduisent à la personne déficiente auditive les paroles du vendeur, et réciproquement ; l'autre étant un e-transcripteur, à savoir un interprète écrivant en temps réel les propos des équipes, que le client peut ainsi lire sur écran.

Il ne s’agit pas d’un test, puisque les 135 magasins Morgan, les 124 unités Scottage et les 233 points de vente Bréal disposent de ce service. Ce qui fait dire au groupe Beaumanoir qu’il est le premier acteur du prêt-à-porter à proposer cette aide aux sourds et malentendants. En France, plus de 10 millions de personnes sont concernées par différents handicaps liés à l’audition.



 

Fermer Fermer


Nouveau  Convention Magasins ZNO 2017 - par webMaster le 15/10/2017 : 19:30

Convention Magasins ZNO 2017

…Un pas vers une « entreprise libérée »…

convention_1_le_11_octobre_2017.gif


 

C’est dans le cadre du center parc du lac d’Ailette à Laon que c’est tenu la convention magasins ZNO 2017.

Pendant  toute la convention, la technique a permis d’effectuer des sondages anonymes et en temps réel des RM magasins sur de nombreux sujets : collection, stocks, gestion du temps, CRM, etc….
Cela a permis de mettre en avant des attentes magasins et de faire évoluer l’organisation et le management.

De nombreux engagements à court et moyen terme ont été formulés par la direction ZNO concernant les magasins favorisant une autonomie plus forte des RM et RMA .

Les RM ont fortement apprécié la présence de la célèbre blogueuse Noholita qui nous a fait une démonstration marquée de sa vision d'ensembles modes issues de la collection hiver et printemps 2018.

Autre temps fort de la convention, un hommage appuyé, suivi d’une standing ovation remarquable, a été rendu  à Patrick Bonnand pour sa carrière Pimkie.

Les Responsables de Magasins ont fait preuve d’une participation très active et motivée.

La direction a annoncé une convention magasins de lancement d'année en février 2018.

La directrice générale internationale nous a fait l’honneur de sa présence.



 


convention_13_le_11_octobre_2017.gif


convention_10_le_11_octobre_2017.gif



convention_7_le_11_octobre_2017.gif


convention_5_le_11_octobre_2017.gif


convention_4_le_11_octobre_2017.gif


convention_3_le_11_octobre_2017.gif

La carte humoristique des ADR ZNO

convention_11_le_11_octobre_2017.gif
La célèbre blogueuse Noholita


convention_12_le_11_octobre_2017.gif
Patrick Bonnand a reçu un hommage pour sa carrière Pimkie

convention_6_le_11_octobre_2017.gif

La salle du défilé


convention_8_le_11_octobre_2017.gif


convention_9_le_11_octobre_2017.gif




 

Lire la suite Lire la suite

Convention Magasins ZNO 2017

…Un pas vers une « entreprise libérée »…

convention_1_le_11_octobre_2017.gif


 

C’est dans le cadre du center parc du lac d’Ailette à Laon que c’est tenu la convention magasins ZNO 2017.

Pendant  toute la convention, la technique a permis d’effectuer des sondages anonymes et en temps réel des RM magasins sur de nombreux sujets : collection, stocks, gestion du temps, CRM, etc….
Cela a permis de mettre en avant des attentes magasins et de faire évoluer l’organisation et le management.

De nombreux engagements à court et moyen terme ont été formulés par la direction ZNO concernant les magasins favorisant une autonomie plus forte des RM et RMA .

Les RM ont fortement apprécié la présence de la célèbre blogueuse Noholita qui nous a fait une démonstration marquée de sa vision d'ensembles modes issues de la collection hiver et printemps 2018.

Autre temps fort de la convention, un hommage appuyé, suivi d’une standing ovation remarquable, a été rendu  à Patrick Bonnand pour sa carrière Pimkie.

Les Responsables de Magasins ont fait preuve d’une participation très active et motivée.

La direction a annoncé une convention magasins de lancement d'année en février 2018.

La directrice générale internationale nous a fait l’honneur de sa présence.



 


convention_13_le_11_octobre_2017.gif


convention_10_le_11_octobre_2017.gif



convention_7_le_11_octobre_2017.gif


convention_5_le_11_octobre_2017.gif


convention_4_le_11_octobre_2017.gif


convention_3_le_11_octobre_2017.gif

La carte humoristique des ADR ZNO

convention_11_le_11_octobre_2017.gif
La célèbre blogueuse Noholita


convention_12_le_11_octobre_2017.gif
Patrick Bonnand a reçu un hommage pour sa carrière Pimkie

convention_6_le_11_octobre_2017.gif

La salle du défilé


convention_8_le_11_octobre_2017.gif


convention_9_le_11_octobre_2017.gif




 

Fermer Fermer


Nouveau  Meilleures chaînes - par webMaster le 11/10/2017 : 22:10

Meilleures chaînes de magasins : Eram, Kiabi, Hunkemöller et Camaïeu parmi les primés  

Pour la dixième année consécutive, les consommateurs ont rendu leur verdict concernant leurs enseignes préférées. Les trophées « Meilleure chaîne de magasins » et « Webshop de l’année », organisés par l’agence marketing Newim, ont distingué une fois encore un certain nombre d’acteurs des secteurs de l’habillement et de la beauté.

recompense_1_le_11_octobre_2017.gif

Camaïeu récompensée côté mode féminine
 

Pour l’année 2017-2018, le prix de la meilleure enseigne de mode généraliste a été remis à Kiabi. En plein essor, le distributeur de la famille Mulliez s'accapare aussi la première place dans la catégorie meilleur Webshop de prêt-à-porter.

Sur le segment de la mode féminine, Camaïeu a sorti son épingle du jeu. La chaîne, qui a récemment remodelé son identité visuelle, possède un vaste réseau en France, de près de 650 points de vente. Pour le vestiaire masculin, Armand Thiery remporte les suffrages. 

Au rayon lingerie, c'est l’enseigne néerlandaise Hunkemöller qui a été primée. Son parc composé d’une quinzaine d’adresses progresse dans l’Hexagone, selon les mots de Stéphane Lalanne, son directeur retail France.

Sur le segment de la chaussure, Eram s’empare de la première place sur deux catégories, côté chaîne de magasins et Webshop. Deux prix qui ont été dédiés aux équipes par le PDG de l’enseigne fêtant ses 90 ans cette année.

La mode enfant n’a pas été oubliée : Zeeman inscrit cette année son nom au palmarès. Une chaîne néerlandaise spécialiste des petits prix qui vient de passer le cap des 250 magasins dans l’Hexagone. Côté Webshop, c’est Verbaudet qui se distingue. « Nous avons réussi notre transformation digitale, et somme désormais reconnus comme un pure player, se félicite la directrice marketing et e-commerce de l’entreprise nordiste. Nous avons récemment refondu notre site et ciblons davantage les digital mums, hyper connectées et âgées de 25 à 35 ans. »




recompense_2_le_11_ocotbre_2017.gif

Les logos que peuvent utiliser les chaînes distinguées.
 

Dans la catégorie Cosmétiques et Parfumerie, les consommateurs ont plébiscité Beauty Success pour la seconde année consécutive, tandis qu’Yves Rocher a été primé sur le créneau Cosmétiques Naturels.

Enfin, le grand prix global, qui récompense l’enseigne ayant reçu les meilleures notes tous secteurs confondus (mode, alimentaire, bricolage…), a une nouvelle fois récompensé Lidl.
 
Méthodologie : 327 437 votants ont été enregistrés cette année, entre avril et juillet, 113 enseignes étaient dans la course, ainsi que 49 acteurs pour le volet Webshop. Parmi les critères : l'assortiment, les compétences et l'amabilité du personnel, le rapport qualité-prix et les promotions notamment.


 

Lire la suite Lire la suite

Meilleures chaînes de magasins : Eram, Kiabi, Hunkemöller et Camaïeu parmi les primés  

Pour la dixième année consécutive, les consommateurs ont rendu leur verdict concernant leurs enseignes préférées. Les trophées « Meilleure chaîne de magasins » et « Webshop de l’année », organisés par l’agence marketing Newim, ont distingué une fois encore un certain nombre d’acteurs des secteurs de l’habillement et de la beauté.

recompense_1_le_11_octobre_2017.gif

Camaïeu récompensée côté mode féminine
 

Pour l’année 2017-2018, le prix de la meilleure enseigne de mode généraliste a été remis à Kiabi. En plein essor, le distributeur de la famille Mulliez s'accapare aussi la première place dans la catégorie meilleur Webshop de prêt-à-porter.

Sur le segment de la mode féminine, Camaïeu a sorti son épingle du jeu. La chaîne, qui a récemment remodelé son identité visuelle, possède un vaste réseau en France, de près de 650 points de vente. Pour le vestiaire masculin, Armand Thiery remporte les suffrages. 

Au rayon lingerie, c'est l’enseigne néerlandaise Hunkemöller qui a été primée. Son parc composé d’une quinzaine d’adresses progresse dans l’Hexagone, selon les mots de Stéphane Lalanne, son directeur retail France.

Sur le segment de la chaussure, Eram s’empare de la première place sur deux catégories, côté chaîne de magasins et Webshop. Deux prix qui ont été dédiés aux équipes par le PDG de l’enseigne fêtant ses 90 ans cette année.

La mode enfant n’a pas été oubliée : Zeeman inscrit cette année son nom au palmarès. Une chaîne néerlandaise spécialiste des petits prix qui vient de passer le cap des 250 magasins dans l’Hexagone. Côté Webshop, c’est Verbaudet qui se distingue. « Nous avons réussi notre transformation digitale, et somme désormais reconnus comme un pure player, se félicite la directrice marketing et e-commerce de l’entreprise nordiste. Nous avons récemment refondu notre site et ciblons davantage les digital mums, hyper connectées et âgées de 25 à 35 ans. »




recompense_2_le_11_ocotbre_2017.gif

Les logos que peuvent utiliser les chaînes distinguées.
 

Dans la catégorie Cosmétiques et Parfumerie, les consommateurs ont plébiscité Beauty Success pour la seconde année consécutive, tandis qu’Yves Rocher a été primé sur le créneau Cosmétiques Naturels.

Enfin, le grand prix global, qui récompense l’enseigne ayant reçu les meilleures notes tous secteurs confondus (mode, alimentaire, bricolage…), a une nouvelle fois récompensé Lidl.
 
Méthodologie : 327 437 votants ont été enregistrés cette année, entre avril et juillet, 113 enseignes étaient dans la course, ainsi que 49 acteurs pour le volet Webshop. Parmi les critères : l'assortiment, les compétences et l'amabilité du personnel, le rapport qualité-prix et les promotions notamment.


 

Fermer Fermer


Nouveau  Perception image/prix - par webMaster le 10/10/2017 : 20:03

Perception image/prix : quelles enseignes mode s’en sortent le mieux en 2017 ?

Le rapport entre image prix et prix réel s’impose comme un vrai enjeu pour les enseignes de prêt-à-porter, puisqu’il est directement en lien avec leur taux d’achat et de préférence vis-à-vis des consommateurs. Le cabinet Simon Kucher & Partners dresse pour la troisième année consécutive un baromètre détaillant la position des enseignes mode sur ce point précis. Explications.


enseigne_1_le_9_octobre_2017.gif

Perception prix des enseignes de prêt-à-porter féminin


La perception image/prix est surtout cruciale pour les marques qui sont perçues comme plus chères qu’elles ne le sont réellement, car cela impacte directement leur trafic. « Si une personne pense que l’enseigne pratique une gamme de prix trop onéreuse, elle ne se rendra même pas en magasin, même si en réalité le prix est plus accessible que sa perception et pourrait lui correspondre », analyse le cabinet.




enseigne_2_le_9_octobre_2017.gif

En bleu le prix perçu par les consommateurs, en jaune/vert le prix de vente moyen en magasin
 

Ainsi, sur les tops, Zara pratique en moyenne un prix de 12,95 euros, alors que les sondés perçoivent un montant de 20 euros. « L’enseigne a augmenté ses prix pendant une période faste, puis les a baissés, surtout les basiques, pour reprendre des parts de marché, rappelle le cabinet. Or, il faut du temps avant que l’image/prix soit en phase avec la réalité quand on programme une baisse, surtout que les marques communiquent généralement peu sur le sujet ». Contrairement à une montée en gamme, plus médiatisée.

Chez l’homme, Devred émerge comme un cas d’école, avec un écart de près de 15 euros pour un polo. « Les gens pensent que cet article est plus cher qu'il n'est en réalité. Un écart important qui devient un vrai enjeu de communication : l’enseigne doit rassurer sur son offre et parler de ses prix », estime-t-il. La Halle, qui vient de lancer une politique de baisse de ses prix, affiche aussi une image/prix défavorable, tandis que Promod, Gémo ou Uniqlo sont en phase avec les attentes des sondés.

A l'inverse, « si le prix auquel la personne pense est moins élevé qu’en réalité, c’est finalement plutôt bon car on ne perd pas de trafic naturel en point de vente, la marque entre dans le champ de légitimité du potentiel client ». Une situation plutôt favorable qui concerne les enseignes Comptoir des Cotonniers, Maje ou Etam chez la femme, ainsi que Massimo Dutti, Ralph Lauren ou Decathlon chez l’homme.




enseigne_3_le_9_octobre_2017.gif

Evolution des intentions de fréquentation par segment et par enseigne
 

Le baromètre se penche également sur les intentions d’achat, parmi les 38 enseignes soumises aux 2 000 Français interrogés. Il apparaît clairement que la polarisation du marché de la mode, côté distribution, se renforce : les distributeurs petits prix (Kiabi et Primark en tête, excepté La Halle, qui pâtit d’un déficit d’appréciation) et les marques premium continuent de susciter l’intérêt, tandis que les enseignes moyen de gamme semblent souffrir d’une certaine désaffection (Promod, Cache Cache, Kookaï chez la femme, Brice, Gap, Burton chez l’homme). Pour le cabinet d’analyses, « les enseignes du niveau intermédiaire ont du mal à justifier leur positionnement, leur territoire de marque peut paraître désormais flou aux consommateurs, tandis que les marques premium s’en sortent avec leur patte mode et leur profil statutaire ».

Sur le segment intermédiaire, Camaïeu et Zara restent tout de même très appréciées. Le cas Naf Naf – chaîne mise en vente par Vivarte - est intéressant : nombreuses sont les femmes à indiquer y acheter des vêtements (22 % du panel), mais peu de ces dernières la citent comme leur marque préférée (9 %). A l’inverse, 10 % des femmes interrogées ont déjà acheté un article Claudie Pierlot, mais 22 % de celles-ci la citent comme label préféré.




enseigne_4_le_9_octobre_2017.gif

Notoriété des marques masculines en fonction du nombre de points de vente en France
 

Pour les enseignes, la problématique qui consiste à clarifier leur position vis-à-vis de leur potentiel client est d’autant plus cruciale que les achats se morcellent. Les consommateurs ne sont plus autant fidèles à une seule marque – surtout les jeunes -, mais fragmentent leur achats selon différentes adresses et n’hésitent pas également à faire le grand écart côté prix.



 

Lire la suite Lire la suite

Perception image/prix : quelles enseignes mode s’en sortent le mieux en 2017 ?

Le rapport entre image prix et prix réel s’impose comme un vrai enjeu pour les enseignes de prêt-à-porter, puisqu’il est directement en lien avec leur taux d’achat et de préférence vis-à-vis des consommateurs. Le cabinet Simon Kucher & Partners dresse pour la troisième année consécutive un baromètre détaillant la position des enseignes mode sur ce point précis. Explications.


enseigne_1_le_9_octobre_2017.gif

Perception prix des enseignes de prêt-à-porter féminin


La perception image/prix est surtout cruciale pour les marques qui sont perçues comme plus chères qu’elles ne le sont réellement, car cela impacte directement leur trafic. « Si une personne pense que l’enseigne pratique une gamme de prix trop onéreuse, elle ne se rendra même pas en magasin, même si en réalité le prix est plus accessible que sa perception et pourrait lui correspondre », analyse le cabinet.




enseigne_2_le_9_octobre_2017.gif

En bleu le prix perçu par les consommateurs, en jaune/vert le prix de vente moyen en magasin
 

Ainsi, sur les tops, Zara pratique en moyenne un prix de 12,95 euros, alors que les sondés perçoivent un montant de 20 euros. « L’enseigne a augmenté ses prix pendant une période faste, puis les a baissés, surtout les basiques, pour reprendre des parts de marché, rappelle le cabinet. Or, il faut du temps avant que l’image/prix soit en phase avec la réalité quand on programme une baisse, surtout que les marques communiquent généralement peu sur le sujet ». Contrairement à une montée en gamme, plus médiatisée.

Chez l’homme, Devred émerge comme un cas d’école, avec un écart de près de 15 euros pour un polo. « Les gens pensent que cet article est plus cher qu'il n'est en réalité. Un écart important qui devient un vrai enjeu de communication : l’enseigne doit rassurer sur son offre et parler de ses prix », estime-t-il. La Halle, qui vient de lancer une politique de baisse de ses prix, affiche aussi une image/prix défavorable, tandis que Promod, Gémo ou Uniqlo sont en phase avec les attentes des sondés.

A l'inverse, « si le prix auquel la personne pense est moins élevé qu’en réalité, c’est finalement plutôt bon car on ne perd pas de trafic naturel en point de vente, la marque entre dans le champ de légitimité du potentiel client ». Une situation plutôt favorable qui concerne les enseignes Comptoir des Cotonniers, Maje ou Etam chez la femme, ainsi que Massimo Dutti, Ralph Lauren ou Decathlon chez l’homme.




enseigne_3_le_9_octobre_2017.gif

Evolution des intentions de fréquentation par segment et par enseigne
 

Le baromètre se penche également sur les intentions d’achat, parmi les 38 enseignes soumises aux 2 000 Français interrogés. Il apparaît clairement que la polarisation du marché de la mode, côté distribution, se renforce : les distributeurs petits prix (Kiabi et Primark en tête, excepté La Halle, qui pâtit d’un déficit d’appréciation) et les marques premium continuent de susciter l’intérêt, tandis que les enseignes moyen de gamme semblent souffrir d’une certaine désaffection (Promod, Cache Cache, Kookaï chez la femme, Brice, Gap, Burton chez l’homme). Pour le cabinet d’analyses, « les enseignes du niveau intermédiaire ont du mal à justifier leur positionnement, leur territoire de marque peut paraître désormais flou aux consommateurs, tandis que les marques premium s’en sortent avec leur patte mode et leur profil statutaire ».

Sur le segment intermédiaire, Camaïeu et Zara restent tout de même très appréciées. Le cas Naf Naf – chaîne mise en vente par Vivarte - est intéressant : nombreuses sont les femmes à indiquer y acheter des vêtements (22 % du panel), mais peu de ces dernières la citent comme leur marque préférée (9 %). A l’inverse, 10 % des femmes interrogées ont déjà acheté un article Claudie Pierlot, mais 22 % de celles-ci la citent comme label préféré.




enseigne_4_le_9_octobre_2017.gif

Notoriété des marques masculines en fonction du nombre de points de vente en France
 

Pour les enseignes, la problématique qui consiste à clarifier leur position vis-à-vis de leur potentiel client est d’autant plus cruciale que les achats se morcellent. Les consommateurs ne sont plus autant fidèles à une seule marque – surtout les jeunes -, mais fragmentent leur achats selon différentes adresses et n’hésitent pas également à faire le grand écart côté prix.



 

Fermer Fermer


Nouveau  Mode - par webMaster le 08/10/2017 : 20:37

Mode : le budget shopping chute encore

promotion_le_6_octobre_2017.gif

Le budget moyen par «sortie shopping» a chuté de plus de 6% en un an en France, sous 215 euros, selon le cabinet Simon Kucher & Partners. Du jamais vu. Baisses de prix et promotions continues n'en finissent plus de faire chuter les ventes.

Comme l'illustre le succès phénoménal de l'irlandais Primark en France, les consommateurs n'ont jamais été aussi friands de mode à tout petit prix. Ce géant aligne déjà 11 magasins XXL, dont chacun atteint très vite 50 millions d'euros de chiffre d'affaires. Pour résister, même les enseignes reines de la fast fashion, Zara et H&M en tête, mais aussi le leader de l'habillement hexagonal, Kiabi, ne cessent de baisser leurs prix, en particulier sur les produits d'entrée de gamme et basiques. Résultat: selon les experts en stratégie prix de Simon Kucher & Partners, le budget moyen par sortie shopping a dégringolé de 6,2% entre 2016 et 2017, à 214,62 euros. Un triste record mis en avant dans le dernier «Baromètre Image Prix et tendances de consommation» de ce cabinet de conseil, qui a interrogé plus de 2000 clients de 38 enseignes, en juin de cette année. Un groupe qui recouvre en réalité trois catégories de consommateurs: 48% dépensent entre 100 et 300 euros par virée shopping, 32% moins de 100 euros et 20% plus de 300 euros.

Comportements polarisés

Même les jeunes et aussi les plus dépensiers des acheteurs, dont les dépenses résistaient jusqu'à présent à la crise, ont réduit la voilure. La part des consommateurs dépensant plus de 300 euros en moyenne par virée shopping a ainsi diminué de 1,9% en un an. Les plus impactés sont aussi les plus jeunes, tant les dépenses incompressibles (logements, études...) prennent le pas sur leurs envies de shopping.

Seuls points positifs: «la majorité des plus de 35 ans ont au contraire conservé un niveau de dépenses stable», tempèrent les experts de Simon Kucher & Partners. Et puis, du côté des 18-24 ans, si 38% des personnes interrogées regrettent d'avoir moins dépensé cette année, 34% confient avoir, malgré tout, dépensé davantage. Leur comportement est, ainsi, plus polarisé que par le passé, à l'image du marché lui-même. En effet, ce sont les enseignes moyen de gamme qui souffrent le plus, alors que petits prix, fast fashion et premium restent attrayants.

Une attractivité parfois payée au prix fort. Le suédois H&M, numéro deux mondial de la mode derrière l'espagnol Inditex (Zara) a ainsi dû accentuer les promotions pour écouler ses stocks estivaux en magasins, au détriment de sa rentabilité. La baisse de fréquentation en magasins n'a pu être compensée par l'envolée, a contrario, des ventes en ligne. Ses bénéfices nets ont fondu de 20% au troisième trimestre.

Lire la suite Lire la suite

Mode : le budget shopping chute encore

promotion_le_6_octobre_2017.gif

Le budget moyen par «sortie shopping» a chuté de plus de 6% en un an en France, sous 215 euros, selon le cabinet Simon Kucher & Partners. Du jamais vu. Baisses de prix et promotions continues n'en finissent plus de faire chuter les ventes.

Comme l'illustre le succès phénoménal de l'irlandais Primark en France, les consommateurs n'ont jamais été aussi friands de mode à tout petit prix. Ce géant aligne déjà 11 magasins XXL, dont chacun atteint très vite 50 millions d'euros de chiffre d'affaires. Pour résister, même les enseignes reines de la fast fashion, Zara et H&M en tête, mais aussi le leader de l'habillement hexagonal, Kiabi, ne cessent de baisser leurs prix, en particulier sur les produits d'entrée de gamme et basiques. Résultat: selon les experts en stratégie prix de Simon Kucher & Partners, le budget moyen par sortie shopping a dégringolé de 6,2% entre 2016 et 2017, à 214,62 euros. Un triste record mis en avant dans le dernier «Baromètre Image Prix et tendances de consommation» de ce cabinet de conseil, qui a interrogé plus de 2000 clients de 38 enseignes, en juin de cette année. Un groupe qui recouvre en réalité trois catégories de consommateurs: 48% dépensent entre 100 et 300 euros par virée shopping, 32% moins de 100 euros et 20% plus de 300 euros.

Comportements polarisés

Même les jeunes et aussi les plus dépensiers des acheteurs, dont les dépenses résistaient jusqu'à présent à la crise, ont réduit la voilure. La part des consommateurs dépensant plus de 300 euros en moyenne par virée shopping a ainsi diminué de 1,9% en un an. Les plus impactés sont aussi les plus jeunes, tant les dépenses incompressibles (logements, études...) prennent le pas sur leurs envies de shopping.

Seuls points positifs: «la majorité des plus de 35 ans ont au contraire conservé un niveau de dépenses stable», tempèrent les experts de Simon Kucher & Partners. Et puis, du côté des 18-24 ans, si 38% des personnes interrogées regrettent d'avoir moins dépensé cette année, 34% confient avoir, malgré tout, dépensé davantage. Leur comportement est, ainsi, plus polarisé que par le passé, à l'image du marché lui-même. En effet, ce sont les enseignes moyen de gamme qui souffrent le plus, alors que petits prix, fast fashion et premium restent attrayants.

Une attractivité parfois payée au prix fort. Le suédois H&M, numéro deux mondial de la mode derrière l'espagnol Inditex (Zara) a ainsi dû accentuer les promotions pour écouler ses stocks estivaux en magasins, au détriment de sa rentabilité. La baisse de fréquentation en magasins n'a pu être compensée par l'envolée, a contrario, des ventes en ligne. Ses bénéfices nets ont fondu de 20% au troisième trimestre.

