Nombre de Visiteurs

 411209 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

L'équipe CFE-CGC

Cliquez sur les photos

Vos représentants
CFE-CGC PImkie

 

guy_bouquet_1.gif
  Guy Bouquet

bruno_pluquet_assis.gif
  Bruno Pluquet

myriam_bouzar.gif
Myriam Bouzar

jocelyne_1_le_19_octobre_2014.gif
Jocelyne Pelletier

karine.gif
Karine Dewasmes

Myriam_Le_Bars.gif
Myriam Le Bars

vincent_butor.gif

Vincent Butor

sylvie_droulez_1.gif
Sylvie Droulez

frederique_dupont.gif
Fredérique Dupont

pascale_laversin.gif
Pascale Laversin

virginie_minnaert.gif
Virginie Minnaert


Francoise_Ferlin.gif
Françoise Ferlin

patrick_dandrimont.gif
Patrice Dandrimont

eric_douliez.gif
Eric Douliez


rene_roche.gif
 René Roche 
Président CFE-CGC
Commerce et Service

Vous pouvez nous écrire
en toute discrétion à :                  

cgcpimkie@gmail.com    

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Bienvenue sur http://www.cgcpimkie.info

Logo-CFECGC 58x64.jpg      Vous êtes sur le site n°1 des informations sociales Pimkie    Logo-CFECGC 58x64.jpg
 

La CFE-CGC spécialiste des RMs, RMAs Magasins et Agents de Maîtrise, Cadres des Centrales

>>>    Nos Objectifs :    Rémunération    Reconnaissance    Conditions de Travail   <<<


facebook.gif
Retrouvez nous sur Facebook et devenez "Amis" en tout anonymat

twitter.gif
Retrouvez nous sur Twitter @CFECGCPimkie



Rejoignez la CFE-CGC et ensemble soyons les acteurs incontournables du dialogue dans l'entreprise


-----------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 25 avril : première réunion NAO : négo des salaires, tickets resto, congés spécifiques, primes, ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Textile-habillement : le recul des ventes s'est confirmé en mars
 

Après un mois de janvier en chute de 5 %, puis une légère baisse de 0,6 % en février, l’activité des distributeurs de mode en France a une nouvelle fois reculé : les ventes du mois de mars 2018 affichent un repli de 3,6 % par rapport à mars 2017, selon les premiers résultats dévoilés par l’Institut français de la mode (IFM).

commerce_le_23_avril_2018.gif

Les grands magasins s'en sortent mieux que les indépendants multimarques.

 

Si tous les canaux de distribution sont en négatif, certains circuits résistent mieux que d’autres. Les grands magasins et magasins populaires (Galeries Lafayette, Printemps, Monoprix…) voient leur activité fléchir de 1,6 %, tandis que les indépendants multimarques souffrent davantage avec un repli constaté de 5,3 %.

Le premier trimestre de l’année 2018 signe donc une baisse générale pour le secteur du textile-habillement dans l’Hexagone. Celle-ci s’établit à -3,9 % en moyenne, par rapport aux trois premiers mois de 2017, indique l’IFM. Un décrochage qui s'installe en ce début d'année, reste à voir si un rebond pourra avoir lieu durant la saison estivale.
 

 


 

Les 50 dernières nouvelles
Nouveau  L'essentiel CE PPP du jeudi 19 mars 2018 - par webMaster le 23/04/2018 : 16:01


Essentiel CE PPP du jeudi 19 avril 2018

ce_ppp_avril_2018_les_chiffres.gif

ce_ppp_avril_2018_la_collection.gif

Point PDV

La direction informe que le PDV a été homologué le vendredi 6 avril 2018.

 

Les guides sont à disposition sur  l’intranet de l’entreprise et aussi sur notre site (colonne de droite).

Pour les personnes absentes, les guides sont envoyés par courrier.

Les salariés, dont les magasins sont déjà fermés, sont en congés de dispense d’activités en attendant de faire leurs choix  en fonction des modalisés  qui leurs sont propres.

Pour rappel : Faute d’accord majoritaire syndical (la CFE-CGC a signé l’accord), pour les magasins qui  ferment, ils  se verront appliquer des critères sociaux dans leur zone d’emploi élargie à un périmètre supérieur à leur clause de mobilité.
Cela signifie qu’il y aura des licenciements pour des salariés qui sont sur des magasins qui ne ferment pas,  et qui devront laisser leurs postes aux salariés des magasins qui ferment…sauf si les salariés des magasins en fermeture refusent ces postes.

Abandon de postes

La direction rappelle que les abandons de postes sont  gérés selon le code du travail.

Classifications

Le point est reporté au 16 mai

Stratégie d’entreprise 

La direction rappelle son souhait d’une transformation culturelle et organisationnelle et indique les points forts de ce retournement  par une co-construction d ‘une collections plus ciblé cliente et une réflexion sur les rémunérations plus alignées sur les objectifs de l’entreprise. Elle indique aussi son souhait de redéfinir une stratégie d’implantation européenne et internationale.