Fermer Fermer


Nouveau  Habillement - par webMaster le 06/10/2017 : 20:21

Le marché de l’habillement a perdu 14 % de sa valeur en dix ans

commerce_le_6_octobre_2017.gif

Pour la première fois depuis vingt-cinq ans, en 2016 la surface de vente globale des magasins d’habillement a baissé en France. 

En 2017, au vu des sept premiers mois, le marché se stabilise.

Selon l'Observatoire économique de l'Institut français de la mode (IFM), la consommation dans le textile habillement en France a reculé de 14 % en valeur entre 2007 et 2016. En 2017, au vu des sept premiers mois, le marché se stabilise, sans pouvoir préjuger du résultat final, tant les deux derniers mois de l'année sont primordiaux. La météo a, pour l'instant, été favorable, avec des mois de mai et juillet ensoleillés et un mois de septembre pluvieux.

Saturation de l'offre

Le marché, en fait, se remet difficilement de la crise économique de la fin des années 2000. Il souffre toujours d'une saturation de l'offre. Pour faire face à cette crise, les chaînes n'ont cessé, dans une sorte de fuite en avant, d'ouvrir des magasins. « On a vu apparaître des centres commerciaux dans des agglomérations de taille moyenne, qui ne justifiaient pas une telle offre », analyse le directeur de l'Observatoire économique de l'IFM, Gildas Minvielle.

Une correction s'est enclenchée, puisqu'en 2016, pour la première fois depuis vingt-cinq ans, les surfaces commerciales des chaînes spécialisées en prêt-à-porter ont baissé, de 3,3 % selon l'Institut.  Vivarte a ainsi fermé 234 La Halle en 2015 et de nouveau 135 cette année, Grain de Malice (ex-Xanaka) une trentaine, sans oublier la disparition des 134 boutiques de MS Mode, dont seulement 19 ont été reprises.

Arbitrages du consommateur

Par ailleurs, le consommateur « a fait des arbitrages souvent au détriment des dépenses d'habillement », constate Gildas Minvielle. Aux charges liées au logement, se sont ajoutés des besoins nouveaux suscités par des innovations technologiques : des smartphones de plus en plus sophistiqués, des tablettes pour lire des livres électroniques, des abonnements pour écouter de la musique ou voir des films et séries en streaming, des montres connectées, jusqu'aux drones de loisirs.

La progression des ventes en ligne (+ 11 % sur un an au deuxième trimestre 2017), qui ont représenté environ 4,5 milliards d'euros en 2016 sur un marché total français évalué à 28 milliards, n'arrive pas à compenser le recul du marché global. Internet n'est pas le relais de croissance miracle, mais bien une nouvelle forme de consommation.


 

Lire la suite Lire la suite

Le marché de l’habillement a perdu 14 % de sa valeur en dix ans

commerce_le_6_octobre_2017.gif

Pour la première fois depuis vingt-cinq ans, en 2016 la surface de vente globale des magasins d’habillement a baissé en France. 

En 2017, au vu des sept premiers mois, le marché se stabilise.

Selon l'Observatoire économique de l'Institut français de la mode (IFM), la consommation dans le textile habillement en France a reculé de 14 % en valeur entre 2007 et 2016. En 2017, au vu des sept premiers mois, le marché se stabilise, sans pouvoir préjuger du résultat final, tant les deux derniers mois de l'année sont primordiaux. La météo a, pour l'instant, été favorable, avec des mois de mai et juillet ensoleillés et un mois de septembre pluvieux.

Saturation de l'offre

Le marché, en fait, se remet difficilement de la crise économique de la fin des années 2000. Il souffre toujours d'une saturation de l'offre. Pour faire face à cette crise, les chaînes n'ont cessé, dans une sorte de fuite en avant, d'ouvrir des magasins. « On a vu apparaître des centres commerciaux dans des agglomérations de taille moyenne, qui ne justifiaient pas une telle offre », analyse le directeur de l'Observatoire économique de l'IFM, Gildas Minvielle.

Une correction s'est enclenchée, puisqu'en 2016, pour la première fois depuis vingt-cinq ans, les surfaces commerciales des chaînes spécialisées en prêt-à-porter ont baissé, de 3,3 % selon l'Institut.  Vivarte a ainsi fermé 234 La Halle en 2015 et de nouveau 135 cette année, Grain de Malice (ex-Xanaka) une trentaine, sans oublier la disparition des 134 boutiques de MS Mode, dont seulement 19 ont été reprises.

Arbitrages du consommateur

Par ailleurs, le consommateur « a fait des arbitrages souvent au détriment des dépenses d'habillement », constate Gildas Minvielle. Aux charges liées au logement, se sont ajoutés des besoins nouveaux suscités par des innovations technologiques : des smartphones de plus en plus sophistiqués, des tablettes pour lire des livres électroniques, des abonnements pour écouter de la musique ou voir des films et séries en streaming, des montres connectées, jusqu'aux drones de loisirs.

La progression des ventes en ligne (+ 11 % sur un an au deuxième trimestre 2017), qui ont représenté environ 4,5 milliards d'euros en 2016 sur un marché total français évalué à 28 milliards, n'arrive pas à compenser le recul du marché global. Internet n'est pas le relais de croissance miracle, mais bien une nouvelle forme de consommation.


 

Fermer Fermer


Nouveau  FASHION3 - par webMaster le 06/10/2017 : 10:41

Article paru dans la presse le 3 octobre 2017

 

Mode : les Mulliez contre-attaquent

garbino_le_5_octobre_2017.gif

Jean Christophe Garbino, l’homme qui a propulsé Kiabi au sommet du marché français de l’habillement, a été appelé au chevet des autres enseignes textile de l’Association familiale Mulliez.

Fashion3, prononcé Fashion cube, rassemble huit enseignes de mode détenues par l’Association familiale Mulliez. Cet écosystème de marques est censé soutenir le chiffre d’affaires et la marge de chacune.

Dans un marché de l'habillement qui a perdu 14 % de sa valeur en dix ans, selon l'observatoire économique de l'Institut français de la mode (IFM), et face à la vive concurrence des grandes enseignes étrangères H & M et Zara,  du discounter Primark , et des pure players de l'Internet que sont les Amazon, Asos et Zalando, comment faire mieux que résister ?

A cette question, l'Association familiale Mulliez (AFM), propriétaire des Auchan, Decathlon et autres Leroy-Merlin, mais aussi d'une kyrielle de chaînes d'habillement, a répondu en créant une nouvelle entité, Fashion3 (prononcez Fashion cube), révélée cet été dans la presse nordiste et professionnelle.

Ecosystème de marques

L'AFM l'a confiée à Jean-Christophe Garbino, celui qui, comme ancien patron de Kiabi de 2007 à 2014, a porté cette enseigne de périphérie sur  la plus haute marche du podium du marché de l'habillement . Il a été rappelé en mai 2016 au chevet des enseignes Pimkie, Orsay, Rouge Gorge et Grain de Malice, soit 1,134 milliard d'euros de chiffre d'affaires au total en 2016. Y ont été rajoutées depuis Jules, Brice, Bizbee et La Gentle Factory, pour 750 millions supplémentaires. Le tout totalise plus de 2.500 magasins dans 48 pays, dont 1.300 en France.

Fashion3 n'a aucune existence juridique, et Jean-Christophe Garbino le décrit comme un « écosystème de marques, autonomes, qui coopèrent et sont interconnectées ». C'est « un état d'esprit avant tout, qui doit surtout ne rien faire disparaître », assure son leader. « Il ne s'agit pas d'une réorganisation des enseignes, ni d'une restructuration [ce qui devrait rassurer les syndicats inquiets sur le sujet] mais plutôt d'inventer un nouveau type de management, pour que ces enseignes soient plus créatrices de valeur. »

La rentabilité s'érode

Car si leurs rentabilités s'érodent, l'AFM croit encore à ses enseignes d'habillement, pour peu qu'elles deviennent « omnicanales ». Un dossier confié au sein de Fashion3 à Pingki Houang, l'ancien directeur général de Showroomprivé et de Stuart, recruté cet été. «  Aujourd'hui le marché de l'habillement en France est engagé dans une guerre. Tout le monde ne passera pas la ligne d'arrivée d'ici à dix ans. Si nous voulons y arriver à huit, voire plus, face aux plus forts aujourd'hui... il faut se mettre en ordre de bataille », lance Jean-Christophe Garbino.

Cet écosystème est ouvert non seulement à d'autres enseignes au sein de l'AFM, comme Tape à l'Oeil (200 magasins de prêt-à-porter enfant), mais aussi sur certains sujets aux concurrents. « L'union faisant la force, on peut imaginer aller ensemble négocier avec les bailleurs », donne en exemple le patron de Fashion3. En attendant d'en arriver là, une douzaine de groupes de travail ont été mis en place allant de l'innovation à la relation client, en passant par la logistique, le développement à l'international ou encore l'immobilier. Un GIE a même été créé pour l'achat de fournitures communes aux enseignes, comme les spots de magasin.

Une mutualisation des achats à l'étude

Pas question pour autant de mutualiser les fonctions comptabilité, finance ou encore logistique dans ce qui pourrait être un centre de services partagé à toutes les enseignes. Ni de réduire la voilure en faisant disparaître certaines marques. Des craintes exprimées par les salariés. Une mutualisation des achats sur certains produits basiques n'est en revanche pas exclue, « comme certains constructeurs pourtant concurrents le font déjà dans l'automobile », argue Jean-Christophe Garbino.

Lire la suite Lire la suite

Article paru dans la presse le 3 octobre 2017

 

Mode : les Mulliez contre-attaquent

garbino_le_5_octobre_2017.gif

Jean Christophe Garbino, l’homme qui a propulsé Kiabi au sommet du marché français de l’habillement, a été appelé au chevet des autres enseignes textile de l’Association familiale Mulliez.

Fashion3, prononcé Fashion cube, rassemble huit enseignes de mode détenues par l’Association familiale Mulliez. Cet écosystème de marques est censé soutenir le chiffre d’affaires et la marge de chacune.

Dans un marché de l'habillement qui a perdu 14 % de sa valeur en dix ans, selon l'observatoire économique de l'Institut français de la mode (IFM), et face à la vive concurrence des grandes enseignes étrangères H & M et Zara,  du discounter Primark , et des pure players de l'Internet que sont les Amazon, Asos et Zalando, comment faire mieux que résister ?

A cette question, l'Association familiale Mulliez (AFM), propriétaire des Auchan, Decathlon et autres Leroy-Merlin, mais aussi d'une kyrielle de chaînes d'habillement, a répondu en créant une nouvelle entité, Fashion3 (prononcez Fashion cube), révélée cet été dans la presse nordiste et professionnelle.

Ecosystème de marques

L'AFM l'a confiée à Jean-Christophe Garbino, celui qui, comme ancien patron de Kiabi de 2007 à 2014, a porté cette enseigne de périphérie sur  la plus haute marche du podium du marché de l'habillement . Il a été rappelé en mai 2016 au chevet des enseignes Pimkie, Orsay, Rouge Gorge et Grain de Malice, soit 1,134 milliard d'euros de chiffre d'affaires au total en 2016. Y ont été rajoutées depuis Jules, Brice, Bizbee et La Gentle Factory, pour 750 millions supplémentaires. Le tout totalise plus de 2.500 magasins dans 48 pays, dont 1.300 en France.

Fashion3 n'a aucune existence juridique, et Jean-Christophe Garbino le décrit comme un « écosystème de marques, autonomes, qui coopèrent et sont interconnectées ». C'est « un état d'esprit avant tout, qui doit surtout ne rien faire disparaître », assure son leader. « Il ne s'agit pas d'une réorganisation des enseignes, ni d'une restructuration [ce qui devrait rassurer les syndicats inquiets sur le sujet] mais plutôt d'inventer un nouveau type de management, pour que ces enseignes soient plus créatrices de valeur. »

La rentabilité s'érode

Car si leurs rentabilités s'érodent, l'AFM croit encore à ses enseignes d'habillement, pour peu qu'elles deviennent « omnicanales ». Un dossier confié au sein de Fashion3 à Pingki Houang, l'ancien directeur général de Showroomprivé et de Stuart, recruté cet été. «  Aujourd'hui le marché de l'habillement en France est engagé dans une guerre. Tout le monde ne passera pas la ligne d'arrivée d'ici à dix ans. Si nous voulons y arriver à huit, voire plus, face aux plus forts aujourd'hui... il faut se mettre en ordre de bataille », lance Jean-Christophe Garbino.

Cet écosystème est ouvert non seulement à d'autres enseignes au sein de l'AFM, comme Tape à l'Oeil (200 magasins de prêt-à-porter enfant), mais aussi sur certains sujets aux concurrents. « L'union faisant la force, on peut imaginer aller ensemble négocier avec les bailleurs », donne en exemple le patron de Fashion3. En attendant d'en arriver là, une douzaine de groupes de travail ont été mis en place allant de l'innovation à la relation client, en passant par la logistique, le développement à l'international ou encore l'immobilier. Un GIE a même été créé pour l'achat de fournitures communes aux enseignes, comme les spots de magasin.

Une mutualisation des achats à l'étude

Pas question pour autant de mutualiser les fonctions comptabilité, finance ou encore logistique dans ce qui pourrait être un centre de services partagé à toutes les enseignes. Ni de réduire la voilure en faisant disparaître certaines marques. Des craintes exprimées par les salariés. Une mutualisation des achats sur certains produits basiques n'est en revanche pas exclue, « comme certains constructeurs pourtant concurrents le font déjà dans l'automobile », argue Jean-Christophe Garbino.

Fermer Fermer


Nouveau  Essentiel CE Diramode Septembre 2017 - par webMaster le 05/10/2017 : 10:24

L'Essentiel du CE Diramode 

Jeudi  28 septembre 2017


ce_drm_septembre_2017_les_chiffres.gif
 

La contre performance du début d'hiver peut s'expliquer par les éléments suivants :

- Important stock de plein été à solder
- Baisse de la performance du central
- Dérive de la collection par rapport à la plateforme de marque : proposition silhouettes      trop fortes en mode
- Retards d'implantations sur les périodes AW1 & AW2
- Une collection pas suffisamment performante à l'international…

Le Web continue ses belles performances. Il ressent, à l’image des magasins une baisse du taux de transformation  tout en continuant à augmenter son trafic et une hausse du taux de décote.

Les frais augmentent, pénalisés par la collection Armada, le résultat d'exploitation est inférieur à l’objectif.



ce_drm_septembre_2017_collection.gif


ce_drm_septembre_2017_tendances.gif
La CFE-CGC fait part des ses préoccupations sur la quantité de stock résiduel été avec pour conséquence l’état des stocks  magasins. A l’annonce des résultats et du mauvais démarrage de la saison hiver, nous déplorons la lenteur dans les décisions de sortir les stocks résiduels des magasins.


Nomination du leader Offre en interne (remplacement de la directrice de l’Offre par la Catégorie Manager  responsable des pièces de bas) : Quels sont les changements d’organisation prévus ?

La Direction répond : «Un nouveau Catégorie Manager (chef de groupe) est en cours de recrutement. Pendant la période de vacance du poste, le Leader Offre assure les deux fonctions La première action sous sa responsabilité est d’apporter une meilleure visibilité de la collection pour la cliente au prix le plus juste. Les chantiers suivants porteront sur la diminution du nombre de références en magasin et la gestion des stocks résiduels. »


Peut-on faire un point sur la situation économique de la ZNE ?

La Direction présente les résultats de la ZNE où on peut constater un décrochage sur Août 2017 plus important que pour les autres zones.   


Bilan Armada : Quels sont les résultats réels de la collection ?

La Direction présente le bilan réalisé par les équipes de l’Offre. Il y est annoncé qu’un recentrage des références est nécessaire, il y a trop de références, les ventes se diluent, la marge est plus faible que sur les produits textiles, l’organisation logistique n’est pas adaptée aux articles gros volume.

Les actions sont de recentrer la collection et l’arrêt des gros volumes.


Enquête About : Suites au ateliers, avez-vous arrêté une date pour les actions à concrétiser ?

La Direction répond qu’en raison de priorité donnée à la transformation de Pimkie, la restitution des actions sont reportées à fin novembre, voire début décembre.


Point sur l’avancement des groupes de travail Fashion3 :

La Direction répond que les réponses sont sur l’Intranet dans les newsletters de septembre. Il n’y a pas de délai de réalisation pour les groupes de travail.


Quel est le rôle du cabinet Prosphères dans l’entreprise ? Quel est l’intitulé de sa mission ? Quels sont ses objectifs ?

La Direction explique les deux axes de la mission du cabinet :

Le premier est d’accompagner et piloter les réunions et groupes de travail des collaborateurs pour établir la feuille de route 2018.

Le deuxième réside en une « I.R.M. », cartographie détaillée sur la situation économique actuelle de l’entreprise pour mettre en évidence la rentabilité de chaque élément structurant de Pimkie et en définir les plans d’actions.


 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Les effectifs

Cliquez sur le lien ci-dessous


effectifs.gif


 

Lire la suite Lire la suite

L'Essentiel du CE Diramode 

Jeudi  28 septembre 2017


ce_drm_septembre_2017_les_chiffres.gif
 

La contre performance du début d'hiver peut s'expliquer par les éléments suivants :

- Important stock de plein été à solder
- Baisse de la performance du central
- Dérive de la collection par rapport à la plateforme de marque : proposition silhouettes      trop fortes en mode
- Retards d'implantations sur les périodes AW1 & AW2
- Une collection pas suffisamment performante à l'international…

Le Web continue ses belles performances. Il ressent, à l’image des magasins une baisse du taux de transformation  tout en continuant à augmenter son trafic et une hausse du taux de décote.

Les frais augmentent, pénalisés par la collection Armada, le résultat d'exploitation est inférieur à l’objectif.



ce_drm_septembre_2017_collection.gif


ce_drm_septembre_2017_tendances.gif
La CFE-CGC fait part des ses préoccupations sur la quantité de stock résiduel été avec pour conséquence l’état des stocks  magasins. A l’annonce des résultats et du mauvais démarrage de la saison hiver, nous déplorons la lenteur dans les décisions de sortir les stocks résiduels des magasins.


Nomination du leader Offre en interne (remplacement de la directrice de l’Offre par la Catégorie Manager  responsable des pièces de bas) : Quels sont les changements d’organisation prévus ?

La Direction répond : «Un nouveau Catégorie Manager (chef de groupe) est en cours de recrutement. Pendant la période de vacance du poste, le Leader Offre assure les deux fonctions La première action sous sa responsabilité est d’apporter une meilleure visibilité de la collection pour la cliente au prix le plus juste. Les chantiers suivants porteront sur la diminution du nombre de références en magasin et la gestion des stocks résiduels. »


Peut-on faire un point sur la situation économique de la ZNE ?

La Direction présente les résultats de la ZNE où on peut constater un décrochage sur Août 2017 plus important que pour les autres zones.   


Bilan Armada : Quels sont les résultats réels de la collection ?

La Direction présente le bilan réalisé par les équipes de l’Offre. Il y est annoncé qu’un recentrage des références est nécessaire, il y a trop de références, les ventes se diluent, la marge est plus faible que sur les produits textiles, l’organisation logistique n’est pas adaptée aux articles gros volume.

Les actions sont de recentrer la collection et l’arrêt des gros volumes.


Enquête About : Suites au ateliers, avez-vous arrêté une date pour les actions à concrétiser ?

La Direction répond qu’en raison de priorité donnée à la transformation de Pimkie, la restitution des actions sont reportées à fin novembre, voire début décembre.


Point sur l’avancement des groupes de travail Fashion3 :

La Direction répond que les réponses sont sur l’Intranet dans les newsletters de septembre. Il n’y a pas de délai de réalisation pour les groupes de travail.


Quel est le rôle du cabinet Prosphères dans l’entreprise ? Quel est l’intitulé de sa mission ? Quels sont ses objectifs ?

La Direction explique les deux axes de la mission du cabinet :

Le premier est d’accompagner et piloter les réunions et groupes de travail des collaborateurs pour établir la feuille de route 2018.

Le deuxième réside en une « I.R.M. », cartographie détaillée sur la situation économique actuelle de l’entreprise pour mettre en évidence la rentabilité de chaque élément structurant de Pimkie et en définir les plans d’actions.


 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Les effectifs

Cliquez sur le lien ci-dessous


effectifs.gif


 

Fermer Fermer


Pull&Bear - par webMaster le 04/10/2017 : 20:03

Pull&Bear lance à son tour une ligne beauté

Après le lancement de Beauty by Bershka en début d’année 2017, c’est aujourd’hui une autre enseigne du groupe espagnol Inditex qui s’aventure sur le segment des cosmétiques. Pull&Bear dévoile "Hey Beauty !", une gamme comprenant maquillage et soins du visage et du corps.


zara_1_le_3_ocotbre_2017.gif

Pull&Bear est l'enseigne jeune et streetwear du groupe Inditex


La marque urbaine lancée par le géant espagnol en 1991 cible les jeunes femmes avec des produits fabriqués en Espagne et en Italie, et affichés à des prix bas : 3,99 euros pour un vernis à ongles, 5,99 euros le rouge à lèvres ou la crème pour les mains, ou encore 14,99 euros pour l’eau de toilette. Une collection d’environ une quinzaine de produits (soit environ 75 références avec les multiples déclinaisons couleur et senteur) mise en scène dans une ambiance joyeuse et cosmopolite.




zara_2_le_3_octobre_2017.gif

Le baume à lèvres de la collection Hey Beauty !
 

L'offre "Hey Beauty !" est commercialisée en ligne et dans les magasins Pull&Bear (970 points de vente à travers le monde). En France, la chaîne a ouvert un premier flagship à Paris en mai dernier, rue de Rivoli. Arrivée en 2005 dans l’Hexagone, elle y exploite aujourd’hui une quarantaine de boutiques.

Au sein du groupe Inditex, Oysho dispose aussi depuis peu de sa propre offre d’eaux de toilette, bougies et crèmes pour les mains, de même que Stradivarius, qui a repensé sa collection de cosmétiques il y a un an. A quand le tour de Zara, l’enseigne phare de la firme espagnole ?


 

Lire la suite Lire la suite

Pull&Bear lance à son tour une ligne beauté

Après le lancement de Beauty by Bershka en début d’année 2017, c’est aujourd’hui une autre enseigne du groupe espagnol Inditex qui s’aventure sur le segment des cosmétiques. Pull&Bear dévoile "Hey Beauty !", une gamme comprenant maquillage et soins du visage et du corps.


zara_1_le_3_ocotbre_2017.gif

Pull&Bear est l'enseigne jeune et streetwear du groupe Inditex


La marque urbaine lancée par le géant espagnol en 1991 cible les jeunes femmes avec des produits fabriqués en Espagne et en Italie, et affichés à des prix bas : 3,99 euros pour un vernis à ongles, 5,99 euros le rouge à lèvres ou la crème pour les mains, ou encore 14,99 euros pour l’eau de toilette. Une collection d’environ une quinzaine de produits (soit environ 75 références avec les multiples déclinaisons couleur et senteur) mise en scène dans une ambiance joyeuse et cosmopolite.




zara_2_le_3_octobre_2017.gif

Le baume à lèvres de la collection Hey Beauty !
 

L'offre "Hey Beauty !" est commercialisée en ligne et dans les magasins Pull&Bear (970 points de vente à travers le monde). En France, la chaîne a ouvert un premier flagship à Paris en mai dernier, rue de Rivoli. Arrivée en 2005 dans l’Hexagone, elle y exploite aujourd’hui une quarantaine de boutiques.

Au sein du groupe Inditex, Oysho dispose aussi depuis peu de sa propre offre d’eaux de toilette, bougies et crèmes pour les mains, de même que Stradivarius, qui a repensé sa collection de cosmétiques il y a un an. A quand le tour de Zara, l’enseigne phare de la firme espagnole ?


 

Fermer Fermer


Textile/Habillement - par webMaster le 03/10/2017 : 11:10

Textile/Habillement : nouvelle hausse des ventes en août

  

Après la chute du mois de juin et le retour à la croissance de juillet, les ventes de textile-habillement ont connu au mois d’août une hausse de 5,4 % en valeur, selon l’Institut Français de la Mode.

collection_le_2_octobre_2017.gif


Une hausse à cependant mettre en rapport avec le retrait de 6,4 % des ventes qu’avait connu le secteur au mois d’août 2016. Les résultats d’août 2017 sont une nouvelle fois très contrastés selon les réseaux, avec à une extrémité une hausse de 15,4 % pour les grands magasins et magasins populaires et de l’autre le commerce indépendant multimarques en chute de 3,3 %.

Cette hausse aoûtienne des ventes permet de faire basculer dans le vert le cumul des ventes depuis le début de l’année. Si la période janvier-juillet affichait ainsi une contraction de 0,2 %, la période janvier-août affiche désormais une appréciable progression de 0,3 %, pointe l’IFM.

Lire la suite Lire la suite

Textile/Habillement : nouvelle hausse des ventes en août

  

Après la chute du mois de juin et le retour à la croissance de juillet, les ventes de textile-habillement ont connu au mois d’août une hausse de 5,4 % en valeur, selon l’Institut Français de la Mode.

collection_le_2_octobre_2017.gif


Une hausse à cependant mettre en rapport avec le retrait de 6,4 % des ventes qu’avait connu le secteur au mois d’août 2016. Les résultats d’août 2017 sont une nouvelle fois très contrastés selon les réseaux, avec à une extrémité une hausse de 15,4 % pour les grands magasins et magasins populaires et de l’autre le commerce indépendant multimarques en chute de 3,3 %.

Cette hausse aoûtienne des ventes permet de faire basculer dans le vert le cumul des ventes depuis le début de l’année. Si la période janvier-juillet affichait ainsi une contraction de 0,2 %, la période janvier-août affiche désormais une appréciable progression de 0,3 %, pointe l’IFM.

Fermer Fermer


H&M - par webMaster le 01/10/2017 : 20:06

Le groupe H&M lancera (encore) une nouvelle marque en 2018  

Le groupe H&M se diversifie encore. Après avoir lancé Arket en 2017, une marque lifestyle mêlant mode, beauté et art de vivre, la firme suédoise a annoncé, lors de la publication de ses résultats du troisième trimestre, qu’elle s’apprêtait à lancer une nouvelle griffe, sans toutefois préciser les contours de celle-ci.


hetm_le_28_septembre_2017.gif

Cet été, Arket a été lancé en ligne dans 18 pays, et via 5 magasins physiques.
 

Le groupe scandinave possède actuellement sept labels dans son portefeuille (H&M, Cos, Monki, Cheap Monday, Weekday, & other stories et Arket). Il en comptera donc un huitième en 2018. De quoi sans doute se positionner encore sur un autre segment, afin de couvrir davantage le spectre du marché de l’habillement.

Sur les neuf premiers mois de l’année, le groupe H&M enregistre un chiffre d’affaires de 149 milliards de couronnes, soit 15,5 milliards d’euros, en hausse de 7 %. En devises locales, cette progression est de 4 %.

Les ventes de son troisième trimestre culminent quant à elles à 51,22 milliards de couronnes, l'équivalent de 5,35 milliards d’euros, soit une augmentation de 5 % (+4 % en monnaies locales). Mais son bénéfice net plonge sur la période de 20 % à 3,83 milliards de couronnes (400 millions d’euros). Une dégradation imputée selon H&M à une pratique intensive des promotions cet été. Le géant suédois H&M pourrait donc à terme compter sur ses nouvelles marques pour rebooster sa rentabilité.



 

Lire la suite Lire la suite

Le groupe H&M lancera (encore) une nouvelle marque en 2018  

Le groupe H&M se diversifie encore. Après avoir lancé Arket en 2017, une marque lifestyle mêlant mode, beauté et art de vivre, la firme suédoise a annoncé, lors de la publication de ses résultats du troisième trimestre, qu’elle s’apprêtait à lancer une nouvelle griffe, sans toutefois préciser les contours de celle-ci.


hetm_le_28_septembre_2017.gif

Cet été, Arket a été lancé en ligne dans 18 pays, et via 5 magasins physiques.
 

Le groupe scandinave possède actuellement sept labels dans son portefeuille (H&M, Cos, Monki, Cheap Monday, Weekday, & other stories et Arket). Il en comptera donc un huitième en 2018. De quoi sans doute se positionner encore sur un autre segment, afin de couvrir davantage le spectre du marché de l’habillement.

Sur les neuf premiers mois de l’année, le groupe H&M enregistre un chiffre d’affaires de 149 milliards de couronnes, soit 15,5 milliards d’euros, en hausse de 7 %. En devises locales, cette progression est de 4 %.

Les ventes de son troisième trimestre culminent quant à elles à 51,22 milliards de couronnes, l'équivalent de 5,35 milliards d’euros, soit une augmentation de 5 % (+4 % en monnaies locales). Mais son bénéfice net plonge sur la période de 20 % à 3,83 milliards de couronnes (400 millions d’euros). Une dégradation imputée selon H&M à une pratique intensive des promotions cet été. Le géant suédois H&M pourrait donc à terme compter sur ses nouvelles marques pour rebooster sa rentabilité.



 

Fermer Fermer


Economie - par webMaster le 28/09/2017 : 17:10


Le moral des ménages baisse de nouveau en septembre

Le moral des ménages français a de nouveau baissé légèrement en septembre, ceux-ci étant moins optimistes sur leur niveau de vie futur, a annoncé l'Insee dans un communiqué.

 

consommation_le_27_septembre_2017.gif


L'indicateur de moral des ménages, qui est un élément important pour évaluer le niveau à venir de la consommation, moteur important de la croissance en France avec l'investissement, reste toutefois légèrement au-dessus de sa moyenne de longue période, avec un total de 101 points, selon l'institut national des statistiques.

Ces derniers relevés interviennent alors que la consommation de textile habillement a connu en juillet une progression de 5,7 %, après une nette contraction de 8,9 % en juin, selon l'Institut Français de la Mode. Malgré cette hausse mensuelle, sur les sept premiers mois de l’année, l’activité des distributeurs se révélait ainsi en légère baisse de -0,2 %.




 

Lire la suite Lire la suite


Le moral des ménages baisse de nouveau en septembre

Le moral des ménages français a de nouveau baissé légèrement en septembre, ceux-ci étant moins optimistes sur leur niveau de vie futur, a annoncé l'Insee dans un communiqué.

 

consommation_le_27_septembre_2017.gif


L'indicateur de moral des ménages, qui est un élément important pour évaluer le niveau à venir de la consommation, moteur important de la croissance en France avec l'investissement, reste toutefois légèrement au-dessus de sa moyenne de longue période, avec un total de 101 points, selon l'institut national des statistiques.

Ces derniers relevés interviennent alors que la consommation de textile habillement a connu en juillet une progression de 5,7 %, après une nette contraction de 8,9 % en juin, selon l'Institut Français de la Mode. Malgré cette hausse mensuelle, sur les sept premiers mois de l’année, l’activité des distributeurs se révélait ainsi en légère baisse de -0,2 %.




 

Fermer Fermer


Plan 2018 - par webMaster le 27/09/2017 : 20:12

Arrivée du cabinet Prosphères


 

Face à une situation économique très compliquée,  la nouvelle DG Internationale a pris la décision de mettre en scène le cabinet Prosphéres pour analyser les structures Pimkie, pour une période de 4 mois.

Les premiers effets sont la mise en œuvre de réunions  d’échanges regroupant les équipes magasins, ZNO et Villeneuve.

Les stratégies passées nous amènent à constater des orientations budgétaires ciblées sur les rénovations plutôt que sur la collection ou les systèmes d’informations.

Pour la CFE-CGC, la cliente est le cœur de nos préoccupations.

Des moyens techniques doivent être dédiés à un commerce moderne  et la collection doit satisfaire notre cliente.

La CFE-CGC se fait le relais des inquiétudes des salariés qui se sont amplifiées avec l’arrivée du cabinet Prosphéres, mandaté précédemment pour Grain De Malice.

Les premières réunions seront des réunions de débriefing sur la situation et seront suivies par la constitution de groupes de travail.




 

La CFE-CGC vous conseille d’éviter de stigmatiser vos collègues qui n’ont fait qu’appliquer les directives des orientations passées.

Ciblez plutôt votre discours sur les améliorations nécessaires à un meilleur commerce.

Les problématiques d’aujourd’hui sont le fruit  des orientations passées, validées par les actionnaires.


 

Soyons tous ensemble les protecteurs de nos emplois.


Nous sommes à l'écoute de vos commentaires sur cgcpimkie@gmail.com
discrétion totale assurée



 

Lire la suite Lire la suite

Arrivée du cabinet Prosphères


 

Face à une situation économique très compliquée,  la nouvelle DG Internationale a pris la décision de mettre en scène le cabinet Prosphéres pour analyser les structures Pimkie, pour une période de 4 mois.

Les premiers effets sont la mise en œuvre de réunions  d’échanges regroupant les équipes magasins, ZNO et Villeneuve.

Les stratégies passées nous amènent à constater des orientations budgétaires ciblées sur les rénovations plutôt que sur la collection ou les systèmes d’informations.

Pour la CFE-CGC, la cliente est le cœur de nos préoccupations.

Des moyens techniques doivent être dédiés à un commerce moderne  et la collection doit satisfaire notre cliente.

La CFE-CGC se fait le relais des inquiétudes des salariés qui se sont amplifiées avec l’arrivée du cabinet Prosphéres, mandaté précédemment pour Grain De Malice.

Les premières réunions seront des réunions de débriefing sur la situation et seront suivies par la constitution de groupes de travail.




 

La CFE-CGC vous conseille d’éviter de stigmatiser vos collègues qui n’ont fait qu’appliquer les directives des orientations passées.

Ciblez plutôt votre discours sur les améliorations nécessaires à un meilleur commerce.

Les problématiques d’aujourd’hui sont le fruit  des orientations passées, validées par les actionnaires.


 

Soyons tous ensemble les protecteurs de nos emplois.


Nous sommes à l'écoute de vos commentaires sur cgcpimkie@gmail.com
discrétion totale assurée



 

Fermer Fermer


Essentiel CE PPP du mardi 19 septembre 2017 - par webMaster le 26/09/2017 : 13:41


Essentiel CE PPP du mardi 19 septembre 2017


ce_ppp_septembre_2017_les_chiffres.gif

ce_septembre_2017_collection.gif

 

Point sur le service comptabilité Neuville

Le CE  fait un point sur le service comptable de Neuville et ses effectifs,  sachant que de nombreux projets informatique devraient améliorer l’efficacité de la comptabilité Neuville.

Remise personnel sur les accessoires Rand

La direction informatique va mettre  à jour  les logiciels de caisses afin que les remises du personnel sur les bijoux Rand  puissent être appliquées.

Mise à jour complète des caisses la semaine prochaine.

Bons d’Achats des collectivités

La direction demande de contacter le service comptable de Neuville  pour valider des nouvelles demandes.

Problèmes informatiques en magasins

La direction est consciente de cette situation et affirme que les difficultés informatiques seront réglées au fur et à mesure.

Accord de banche travail des dimanches

La CFE-CGC n’a pas signé cet accord de branche car le renouvellement des 6 mois de volontariat se traduit pour la suite en 1 année de volontariat, délai trop important pour la CFE-CGC .
 

Accord convention collective sur les ouvertures des dimanches
Cliquez sur le lien ci dessous
ce_ppp_septembre_2017_accord_branche.gif

 

Magasins ouverts les dimanches 
Cliquez sur le lien ci dessous

ce_ppp_septembre_2017_mags_ouverts_dimanches.gif


 

Formation « Optimistic Expérience »

La direction réaffirme que cette formation est dédiée aux personnels de vente.

 L’objectif est de se rapprocher le plus possible de la cliente.

A ce jour, il y a eu 300 personnes formées et 15 cessions de formation sont à venir jusque la fin de l’année ( 1 cession = 10 personnes)

Abonnements Transport

Dés que le contrat de travail est signé, la salarié bénéficie de la remise transport mais doit avancer les fonds.

Le document officiel  transport est sur l’intranet Pimkie. Dès que ce document est complété et signé par l’entreprise, la salarié bénéficie de la réduction et sera remboursé de son avance.

Commission ASC

Un cadhoc d’une valeur de 120€ sera distribué cette année aux équipes PPP le 20 novembre.

La procédure des chèques vacances restent identique à celle de l’année dernière.

Vous allez recevoir des informations du CE PPP sur ces sujets.

Commission Mutuelle

La direction a entendu la CFE-CGC et propose le changement de société de gestion au 1 janvier 2018.

Une note d’informations sera diffusée en magasin sur de modalités.

Pour info, aucun changement sur les tarifications et garanties Mutuelle sur 2018.

Les nouvelles cartes de tiers payants seront expédiées mi décembre.

Jusqu’au 31 décembre, c’est le prestataire actuel qui continue les remboursements.

Guy Bouquet a été nommé Président de la commission Mutuelle/Prévoyance par les membres du CE PPP.

Prochain CE PPP : Mercredi 18 septembre 2017




-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Effectifs Magasins

Cliquez sur le lien ci dessous

effectifs.gif



Effectifs Neuville

Cliquez sur le lien ci dessous


effectifs.gif


 

Lire la suite Lire la suite


Essentiel CE PPP du mardi 19 septembre 2017


ce_ppp_septembre_2017_les_chiffres.gif

ce_septembre_2017_collection.gif

 

Point sur le service comptabilité Neuville

Le CE  fait un point sur le service comptable de Neuville et ses effectifs,  sachant que de nombreux projets informatique devraient améliorer l’efficacité de la comptabilité Neuville.

Remise personnel sur les accessoires Rand

La direction informatique va mettre  à jour  les logiciels de caisses afin que les remises du personnel sur les bijoux Rand  puissent être appliquées.

Mise à jour complète des caisses la semaine prochaine.

Bons d’Achats des collectivités

La direction demande de contacter le service comptable de Neuville  pour valider des nouvelles demandes.

Problèmes informatiques en magasins

La direction est consciente de cette situation et affirme que les difficultés informatiques seront réglées au fur et à mesure.

Accord de banche travail des dimanches

La CFE-CGC n’a pas signé cet accord de branche car le renouvellement des 6 mois de volontariat se traduit pour la suite en 1 année de volontariat, délai trop important pour la CFE-CGC .
 

Accord convention collective sur les ouvertures des dimanches
Cliquez sur le lien ci dessous
ce_ppp_septembre_2017_accord_branche.gif

 

Magasins ouverts les dimanches 
Cliquez sur le lien ci dessous

ce_ppp_septembre_2017_mags_ouverts_dimanches.gif


 

Formation « Optimistic Expérience »

La direction réaffirme que cette formation est dédiée aux personnels de vente.

 L’objectif est de se rapprocher le plus possible de la cliente.

A ce jour, il y a eu 300 personnes formées et 15 cessions de formation sont à venir jusque la fin de l’année ( 1 cession = 10 personnes)

Abonnements Transport

Dés que le contrat de travail est signé, la salarié bénéficie de la remise transport mais doit avancer les fonds.

Le document officiel  transport est sur l’intranet Pimkie. Dès que ce document est complété et signé par l’entreprise, la salarié bénéficie de la réduction et sera remboursé de son avance.

Commission ASC

Un cadhoc d’une valeur de 120€ sera distribué cette année aux équipes PPP le 20 novembre.

La procédure des chèques vacances restent identique à celle de l’année dernière.

Vous allez recevoir des informations du CE PPP sur ces sujets.

Commission Mutuelle

La direction a entendu la CFE-CGC et propose le changement de société de gestion au 1 janvier 2018.

Une note d’informations sera diffusée en magasin sur de modalités.

Pour info, aucun changement sur les tarifications et garanties Mutuelle sur 2018.

Les nouvelles cartes de tiers payants seront expédiées mi décembre.

Jusqu’au 31 décembre, c’est le prestataire actuel qui continue les remboursements.

Guy Bouquet a été nommé Président de la commission Mutuelle/Prévoyance par les membres du CE PPP.

Prochain CE PPP : Mercredi 18 septembre 2017




-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Effectifs Magasins

Cliquez sur le lien ci dessous

effectifs.gif



Effectifs Neuville

Cliquez sur le lien ci dessous


effectifs.gif


 

Fermer Fermer


Kiabi - par webMaster le 25/09/2017 : 15:48

Kiabi s’offre un flagship dans le centre de Barcelone

Sur le marché espagnol, l'enseigne française de mode familiale à petits prix a dérogé à ses habitudes en inaugurant début septembre son premier vaisseau amiral en centre-ville dans le pays.


kiabi_1_le_24_septembre_2017.gif

Un point de vente aux codes premium, tranchant avec l'image des retails parks de périphérie.
 

Kiabi, qui compte une cinquantaine de magasins en Espagne (pour 186 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016) a ouvert un magasin de 2 200 mètres carrés sur une adresse de choix : au numéro 9 du réputé Passeig de Gracia (à la place d’H&M), voisinant sur l’artère commerciale Zara, & Other Stories, Bershka, Emporio Armani ou Adidas.




kiabi_2_le_24_septembre_2017.gif

Le Passeig de Gracia est une des artères majeures de Barcelone pour le commerce.
 

Kiabi ne s’arrête pas là, puisque le directeur marketing et communication de l'enseigne nordiste, annonce une ouverture à Séville en novembre. L'objectif de l'entreprise est d'ajouter 30 adresses espagnoles à son escarcelle dans les cinq ans à venir. D'autre part, pour soutenir son développement, un entrepôt logistique de 55 000 mètres carrés sera opérationnel en fin d’année, à Tarragone.




kiabi_3_le_24_septembre_2017.gif

Le plus récent concept de magasin de la marque de mode familiale y est implanté.


L’enseigne créée en 1978 par la famille Mulliez prévoit de voir doubler son chiffre d’affaires d’ici 2021 (1,8 milliard d’euros de ventes en 2016), surtout grâce à ses activités à l'international. Alors qu'elle se renforce dans les grandes métropoles européennes (Turin et Bruxelles notamment), Kiabi vise pour 2018 le grand export avec un développement en propre dans trois marchés de taille : la Chine, l'Inde et le Brésil.



 

Lire la suite Lire la suite

Kiabi s’offre un flagship dans le centre de Barcelone

Sur le marché espagnol, l'enseigne française de mode familiale à petits prix a dérogé à ses habitudes en inaugurant début septembre son premier vaisseau amiral en centre-ville dans le pays.


kiabi_1_le_24_septembre_2017.gif

Un point de vente aux codes premium, tranchant avec l'image des retails parks de périphérie.
 

Kiabi, qui compte une cinquantaine de magasins en Espagne (pour 186 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016) a ouvert un magasin de 2 200 mètres carrés sur une adresse de choix : au numéro 9 du réputé Passeig de Gracia (à la place d’H&M), voisinant sur l’artère commerciale Zara, & Other Stories, Bershka, Emporio Armani ou Adidas.




kiabi_2_le_24_septembre_2017.gif

Le Passeig de Gracia est une des artères majeures de Barcelone pour le commerce.
 

Kiabi ne s’arrête pas là, puisque le directeur marketing et communication de l'enseigne nordiste, annonce une ouverture à Séville en novembre. L'objectif de l'entreprise est d'ajouter 30 adresses espagnoles à son escarcelle dans les cinq ans à venir. D'autre part, pour soutenir son développement, un entrepôt logistique de 55 000 mètres carrés sera opérationnel en fin d’année, à Tarragone.




kiabi_3_le_24_septembre_2017.gif

Le plus récent concept de magasin de la marque de mode familiale y est implanté.


L’enseigne créée en 1978 par la famille Mulliez prévoit de voir doubler son chiffre d’affaires d’ici 2021 (1,8 milliard d’euros de ventes en 2016), surtout grâce à ses activités à l'international. Alors qu'elle se renforce dans les grandes métropoles européennes (Turin et Bruxelles notamment), Kiabi vise pour 2018 le grand export avec un développement en propre dans trois marchés de taille : la Chine, l'Inde et le Brésil.



 

Fermer Fermer


Un Jour Ailleurs - par webMaster le 22/09/2017 : 20:41

Un Jour Ailleurs poursuit sa modernisation et vise l’international

  

En choisissant Julianne Moore comme ambassadrice pour cet automne-hiver 2017-18, Un Jour Ailleurs n’assoit pas seulement son positionnement plus actuel, elle accompagne également son ambition de développement à l’étranger. Passée par une procédure de sauvegarde en 2014, l’enseigne de mode féminine veut réussir sa reconquête.


un_jour_ailleurs_1__le_22_sepembre_2017.gif

Boutique de la marque à Paris, avenue Victor Hugo
 

La marque fondée en 1984 a fait évoluer son discours : elle ne séduit plus les seniors, un terme trop réducteur, mais les quinquas actives, les femmes de plus de 50 ans n’étant plus les mêmes qu’il y a 20 ans. « C’est une belle endormie, qui a eu beaucoup de succès et qu’il faut réveiller, livre Gaëlle de Prunelé, directrice générale de l’enseigne depuis trois ans. Les clientes nous sont extrêmement fidèles, mais l’on doit recruter davantage, en insistant sur notre ADN : la qualité et le bien-aller des produits selon les morphologies, ainsi que des tendances s’inscrivant dans la durée, sans les contraintes de la mode instantanée. »

Point de départ du processus de modernisation, la marque avait initié il y a trois ans un nouveau concept magasin. 90 % du parc composé de 150 boutiques en France (en propre + 14 affiliés) et une cinquantaine de points de vente à l’international sont désormais convertis aux nouvelles couleurs. Dans l’Hexagone, peu de nouvelles ouvertures, mais surtout des relocalisations de magasins. En 2017, la marque a ainsi inauguré de nouvelles unités à Lille, Strasbourg et Mondeville notamment.

L’outlet s’impose aussi comme un nouveau canal de vente pour l’enseigne, qui s’est installée à Nailloux et Corbeil cette année, et entend totaliser une dizaine d’adresses d’ici le premier trimestre 2018. « Nous choisissons des villages de marques qualitatifs et prenons soin de ne pas interférer avec nos magasins existants », précise laa directrice générale, qui revendique un positionnement luxe accessible pour la marque.

En 2014, une nouvelle signature de marque est également apparue sous l’appellation UJA Paris. Un nom beaucoup plus simple à manier à l’export qu’Un Jour Ailleurs, même si celui-ci perdure. Présente en direct en Belgique, au Luxembourg et en Italie, l’enseigne a fait ses premiers pas en Suisse l'an dernier, à Nyon, et a signé en 2017 avec des master-affiliés au Liban et en Arabie saoudite. « Un Jour Ailleurs réalise pour l’instant 20 % de ses ventes à l’international (sur 96 millions d’euros de chiffre d’affaires global), une part qui peut largement augmenter puisque nous souhaitons accélérer à l’export, notamment dans d’autres pays d’Europe ». Une ambition soutenue côté image par l’embauche de l’actrice américaine de 56 ans, « une femme qui s’assume parfaitement, épanouie, mère de famille, et qui met en lumière le renouveau des collections », selon la dirigeante.




un_jour_ailleurs_2__le_22_sepembre_2017.gif

Aménagement intérieur

 

Affirmant enfin une stratégie cross-canal, Un Jour Ailleurs a mis en ligne en septembre un e-shop remanié. « Nous ne réalisons que 5 % de nos ventes sur le Web, mais ce qui est intéressant, c’est la synergie qui s’opère avec le réseau. Un cliente sur deux vient chercher sa commande en boutique », affirme la dirigeante, qui insiste aussi sur la restructuration « de l’ombre », puisqu'Un Jour Ailleurs, dont le siège est situé à Paris, a totalement refondu son organisation logistique ainsi que son système d'information.

Lire la suite Lire la suite

Un Jour Ailleurs poursuit sa modernisation et vise l’international

  

En choisissant Julianne Moore comme ambassadrice pour cet automne-hiver 2017-18, Un Jour Ailleurs n’assoit pas seulement son positionnement plus actuel, elle accompagne également son ambition de développement à l’étranger. Passée par une procédure de sauvegarde en 2014, l’enseigne de mode féminine veut réussir sa reconquête.


un_jour_ailleurs_1__le_22_sepembre_2017.gif

Boutique de la marque à Paris, avenue Victor Hugo
 

La marque fondée en 1984 a fait évoluer son discours : elle ne séduit plus les seniors, un terme trop réducteur, mais les quinquas actives, les femmes de plus de 50 ans n’étant plus les mêmes qu’il y a 20 ans. « C’est une belle endormie, qui a eu beaucoup de succès et qu’il faut réveiller, livre Gaëlle de Prunelé, directrice générale de l’enseigne depuis trois ans. Les clientes nous sont extrêmement fidèles, mais l’on doit recruter davantage, en insistant sur notre ADN : la qualité et le bien-aller des produits selon les morphologies, ainsi que des tendances s’inscrivant dans la durée, sans les contraintes de la mode instantanée. »

Point de départ du processus de modernisation, la marque avait initié il y a trois ans un nouveau concept magasin. 90 % du parc composé de 150 boutiques en France (en propre + 14 affiliés) et une cinquantaine de points de vente à l’international sont désormais convertis aux nouvelles couleurs. Dans l’Hexagone, peu de nouvelles ouvertures, mais surtout des relocalisations de magasins. En 2017, la marque a ainsi inauguré de nouvelles unités à Lille, Strasbourg et Mondeville notamment.