Prochain CE PPP

Mardi 29 mai 2018




-----------------------------------------------------------------------


Les effectifs
cliquez sur les liens ci dessous





Effectifs Magasins
effectifs.gif



Effectifs Neuville
effectifs.gif

Lire la suite Lire la suite


Essentiel CE PPP du jeudi 19 avril 2018

ce_ppp_avril_2018_les_chiffres.gif

ce_ppp_avril_2018_la_collection.gif

Point PDV

La direction informe que le PDV a été homologué le vendredi 6 avril 2018.

 

Les guides sont à disposition sur  l’intranet de l’entreprise et aussi sur notre site (colonne de droite).

Pour les personnes absentes, les guides sont envoyés par courrier.

Les salariés, dont les magasins sont déjà fermés, sont en congés de dispense d’activités en attendant de faire leurs choix  en fonction des modalisés  qui leurs sont propres.

Pour rappel : Faute d’accord majoritaire syndical (la CFE-CGC a signé l’accord), pour les magasins qui  ferment, ils  se verront appliquer des critères sociaux dans leur zone d’emploi élargie à un périmètre supérieur à leur clause de mobilité.
Cela signifie qu’il y aura des licenciements pour des salariés qui sont sur des magasins qui ne ferment pas,  et qui devront laisser leurs postes aux salariés des magasins qui ferment…sauf si les salariés des magasins en fermeture refusent ces postes.

Abandon de postes

La direction rappelle que les abandons de postes sont  gérés selon le code du travail.

Classifications

Le point est reporté au 16 mai

Stratégie d’entreprise 

La direction rappelle son souhait d’une transformation culturelle et organisationnelle et indique les points forts de ce retournement  par une co-construction d ‘une collections plus ciblé cliente et une réflexion sur les rémunérations plus alignées sur les objectifs de l’entreprise. Elle indique aussi son souhait de redéfinir une stratégie d’implantation européenne et internationale.


Prochain CE PPP

Mardi 29 mai 2018




-----------------------------------------------------------------------


Les effectifs
cliquez sur les liens ci dessous





Effectifs Magasins
effectifs.gif



Effectifs Neuville
effectifs.gif

Fermer Fermer


Nouveau  Commerce - par webMaster le 20/04/2018 : 18:48

Enseignes : un piètre mois de mars pour l’équipement de la personne

Si les ventes générées par les enseignes du commerce spécialisé en France, tous secteurs confondus (mode, maison, services…), sont restées stables au mois de mars 2018 (-0,9 %), la dynamique est très disparate. Les acteurs de l’équipement de la personne accusent ainsi une chute de 7 % de leurs ventes par rapport à mars 2017, tandis que l’univers de la maison voit son chiffre d’affaires progresser de 3 à 5 % au cours du mois écoulé, relève Procos.

commerce_le_19_avril_2018.gif
Les enseignes d'habillement souffrent davantage que les autres secteurs

 

« L’équipement de la personne subit à nouveau des phénomènes météorologiques importants », contextualise la fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé. Le mois de mars a en effet connu des températures très basses (davantage qu’en janvier) et de forts épisodes pluvieux voire neigeux n’encourageant pas les consommateurs à se rendre en boutique pour acheter les collections printanières. Selon l‘observatoire Procos/Stakr, la fréquentation des magasins a fléchi de 7,7 % au cours de la période.
 
Si l’on se concentre sur les types d’emplacements, sans distinction de secteurs, les magasins situés en centre-ville ont davantage souffert (-3,1 %) que ceux installés en périphérie (+0,3 %).

Plutôt en berne donc, l’activité de mars confirme un premier trimestre maussade : le chiffre d’affaires des enseignes du commerce spécialisé en France a en moyenne baissé de 3,2 % au cours des trois derniers mois. « Après des soldes médiocres et deux mois de perturbations météorologiques, les éléments conjoncturels n’étaient pas favorables. Souhaitons que les grèves des transports et les vacances scolaires n’impactent pas trop l’activité du mois d’avril », espère Procos. Une esquisse de relance ne paraît pas immédiate.

Lire la suite Lire la suite

Enseignes : un piètre mois de mars pour l’équipement de la personne

Si les ventes générées par les enseignes du commerce spécialisé en France, tous secteurs confondus (mode, maison, services…), sont restées stables au mois de mars 2018 (-0,9 %), la dynamique est très disparate. Les acteurs de l’équipement de la personne accusent ainsi une chute de 7 % de leurs ventes par rapport à mars 2017, tandis que l’univers de la maison voit son chiffre d’affaires progresser de 3 à 5 % au cours du mois écoulé, relève Procos.

commerce_le_19_avril_2018.gif
Les enseignes d'habillement souffrent davantage que les autres secteurs

 

« L’équipement de la personne subit à nouveau des phénomènes météorologiques importants », contextualise la fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé. Le mois de mars a en effet connu des températures très basses (davantage qu’en janvier) et de forts épisodes pluvieux voire neigeux n’encourageant pas les consommateurs à se rendre en boutique pour acheter les collections printanières. Selon l‘observatoire Procos/Stakr, la fréquentation des magasins a fléchi de 7,7 % au cours de la période.
 