L’outlet s’impose aussi comme un nouveau canal de vente pour l’enseigne, qui s’est installée à Nailloux et Corbeil cette année, et entend totaliser une dizaine d’adresses d’ici le premier trimestre 2018. « Nous choisissons des villages de marques qualitatifs et prenons soin de ne pas interférer avec nos magasins existants », précise laa directrice générale, qui revendique un positionnement luxe accessible pour la marque.

En 2014, une nouvelle signature de marque est également apparue sous l’appellation UJA Paris. Un nom beaucoup plus simple à manier à l’export qu’Un Jour Ailleurs, même si celui-ci perdure. Présente en direct en Belgique, au Luxembourg et en Italie, l’enseigne a fait ses premiers pas en Suisse l'an dernier, à Nyon, et a signé en 2017 avec des master-affiliés au Liban et en Arabie saoudite. « Un Jour Ailleurs réalise pour l’instant 20 % de ses ventes à l’international (sur 96 millions d’euros de chiffre d’affaires global), une part qui peut largement augmenter puisque nous souhaitons accélérer à l’export, notamment dans d’autres pays d’Europe ». Une ambition soutenue côté image par l’embauche de l’actrice américaine de 56 ans, « une femme qui s’assume parfaitement, épanouie, mère de famille, et qui met en lumière le renouveau des collections », selon la dirigeante.




un_jour_ailleurs_2__le_22_sepembre_2017.gif

Aménagement intérieur

 

Affirmant enfin une stratégie cross-canal, Un Jour Ailleurs a mis en ligne en septembre un e-shop remanié. « Nous ne réalisons que 5 % de nos ventes sur le Web, mais ce qui est intéressant, c’est la synergie qui s’opère avec le réseau. Un cliente sur deux vient chercher sa commande en boutique », affirme la dirigeante, qui insiste aussi sur la restructuration « de l’ombre », puisqu'Un Jour Ailleurs, dont le siège est situé à Paris, a totalement refondu son organisation logistique ainsi que son système d'information.

Fermer Fermer


Inditex - par webMaster le 22/09/2017 : 15:10

Inditex (Zara) enregistre des ventes en hausse de 11,5 % au premier semestre

  

Madrid, 20 sept 2017 (AFP) - Le groupe textile espagnol Inditex, propriétaire de Zara, a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 9 %, à 1,36 milliard d'euros, pour le 1er semestre de son exercice décalé, expliquant néanmoins avoir souffert de l'appréciation de l'euro.


zara_le_21_septembre_2017.gif

Collection automnale - Zara
 

« La performance au premier semestre était principalement due à l'effet mitigé causé par la forte appréciation de l'euro face à la majorité des devises depuis juin », explique le groupe dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 11,5 % par rapport au 1er semestre 2016, à près de 11,7 milliards d'euros. Le résultat opérationnel a quant à lui augmenté de 9 %, à 2,3 milliards d'euros.

La hausse des ventes tient notamment à l'ouverture de nouveaux magasins : le groupe recense 113 ouvertures nettes contre 83 au premier semestre 2016. Ces ouvertures se sont faites dans 35 pays.

A fin juillet, le groupe possédait 7 405 boutiques pour ses huit marques. Les meilleures progressions de vente pour le semestre se retrouvent chez Uterqüe (+27 %), Oysho (+18 %) et Bershka (+14 %). Inditex est présent dans 93 pays et réalise environ 40 % de ses ventes hors d'Europe.

Le groupe basé en Galice tire sa réussite du modèle de la « fast fashion », qui consiste à fabriquer 60 % des vêtements relativement près du siège (Espagne, Portugal, Maghreb, Turquie, Europe de l'Est), pour pouvoir mettre en rayon en quinze jours des pièces collant aux tendances de la mode.

Lire la suite Lire la suite

Inditex (Zara) enregistre des ventes en hausse de 11,5 % au premier semestre

  

Madrid, 20 sept 2017 (AFP) - Le groupe textile espagnol Inditex, propriétaire de Zara, a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 9 %, à 1,36 milliard d'euros, pour le 1er semestre de son exercice décalé, expliquant néanmoins avoir souffert de l'appréciation de l'euro.


zara_le_21_septembre_2017.gif

Collection automnale - Zara
 

« La performance au premier semestre était principalement due à l'effet mitigé causé par la forte appréciation de l'euro face à la majorité des devises depuis juin », explique le groupe dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 11,5 % par rapport au 1er semestre 2016, à près de 11,7 milliards d'euros. Le résultat opérationnel a quant à lui augmenté de 9 %, à 2,3 milliards d'euros.

La hausse des ventes tient notamment à l'ouverture de nouveaux magasins : le groupe recense 113 ouvertures nettes contre 83 au premier semestre 2016. Ces ouvertures se sont faites dans 35 pays.

A fin juillet, le groupe possédait 7 405 boutiques pour ses huit marques. Les meilleures progressions de vente pour le semestre se retrouvent chez Uterqüe (+27 %), Oysho (+18 %) et Bershka (+14 %). Inditex est présent dans 93 pays et réalise environ 40 % de ses ventes hors d'Europe.

Le groupe basé en Galice tire sa réussite du modèle de la « fast fashion », qui consiste à fabriquer 60 % des vêtements relativement près du siège (Espagne, Portugal, Maghreb, Turquie, Europe de l'Est), pour pouvoir mettre en rayon en quinze jours des pièces collant aux tendances de la mode.

Fermer Fermer


Neuville - par webMaster le 21/09/2017 : 11:52

Mercredi 20 septembre 2017 à Neuville

neuville_le_20_septembre_2017.gif

C’est dans une ambiance sympathique et conviviale qu’a eu lieu le repas de rentrée de la ZNO Neuville.

Couscous et glaces maison nous ont accompagnés  tout le long du repas !

Bravo pour cette belle organisation !

Lire la suite Lire la suite

Mercredi 20 septembre 2017 à Neuville

neuville_le_20_septembre_2017.gif

C’est dans une ambiance sympathique et conviviale qu’a eu lieu le repas de rentrée de la ZNO Neuville.

Couscous et glaces maison nous ont accompagnés  tout le long du repas !

Bravo pour cette belle organisation !

Fermer Fermer


Ecommerce - par webMaster le 20/09/2017 : 20:19

E-commerce : les ventes trimestrielles progressent de 11 %

ecommerce_le_19_mai_2017.gif

  

Au cours du deuxième trimestre, les Français ont dépensé 19,5 milliards d’euros en ligne, en progression de 11 %. La chute de 3 %, soit 68 euros, du panier moyen est à nouveau compensée par la hausse de la fréquence d’achat, passée à 10 transactions en moyenne par acheteur sur ce trimestre, selon la Fédération de la vente en ligne.


ecommerce_1__le_20_septembre_2017.gif

Les ventes sur terminaux mobiles ont sans surprise à nouveau bondi, avec cette fois +37 %, soit six points de plus que sur le deuxième trimestre 2016. Cette progression s’est poursuivie à l’occasion des soldes d’été. Les commandes sur terminaux mobiles ont en effet augmenté de 53 % par rapport aux soldes d’été 2016. Elles ont représenté 21 % des commandes des spécialistes Mode/Textile (+7 points en un an) et 35 % des commandes des spécialistes des autres secteurs (+8 points en un an).

L'e-commerce continue de se démocratiser avec plus de quatre internautes sur cinq qui ont déjà acheté sur Internet. Le smartphone et la tablette jouent un rôle clé dans cette progression, en permettant de toucher des publics différents de ceux touchés par l’ordinateur : par exemple, le smartphone favorise les achats des jeunes tandis que les seniors utilisent plus facilement la tablette.

ecommerce_2_le_20_septembre_2017.gif

 

La population des acheteurs en ligne a en un an gagné près de 964 000 internautes. L’offre s’est elle aussi renforcée, avec 208 000 sites marchands actifs, en progression de 10 % par rapport à l’année dernière.


 

Lire la suite Lire la suite

E-commerce : les ventes trimestrielles progressent de 11 %

ecommerce_le_19_mai_2017.gif

  

Au cours du deuxième trimestre, les Français ont dépensé 19,5 milliards d’euros en ligne, en progression de 11 %. La chute de 3 %, soit 68 euros, du panier moyen est à nouveau compensée par la hausse de la fréquence d’achat, passée à 10 transactions en moyenne par acheteur sur ce trimestre, selon la Fédération de la vente en ligne.


ecommerce_1__le_20_septembre_2017.gif

Les ventes sur terminaux mobiles ont sans surprise à nouveau bondi, avec cette fois +37 %, soit six points de plus que sur le deuxième trimestre 2016. Cette progression s’est poursuivie à l’occasion des soldes d’été. Les commandes sur terminaux mobiles ont en effet augmenté de 53 % par rapport aux soldes d’été 2016. Elles ont représenté 21 % des commandes des spécialistes Mode/Textile (+7 points en un an) et 35 % des commandes des spécialistes des autres secteurs (+8 points en un an).

L'e-commerce continue de se démocratiser avec plus de quatre internautes sur cinq qui ont déjà acheté sur Internet. Le smartphone et la tablette jouent un rôle clé dans cette progression, en permettant de toucher des publics différents de ceux touchés par l’ordinateur : par exemple, le smartphone favorise les achats des jeunes tandis que les seniors utilisent plus facilement la tablette.

ecommerce_2_le_20_septembre_2017.gif

 

La population des acheteurs en ligne a en un an gagné près de 964 000 internautes. L’offre s’est elle aussi renforcée, avec 208 000 sites marchands actifs, en progression de 10 % par rapport à l’année dernière.


 

Fermer Fermer


Indemnités légales - par webMaster le 19/09/2017 : 12:06


INDEMNITÉS LÉGALES, INDEMNITÉS PRUD'HOMALES :
NOTRE TABLEAU RÉCAP' POUR LES CALCULER

 

indemnites_le_18_septembre_2017.gif

Indemnités légales, indemnités prud'homales : notre tableau récap' pour les calculer 

La réforme du Code du travail vient plafonner les indemnités prud’homales, mais aussi revaloriser les indemnités légales de licenciement. Pour vous aider à vous y retrouver, voici un tableau récap’ de ce à quoi vous pourrez prétendre en fonction de votre ancienneté.

C’est une nouvelle qui va sûrement mal passer du côté des syndicats. La hausse de 25% des indemnités légales de licenciement, prévue dans le cadre de la réforme du Code du travail, devrait se limiter aux 10 premières années d’ancienneté du salarié. C’est ce qu’a révélé l’Agence Education et Formation (AEF) jeudi 14 septembre, qui a eu accès à un projet de décret. Celui-ci doit être présenté ce vendredi 15 septembre aux partenaires sociaux à la Commission nationale de la négociation collective (CNNC).

Les critères définitifs de calcul de l’indemnité légale de licenciement semblent donc être fixés. Pour vous aider à vous y retrouver, nous avons réalisé un tableau comparatif : vous pourrez y chercher en un coup d’oeil le montant de l’indemnité légale de licenciement ou de l’indemnité prud’homale, en cas de licenciement abusif, en nombre de mois de salaires brut.

Pour rappel, l’indemnité légale de licenciement est obligatoirement versée à tout salarié en CDI licencié pour motif personnel ou économique. Jusqu’à présent, elle était d’un cinquième de mois de salaire brut par année d’ancienneté entre un et dix ans, puis d’un tiers de mois de salaire pour plus de dix ans d’ancienneté. Désormais, elle sera d’un quart de mois de salaire par année d’ancienneté entre un et dix ans, puis d’un tiers de mois de salaire pour plus de dix années d’ancienneté. De leur côté, les indemnités prud’homales sont versées pour réparation en cas de licenciement irrégulier ou sans causes réelles et sérieuses . Elles étaient jusqu’à présent fixées par libre-appréciation des juges. Désormais, ces derniers devront se référer à un plafond et un plancher.

indemnites_1_le_18_septembre_2017.gif
indemnites_2_le_18_septembre_2017.gif
indemnites_3_le_18_septembre_2017.gif

Lire la suite Lire la suite


INDEMNITÉS LÉGALES, INDEMNITÉS PRUD'HOMALES :
NOTRE TABLEAU RÉCAP' POUR LES CALCULER

 

indemnites_le_18_septembre_2017.gif

Indemnités légales, indemnités prud'homales : notre tableau récap' pour les calculer 

La réforme du Code du travail vient plafonner les indemnités prud’homales, mais aussi revaloriser les indemnités légales de licenciement. Pour vous aider à vous y retrouver, voici un tableau récap’ de ce à quoi vous pourrez prétendre en fonction de votre ancienneté.

C’est une nouvelle qui va sûrement mal passer du côté des syndicats. La hausse de 25% des indemnités légales de licenciement, prévue dans le cadre de la réforme du Code du travail, devrait se limiter aux 10 premières années d’ancienneté du salarié. C’est ce qu’a révélé l’Agence Education et Formation (AEF) jeudi 14 septembre, qui a eu accès à un projet de décret. Celui-ci doit être présenté ce vendredi 15 septembre aux partenaires sociaux à la Commission nationale de la négociation collective (CNNC).

Les critères définitifs de calcul de l’indemnité légale de licenciement semblent donc être fixés. Pour vous aider à vous y retrouver, nous avons réalisé un tableau comparatif : vous pourrez y chercher en un coup d’oeil le montant de l’indemnité légale de licenciement ou de l’indemnité prud’homale, en cas de licenciement abusif, en nombre de mois de salaires brut.

Pour rappel, l’indemnité légale de licenciement est obligatoirement versée à tout salarié en CDI licencié pour motif personnel ou économique. Jusqu’à présent, elle était d’un cinquième de mois de salaire brut par année d’ancienneté entre un et dix ans, puis d’un tiers de mois de salaire pour plus de dix ans d’ancienneté. Désormais, elle sera d’un quart de mois de salaire par année d’ancienneté entre un et dix ans, puis d’un tiers de mois de salaire pour plus de dix années d’ancienneté. De leur côté, les indemnités prud’homales sont versées pour réparation en cas de licenciement irrégulier ou sans causes réelles et sérieuses . Elles étaient jusqu’à présent fixées par libre-appréciation des juges. Désormais, ces derniers devront se référer à un plafond et un plancher.

indemnites_1_le_18_septembre_2017.gif
indemnites_2_le_18_septembre_2017.gif
indemnites_3_le_18_septembre_2017.gif

Fermer Fermer


Nomination et Démission - par webMaster le 18/09/2017 : 14:49

Vendredi 15 septembre :

- Nomination en interne à l'Offre d'une "Leader Offre"
qui accompagnera les équipes achats

- Le DG de la ZNE (Allemagne et Autriche) quitte ses fonctions

Lire la suite Lire la suite

Vendredi 15 septembre :

- Nomination en interne à l'Offre d'une "Leader Offre"
qui accompagnera les équipes achats

- Le DG de la ZNE (Allemagne et Autriche) quitte ses fonctions

Fermer Fermer


Commerce - par webMaster le 18/09/2017 : 14:47

Commerce : exit le confort, place à la fluidité

  

Non, le commerce en ligne n’a pas tué le commerce physique. Mais là où les consommateurs vantaient jadis le confort d’un achat en magasin physique, ils sont désormais en attente d’une intégration fluide du digital dans leurs nouveaux processus d’achat.


commerce_le_18_septembre_2017.gif
 

Selon le Shopper Observer Havas Paris 2017, les Français sont désormais 77 % à réclamer que les commerces répondent davantage à leurs habitudes de consommation. A l’heure où le paiement en un clic et où la commande en ligne via un bouton connecté dédié entrent dans les mœurs, l’expérience d’achat offerte par le commerce physique est plus que jamais sous pression.

Ainsi, 74 % des consommateurs déclarent supporter de moins en moins devoir faire la queue en magasin. De quoi motiver plus encore les enseignes, qui se convertissent progressivement à des dispositifs d'encaissement alternatifs, dont les caisses mobiles sur tablette tactile. Une exigence de fluidité et d'instantanéité qui se renforce encore, avec désormais 49 % des 18-35 ans utilisant Internet pour tout faire.

Se profilent en outre d'ores et déjà les futurs points à aborder pour les détaillants : si seuls 25 % des Français émettent le souhait de pouvoir acheter directement via les réseaux sociaux, la proportion passe à 45 % chez les consommateurs les plus jeunes. Les stratégies sociales parfois massives développées par les marques pourraient donc trouver à l'avenir un retour sur investissement nouveau, l'avènement du social-shopping étant prophétisé depuis près de dix ans déjà.

La fameuse notion « d’expérience », que bon nombre d’enseignes ont placé au cœur de leurs derniers concepts, gagne elle aussi en importance. Les 18-24 ans, en particulier, sont 60 % à souhaiter des adresses où ils peuvent faire autre chose qu'acheter. Des salons de thé aux espaces ludiques en passant par des ateliers divers, l'évolution des points de vente n'en serait donc qu'à ses prémisses.

Et si le client est, grâce à Internet, devenu particulièrement bien informé, les Français demeurent 85 % à apprécier un vendeur passionné par ce qu’il vend. Elément qui renvoie à la notion de « valeur de marque », à l’heure où 81 % des clients estiment qu’une marque porte des valeurs fortes, 65 % pensent que cela rend au passage l’entreprise plus profitable.

Les consommateurs ne sont pas prêts à une relation froide et désincarnée induite par l’arrivée du digital et de l’intelligence artificielle. Ils ont envie de vivre des expériences de consommation riches et entières. L’humain, le partage et l’engagement sont des notions de plus en plus importantes pour ces conso- citoyens. Leur demande est sans ambiguïté : il faudra ré-humaniser le commerce de demain.

Lire la suite Lire la suite

Commerce : exit le confort, place à la fluidité

  

Non, le commerce en ligne n’a pas tué le commerce physique. Mais là où les consommateurs vantaient jadis le confort d’un achat en magasin physique, ils sont désormais en attente d’une intégration fluide du digital dans leurs nouveaux processus d’achat.


commerce_le_18_septembre_2017.gif
 

Selon le Shopper Observer Havas Paris 2017, les Français sont désormais 77 % à réclamer que les commerces répondent davantage à leurs habitudes de consommation. A l’heure où le paiement en un clic et où la commande en ligne via un bouton connecté dédié entrent dans les mœurs, l’expérience d’achat offerte par le commerce physique est plus que jamais sous pression.

Ainsi, 74 % des consommateurs déclarent supporter de moins en moins devoir faire la queue en magasin. De quoi motiver plus encore les enseignes, qui se convertissent progressivement à des dispositifs d'encaissement alternatifs, dont les caisses mobiles sur tablette tactile. Une exigence de fluidité et d'instantanéité qui se renforce encore, avec désormais 49 % des 18-35 ans utilisant Internet pour tout faire.

Se profilent en outre d'ores et déjà les futurs points à aborder pour les détaillants : si seuls 25 % des Français émettent le souhait de pouvoir acheter directement via les réseaux sociaux, la proportion passe à 45 % chez les consommateurs les plus jeunes. Les stratégies sociales parfois massives développées par les marques pourraient donc trouver à l'avenir un retour sur investissement nouveau, l'avènement du social-shopping étant prophétisé depuis près de dix ans déjà.

La fameuse notion « d’expérience », que bon nombre d’enseignes ont placé au cœur de leurs derniers concepts, gagne elle aussi en importance. Les 18-24 ans, en particulier, sont 60 % à souhaiter des adresses où ils peuvent faire autre chose qu'acheter. Des salons de thé aux espaces ludiques en passant par des ateliers divers, l'évolution des points de vente n'en serait donc qu'à ses prémisses.

Et si le client est, grâce à Internet, devenu particulièrement bien informé, les Français demeurent 85 % à apprécier un vendeur passionné par ce qu’il vend. Elément qui renvoie à la notion de « valeur de marque », à l’heure où 81 % des clients estiment qu’une marque porte des valeurs fortes, 65 % pensent que cela rend au passage l’entreprise plus profitable.

Les consommateurs ne sont pas prêts à une relation froide et désincarnée induite par l’arrivée du digital et de l’intelligence artificielle. Ils ont envie de vivre des expériences de consommation riches et entières. L’humain, le partage et l’engagement sont des notions de plus en plus importantes pour ces conso- citoyens. Leur demande est sans ambiguïté : il faudra ré-humaniser le commerce de demain.

Fermer Fermer


Prévoyance et Mutuelle - par webMaster le 17/09/2017 : 20:18

Commission Mutuelle et Prévoyance Pimkie

mutuelle_le_15_septembre_2017.gif


 

La commission mutuelle s’est réunie sur Villeneuve d’Ascq.

La CFE-CGC a constaté :
 

  1. Un équilibre des comptes Prévoyance et Frais de Santé : à ce stade, aucune augmentation des cotisations salariales à prévoir. Les comptes seront de nouveau analysés dans 6 mois.
     
  2. Au vue des très nombreux problèmes de remboursements et de gestion, la CFE-CGC a demandé à la direction de changer de prestataire. La direction a pris note de notre demande.

En fin de séance, au vue des nombreux problèmes de remboursements et de gestion, la direction a suivi la demande de la CFE-CGC en annonçant le changement de prestataire au 1ier janvier 2018.

Le prestataire actuel devra assumer son contrat jusqu’au 31 décembre 2017.

Nous sommes dans l’attente de nous réunir pour connaitre le nom du nouveau prestataire.

PS : dans le cadre du contrat de Prévoyance et Frais de Santé, c’est l’entreprise qui décide du prestataire, ce que l’on appelle une décision unilatérale.



 

Lire la suite Lire la suite

Commission Mutuelle et Prévoyance Pimkie

mutuelle_le_15_septembre_2017.gif


 

La commission mutuelle s’est réunie sur Villeneuve d’Ascq.

La CFE-CGC a constaté :
 

  1. Un équilibre des comptes Prévoyance et Frais de Santé : à ce stade, aucune augmentation des cotisations salariales à prévoir. Les comptes seront de nouveau analysés dans 6 mois.
     
  2. Au vue des très nombreux problèmes de remboursements et de gestion, la CFE-CGC a demandé à la direction de changer de prestataire. La direction a pris note de notre demande.

En fin de séance, au vue des nombreux problèmes de remboursements et de gestion, la direction a suivi la demande de la CFE-CGC en annonçant le changement de prestataire au 1ier janvier 2018.

Le prestataire actuel devra assumer son contrat jusqu’au 31 décembre 2017.

Nous sommes dans l’attente de nous réunir pour connaitre le nom du nouveau prestataire.

PS : dans le cadre du contrat de Prévoyance et Frais de Santé, c’est l’entreprise qui décide du prestataire, ce que l’on appelle une décision unilatérale.



 

Fermer Fermer


Cyrillus - par webMaster le 15/09/2017 : 11:14

Cyrillus entremêle mode et maison via un nouveau concept magasin

A 40 ans, la marque-enseigne centrée à sa création sur le prêt-à-porter enfant a bel et bien évolué, même si elle revendique toujours une certaine élégance à la française. Après s’être ouverte à la mode adulte, Cyrillus accélère aujourd’hui côté mobilier et décoration : une identité lifestyle qu’elle entend mettre en scène via un nouveau concept de boutique.


cyrilus_le_14_septembre_2017.gif

L'offre maison de la marque a doublé en deux ans
 

Testé en premier lieu dans son point de vente de La Défense, le format mêle plus fortement vêtement pour homme et femme, produits pour la maison et prêt-à-porter bébé et enfant. Le tout s’harmonisant grâce à un aménagement qui reste sobre, mais égayé de couleurs selon les espaces et de bois clair. « En deux ans, notre offre maison (mobilier et objets de décoration) a plus que doublé. Cyrillus n’est plus focalisée sur le vêtement, elle est devenue une marque liée à l’univers global de la vie de famille », justifie le directeur général de la marque depuis 2013.

La marque-enseigne, passée il y a quatre ans des mains de Redcats (alors filiale du groupe PPR) au fonds Alpha Private Equity avec Verbaudet, s’appuie sur un réseau de 60 magasins à l’enseigne. Et a généré un chiffre d’affaires de 95 millions d’euros en 2016, dont un tiers réalisé sur le Web.

 

cyrilus_2_le_14_septembre_2017.gif

La campagne bénéficie d'un affichage en ville (Paris et province) et d'une diffusion sur le web

 

Pour séduire de nouveaux clients et doper sa visibilité, Cyrillus a lancé en cette rentrée une nouvelle campagne de communication pilotée par l’agence Mad & Woman, récemment à l’œuvre pour Minelli. « Cela faisait deux ans que nous n’avions pas lancé de projet de cette ampleur. On communique beaucoup avec nos clients (via e-mails, SMS, catalogues…), mais notre notoriété vis-à-vis du grand public n’avait pas été travaillée depuis longtemps », livre le dirigeant, qui a engagé avec ses équipes un travail sur le rythme des collections, désormais beaucoup plus séquencées.

La marque fondée en 1977 cultive toujours, selon le dirigeant, « cet héritage chic de qualité et de bon goût d’une marque française, tout en travaillant un style actuel, séduisant les familles d’aujourd’hui ».

Lire la suite Lire la suite

Cyrillus entremêle mode et maison via un nouveau concept magasin

A 40 ans, la marque-enseigne centrée à sa création sur le prêt-à-porter enfant a bel et bien évolué, même si elle revendique toujours une certaine élégance à la française. Après s’être ouverte à la mode adulte, Cyrillus accélère aujourd’hui côté mobilier et décoration : une identité lifestyle qu’elle entend mettre en scène via un nouveau concept de boutique.


cyrilus_le_14_septembre_2017.gif

L'offre maison de la marque a doublé en deux ans
 

Testé en premier lieu dans son point de vente de La Défense, le format mêle plus fortement vêtement pour homme et femme, produits pour la maison et prêt-à-porter bébé et enfant. Le tout s’harmonisant grâce à un aménagement qui reste sobre, mais égayé de couleurs selon les espaces et de bois clair. « En deux ans, notre offre maison (mobilier et objets de décoration) a plus que doublé. Cyrillus n’est plus focalisée sur le vêtement, elle est devenue une marque liée à l’univers global de la vie de famille », justifie le directeur général de la marque depuis 2013.

La marque-enseigne, passée il y a quatre ans des mains de Redcats (alors filiale du groupe PPR) au fonds Alpha Private Equity avec Verbaudet, s’appuie sur un réseau de 60 magasins à l’enseigne. Et a généré un chiffre d’affaires de 95 millions d’euros en 2016, dont un tiers réalisé sur le Web.

 

cyrilus_2_le_14_septembre_2017.gif

La campagne bénéficie d'un affichage en ville (Paris et province) et d'une diffusion sur le web

 

Pour séduire de nouveaux clients et doper sa visibilité, Cyrillus a lancé en cette rentrée une nouvelle campagne de communication pilotée par l’agence Mad & Woman, récemment à l’œuvre pour Minelli. « Cela faisait deux ans que nous n’avions pas lancé de projet de cette ampleur. On communique beaucoup avec nos clients (via e-mails, SMS, catalogues…), mais notre notoriété vis-à-vis du grand public n’avait pas été travaillée depuis longtemps », livre le dirigeant, qui a engagé avec ses équipes un travail sur le rythme des collections, désormais beaucoup plus séquencées.

La marque fondée en 1977 cultive toujours, selon le dirigeant, « cet héritage chic de qualité et de bon goût d’une marque française, tout en travaillant un style actuel, séduisant les familles d’aujourd’hui ».

Fermer Fermer


Mango - par webMaster le 14/09/2017 : 19:52

Mango débute à New Delhi un plan de 25 ouvertures en cinq ans

Mango se prépare à ouvrir son premier magasin physique en Inde, à New Delhi, avec son nouveau partenaire local. L'enseigne avait annoncé en février un accord pour lancer un nouveau plan d'expansion dans le pays, qui l'amènera à ouvrir 25 magasins en cinq ans.

mango_le_13_septembre_2017.gif
Mango ouvrira son premier magasin indien à New Delhi le 5 octobre 2017

 

Mango est déjà présente sur le marché indien depuis 2014 à travers la boutique en ligne de Myntra. Depuis, elle fait partie des cinq marques féminines les plus vendues sur le portail.

Myntra sera responsable de la gestion des opérations de Mango en Inde après avoir racheté huit points de vente de la marque à ses anciens franchisés, DLF Brands et Major. Les activités de Mango dans le pays comprennent sa boutique en ligne, sa présence sur le portail de Myntra et la gestion des magasins physiques existants.

La première ouverture aura lieu le 5 octobre à New Delhi, au sein du Select Citywalk, un centre commercial qui abrite des marques internationales telles qu'Armani Exchange, Accessorize, Adidas, Gant ou Tommy Hilfiger, a annoncé l'enseigne. Le point de vente s'étendra sur plus de 2 000 mètres carrés.

Le centre commercial est situé à Saket (New Delhi) et le magasin Mango sera situé au rez-de-chaussée, près des magasins H&M et Zara. L'enseigne catalane a déjà eu un magasin au sein du Select Citywalk.

Lire la suite Lire la suite

Mango débute à New Delhi un plan de 25 ouvertures en cinq ans

Mango se prépare à ouvrir son premier magasin physique en Inde, à New Delhi, avec son nouveau partenaire local. L'enseigne avait annoncé en février un accord pour lancer un nouveau plan d'expansion dans le pays, qui l'amènera à ouvrir 25 magasins en cinq ans.

mango_le_13_septembre_2017.gif
Mango ouvrira son premier magasin indien à New Delhi le 5 octobre 2017

 

Mango est déjà présente sur le marché indien depuis 2014 à travers la boutique en ligne de Myntra. Depuis, elle fait partie des cinq marques féminines les plus vendues sur le portail.

Myntra sera responsable de la gestion des opérations de Mango en Inde après avoir racheté huit points de vente de la marque à ses anciens franchisés, DLF Brands et Major. Les activités de Mango dans le pays comprennent sa boutique en ligne, sa présence sur le portail de Myntra et la gestion des magasins physiques existants.

La première ouverture aura lieu le 5 octobre à New Delhi, au sein du Select Citywalk, un centre commercial qui abrite des marques internationales telles qu'Armani Exchange, Accessorize, Adidas, Gant ou Tommy Hilfiger, a annoncé l'enseigne. Le point de vente s'étendra sur plus de 2 000 mètres carrés.

Le centre commercial est situé à Saket (New Delhi) et le magasin Mango sera situé au rez-de-chaussée, près des magasins H&M et Zara. L'enseigne catalane a déjà eu un magasin au sein du Select Citywalk.

Fermer Fermer


CFE-CGC Pimkie - par webMaster le 13/09/2017 : 20:04

Déjà 300 000 visites !

guy_bouquet_bureau.gif

 

Il est primordial que vous puissiez connaitre objectivement l’univers dans lequel vous travaillez, les  évolutions du code de travail, les nouvelles règles et surtout, surtout, avoir de informations objectives des CE, du CCE, des négociations des accords chez Pimkie, etc….

Vous nous avez élu, c’est notre mission au quotidien.

Notre équipe CFE-CGC Pimkie œuvre chaque jour pour honorer votre confiance.

Vous pouvez aussi  nous contacter par téléphone, par mail pour que nous puissions vous aider.

Nos coordonnées sont sur le site à gauche en cliquant sur les photos des membres de la CFE-CGC Pimkie

Au nom de toute l’équipe CFE-CGC Pimkie des Magasins et des Centrales, je vous remercie pour votre confiance et pour votre fidélité.

A très bientôt

Guy Bouquet

DSC CFE-CGC Pimkie

CFE = Confédération Générale de l’Encadrement des Agents de Maîtrise, Cadres, Ingénieurs et Techniciens.



 

Lire la suite Lire la suite

Déjà 300 000 visites !

guy_bouquet_bureau.gif

 

Il est primordial que vous puissiez connaitre objectivement l’univers dans lequel vous travaillez, les  évolutions du code de travail, les nouvelles règles et surtout, surtout, avoir de informations objectives des CE, du CCE, des négociations des accords chez Pimkie, etc….

Vous nous avez élu, c’est notre mission au quotidien.

Notre équipe CFE-CGC Pimkie œuvre chaque jour pour honorer votre confiance.

Vous pouvez aussi  nous contacter par téléphone, par mail pour que nous puissions vous aider.

Nos coordonnées sont sur le site à gauche en cliquant sur les photos des membres de la CFE-CGC Pimkie

Au nom de toute l’équipe CFE-CGC Pimkie des Magasins et des Centrales, je vous remercie pour votre confiance et pour votre fidélité.

A très bientôt

Guy Bouquet

DSC CFE-CGC Pimkie

CFE = Confédération Générale de l’Encadrement des Agents de Maîtrise, Cadres, Ingénieurs et Techniciens.



 

Fermer Fermer


Cache Cache - par webMaster le 13/09/2017 : 14:39

Cache Cache change de visage

Comme elle l’affirme sur les réseaux sociaux, Cache Cache « se refait une beauté ». L’enseigne de mode féminine du groupe Beaumanoir présente un nouveau territoire de marque, plus moderne : elle a changé son logo, son concept magasin et son e-shop.


cache_cache_le_12_septembre_2017.gif

La nouvelle signature de la marque
 

La marque lancée en 1985 a ainsi inauguré le 6 septembre son nouveau format de boutique à Rennes. Le point de vente présente une devanture claire, cerclée de noir et rehaussée d’un logo remis au goût du jour, jouant sur les lignes et différentes épaisseurs de typo. Le rond jaune reste toujours d’actualité, celui-ci s’appose comme un point à la fin du mot.

A l’intérieur, l’aménagement se veut quelque peu segmenté, à la manière d’un appartement (papier peint, sol façon carrelage…), abritant de petits univers distincts décorés de mobilier (table basse, plante verte, fauteuil…).

Le site Web se trouve lui aussi remanié aux nouvelles couleurs de la marque, qui compte toujours sur la collection pilotée par le chanteur M. Pokora. Nommée Oôra, elle s’est affirmée depuis 2013 comme une marque à part entière.



 

cache_cache_2_le_12_septembre_2017.gif
Les nouvelles ambassadrices - Cache Cache

 

Enfin, Cache Cache entend faire des femmes du quotidien ses égéries. La nouvelle communication de la marque met en avant, notamment sur son site, des portraits de femmes « remarquables et ambitieuses ». Qu’elles soient tatoueuse, pompier, entrepreneuse ou encore athlète.

L’enseigne phare du groupe breton s’appuie en 2017 sur un parc composé de 457 magasins en France et 1 016 points de vente à l’international, notamment en Chine.




 

Lire la suite Lire la suite

Cache Cache change de visage

Comme elle l’affirme sur les réseaux sociaux, Cache Cache « se refait une beauté ». L’enseigne de mode féminine du groupe Beaumanoir présente un nouveau territoire de marque, plus moderne : elle a changé son logo, son concept magasin et son e-shop.


cache_cache_le_12_septembre_2017.gif

La nouvelle signature de la marque
 

La marque lancée en 1985 a ainsi inauguré le 6 septembre son nouveau format de boutique à Rennes. Le point de vente présente une devanture claire, cerclée de noir et rehaussée d’un logo remis au goût du jour, jouant sur les lignes et différentes épaisseurs de typo. Le rond jaune reste toujours d’actualité, celui-ci s’appose comme un point à la fin du mot.

A l’intérieur, l’aménagement se veut quelque peu segmenté, à la manière d’un appartement (papier peint, sol façon carrelage…), abritant de petits univers distincts décorés de mobilier (table basse, plante verte, fauteuil…).

Le site Web se trouve lui aussi remanié aux nouvelles couleurs de la marque, qui compte toujours sur la collection pilotée par le chanteur M. Pokora. Nommée Oôra, elle s’est affirmée depuis 2013 comme une marque à part entière.



 

cache_cache_2_le_12_septembre_2017.gif
Les nouvelles ambassadrices - Cache Cache

 

Enfin, Cache Cache entend faire des femmes du quotidien ses égéries. La nouvelle communication de la marque met en avant, notamment sur son site, des portraits de femmes « remarquables et ambitieuses ». Qu’elles soient tatoueuse, pompier, entrepreneuse ou encore athlète.

L’enseigne phare du groupe breton s’appuie en 2017 sur un parc composé de 457 magasins en France et 1 016 points de vente à l’international, notamment en Chine.




 

Fermer Fermer


Jennyfer - par webMaster le 12/09/2017 : 10:31

Jennyfer s’installe à Chypre

Jennyfer épingle un pays de plus sur sa mappemonde. L’enseigne de mode féminine du groupe Celio a inauguré cet été un premier point de vente chypriote, installé à Limassol, la deuxième plus grande ville de l'île.


jenifer_le_11_septembre_2017.gif

La marque s'adresse en priorité aux adolescentes et aux jeunes femmes.
 

Le magasin se situe sur la rue Anexartisias, au centre-ville, où sont notamment installées les enseignes de fast fashion Zara, Bershka ou Mango. Dans la région, Jennyfer est déjà présente au Liban, en Egypte et en Grèce.

Depuis septembre 2016, l’enseigne française a ouvert sur l’année écoulée d’autres nouveaux marchés : au Guatemala, avec deux points de vente, ainsi qu’en Côte d’Ivoire, à Abidjan.

Fondée en 1985 et acquise par les propriétaires de la chaîne masculine Celio en 2005, Jennyfer totalise près de 500 adresses, dont une centaine à l’international et revendique un chiffre d’affaires annuel d’environ 300 millions d’euros.

Lire la suite Lire la suite

Jennyfer s’installe à Chypre

Jennyfer épingle un pays de plus sur sa mappemonde. L’enseigne de mode féminine du groupe Celio a inauguré cet été un premier point de vente chypriote, installé à Limassol, la deuxième plus grande ville de l'île.


jenifer_le_11_septembre_2017.gif

La marque s'adresse en priorité aux adolescentes et aux jeunes femmes.
 

Le magasin se situe sur la rue Anexartisias, au centre-ville, où sont notamment installées les enseignes de fast fashion Zara, Bershka ou Mango. Dans la région, Jennyfer est déjà présente au Liban, en Egypte et en Grèce.

Depuis septembre 2016, l’enseigne française a ouvert sur l’année écoulée d’autres nouveaux marchés : au Guatemala, avec deux points de vente, ainsi qu’en Côte d’Ivoire, à Abidjan.

Fondée en 1985 et acquise par les propriétaires de la chaîne masculine Celio en 2005, Jennyfer totalise près de 500 adresses, dont une centaine à l’international et revendique un chiffre d’affaires annuel d’environ 300 millions d’euros.

Fermer Fermer


La Halle - par webMaster le 11/09/2017 : 20:01

La Halle va baisser ses prix de 25 % en trois ans


Après une rationalisation du parc forcée par la mise en place d'un PSE entraînant la fermeture de 135 magasins et la suppression de 451 postes, La Halle pose les bases d’un nouveau départ sous la houlette de Philippe Thirache, son directeur général depuis décembre dernier. Le plan de relance à trois ans prévoit une enveloppe de 100 millions d’euros d'investissements et englobe notamment un repositionnement de l’offre, côté prix et cible, de même qu’un nouveau concept mixte.

la_halle_le_10_septembre_2017.gif

Plutôt que la modeuse, La Halle vise une clientèle plus familiale
 

« Il est nécessaire de stopper les zigzags stratégiques et de retrouver notre ADN historique : vendre beaucoup de volume à bas prix », affirme le dirigeant, qui a œuvré de nombreuses années chez Kiabi, jusqu’au poste de directeur général France, avant un bref passage chez Orchestra en 2016. Il a pour cela décrété une baisse des prix générale de 20 à 25 % sur trois ans. Concrètement, l'enseigne du groupe Vivarte positionnera ses premiers prix comme Kiabi et se place légèrement au-dessus d’H&M pour sa collection plus mode. Un virage déjà entamé avec les collections enfant et bébé, dont les prix ont été réduits de 10 % cette année.

Exit la fashion victim, c’est une clientèle familiale qui est à nouveau visée. « On ne doit pas se tromper de cible, il y a quelques années, on est allé chercher une femme en quête de mode, mais c’est à la mère de famille de 30-35 ans qu’on doit s’adresser, qui achète pour elle, ses enfants et son mari, tranche-t-il. L’augmentation des prix décidée à ce moment-là était une erreur stratégique. La Halle doit être populaire et non une marque segmentante. »

Il y aura en outre davantage de rotation en boutique, les collections étant renouvelées toutes les six à huit semaines, contre deux fois par semestre auparavant. « On veut proposer des prix justes toute l’année et pour cela sortir des promotions, et avoir des produits basiques permanents », expose Philippe Thirache. Voulue optimiste et colorée, La Halle voit son offre resserrée autour de la marque propre LH, jusqu’alors plutôt discrète, et des marques internes Creeks, Liberto et Mosquitos. Les autres marques du groupe Vivarte (comme Naf Naf) n’étant dorénavant plus référencées dans les magasins La Halle, tandis que ‘By La Halle’ disparaît.


Avec un parc global de 871 magasins, dont 500 uniquement centrés sur les souliers, La Halle poursuit la mise en place de magasins mixtes. Initié en 2013, ce format (mêlant mode, chaussures et accessoires) est encore plébiscité, mais un nouveau concept est actuellement en test, pour un déploiement prévu en 2018. Concrètement, une cinquantaine de rénovations auront lieu par an sur trois ans. Une soixantaine de nouveaux formats mixtes auront été rouverts en 2017.

Le président de La Halle se félicite déjà de chiffres encourageants sur la collection automnale, en magasin depuis le mois de juin. De quoi le rendre confiant pour espérer atteindre l’objectif de passer de 1 milliard d’euros de ventes en 2016-2017 à 1,2 milliard en 2020.


 

Lire la suite Lire la suite

La Halle va baisser ses prix de 25 % en trois ans


Après une rationalisation du parc forcée par la mise en place d'un PSE entraînant la fermeture de 135 magasins et la suppression de 451 postes, La Halle pose les bases d’un nouveau départ sous la houlette de Philippe Thirache, son directeur général depuis décembre dernier. Le plan de relance à trois ans prévoit une enveloppe de 100 millions d’euros d'investissements et englobe notamment un repositionnement de l’offre, côté prix et cible, de même qu’un nouveau concept mixte.

la_halle_le_10_septembre_2017.gif

Plutôt que la modeuse, La Halle vise une clientèle plus familiale
 

« Il est nécessaire de stopper les zigzags stratégiques et de retrouver notre ADN historique : vendre beaucoup de volume à bas prix », affirme le dirigeant, qui a œuvré de nombreuses années chez Kiabi, jusqu’au poste de directeur général France, avant un bref passage chez Orchestra en 2016. Il a pour cela décrété une baisse des prix générale de 20 à 25 % sur trois ans. Concrètement, l'enseigne du groupe Vivarte positionnera ses premiers prix comme Kiabi et se place légèrement au-dessus d’H&M pour sa collection plus mode. Un virage déjà entamé avec les collections enfant et bébé, dont les prix ont été réduits de 10 % cette année.

Exit la fashion victim, c’est une clientèle familiale qui est à nouveau visée. « On ne doit pas se tromper de cible, il y a quelques années, on est allé chercher une femme en quête de mode, mais c’est à la mère de famille de 30-35 ans qu’on doit s’adresser, qui achète pour elle, ses enfants et son mari, tranche-t-il. L’augmentation des prix décidée à ce moment-là était une erreur stratégique. La Halle doit être populaire et non une marque segmentante. »

Il y aura en outre davantage de rotation en boutique, les collections étant renouvelées toutes les six à huit semaines, contre deux fois par semestre auparavant. « On veut proposer des prix justes toute l’année et pour cela sortir des promotions, et avoir des produits basiques permanents », expose Philippe Thirache. Voulue optimiste et colorée, La Halle voit son offre resserrée autour de la marque propre LH, jusqu’alors plutôt discrète, et des marques internes Creeks, Liberto et Mosquitos. Les autres marques du groupe Vivarte (comme Naf Naf) n’étant dorénavant plus référencées dans les magasins La Halle, tandis que ‘By La Halle’ disparaît.


Avec un parc global de 871 magasins, dont 500 uniquement centrés sur les souliers, La Halle poursuit la mise en place de magasins mixtes. Initié en 2013, ce format (mêlant mode, chaussures et accessoires) est encore plébiscité, mais un nouveau concept est actuellement en test, pour un déploiement prévu en 2018. Concrètement, une cinquantaine de rénovations auront lieu par an sur trois ans. Une soixantaine de nouveaux formats mixtes auront été rouverts en 2017.

Le président de La Halle se félicite déjà de chiffres encourageants sur la collection automnale, en magasin depuis le mois de juin. De quoi le rendre confiant pour espérer atteindre l’objectif de passer de 1 milliard d’euros de ventes en 2016-2017 à 1,2 milliard en 2020.


 

Fermer Fermer


La Poste - par webMaster le 06/09/2017 : 16:34

La Poste va proposer la livraison le dimanche

la_poste_le_6_septembre_2017.gif

 

  

Après le travail le dimanche, la livraison le dimanche. C'est le 14 septembre prochain que La Poste va présenter ce nouveau service proposé par sa filiale Chronopost
Déjà testée durant les fêtes de Noël 2015 et un an durant avec CDiscount, la livraison le dimanche fonctionnera cependant sous certaines conditions. « Chronopost ne livrera le dimanche que les achats effectués auprès de commerçants par des consommateurs, ou par des professionnels ouverts le dimanche. Si un particulier veut envoyer des clés le samedi pour qu’un ami les reçoive le lendemain, ça ne fonctionnera pas », a déclaré une source interne au quotidien.

Ce dernier rappelle que La Poste livre déjà le dimanche en Grande-Bretagne, avec sa filiale britannique DPD UK. « L’e-commerce marche très fort outre-Manche. Par exemple, les clients qui veulent s’acheter une paire de chaussures n’hésitent pas à s’en faire livrer trois pour essayer et retournent les deux autres. Si Chronopost décide de livrer à la maison le dimanche, c’est parce que le marché se développe rapidement en France », souligne La Poste.

En 2016, l’e-commerce français a en effet généré pour 72 milliards d’euros de ventes (+14,6 %) via 1,029 milliard de transactions (+23 %), occasionnant la livraison de 460 millions de colis (+14 %).

Lire la suite Lire la suite

La Poste va proposer la livraison le dimanche

la_poste_le_6_septembre_2017.gif

 

  

Après le travail le dimanche, la livraison le dimanche. C'est le 14 septembre prochain que La Poste va présenter ce nouveau service proposé par sa filiale Chronopost
Déjà testée durant les fêtes de Noël 2015 et un an durant avec CDiscount, la livraison le dimanche fonctionnera cependant sous certaines conditions. « Chronopost ne livrera le dimanche que les achats effectués auprès de commerçants par des consommateurs, ou par des professionnels ouverts le dimanche. Si un particulier veut envoyer des clés le samedi pour qu’un ami les reçoive le lendemain, ça ne fonctionnera pas », a déclaré une source interne au quotidien.

Ce dernier rappelle que La Poste livre déjà le dimanche en Grande-Bretagne, avec sa filiale britannique DPD UK. « L’e-commerce marche très fort outre-Manche. Par exemple, les clients qui veulent s’acheter une paire de chaussures n’hésitent pas à s’en faire livrer trois pour essayer et retournent les deux autres. Si Chronopost décide de livrer à la maison le dimanche, c’est parce que le marché se développe rapidement en France », souligne La Poste.

En 2016, l’e-commerce français a en effet généré pour 72 milliards d’euros de ventes (+14,6 %) via 1,029 milliard de transactions (+23 %), occasionnant la livraison de 460 millions de colis (+14 %).

Fermer Fermer


Bonobo - par webMaster le 06/09/2017 : 10:46

Bonobo : 18 nouveaux magasins pour le jeanneur en 2017

Bonobo affine et remodèle son maillage du territoire français. L’enseigne du groupe Beaumanoir, spécialiste du denim, compte un peu plus de 400 magasins, dont 360 en France. Elle aura ouvert 18 nouvelles adresses en 2017, orchestrant notamment près d’une dizaine de transferts de magasins, du centre-ville vers la périphérie.
 

bonobo_le_5_septembre_2017.gif
 

Le concept Vib's réunit en périphérie les enseignes Cache Cache, Bonobo, et Bréal. - Groupe Beaumanoir
 

« Bonobo s’oriente notamment vers les ZAC, via l’implantation du concept multi-enseigne du groupe Beaumanoir, Vib’s, dont les points de vente s’avèrent très performants, précise le directeur de la marque. Un combo de marques (Bonobo, Cache Cache et Bréal) qui émane d’une demande de nos consommateurs, qui bénéficient de plus d’espace et d’un certain confort d’achat. »

Mais l’enseigne née en 2006 ne quitte pas pour autant le centre-ville. Elle prévoit ainsi d’y ouvrir des points de vente plus grands et qualitatifs, situés sur des artères clés. Une unité a ainsi ouvert ses portes au printemps à Rouen, rue du Gros-Horloge. « Un magasin déjà inscrit dans le top 5 de notre réseau en termes de performance commerciale », se félicite le dirigeant. En novembre, c’est une adresse phare qui sera inaugurée rue Crébillon à Nantes.

 

Lire la suite Lire la suite

Bonobo : 18 nouveaux magasins pour le jeanneur en 2017

Bonobo affine et remodèle son maillage du territoire français. L’enseigne du groupe Beaumanoir, spécialiste du denim, compte un peu plus de 400 magasins, dont 360 en France. Elle aura ouvert 18 nouvelles adresses en 2017, orchestrant notamment près d’une dizaine de transferts de magasins, du centre-ville vers la périphérie.
 

bonobo_le_5_septembre_2017.gif
 

Le concept Vib's réunit en périphérie les enseignes Cache Cache, Bonobo, et Bréal. - Groupe Beaumanoir
 

« Bonobo s’oriente notamment vers les ZAC, via l’implantation du concept multi-enseigne du groupe Beaumanoir, Vib’s, dont les points de vente s’avèrent très performants, précise le directeur de la marque. Un combo de marques (Bonobo, Cache Cache et Bréal) qui émane d’une demande de nos consommateurs, qui bénéficient de plus d’espace et d’un certain confort d’achat. »

Mais l’enseigne née en 2006 ne quitte pas pour autant le centre-ville. Elle prévoit ainsi d’y ouvrir des points de vente plus grands et qualitatifs, situés sur des artères clés. Une unité a ainsi ouvert ses portes au printemps à Rouen, rue du Gros-Horloge. « Un magasin déjà inscrit dans le top 5 de notre réseau en termes de performance commerciale », se félicite le dirigeant. En novembre, c’est une adresse phare qui sera inaugurée rue Crébillon à Nantes.

 

Fermer Fermer


Essentiel CE PPP du mardi 29 août 2017 - par webMaster le 05/09/2017 : 11:53


Essentiel CE PPP du mardi 29 août 2017


ce_ppp_aout_2017_les_chiffres.gif

 

-AW2 semble être constitué de trop de reconduits

-Il manque des basics +

-Les affiliés apportent du CA et de la marge qui permet de maintenir le chiffre

-TT en décroissance sur le Web pour la toute première fois

-Projet de développement d’une « @carte cadeau » valable sur l’ensemble de nos canaux de ventes




ce_ppp_aout_2017_collecion.gif


ce_ppp_aout_2017_engagements.gif
----------------------------------------------------------------------------------



 

Article « poubelle »

De nombreuses références passent en « article poubelle », ce qui pour effet de faire perdre du temps à l’encaissement et à créer des files d’attente clientes.

La direction informe que la résolution du problème s’effectuera cette semaine et confirme la non incidence sur les résultats d’inventaire.

La CFE-CGC rappelle que tout doit être mis en œuvre pour donner les moyens aux RM et RMA pour réussir leurs missions, leurs objectifs.

Socloz

L’absence de photos sur les écrans caisse est aussi une perte de temps  en magasins. Ce point avait déjà été relevé en juin.

La direction répond que ce problème sera réglé fin aout.

POM : est-il possible que la POM soit différente de celle définie selon la cote du magasin

La direction répond que cela  est possible très exceptionnellement.

La direction rappelle que le « groupe de cote » est redéfini en février chaque année et que « la cote » détermine un niveau de prime applicable à partir de mars.

Pour la CFE-CGC, le « système de cotes » est à bannir au profit d’une grille de CA plus compréhensible dans sa lecture par les équipes en magasins.

Procédure de remboursements des chèques

La direction rappelle que pour tout remboursement de chèque, la cliente doit fournir un RIB à transmettre au service comptable. Le remboursement s’effectue dans les 15 jours, afin de vérifier l’encaissement du chèque.

La direction va effectuer un rappel de procédure à l’ensemble des magasins.

Projet « STORM version2 »

La direction informe que les tests sont en cours et espère un déploiement sur octobre 2017….ou début du trimestre 2018 si les tests devaient se prolonger par des corrections techniques….

« STORM version 2 » a pour objectif d’alléger les procédures d’enregistrements clientes.

Bail du magasin d’Angers

Le propriétaire souhaite effectuer des travaux qui ne sont pas en adéquation avec le périmètre commercial de Pimkie.

Des discussions sont en cours pour régler ce différent.

Dans l’attente.

Certains ADRs semblent demander aux RM et RMA de modifier leur repos hebdomadaire ?

La direction demande des précisions car elle n’a donnée aucune instruction en ce sens.

Il s’agit peut être de recalage mais aucune instruction sur ce sujet.

Taux d’inventaire qui déclenche des primes.

ce_ppp_aout_2017_taux_inventaire.gif


 

Fashion3 : un écosystème des enseignes textiles Pimkie/Orsay/Jules/Grain de Malice/Rouge Gorge/Brice/BizzBee/Tape à l’Oeil

Pour la CFE-CGC, la médiatisation faite par certains journaux cet été, autour de Fashion3 a laissé place aux interrogations et inquiétudes sur les véritables objectifs de cette nouvelle structure.

La direction a insisté sur la diffusion de newsletters sur l’intranet Pimkie indiquant clairement  le chemin et les objectifs de Fashion3.

« Fashion3 est un écosystème qui se veut être un ensemble dynamique et rassembleur pour être plus efficace » a aussi commenté la direction.

Pour la CFE-CGC, il reste plusieurs questions sans réponse :

  • Dans l’avenir, y-aura-t-il des regroupements des enseignes sur certains métiers : informatique, logistique, gestion financière et administrative ?
  • Quels sera l’impact sur le CA et la marge Pimkie de Fashion3 ?
  • Quel sera le rôle de Fasion3 pour l‘expansion de Pimkie ?

La direction a insisté sur l’absence, à date, de réduction d’effectifs, sachant que Fashion3  est un vecteur de synergie

La CFE-CGC comprend l’intérêt de la mutualisation des enseignes pour mieux négocier les achats en commun et faire avancer les projets plus rapidement, mais la CFE-CGC reste vigilante sur les développements à venir de Fashion3.


Nouvelle Classification / Convention Collective de l’Habillement

Une nouvelle classification doit être appliquée dans les mois à venir au plus tard en mars 2018.

Il s’agit de redéfinition des fiches métiers.

En aucun cas, cela ne remet en cause les postes des titulaires actuels, en terme de responsabilités, de statuts, ou salaires, avec des évolutions possibles.

La CFE-CGC a été moteur en branche pour ce nouvel accord et signataire.

Ci-joint, le nouvel accord

Cliquez sur le lien

guide_classifications_habillement.gif



Clés USB

La distribution de clés usb a été faite au nom du CE PPP.

La CFE-CGC, en votant défavorablement,  n’a pas souhaité s’inscrire dans cette démarche au vu du coût élevé de cette opération, soit 18 000€… pour 1500 clés usb.

La CFE-CGC avait souhaité d’autres moyens beaucoup moins couteux pour faire connaitre les instances et surtout éviter d’onéreux frais publicitaires pour une entreprise externe pas assez proche des salariés.

Projet de cession du fond de commerce Soprimo/Mod’Affair

Le projet consiste à intégrer Soprimo/Mod’Affair dans la société PPP.

Actuellement les managers, les systèmes de gestion informatiques et administratifs sont pour l’ensemble gérés par PPP.

Les salariés Soprimo/Mod’Affair gardent l’ensemble de leurs prérogatives actuelles : salaire, ancienneté, avantages sociaux, etc…

Il s’agit d’une opération de simplification administrative et comptable.

Prochain CE PPP : mardi 19 septembre 2017

--------------------------------------------------------------------------------------


Les effectifs Magasins

cliquez sur le lien ci-dessous

effectifs.gif



Les effectifs Neuville

cliquez sur le lien ci-dessous

effectifs.gif







 

Lire la suite Lire la suite


Essentiel CE PPP du mardi 29 août 2017


ce_ppp_aout_2017_les_chiffres.gif

 

-AW2 semble être constitué de trop de reconduits

-Il manque des basics +

-Les affiliés apportent du CA et de la marge qui permet de maintenir le chiffre

-TT en décroissance sur le Web pour la toute première fois

-Projet de développement d’une « @carte cadeau » valable sur l’ensemble de nos canaux de ventes




ce_ppp_aout_2017_collecion.gif


ce_ppp_aout_2017_engagements.gif
----------------------------------------------------------------------------------



 

Article « poubelle »

De nombreuses références passent en « article poubelle », ce qui pour effet de faire perdre du temps à l’encaissement et à créer des files d’attente clientes.

La direction informe que la résolution du problème s’effectuera cette semaine et confirme la non incidence sur les résultats d’inventaire.

La CFE-CGC rappelle que tout doit être mis en œuvre pour donner les moyens aux RM et RMA pour réussir leurs missions, leurs objectifs.

Socloz

L’absence de photos sur les écrans caisse est aussi une perte de temps  en magasins. Ce point avait déjà été relevé en juin.

La direction répond que ce problème sera réglé fin aout.

POM : est-il possible que la POM soit différente de celle définie selon la cote du magasin

La direction répond que cela  est possible très exceptionnellement.

La direction rappelle que le « groupe de cote » est redéfini en février chaque année et que « la cote » détermine un niveau de prime applicable à partir de mars.

Pour la CFE-CGC, le « système de cotes » est à bannir au profit d’une grille de CA plus compréhensible dans sa lecture par les équipes en magasins.

Procédure de remboursements des chèques

La direction rappelle que pour tout remboursement de chèque, la cliente doit fournir un RIB à transmettre au service comptable. Le remboursement s’effectue dans les 15 jours, afin de vérifier l’encaissement du chèque.

La direction va effectuer un rappel de procédure à l’ensemble des magasins.

Projet « STORM version2 »

La direction informe que les tests sont en cours et espère un déploiement sur octobre 2017….ou début du trimestre 2018 si les tests devaient se prolonger par des corrections techniques….

« STORM version 2 » a pour objectif d’alléger les procédures d’enregistrements clientes.

Bail du magasin d’Angers

Le propriétaire souhaite effectuer des travaux qui ne sont pas en adéquation avec le périmètre commercial de Pimkie.

Des discussions sont en cours pour régler ce différent.

Dans l’attente.

Certains ADRs semblent demander aux RM et RMA de modifier leur repos hebdomadaire ?

La direction demande des précisions car elle n’a donnée aucune instruction en ce sens.

Il s’agit peut être de recalage mais aucune instruction sur ce sujet.

Taux d’inventaire qui déclenche des primes.

ce_ppp_aout_2017_taux_inventaire.gif


 

Fashion3 : un écosystème des enseignes textiles Pimkie/Orsay/Jules/Grain de Malice/Rouge Gorge/Brice/BizzBee/Tape à l’Oeil

Pour la CFE-CGC, la médiatisation faite par certains journaux cet été, autour de Fashion3 a laissé place aux interrogations et inquiétudes sur les véritables objectifs de cette nouvelle structure.

La direction a insisté sur la diffusion de newsletters sur l’intranet Pimkie indiquant clairement  le chemin et les objectifs de Fashion3.

« Fashion3 est un écosystème qui se veut être un ensemble dynamique et rassembleur pour être plus efficace » a aussi commenté la direction.

Pour la CFE-CGC, il reste plusieurs questions sans réponse :

  • Dans l’avenir, y-aura-t-il des regroupements des enseignes sur certains métiers : informatique, logistique, gestion financière et administrative ?
  • Quels sera l’impact sur le CA et la marge Pimkie de Fashion3 ?
  • Quel sera le rôle de Fasion3 pour l‘expansion de Pimkie ?

La direction a insisté sur l’absence, à date, de réduction d’effectifs, sachant que Fashion3  est un vecteur de synergie

La CFE-CGC comprend l’intérêt de la mutualisation des enseignes pour mieux négocier les achats en commun et faire avancer les projets plus rapidement, mais la CFE-CGC reste vigilante sur les développements à venir de Fashion3.


Nouvelle Classification / Convention Collective de l’Habillement

Une nouvelle classification doit être appliquée dans les mois à venir au plus tard en mars 2018.

Il s’agit de redéfinition des fiches métiers.

En aucun cas, cela ne remet en cause les postes des titulaires actuels, en terme de responsabilités, de statuts, ou salaires, avec des évolutions possibles.

La CFE-CGC a été moteur en branche pour ce nouvel accord et signataire.

Ci-joint, le nouvel accord

Cliquez sur le lien

guide_classifications_habillement.gif



Clés USB

La distribution de clés usb a été faite au nom du CE PPP.

La CFE-CGC, en votant défavorablement,  n’a pas souhaité s’inscrire dans cette démarche au vu du coût élevé de cette opération, soit 18 000€… pour 1500 clés usb.

La CFE-CGC avait souhaité d’autres moyens beaucoup moins couteux pour faire connaitre les instances et surtout éviter d’onéreux frais publicitaires pour une entreprise externe pas assez proche des salariés.

Projet de cession du fond de commerce Soprimo/Mod’Affair

Le projet consiste à intégrer Soprimo/Mod’Affair dans la société PPP.

Actuellement les managers, les systèmes de gestion informatiques et administratifs sont pour l’ensemble gérés par PPP.

Les salariés Soprimo/Mod’Affair gardent l’ensemble de leurs prérogatives actuelles : salaire, ancienneté, avantages sociaux, etc…

Il s’agit d’une opération de simplification administrative et comptable.

Prochain CE PPP : mardi 19 septembre 2017

--------------------------------------------------------------------------------------


Les effectifs Magasins

cliquez sur le lien ci-dessous

effectifs.gif



Les effectifs Neuville

cliquez sur le lien ci-dessous

effectifs.gif







 

Fermer Fermer


Gémo - par webMaster le 04/09/2017 : 15:15

Gémo se lance dans la déco

Petit cadeau de rentrée, la marque de vêtements et chaussures à prix tout doux, créé une ligne de déco.

gemo_le_1_septembre_2017.gif

Après Zara, H&M, Cyrillus, Pimkie, Tati ou encore Primark… L’enseigne de mode Gémo, connue pour ses articles à prix légers, crée une ligne de déco.

Au programme, pas de mobilier en vue, mais de jolis accessoires pour adultes et enfants. Coussins aux imprimés graphiques ou en forme de cœur, plaids ultra douillets, cadres photo comme des maisonnettes, guirlandes lumineuses, veilleuses nuage, déco murales à message ravissantes, il y a de quoi se faire plaisir et agrémenter la chambre ou le salon.

Le style oscille entre déco de charme, cocooning et inspiration scandinave. Les coloris sont pastels, dans des tons rose, bleu céladon, gris souris avec quelques notes de noir et de blanc. Une première collection tendance, pile dans l’air du temps et à prix vraiment mini.

Lire la suite Lire la suite

Gémo se lance dans la déco

Petit cadeau de rentrée, la marque de vêtements et chaussures à prix tout doux, créé une ligne de déco.

gemo_le_1_septembre_2017.gif

Après Zara, H&M, Cyrillus, Pimkie, Tati ou encore Primark… L’enseigne de mode Gémo, connue pour ses articles à prix légers, crée une ligne de déco.

Au programme, pas de mobilier en vue, mais de jolis accessoires pour adultes et enfants. Coussins aux imprimés graphiques ou en forme de cœur, plaids ultra douillets, cadres photo comme des maisonnettes, guirlandes lumineuses, veilleuses nuage, déco murales à message ravissantes, il y a de quoi se faire plaisir et agrémenter la chambre ou le salon.

Le style oscille entre déco de charme, cocooning et inspiration scandinave. Les coloris sont pastels, dans des tons rose, bleu céladon, gris souris avec quelques notes de noir et de blanc. Une première collection tendance, pile dans l’air du temps et à prix vraiment mini.

Fermer Fermer


Camaïeu - par webMaster le 03/09/2017 : 19:18

Camaïeu se donne une nouvelle identité visuelle
 

Portée par la volonté de moderniser son image, Camaïeu dévoile en cette rentrée 2017 sur la Toile une nouvelle signature. L’enseigne, qui avait changé de logo en 2011 - abandonnant alors la fleur pour une écriture parée de rose, orange et rouge -, modifie à nouveau son identité visuelle pour une écriture plus épurée, d’une teinte unique, et dénuée de fioritures.


camaieu_1_le_1_septembre_2017.gif
Evolution du logo, le tréma restant l'un des symboles de la marque.
 

L’entreprise nordiste, qui doit redynamiser ses ventes sur son marché domestique et s’étendre à l’international, entend ancrer davantage sa marque dans l’air du temps. Grâce notamment à quatre maîtres-mots identifiés : « essentialité, proximité, féminité, optimisme ».

Camaïeu matérialise ce positionnement par une vidéo présentant la collection automne-hiver 2017/18, dans laquelle les vêtements sont mis en scène via des moments de la vie quotidienne (promenade au parc, café en terrasse, visite chez le fleuriste…).




camaieu_2_le_1_septembre_2017.gif
Visuel de la collection automne-hiver 2017/18
 

Sur son site marchand, l’enseigne se veut encore plus proche de ses clientes, revendiquant une certaine simplicité ainsi qu’une mode colorée et facile à porter. Tout en aiguillant la cliente : « Nous souhaitons vous simplifier la mode, parfois complexe à décoder, et vous aider à choisir le meilleur des tendances », précise la marque créée en 1984.

L’enseigne dirigée par Elisabeth Cunin, qui a créé cette année le poste de directrice de marque, confié à Véronique Bacquet en mai dernier, a engagé une stratégie de modernisation qui n’a pas encore été dévoilée dans son ensemble. On peut toutefois imaginer que ce nouveau logo pourrait s'accompagner d'une refonte de son réseau de points de vente.

Vidéo de présentation de la collection
Camaïeu s’appuie sur un parc de 900 boutiques dans une quinzaine de pays, dont 650 magasins tricolores, et revendiquait pour l'exercice 2015 un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros. La société roubaisienne, qui emploie 5 600 personnes, est détenue par le fonds Cinven depuis 2007 et a restructuré sa dette en 2016.

Cliquez sur l'image pour lire la vidéo

camaieu_3_le_1_septembre_2017.gif

Lire la suite Lire la suite

Camaïeu se donne une nouvelle identité visuelle
 

Portée par la volonté de moderniser son image, Camaïeu dévoile en cette rentrée 2017 sur la Toile une nouvelle signature. L’enseigne, qui avait changé de logo en 2011 - abandonnant alors la fleur pour une écriture parée de rose, orange et rouge -, modifie à nouveau son identité visuelle pour une écriture plus épurée, d’une teinte unique, et dénuée de fioritures.


camaieu_1_le_1_septembre_2017.gif
Evolution du logo, le tréma restant l'un des symboles de la marque.
 

L’entreprise nordiste, qui doit redynamiser ses ventes sur son marché domestique et s’étendre à l’international, entend ancrer davantage sa marque dans l’air du temps. Grâce notamment à quatre maîtres-mots identifiés : « essentialité, proximité, féminité, optimisme ».

Camaïeu matérialise ce positionnement par une vidéo présentant la collection automne-hiver 2017/18, dans laquelle les vêtements sont mis en scène via des moments de la vie quotidienne (promenade au parc, café en terrasse, visite chez le fleuriste…).




camaieu_2_le_1_septembre_2017.gif
Visuel de la collection automne-hiver 2017/18
 

Sur son site marchand, l’enseigne se veut encore plus proche de ses clientes, revendiquant une certaine simplicité ainsi qu’une mode colorée et facile à porter. Tout en aiguillant la cliente : « Nous souhaitons vous simplifier la mode, parfois complexe à décoder, et vous aider à choisir le meilleur des tendances », précise la marque créée en 1984.

L’enseigne dirigée par Elisabeth Cunin, qui a créé cette année le poste de directrice de marque, confié à Véronique Bacquet en mai dernier, a engagé une stratégie de modernisation qui n’a pas encore été dévoilée dans son ensemble. On peut toutefois imaginer que ce nouveau logo pourrait s'accompagner d'une refonte de son réseau de points de vente.

Vidéo de présentation de la collection
Camaïeu s’appuie sur un parc de 900 boutiques dans une quinzaine de pays, dont 650 magasins tricolores, et revendiquait pour l'exercice 2015 un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros. La société roubaisienne, qui emploie 5 600 personnes, est détenue par le fonds Cinven depuis 2007 et a restructuré sa dette en 2016.

Cliquez sur l'image pour lire la vidéo

camaieu_3_le_1_septembre_2017.gif

Fermer Fermer


Essentiel CE Diramode Août 2017 - par webMaster le 01/09/2017 : 19:51

L'Essentiel du CE Diramode 

Jeudi 24 août 2017
 


ce_drm_aout_2017_les_chiffres.gif



ce_drm_aout_2017_la_collection.gif
ce_drm_aout_2017_les_engagements.gif
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



 

Bilan soldes zone par zone + International

Malgré un bon démarrage des ventes privées, la direction annonce un bilan des soldes mitigé avec des résultats au global négatif.

Prévision d’un surstock de +15% par rapport à N-1.

Point démarrage Automne Hiver 2017 

La direction annonce  de mauvaises performances de l’AW1 et un début AW2 difficile, principalement du à une collection peu adaptée et des retards de livraisons.


Est-ce que les résultats vont accélérer les OP ?

La Direction rappelle que  plusieurs OP sont mises en place dès maintenant pour améliorer les performances.

Offre : Inquiétude sur la situation actuelle : Qui va piloter l’Offre ? Pour la CFE-CGC, il y a urgence !

La Direction confirme que la définition du poste est toujours en cours de réflexion.

La décision finale sera prise en adéquation avec les attentes de notre nouvelle DG.

Inquiétude générale à Villeneuve d’Ascq suite à la médiatisation de Fashion3 : Quelle est la position de la direction ?

La Direction affirme que les articles de presse ne reflètent pas le mode de fonctionnement de F3.

Les équipes sont informées régulièrement. Les informations sont disponibles dans l’intranet et sur www.fashion3.fr au travers de newsletters régulières.

La direction rappelle la vocation de F3 : « Il s’agit d’un écosystème ayant pour vocation de favoriser le potentiel de chaque marque. Jean Christophe Garbinot, patron de F3,  s’entoure de compétences Web et Offre pour donner de l’impulsion aux projets et aux équipes des différentes enseignes », précise la direction.

La CFE-CGC déplore le manque de communication aux instances et reste vigilante.


Démarrage du dépôt Fédéral 2 (Prestataite de services sur Strasbourg) : Bilan ?

La Direction explique que les étapes du projet ont toutes été validées.

Les équipes intègrent la maîtrise des process Pimkie.

Consultation annuelle du C.E. sur :

  1. Les orientations stratégiques
  2. La situation économique et financière  de l’entreprise

Le cabinet d’expertise du CE Diramode a présenté son rapport :

  1. Orientations stratégiques : la CFE-CGC a rendu un avis favorable.
  2. Situation économique et financière : la consultation sera effectuée le 05 septembre lors d’un C E Diramode exceptionnel.


Information - Consultation du C.E. sur l’intégration de la société Soprimi/ Mod’Affair dans la société PPP.

Le projet consiste à intégrer Soprimo/Mod’Affair dans la société PPP.

Actuellement les managers, les systèmes de gestion informatiques et administratifs sont pour l’ensemble déjà PPP.

Les salariés Soprimo/Mod’Affair gardent leurs prérogatives actuelles.

Il s’agit d’une opération de simplification comptable et administrative.

La CFE-CGC a rendu un avis favorable.



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Les Effectifs

cliquez sur l'image pour visualiser le détail


effectifs.gif





 

Lire la suite Lire la suite

L'Essentiel du CE Diramode 

Jeudi 24 août 2017
 


ce_drm_aout_2017_les_chiffres.gif



ce_drm_aout_2017_la_collection.gif
ce_drm_aout_2017_les_engagements.gif
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



 

Bilan soldes zone par zone + International

Malgré un bon démarrage des ventes privées, la direction annonce un bilan des soldes mitigé avec des résultats au global négatif.

Prévision d’un surstock de +15% par rapport à N-1.

Point démarrage Automne Hiver 2017 

La direction annonce  de mauvaises performances de l’AW1 et un début AW2 difficile, principalement du à une collection peu adaptée et des retards de livraisons.


Est-ce que les résultats vont accélérer les OP ?

La Direction rappelle que  plusieurs OP sont mises en place dès maintenant pour améliorer les performances.

Offre : Inquiétude sur la situation actuelle : Qui va piloter l’Offre ? Pour la CFE-CGC, il y a urgence !

La Direction confirme que la définition du poste est toujours en cours de réflexion.

La décision finale sera prise en adéquation avec les attentes de notre nouvelle DG.

Inquiétude générale à Villeneuve d’Ascq suite à la médiatisation de Fashion3 : Quelle est la position de la direction ?

La Direction affirme que les articles de presse ne reflètent pas le mode de fonctionnement de F3.

Les équipes sont informées régulièrement. Les informations sont disponibles dans l’intranet et sur www.fashion3.fr au travers de newsletters régulières.

La direction rappelle la vocation de F3 : « Il s’agit d’un écosystème ayant pour vocation de favoriser le potentiel de chaque marque. Jean Christophe Garbinot, patron de F3,  s’entoure de compétences Web et Offre pour donner de l’impulsion aux projets et aux équipes des différentes enseignes », précise la direction.

La CFE-CGC déplore le manque de communication aux instances et reste vigilante.


Démarrage du dépôt Fédéral 2 (Prestataite de services sur Strasbourg) : Bilan ?

La Direction explique que les étapes du projet ont toutes été validées.

Les équipes intègrent la maîtrise des process Pimkie.

Consultation annuelle du C.E. sur :

  1. Les orientations stratégiques
  2. La situation économique et financière  de l’entreprise

Le cabinet d’expertise du CE Diramode a présenté son rapport :

  1. Orientations stratégiques : la CFE-CGC a rendu un avis favorable.
  2. Situation économique et financière : la consultation sera effectuée le 05 septembre lors d’un C E Diramode exceptionnel.


Information - Consultation du C.E. sur l’intégration de la société Soprimi/ Mod’Affair dans la société PPP.

Le projet consiste à intégrer Soprimo/Mod’Affair dans la société PPP.

Actuellement les managers, les systèmes de gestion informatiques et administratifs sont pour l’ensemble déjà PPP.

Les salariés Soprimo/Mod’Affair gardent leurs prérogatives actuelles.

Il s’agit d’une opération de simplification comptable et administrative.

La CFE-CGC a rendu un avis favorable.



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Les Effectifs

cliquez sur l'image pour visualiser le détail


effectifs.gif





 

Fermer Fermer


Eram - par webMaster le 31/08/2017 : 12:03

Eram commercialise sa basket connectée

  

Pour attirer l’attention et se démarquer sur un marché de la chaussure chahuté, Eram mise sur l’innovation. Passant le cap du simple prototype, l’enseigne de souliers a choisi de commercialiser en cette rentrée son modèle Choose, une chaussure connectée qui change de couleur grâce à une application mobile.  


eram_1_le_30_aout_2017.gif
L'application Choose est pour l'instant uniquement disponible sur IOS.
 

Un projet made in France, puisqu’Eram a travaillé de concert avec plusieurs sociétés pour mettre au point cette basket présentée lors du dernier CES de Las Vegas : l’entreprise lyonnaise Brochier Technologies pour la fibre optique intégrée à la tige du modèle, et reliée à une led multicolore qui communique par Bluetooth avec le smartphone ; l'agence lilloise Phoceis qui a développé l’application ; le bureau d’étude du groupe Eolane pour la R&D et enfin La Cité de l’objet connecté à Angers pour le prototypage.

Le PDG d’Eram, détaillait la nécessité de « créer les chaussures de demain, au lieu d’attendre que d’autres le fassent. Nos moyens ne sont pas illimités mais il faut être malin, et s’acclimater aux nouvelles technologies avant qu’elles nous rattrapent ».




eram_2_le_30_aout_2017.gif

La tige peut changer de couleur grâce à la fibre optique.
 

Commercialisée à 150 exemplaires au prix de 289 euros, Choose permet en outre au client de capturer une couleur via la prise d’une photo, par exemple celle de son sac à main, pour ensuite retranscrire la même teinte sur ses chaussures. Un mode musical est également disponible, les couleurs variant alors selon le rythme d’une chanson.

Quelle réception du public pour ce modèle digital ? Le prix est élevé par rapport à l'offre classique, mais cette technologie inédite et la diffusion limitée pourraient séduire les geeks et fashion addicts. Les Choose seront vendues dès la rentrée dans le magasin du Forum des Halles, ainsi que sur l’e-shop de l’enseigne, qui fête ses 90 ans cette année.

Lire la suite Lire la suite

Eram commercialise sa basket connectée

  

Pour attirer l’attention et se démarquer sur un marché de la chaussure chahuté, Eram mise sur l’innovation. Passant le cap du simple prototype, l’enseigne de souliers a choisi de commercialiser en cette rentrée son modèle Choose, une chaussure connectée qui change de couleur grâce à une application mobile.  


eram_1_le_30_aout_2017.gif
L'application Choose est pour l'instant uniquement disponible sur IOS.
 

Un projet made in France, puisqu’Eram a travaillé de concert avec plusieurs sociétés pour mettre au point cette basket présentée lors du dernier CES de Las Vegas : l’entreprise lyonnaise Brochier Technologies pour la fibre optique intégrée à la tige du modèle, et reliée à une led multicolore qui communique par Bluetooth avec le smartphone ; l'agence lilloise Phoceis qui a développé l’application ; le bureau d’étude du groupe Eolane pour la R&D et enfin La Cité de l’objet connecté à Angers pour le prototypage.

Le PDG d’Eram, détaillait la nécessité de « créer les chaussures de demain, au lieu d’attendre que d’autres le fassent. Nos moyens ne sont pas illimités mais il faut être malin, et s’acclimater aux nouvelles technologies avant qu’elles nous rattrapent ».




eram_2_le_30_aout_2017.gif

La tige peut changer de couleur grâce à la fibre optique.
 

Commercialisée à 150 exemplaires au prix de 289 euros, Choose permet en outre au client de capturer une couleur via la prise d’une photo, par exemple celle de son sac à main, pour ensuite retranscrire la même teinte sur ses chaussures. Un mode musical est également disponible, les couleurs variant alors selon le rythme d’une chanson.

Quelle réception du public pour ce modèle digital ? Le prix est élevé par rapport à l'offre classique, mais cette technologie inédite et la diffusion limitée pourraient séduire les geeks et fashion addicts. Les Choose seront vendues dès la rentrée dans le magasin du Forum des Halles, ainsi que sur l’e-shop de l’enseigne, qui fête ses 90 ans cette année.

Fermer Fermer


Emails - par webMaster le 30/08/2017 : 19:56

PUIS-JE IGNORER LES APPELS ET E-MAILS DU BUREAU PENDANT MES VACANCES ?

email_le_29_aout_2017.gif

Puis-je ignorer les appels et e-mails du bureau pendant mes vacances ?

Pour un nombre croissant de salariés, les vacances ne sont plus vraiment des vacances, l'ordinateur portable et le smartphone venant de plus en plus souvent gâcher les congés. Jadis exceptionnel, le coup de fil du bureau est parfois devenu la norme et n'est plus seulement la conséquence du rebondissement inattendu d'un dossier important.

En droit, les congés payés impliquent un repos effectif. Un salarié est donc fondé à refuser les sollicitations professionnelles pendant ses congés. Et si celles-ci lui sont néanmoins imposées, il peut réclamer la restitution des jours de congé entamés par un travail à distance forcé. A défaut, l'employeur encourt une condamnation à réparer le préjudice subi (Cass. soc, 6/5/2002).

En cas de contentieux, il lui revient en effet de montrer qu'il a pris les mesures propres à assurer aux salariés la possibilité de profiter effectivement de leurs congés (Cass. soc, 26/1/2017). Et proposer de remplacer des congés payés “travaillés” par une indemnité constituerait une violation du droit au congé annuel payé, institué dans un souci de protection de la sécurité et de la santé des travailleurs (directive UE 2003/88). Le fait pour l'employeur d'ignorer ces dispositions relatives aux congés payés est en outre passible d'une amende de 7.500 euros (art. R. 3143-1 du code du travail).

En revanche, le fait d'être en congé ne dispense pas le salarié d'une obligation de loyauté envers son employeur, et celle-ci lui impose, le cas échéant, de communiquer les informations qu'il détient et qui sont nécessaires à la poursuite de l'activité de l'entreprise. Le refus de communiquer un mot de passe informatique à ses collègues pendant ses vacances peut notamment justifier un licenciement (Cass. soc, 18/3/2003).



 

Lire la suite Lire la suite

PUIS-JE IGNORER LES APPELS ET E-MAILS DU BUREAU PENDANT MES VACANCES ?

email_le_29_aout_2017.gif

Puis-je ignorer les appels et e-mails du bureau pendant mes vacances ?

Pour un nombre croissant de salariés, les vacances ne sont plus vraiment des vacances, l'ordinateur portable et le smartphone venant de plus en plus souvent gâcher les congés. Jadis exceptionnel, le coup de fil du bureau est parfois devenu la norme et n'est plus seulement la conséquence du rebondissement inattendu d'un dossier important.

En droit, les congés payés impliquent un repos effectif. Un salarié est donc fondé à refuser les sollicitations professionnelles pendant ses congés. Et si celles-ci lui sont néanmoins imposées, il peut réclamer la restitution des jours de congé entamés par un travail à distance forcé. A défaut, l'employeur encourt une condamnation à réparer le préjudice subi (Cass. soc, 6/5/2002).

En cas de contentieux, il lui revient en effet de montrer qu'il a pris les mesures propres à assurer aux salariés la possibilité de profiter effectivement de leurs congés (Cass. soc, 26/1/2017). Et proposer de remplacer des congés payés “travaillés” par une indemnité constituerait une violation du droit au congé annuel payé, institué dans un souci de protection de la sécurité et de la santé des travailleurs (directive UE 2003/88). Le fait pour l'employeur d'ignorer ces dispositions relatives aux congés payés est en outre passible d'une amende de 7.500 euros (art. R. 3143-1 du code du travail).

En revanche, le fait d'être en congé ne dispense pas le salarié d'une obligation de loyauté envers son employeur, et celle-ci lui impose, le cas échéant, de communiquer les informations qu'il détient et qui sont nécessaires à la poursuite de l'activité de l'entreprise. Le refus de communiquer un mot de passe informatique à ses collègues pendant ses vacances peut notamment justifier un licenciement (Cass. soc, 18/3/2003).



 

Fermer Fermer


Halle aux chaussures - par webMaster le 29/08/2017 : 20:14

La Halle aux Chaussures : l’heure de la fermeture pour 135 magasins

  

En cette fin août, près de 135 points de vente La Halle aux Chaussures baissent le rideau. Des fermetures s’intégrant au plan de restructuration de son propriétaire, le groupe Vivarte, qui a enclenché, concernant l'enseigne, un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE), signé en juin dernier.


la_halle_le_29_aout_2017.gif

Le dernier concept de magasins La Halle
 

Selon la liste des magasins fermés publiée sur son e-shop, La Halle aux Chaussures se sépare de ses adresses à Paris (3e, 9e, 15e et 18e arrondissement), Flers, Rennes (Vezin-le-Coquet), Noyon, Agen (Stade), Cambrai, La Ciotat, Saint-Chamond, Loches, Bordeaux (Sainte-Eulalie), Vierzon et Forbach notamment. Des fermetures dont font écho localement de nombreux titres de presse régionale. Un plan social qui occasionne la suppression de près de 450 postes et le transfert de 135 salariés vers les magasins mixtes à venir.

Le PSE prévoit en effet le maintien d’une quarantaine de points de vente qui prendront part au projet de fusion des deux Halles (Chaussures et Vêtements, qui sont deux sociétés distinctes) sous enseigne mixte La Halle. Parmi eux se trouvent ceux de Carcassonne, Angoulême (Soyaux), Lannion, Mende, Avranches, Cholet ou encore Sablé-sur-Sarthe. Selon les syndicats, cette fusion devrait être effective pour 2018-2019.

En 2016, ces deux enseignes représentaient près de 45 % du chiffre d’affaires du groupe et affichaient, selon nos informations, des résultats en chute libre : La Halle aux Chaussures présentait une baisse de 20,8 % de ses ventes, tandis que celles de La Halle (vêtements) plongeaient de 32 %.

Pour redresser la barre et tenter d’éponger ses dettes, le groupe Vivarte a également recours à la cession d’actifs. Pataugas et Kookaï ont été vendues cette année, tandis qu’André, Naf Naf et Chevignon devraient suivre le même chemin d'ici début 2018.

Lire la suite Lire la suite

La Halle aux Chaussures : l’heure de la fermeture pour 135 magasins

  

En cette fin août, près de 135 points de vente La Halle aux Chaussures baissent le rideau. Des fermetures s’intégrant au plan de restructuration de son propriétaire, le groupe Vivarte, qui a enclenché, concernant l'enseigne, un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE), signé en juin dernier.


la_halle_le_29_aout_2017.gif

Le dernier concept de magasins La Halle
 

Selon la liste des magasins fermés publiée sur son e-shop, La Halle aux Chaussures se sépare de ses adresses à Paris (3e, 9e, 15e et 18e arrondissement), Flers, Rennes (Vezin-le-Coquet), Noyon, Agen (Stade), Cambrai, La Ciotat, Saint-Chamond, Loches, Bordeaux (Sainte-Eulalie), Vierzon et Forbach notamment. Des fermetures dont font écho localement de nombreux titres de presse régionale. Un plan social qui occasionne la suppression de près de 450 postes et le transfert de 135 salariés vers les magasins mixtes à venir.

Le PSE prévoit en effet le maintien d’une quarantaine de points de vente qui prendront part au projet de fusion des deux Halles (Chaussures et Vêtements, qui sont deux sociétés distinctes) sous enseigne mixte La Halle. Parmi eux se trouvent ceux de Carcassonne, Angoulême (Soyaux), Lannion, Mende, Avranches, Cholet ou encore Sablé-sur-Sarthe. Selon les syndicats, cette fusion devrait être effective pour 2018-2019.

En 2016, ces deux enseignes représentaient près de 45 % du chiffre d’affaires du groupe et affichaient, selon nos informations, des résultats en chute libre : La Halle aux Chaussures présentait une baisse de 20,8 % de ses ventes, tandis que celles de La Halle (vêtements) plongeaient de 32 %.

Pour redresser la barre et tenter d’éponger ses dettes, le groupe Vivarte a également recours à la cession d’actifs. Pataugas et Kookaï ont été vendues cette année, tandis qu’André, Naf Naf et Chevignon devraient suivre le même chemin d'ici début 2018.

Fermer Fermer


Obligation fin de contrat - par webMaster le 29/08/2017 : 09:38

AI-JE ENCORE DES OBLIGATIONS APRÈS LA FIN DE MON CONTRAT ?


obligation_le_28_aout_2017.gif

Ai-je encore des obligations après la fin de mon contrat ?

A l’expiration du contrat de travail, hormis le devoir de confidentialité éventuellement imposé par la clause du même nom, le salarié reste tenu de respecter "une obligation de réserve et de discrétion" à l’égard de l’entreprise qui l’employait.

Le devoir de réserve et de loyauté qui lui incombait avant son départ – articles 1103 et 1104 du Code civil – court toujours, posant certaines limites à sa liberté d’expression. Nuire à un ex-employeur par la diffusion, entre autres sur les réseaux sociaux, d’informations sensibles et dommageables pour l’entreprise ou qui portent gravement atteinte à son image expose le salarié à des poursuites, voire au versement de dommages et intérêts.

C’est ce que confirme la Cour de cassation dans un arrêt du 21 septembre 2011 : "Le salarié jouit, dans l’entreprise et en dehors de celle-ci, d’une liberté d’expression à laquelle il ne peut être apporté que des restrictions justifiées par la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché. L’exercice de la liberté d’expression ne peut donc constituer une faute qu’à la condition d’avoir dégénéré en abus. « Les situations sont appréciées au cas par cas par les tribunaux. »

Lire la suite Lire la suite

AI-JE ENCORE DES OBLIGATIONS APRÈS LA FIN DE MON CONTRAT ?


obligation_le_28_aout_2017.gif

Ai-je encore des obligations après la fin de mon contrat ?

A l’expiration du contrat de travail, hormis le devoir de confidentialité éventuellement imposé par la clause du même nom, le salarié reste tenu de respecter "une obligation de réserve et de discrétion" à l’égard de l’entreprise qui l’employait.

Le devoir de réserve et de loyauté qui lui incombait avant son départ – articles 1103 et 1104 du Code civil – court toujours, posant certaines limites à sa liberté d’expression. Nuire à un ex-employeur par la diffusion, entre autres sur les réseaux sociaux, d’informations sensibles et dommageables pour l’entreprise ou qui portent gravement atteinte à son image expose le salarié à des poursuites, voire au versement de dommages et intérêts.

C’est ce que confirme la Cour de cassation dans un arrêt du 21 septembre 2011 : "Le salarié jouit, dans l’entreprise et en dehors de celle-ci, d’une liberté d’expression à laquelle il ne peut être apporté que des restrictions justifiées par la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché. L’exercice de la liberté d’expression ne peut donc constituer une faute qu’à la condition d’avoir dégénéré en abus. « Les situations sont appréciées au cas par cas par les tribunaux. »

Fermer Fermer


H&M - par webMaster le 28/08/2017 : 14:58

Le groupe H&M inaugure à Londres sa première boutique Arket
 

Le géant suédois H&M donne le coup d’envoi de sa nouvelle enseigne Arket, à la fois en ligne (dans 18 pays européens) et en magasin. Le premier point de vente physique ouvre ses portes à Londres, sur Regent Street, au numéro 224.

arket_le_28_aout_2017.gif

L'intérieur de la boutique Arket sur Regent Street
 

Arket entend s’imposer comme une enseigne globale, s’adressant à toute la famille et proposant autant une mode d’essentiels à l’accent scandinave qu’une offre de décoration, de cosmétiques, de papeterie et même d’épicerie. La boutique londonienne affiche un design épuré et géométrique, s’inspirant notamment des salles d’archives et empruntant des éléments de mobilier à la classification scientifique ou littéraire. L'espace de plus de 1 000 mètres carrés se divisant en deux niveaux.

Un environnement minimaliste pour une marque qui revendique une mode « essentielle, de qualité et durable », faisant écho au logo très sobre et à la dénomination des produits, faite de lettres et de chiffres, à la manière de codes. Le positionnement prix des produits s'inscrit dans le sillage de Cos : une parka est affichée à 150 livres (163 euros), un sweat en laine mérinos à 69 livres (75 euros), et une jupe oversize en soie à 99 livres (107,5 euros). L’enseigne souhaitant délivrer "un uniforme du quotidien" référence également des marques extérieures telles que Nike, Veja, Adidas ou Tretorn côté chaussures.


Après ce lancement officiel, Arket, dont les bureaux (style et administration) sont situés à Stockholm, poursuivra les ouvertures dans les mois à venir avec des points de vente prévus à Copenhague, Bruxelles, Stockholm, Munich et Londres, pour une seconde adresse, cette fois dans le quartier de Covent Garden.

Lire la suite Lire la suite

Le groupe H&M inaugure à Londres sa première boutique Arket
 

Le géant suédois H&M donne le coup d’envoi de sa nouvelle enseigne Arket, à la fois en ligne (dans 18 pays européens) et en magasin. Le premier point de vente physique ouvre ses portes à Londres, sur Regent Street, au numéro 224.

arket_le_28_aout_2017.gif

L'intérieur de la boutique Arket sur Regent Street
 

Arket entend s’imposer comme une enseigne globale, s’adressant à toute la famille et proposant autant une mode d’essentiels à l’accent scandinave qu’une offre de décoration, de cosmétiques, de papeterie et même d’épicerie. La boutique londonienne affiche un design épuré et géométrique, s’inspirant notamment des salles d’archives et empruntant des éléments de mobilier à la classification scientifique ou littéraire. L'espace de plus de 1 000 mètres carrés se divisant en deux niveaux.

Un environnement minimaliste pour une marque qui revendique une mode « essentielle, de qualité et durable », faisant écho au logo très sobre et à la dénomination des produits, faite de lettres et de chiffres, à la manière de codes. Le positionnement prix des produits s'inscrit dans le sillage de Cos : une parka est affichée à 150 livres (163 euros), un sweat en laine mérinos à 69 livres (75 euros), et une jupe oversize en soie à 99 livres (107,5 euros). L’enseigne souhaitant délivrer "un uniforme du quotidien" référence également des marques extérieures telles que Nike, Veja, Adidas ou Tretorn côté chaussures.


Après ce lancement officiel, Arket, dont les bureaux (style et administration) sont situés à Stockholm, poursuivra les ouvertures dans les mois à venir avec des points de vente prévus à Copenhague, Bruxelles, Stockholm, Munich et Londres, pour une seconde adresse, cette fois dans le quartier de Covent Garden.

Fermer Fermer


Kiabi - par webMaster le 28/08/2017 : 10:16

Kiabi délivre un nouveau message à portée internationale

  

Kiabi s’est fixé un objectif : doubler son chiffre d’affaires (1,8 milliard d’euros) d’ici cinq ans. Pour cela, l’enseigne de mode familiale travaille son offre et l’expansion de son réseau, mais n’oublie pas la communication. Afin de rayonner davantage, notamment à l’international, elle s’offre en cette rentrée une nouvelle campagne articulée autour de la devise : « le bonheur vous va si bien ».


 

kiabi_le_25_aout_2017.gif

Deux images de la campagne dévoilée le 25 août - Kiabi
 

Exit donc le message Kiabi « colore la vie », l’entreprise nordiste appartenant à la famille Mulliez a fait confiance à l’agence CLM BBDO pour orchestrer cette campagne. « Un nouveau territoire de communication », comme le souligne Kiabi, qui avait lancé en 2014 une campagne d’envergure pour s’affirmer comme une marque mode (à petits prix) et casser quelque peu son statut de distributeur.

Aujourd’hui, cette campagne à dimension mondiale présente, via quatre spots TV, des moments festifs, positifs ou familiaux de la vie quotidienne. De courtes saynètes impliquant directement les vêtements de la marque dans le bonheur ou la réussite éprouvée par les personnes, avec par exemple la « chemise à durée indéterminée » lors d’un entretien d’embauche concluant. « Pendant plus d’un an, plus de 600 collaborateurs, clients et non clients, ont participé à sa définition avec pour objectif d’exprimer ce qu’est le bonheur à porter », relate dans un communiqué l’enseigne lancée en 1978.



Spot TV - Kiabi  / Cliquez sur le lien pour visualiser le spot de 45 secondes
kiabi_2_le_25_aout_2017.gif

Tournée en Afrique du Sud, cette « superproduction », comme la qualifie Kiabi, va investir à partir du 25 août les principales chaînes de télévision d’Europe, les portails Web, le mobile, les réseaux sociaux et les grandes villes via un affichage événementiel. Un message repris dans les 500 magasins du réseau mondial.  
 
Kiabi, qui ne fait pas partie du projet Mulliez de regrouper des enseignes sous la bannière Fashion3, prévoit côté retail de poursuivre sa percée au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne, et entend conquérir en 2018 le Brésil, l’Inde et la Chine. Un chantier d'envergure. Pour l’heure, l’entreprise s’affichant comme le numéro un français du prêt-à-porter est présente dans 15 pays avec 8 700 collaborateurs. Avec l’objectif d’embaucher 5 000 personnes d’ici 2021.

Lire la suite Lire la suite

Kiabi délivre un nouveau message à portée internationale

  

Kiabi s’est fixé un objectif : doubler son chiffre d’affaires (1,8 milliard d’euros) d’ici cinq ans. Pour cela, l’enseigne de mode familiale travaille son offre et l’expansion de son réseau, mais n’oublie pas la communication. Afin de rayonner davantage, notamment à l’international, elle s’offre en cette rentrée une nouvelle campagne articulée autour de la devise : « le bonheur vous va si bien ».


 

kiabi_le_25_aout_2017.gif

Deux images de la campagne dévoilée le 25 août - Kiabi
 

Exit donc le message Kiabi « colore la vie », l’entreprise nordiste appartenant à la famille Mulliez a fait confiance à l’agence CLM BBDO pour orchestrer cette campagne. « Un nouveau territoire de communication », comme le souligne Kiabi, qui avait lancé en 2014 une campagne d’envergure pour s’affirmer comme une marque mode (à petits prix) et casser quelque peu son statut de distributeur.

Aujourd’hui, cette campagne à dimension mondiale présente, via quatre spots TV, des moments festifs, positifs ou familiaux de la vie quotidienne. De courtes saynètes impliquant directement les vêtements de la marque dans le bonheur ou la réussite éprouvée par les personnes, avec par exemple la « chemise à durée indéterminée » lors d’un entretien d’embauche concluant. « Pendant plus d’un an, plus de 600 collaborateurs, clients et non clients, ont participé à sa définition avec pour objectif d’exprimer ce qu’est le bonheur à porter », relate dans un communiqué l’enseigne lancée en 1978.



Spot TV - Kiabi  / Cliquez sur le lien pour visualiser le spot de 45 secondes
kiabi_2_le_25_aout_2017.gif

Tournée en Afrique du Sud, cette « superproduction », comme la qualifie Kiabi, va investir à partir du 25 août les principales chaînes de télévision d’Europe, les portails Web, le mobile, les réseaux sociaux et les grandes villes via un affichage événementiel. Un message repris dans les 500 magasins du réseau mondial.  
 
Kiabi, qui ne fait pas partie du projet Mulliez de regrouper des enseignes sous la bannière Fashion3, prévoit côté retail de poursuivre sa percée au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne, et entend conquérir en 2018 le Brésil, l’Inde et la Chine. Un chantier d'envergure. Pour l’heure, l’entreprise s’affichant comme le numéro un français du prêt-à-porter est présente dans 15 pays avec 8 700 collaborateurs. Avec l’objectif d’embaucher 5 000 personnes d’ici 2021.

Fermer Fermer


Lettre de démission - par webMaster le 25/08/2017 : 15:00

DÉMISSION : MODÈLE DE LETTRE, PRÉAVIS, CHÔMAGE...
CE QU'IL FAUT SAVOIR AVANT DE QUITTER UN CDI

demission_le_24_aout_2017.gif

 

Rupture unilatérale du CDI par le salarié, la démission est un droit applicable à tout moment, y compris si le contrat est suspendu.

Démissionner permet de quitter l’entreprise sans motif, à condition de respecter la procédure requise. La volonté de démissionner doit être "claire et non équivoque". L’employeur doit être averti, par écrit de préférence, par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre. La notification marque le début du délai de préavis à l’issue duquel est rompu le contrat. La durée du préavis est contractuelle ou fixée par une convention ou un accord collectif, les usages ou le droit local (article L1237-1 du Code du travail). Les modalités de dispense et de prise de congés payés sont sensiblement identiques à celles du préavis exécuté dans le cadre d’un licenciement.

En principe, le démissionnaire n’a pas droit à l’allocation-chômage sauf si la démission est considérée comme légitime par Pôle emploi. Ces cas sont limités et fixés par l’accord d’application n°14 du 14 mai 2014 de l’Unédic. Par exemple, l’organisme autorise le versement de l’allocation si le salarié démissionne pour "suivre un conjoint qui change de résidence pour motif professionnel" (liste détaillée des cas sur le site unedic.org). Si la raison n’est pas recevable, il faut s’armer de patience : il est possible d’être indemnisé quatre mois après la fin du contrat de travail à condition de justifier d’une recherche active d’emploi pendant ce délai, soumise à validation par l’instance paritaire régionale de Pôle emploi.

Un employeur peut-il refuser une démission ?

Acte volontaire du salarié, la démission ne peut pas être refusée par l’employeur. Toutefois, elle ne doit pas être abusive, c’est-à-dire posée avec l’intention de nuire. C’est le cas, par exemple, d’un salarié qui entraîne avec lui des collaborateurs ou dont le départ survient alors que sa présence est indispensable à la bonne marche de l’établissement. Si la faute est prouvée, il s’expose au versement de dommages et intérêts à l’employeur (article L1237-2 du Code du travail).

La loi condamne aussi l’entreprise qui embaucherait le salarié "ayant rompu abusivement un contrat de travail" pour la rejoindre. Ainsi, le nouvel employeur est solidairement responsable du dommage causé à l’employeur précédent s’il est démontré qu’il est intervenu dans la rupture ou s’il a engagé un salarié qu’il savait déjà lié par un contrat (article L1237-3).

Machine arrière : Le salarié peut revenir sur sa décision s’il y a ambiguïté sur sa volonté de démissionner (démission sur un coup de tête, sous l’emprise de troubles psychiques ou suite à des pressions) ; la rétractation s’impose alors à l’employeur. Tout contentieux se règle aux prud’hommes, et peut entraîner la requalification en licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Modèle de lettre


[Prénom, Nom] 
[Adresse personnelle]
[Fonction]

[Destinataire]
[Adresse du destinataire] 
[Commune], le [date]

Objet : démission

[Madame] / [Monsieur], [Qualité],

Je vous informe par la présente de ma décision de démissionner de [fonction occupée] depuis le [date] au sein de l’entreprise. Ma démission, compte tenu du préavis, prendra effet le [date de rupture du contrat de travail]. Je vous remercie de me dispenser d’effectuer le préavis (si le salarié souhaite une dispense partielle ou totale).

Veuillez agréer, [Madame] / [Monsieur], [Qualité], mes salutations distinguées.

[Signature]

Lire la suite Lire la suite

DÉMISSION : MODÈLE DE LETTRE, PRÉAVIS, CHÔMAGE...
CE QU'IL FAUT SAVOIR AVANT DE QUITTER UN CDI

demission_le_24_aout_2017.gif

 

Rupture unilatérale du CDI par le salarié, la démission est un droit applicable à tout moment, y compris si le contrat est suspendu.

Démissionner permet de quitter l’entreprise sans motif, à condition de respecter la procédure requise. La volonté de démissionner doit être "claire et non équivoque". L’employeur doit être averti, par écrit de préférence, par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre. La notification marque le début du délai de préavis à l’issue duquel est rompu le contrat. La durée du préavis est contractuelle ou fixée par une convention ou un accord collectif, les usages ou le droit local (article L1237-1 du Code du travail). Les modalités de dispense et de prise de congés payés sont sensiblement identiques à celles du préavis exécuté dans le cadre d’un licenciement.

En principe, le démissionnaire n’a pas droit à l’allocation-chômage sauf si la démission est considérée comme légitime par Pôle emploi. Ces cas sont limités et fixés par l’accord d’application n°14 du 14 mai 2014 de l’Unédic. Par exemple, l’organisme autorise le versement de l’allocation si le salarié démissionne pour "suivre un conjoint qui change de résidence pour motif professionnel" (liste détaillée des cas sur le site unedic.org). Si la raison n’est pas recevable, il faut s’armer de patience : il est possible d’être indemnisé quatre mois après la fin du contrat de travail à condition de justifier d’une recherche active d’emploi pendant ce délai, soumise à validation par l’instance paritaire régionale de Pôle emploi.

Un employeur peut-il refuser une démission ?

Acte volontaire du salarié, la démission ne peut pas être refusée par l’employeur. Toutefois, elle ne doit pas être abusive, c’est-à-dire posée avec l’intention de nuire. C’est le cas, par exemple, d’un salarié qui entraîne avec lui des collaborateurs ou dont le départ survient alors que sa présence est indispensable à la bonne marche de l’établissement. Si la faute est prouvée, il s’expose au versement de dommages et intérêts à l’employeur (article L1237-2 du Code du travail).

La loi condamne aussi l’entreprise qui embaucherait le salarié "ayant rompu abusivement un contrat de travail" pour la rejoindre. Ainsi, le nouvel employeur est solidairement responsable du dommage causé à l’employeur précédent s’il est démontré qu’il est intervenu dans la rupture ou s’il a engagé un salarié qu’il savait déjà lié par un contrat (article L1237-3).

Machine arrière : Le salarié peut revenir sur sa décision s’il y a ambiguïté sur sa volonté de démissionner (démission sur un coup de tête, sous l’emprise de troubles psychiques ou suite à des pressions) ; la rétractation s’impose alors à l’employeur. Tout contentieux se règle aux prud’hommes, et peut entraîner la requalification en licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Modèle de lettre


[Prénom, Nom] 
[Adresse personnelle]
[Fonction]

[Destinataire]
[Adresse du destinataire] 
[Commune], le [date]

Objet : démission

[Madame] / [Monsieur], [Qualité],

Je vous informe par la présente de ma décision de démissionner de [fonction occupée] depuis le [date] au sein de l’entreprise. Ma démission, compte tenu du préavis, prendra effet le [date de rupture du contrat de travail]. Je vous remercie de me dispenser d’effectuer le préavis (si le salarié souhaite une dispense partielle ou totale).

Veuillez agréer, [Madame] / [Monsieur], [Qualité], mes salutations distinguées.

[Signature]

Fermer Fermer


Décathlon - par webMaster le 24/08/2017 : 16:15

Decathlon va ouvrir aux Etats-Unis et au Canada

Decathlon prépare bel et bien son retour sur le continent nord-américain. L’enseigne spécialiste du sport va ouvrir deux adresses, l’une au Canada, l’autre aux Etats-Unis, un peu plus de 10 ans après avoir fermé ses quelques points de vente situés non loin de Boston.

decathlon_le_24_aout_2017.gif

Decathlon va notamment déployer son offre outdoor en Amérique du Nord.
 

D’ici fin 2017, c’est à San Francisco, sur la côte ouest cette fois, que l’entreprise nordiste aux 1 176 magasins va s’installer pour son retour. Un point de vente situé sur Market Street, l’une des artères centrales de la ville. Le lancement d’un e-shop, pour le moment concentré sur la Californie, est également prévu.

Ensuite, au printemps 2018, la société appartenant à la famille Mulliez ouvrira un premier magasin canadien à Brossard, dans la périphérie de Montréal. Un point de vente qui prend place au sein du mall Champlain. C’est l’ex-directeur industriel de Decathlon, qui pilote ce déploiement sur place depuis l’été 2016.

L’an dernier, Decathlon – qui a atteint 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 (+12 %), dont 67 % réalisés à l’international - avait investi le Mexique, installant un magasin non loin de Mexico et implantant également une unité de production.

Lire la suite Lire la suite

Decathlon va ouvrir aux Etats-Unis et au Canada

Decathlon prépare bel et bien son retour sur le continent nord-américain. L’enseigne spécialiste du sport va ouvrir deux adresses, l’une au Canada, l’autre aux Etats-Unis, un peu plus de 10 ans après avoir fermé ses quelques points de vente situés non loin de Boston.

decathlon_le_24_aout_2017.gif

Decathlon va notamment déployer son offre outdoor en Amérique du Nord.
 

D’ici fin 2017, c’est à San Francisco, sur la côte ouest cette fois, que l’entreprise nordiste aux 1 176 magasins va s’installer pour son retour. Un point de vente situé sur Market Street, l’une des artères centrales de la ville. Le lancement d’un e-shop, pour le moment concentré sur la Californie, est également prévu.

Ensuite, au printemps 2018, la société appartenant à la famille Mulliez ouvrira un premier magasin canadien à Brossard, dans la périphérie de Montréal. Un point de vente qui prend place au sein du mall Champlain. C’est l’ex-directeur industriel de Decathlon, qui pilote ce déploiement sur place depuis l’été 2016.

L’an dernier, Decathlon – qui a atteint 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 (+12 %), dont 67 % réalisés à l’international - avait investi le Mexique, installant un magasin non loin de Mexico et implantant également une unité de production.

Fermer Fermer


Primark - par webMaster le 24/08/2017 : 10:44

Primark inaugure une nouvelle adresse à Val d’Europe

primark_le_23_aout_2017.gif

 

  

Primark poursuit son maillage au sein de l’Hexagone. L’enseigne irlandaise ouvre les portes de sa onzième boutique française et de la cinquième en région parisienne le 7 septembre prochain, au sein du centre commercial Val d’Europe, à Marne-la-Vallée.


Sur une surface de 5 400 mètres carrés répartis sur deux étages, le magasin se situe dans l’extension du centre commercial inaugurée en avril dernier, qui a pour objectif de hisser Val d’Europe dans le top 3 des centres commerciaux franciliens. Primark se retrouve aux côtés d’Uniqlo, Bershka, Nike ou encore JD Sports.

Imaginée sur le dernier concept de l’enseigne de fast-fashion, la boutique présente une expérience client enrichie. Les visiteurs pourront notamment profiter d’une connexion Wi-Fi gratuite, ainsi que d’espaces détente et tendances.

La nouvelle adresse Primark propose l’ensemble des collections (homme, femme, enfant, lingerie, décoration, chaussures, décoration, accessoires, beauté et maison). La douzième ouverture est déjà prévue pour 2019, une fois encore au sein d’une extension de centre commercial, celle d’Auchan, mais cette fois dans les Hauts-de-France, à Noyelles-Godault, près de Lille.

Lire la suite Lire la suite

Primark inaugure une nouvelle adresse à Val d’Europe

primark_le_23_aout_2017.gif

 

  

Primark poursuit son maillage au sein de l’Hexagone. L’enseigne irlandaise ouvre les portes de sa onzième boutique française et de la cinquième en région parisienne le 7 septembre prochain, au sein du centre commercial Val d’Europe, à Marne-la-Vallée.


Sur une surface de 5 400 mètres carrés répartis sur deux étages, le magasin se situe dans l’extension du centre commercial inaugurée en avril dernier, qui a pour objectif de hisser Val d’Europe dans le top 3 des centres commerciaux franciliens. Primark se retrouve aux côtés d’Uniqlo, Bershka, Nike ou encore JD Sports.

Imaginée sur le dernier concept de l’enseigne de fast-fashion, la boutique présente une expérience client enrichie. Les visiteurs pourront notamment profiter d’une connexion Wi-Fi gratuite, ainsi que d’espaces détente et tendances.

La nouvelle adresse Primark propose l’ensemble des collections (homme, femme, enfant, lingerie, décoration, chaussures, décoration, accessoires, beauté et maison). La douzième ouverture est déjà prévue pour 2019, une fois encore au sein d’une extension de centre commercial, celle d’Auchan, mais cette fois dans les Hauts-de-France, à Noyelles-Godault, près de Lille.

Fermer Fermer


C&A - par webMaster le 23/08/2017 : 10:40

LE COUP DE VIEUX DE C&A


c_et_a_le_20_aout_2017.gif

Le coup de vieux de C&A

L’agressivité de Zara et de H&M n’en finit pas de faire des victimes. Dernière en date, cette enseigne néerlandaise, née en 1841. C’est une institution qui tremble.

En ce samedi du mois de mai, au centre commercial Grand Littoral de Marseille, le contraste est saisissant. D’un côté, les allées vides de C&A. De l’autre, un Primark plein à craquer. L’enseigne irlandaise, qui a choisi cette galerie pour ouvrir sa première adresse française, en 2013, semble avoir fait le vide autour d’elle avec ses prix défiant toute concurrence. "Avant, je m’habillais ainsi que mes enfants chez C&A, mais aujourd’hui nous allons chez Primark ou H&M, c’est moins cher et plus tendance", explique cette mère de trois enfants.

Le cas marseillais illustre le coup de vieux pris par l’ex-champion néerlandais du textile. Si l’entreprise fondée en 1841 par les frères Clemens et August Brenninkmeijer (les C et A du sigle) et encore détenue à 100% par la famille fondatrice ne publie aucun chiffre, sa perte de vitesse ne fait plus de doute. En novembre 2016, l’ex-dirigeant Europe, Philippe Brenninkmeijer, a annoncé la suppression de centaines de postes aux sièges sociaux d’Allemagne et de Belgique, ainsi que la fermeture des points de vente "les moins rentables". Cette même année, 23 magasins ont fermé leurs portes en Espagne, et C&A s’est désengagé de la Turquie. Même l’Allemagne, son marché phare, est en panne. Le chiffre d’affaires s’y serait rétracté de 3,3% sur la période 2014-2015, à 2,44 milliards d’euros, soit une troisième baisse annuelle consécutive. En France, où C&A a ouvert son premier magasin en 1972, sa part de marché, évaluée entre 1 et 2%, stagne depuis 2008 alors que le parc est passé d’une centaine à 172 boutiques. Pour un chiffre d’affaires estimé à 600 millions d’euros.

La guerre entre spécialistes de la mode à petits prix fait des ravages

Mim liquidé, Tati en redressement judiciaire, La Halle en phase de réduction de voilure, tandis que dans le milieu de gamme Marks & Spencer se retire à nouveau de France… Le marché de l’habillement entame sa dixième année consécutive de baisse d’activité, et le prêt-à-porter féminin, locomotive du secteur, est revenu à son niveau de 1990 ! Ajoutez à cela la vente en ligne, dont la part de marché est passée de 4,7% en 2008 à 17,4% en 2016, et vous obtenez le cocktail explosif qui fait vaciller cet acteur historique.

Primark, entré dans le top 10 des vendeurs textiles en seulement trois ans, a redistribué les cartes de la mode à bon marché. "En moyenne, une cliente chez Primark dépense 5,40 euros par article, c’est trois fois moins qu’un C&A", confirme Hélène Janicaud, chargée du textile chez le panéliste Kantar Worldpanel. Sur son marché historique de l’habillement enfantin, l’enseigne néerlandaise a aussi été dépassée par Kiabi, qui a réussi à associer une image mode à ses prix bas. "Si un jeune trouve une pièce qui lui plaît chez nous, il ne dira pas à ses amis qu’il l’a achetée chez C&A", se désole Valentin Nsakala, vendeur depuis trente-sept ans à Grenoble. Une image vieillissante mise en lumière par l’étude "Brand Experience Score Mode" réalisée par Iligo en 2015, qui classait C&A en dernière position des enseignes de mode à bas prix préférées des Français. Les Anglais avaient d’ailleurs surnommé C&A "cheap and awful" (pas cher et horrible), avant que l’enseigne ne quitte leur pays au début des années 2000.

C&A s’est montré trop plan-plan

La concurrence accrue n’explique pas tout. "Ses collections peinent à se différencier. Si la seule variable de décision pour le client est le prix, à long terme ce positionnement ne tient pas", analyse Benoît Heilbrunn, professeur de marketing à l’ESCP Europe. Une proposition de valeur forte, voici ce dont ont besoin les marques pour sortir du lot. "Chez Uniqlo, vous avez le jean fabriqué au Japon à 39 euros, H&M propose des collections capsules en collaboration avec de grands noms tels que Balmain ou Kenzo, Zara a de son côté réussi le pari de copier les marques de luxe à des prix abordables ", détaille Benoît Heilbrunn.

A l’inverse, C&A a brouillé son image en proposant des produits plus "premium" en centre-ville, et "low-cost" en périphérie. "On ne sait pas du tout où l’on va", regrettent les délégués syndicaux.

Autre point faible : le manque de bijoux et d’accessoires bon marché, qui servent à booster les ventes. "Les clientes sont à la recherche d’un total look, le vêtement ne suffit plus", confirme Jean-Marc Génis, ex-président de la Fédération des enseignes de l’habillement.

Des magasins hors d'âge

Autre problème, la vétusté de nombreux points de vente. "Dans le contexte actuel de fast retailing, qui demande un renouveau constant, ils ne peuvent pas se le permettre", analyse un ex-responsable de l’agencement des magasins C&A. Or l’entreprise a consacré tous ses moyens depuis 2009 à l’ouverture de dix à quinze boutiques par an. Une fuite en avant mise en cause par la nouvelle direction. "On a voulu compenser la baisse organique du chiffre d’affaires par une multiplication des magasins; pour ma part, je ne poursuivrai pas cet élan", nous confirme le nouveau P-DG France, Tarek Hosni.

Certaines implantations ont coûté très cher, comme à la Madeleine, au cœur de Paris. La boutique de 5.000 mètres carrés, ouverte en 2013 avec pour ambition d’entrer dans le top 10 européen, a fermé en septembre 2016 après avoir essuyé plusieurs dizaines de millions d’euros de pertes. Et a coûté sa place à Antoine Brieu, l’ex-directeur général France, Espagne et Portugal, aujourd’hui à la tête de Conforama.Pour le remplacer, C&A a voulu frapper fort en faisant appel à Tarek Hosni, l’ancien dirigeant du cabinet de retournement Alvarez & Marsal.

Premier axe du plan de relance, la vente en ligne, où l’entreprise espère tripler son chiffre d’affaires d’ici trois ans. Ensuite, 1 milliard d’euros seront investis dans la rénovation des boutiques et le renouveau des collections. A priori, l’actionnaire a les moyens de remettre au pot. La famille Brenninkmeijer se classe parmi les dix premières fortunes européennes, et C&A, dans la grande majorité des cas, est propriétaire des murs en centre-ville. Un vrai atout dans un secteur aussi chahuté que la mode.

Lire la suite Lire la suite

LE COUP DE VIEUX DE C&A


c_et_a_le_20_aout_2017.gif

Le coup de vieux de C&A

L’agressivité de Zara et de H&M n’en finit pas de faire des victimes. Dernière en date, cette enseigne néerlandaise, née en 1841. C’est une institution qui tremble.

En ce samedi du mois de mai, au centre commercial Grand Littoral de Marseille, le contraste est saisissant. D’un côté, les allées vides de C&A. De l’autre, un Primark plein à craquer. L’enseigne irlandaise, qui a choisi cette galerie pour ouvrir sa première adresse française, en 2013, semble avoir fait le vide autour d’elle avec ses prix défiant toute concurrence. "Avant, je m’habillais ainsi que mes enfants chez C&A, mais aujourd’hui nous allons chez Primark ou H&M, c’est moins cher et plus tendance", explique cette mère de trois enfants.

Le cas marseillais illustre le coup de vieux pris par l’ex-champion néerlandais du textile. Si l’entreprise fondée en 1841 par les frères Clemens et August Brenninkmeijer (les C et A du sigle) et encore détenue à 100% par la famille fondatrice ne publie aucun chiffre, sa perte de vitesse ne fait plus de doute. En novembre 2016, l’ex-dirigeant Europe, Philippe Brenninkmeijer, a annoncé la suppression de centaines de postes aux sièges sociaux d’Allemagne et de Belgique, ainsi que la fermeture des points de vente "les moins rentables". Cette même année, 23 magasins ont fermé leurs portes en Espagne, et C&A s’est désengagé de la Turquie. Même l’Allemagne, son marché phare, est en panne. Le chiffre d’affaires s’y serait rétracté de 3,3% sur la période 2014-2015, à 2,44 milliards d’euros, soit une troisième baisse annuelle consécutive. En France, où C&A a ouvert son premier magasin en 1972, sa part de marché, évaluée entre 1 et 2%, stagne depuis 2008 alors que le parc est passé d’une centaine à 172 boutiques. Pour un chiffre d’affaires estimé à 600 millions d’euros.

La guerre entre spécialistes de la mode à petits prix fait des ravages

Mim liquidé, Tati en redressement judiciaire, La Halle en phase de réduction de voilure, tandis que dans le milieu de gamme Marks & Spencer se retire à nouveau de France… Le marché de l’habillement entame sa dixième année consécutive de baisse d’activité, et le prêt-à-porter féminin, locomotive du secteur, est revenu à son niveau de 1990 ! Ajoutez à cela la vente en ligne, dont la part de marché est passée de 4,7% en 2008 à 17,4% en 2016, et vous obtenez le cocktail explosif qui fait vaciller cet acteur historique.

Primark, entré dans le top 10 des vendeurs textiles en seulement trois ans, a redistribué les cartes de la mode à bon marché. "En moyenne, une cliente chez Primark dépense 5,40 euros par article, c’est trois fois moins qu’un C&A", confirme Hélène Janicaud, chargée du textile chez le panéliste Kantar Worldpanel. Sur son marché historique de l’habillement enfantin, l’enseigne néerlandaise a aussi été dépassée par Kiabi, qui a réussi à associer une image mode à ses prix bas. "Si un jeune trouve une pièce qui lui plaît chez nous, il ne dira pas à ses amis qu’il l’a achetée chez C&A", se désole Valentin Nsakala, vendeur depuis trente-sept ans à Grenoble. Une image vieillissante mise en lumière par l’étude "Brand Experience Score Mode" réalisée par Iligo en 2015, qui classait C&A en dernière position des enseignes de mode à bas prix préférées des Français. Les Anglais avaient d’ailleurs surnommé C&A "cheap and awful" (pas cher et horrible), avant que l’enseigne ne quitte leur pays au début des années 2000.

C&A s’est montré trop plan-plan

La concurrence accrue n’explique pas tout. "Ses collections peinent à se différencier. Si la seule variable de décision pour le client est le prix, à long terme ce positionnement ne tient pas", analyse Benoît Heilbrunn, professeur de marketing à l’ESCP Europe. Une proposition de valeur forte, voici ce dont ont besoin les marques pour sortir du lot. "Chez Uniqlo, vous avez le jean fabriqué au Japon à 39 euros, H&M propose des collections capsules en collaboration avec de grands noms tels que Balmain ou Kenzo, Zara a de son côté réussi le pari de copier les marques de luxe à des prix abordables ", détaille Benoît Heilbrunn.

A l’inverse, C&A a brouillé son image en proposant des produits plus "premium" en centre-ville, et "low-cost" en périphérie. "On ne sait pas du tout où l’on va", regrettent les délégués syndicaux.

Autre point faible : le manque de bijoux et d’accessoires bon marché, qui servent à booster les ventes. "Les clientes sont à la recherche d’un total look, le vêtement ne suffit plus", confirme Jean-Marc Génis, ex-président de la Fédération des enseignes de l’habillement.

Des magasins hors d'âge

Autre problème, la vétusté de nombreux points de vente. "Dans le contexte actuel de fast retailing, qui demande un renouveau constant, ils ne peuvent pas se le permettre", analyse un ex-responsable de l’agencement des magasins C&A. Or l’entreprise a consacré tous ses moyens depuis 2009 à l’ouverture de dix à quinze boutiques par an. Une fuite en avant mise en cause par la nouvelle direction. "On a voulu compenser la baisse organique du chiffre d’affaires par une multiplication des magasins; pour ma part, je ne poursuivrai pas cet élan", nous confirme le nouveau P-DG France, Tarek Hosni.

Certaines implantations ont coûté très cher, comme à la Madeleine, au cœur de Paris. La boutique de 5.000 mètres carrés, ouverte en 2013 avec pour ambition d’entrer dans le top 10 européen, a fermé en septembre 2016 après avoir essuyé plusieurs dizaines de millions d’euros de pertes. Et a coûté sa place à Antoine Brieu, l’ex-directeur général France, Espagne et Portugal, aujourd’hui à la tête de Conforama.Pour le remplacer, C&A a voulu frapper fort en faisant appel à Tarek Hosni, l’ancien dirigeant du cabinet de retournement Alvarez & Marsal.

Premier axe du plan de relance, la vente en ligne, où l’entreprise espère tripler son chiffre d’affaires d’ici trois ans. Ensuite, 1 milliard d’euros seront investis dans la rénovation des boutiques et le renouveau des collections. A priori, l’actionnaire a les moyens de remettre au pot. La famille Brenninkmeijer se classe parmi les dix premières fortunes européennes, et C&A, dans la grande majorité des cas, est propriétaire des murs en centre-ville. Un vrai atout dans un secteur aussi chahuté que la mode.

Fermer Fermer


REMUNERATION PIMKIE
CHSCT
CONVENTION COLLECTIVE PPP
CONVENTION COLLECTIVE DIRAMODE
Vous êtes ici :  Accueil