Si l’on se concentre sur les types d’emplacements, sans distinction de secteurs, les magasins situés en centre-ville ont davantage souffert (-3,1 %) que ceux installés en périphérie (+0,3 %).

Plutôt en berne donc, l’activité de mars confirme un premier trimestre maussade : le chiffre d’affaires des enseignes du commerce spécialisé en France a en moyenne baissé de 3,2 % au cours des trois derniers mois. « Après des soldes médiocres et deux mois de perturbations météorologiques, les éléments conjoncturels n’étaient pas favorables. Souhaitons que les grèves des transports et les vacances scolaires n’impactent pas trop l’activité du mois d’avril », espère Procos. Une esquisse de relance ne paraît pas immédiate.

Fermer Fermer


Nouveau  Prime Intéressement Janvier/Février/Mars 2018 - par webMaster le 19/04/2018 : 10:27

Prime intéressement PPP = 0%

-Le CA est en forte régression.

-La marge suit cette régression.

-Les frais sont en légère hausse.

-Le REX est fortement négatif.

-L’ensemble des chiffres ne peut donner de la prime.

 


Prime Intéressement Diramode = 0%

-Le CA est en forte régression

-Baisse conséquente des volumes de ventes

-La marge est fortement pénalisée par la baisse de l’activité.

-Les résultats sont en forte baisse.




 

Lire la suite Lire la suite

Prime intéressement PPP = 0%

-Le CA est en forte régression.

-La marge suit cette régression.

-Les frais sont en légère hausse.

-Le REX est fortement négatif.

-L’ensemble des chiffres ne peut donner de la prime.

 


Prime Intéressement Diramode = 0%

-Le CA est en forte régression

-Baisse conséquente des volumes de ventes

-La marge est fortement pénalisée par la baisse de l’activité.

-Les résultats sont en forte baisse.




 

Fermer Fermer


Nouveau  Vivarte - par webMaster le 18/04/2018 : 15:07


Vivarte officialise la cession de Naf Naf au groupe chinois La Chapelle & Co
 

Après consultation des partenaires sociaux, qui ont rendu un avis favorable à l’unanimité, le groupe Vivarte a entériné la cession de son enseigne de mode féminine Naf Naf au groupe de prêt-à-porter chinois La Chapelle & Co, qui avait soumis une offre d’achat en janvier dernier. La transaction devrait être complétée d’ici un mois.

naf_naf_le_17_avril_2018.gif
L'enseigne compte 213 boutiques à l'enseigne en France

 

L’offre émise par La Chapelle & Co concerne la totalité du périmètre de l’enseigne, soit 474 points de vente dans le monde et près de 1 200 employés.
Née en 1973 dans le Sentier à Paris sous l’impulsion des frères Pariente, Naf Naf avait été acquise par Vivarte en 2006. Elle pesait alors 240 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, contre environ 200 aujourd’hui.

Comme nous vous le rapportions en janvier, La Chapelle & Co est un acteur phare du marché chinois de la mode mass market, à l’histoire assez récente, porté par de nombreuses enseignes (La Chapelle, Pote, La Babité, Puella, Vougeek, Candie’s…).
Fondé en 1998, il est à la tête d’un vaste réseau de 9 448 points de vente, tous implantés en Chine. Employant 37 554 personnes, le groupe a généré en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 1,2 milliard d’euros. Ses dirigeants devraient conserver pour Naf Naf une assise française, tout en envisageant un développement parallèle de la marque en Chine.

Après avoir cédé Kookaï, Pataugas, André et Merkal, le groupe Vivarte poursuit sa restructuration autour de cinq enseignes (La Halle, Minelli, Caroll, Cosmoparis et San Marina) décidée par son PDG, Patrick Puy, en janvier 2017.
Il lui reste à vendre Besson Chaussures, qui aurait reçu plusieurs marques d’intérêt, ainsi que Chevignon.

Lire la suite Lire la suite


Vivarte officialise la cession de Naf Naf au groupe chinois La Chapelle & Co
 

Après consultation des partenaires sociaux, qui ont rendu un avis favorable à l’unanimité, le groupe Vivarte a entériné la cession de son enseigne de mode féminine Naf Naf au groupe de prêt-à-porter chinois La Chapelle & Co, qui avait soumis une offre d’achat en janvier dernier. La transaction devrait être complétée d’ici un mois.

naf_naf_le_17_avril_2018.gif
L'enseigne compte 213 boutiques à l'enseigne en France

 

L’offre émise par La Chapelle & Co concerne la totalité du périmètre de l’enseigne, soit 474 points de vente dans le monde et près de 1 200 employés.
Née en 1973 dans le Sentier à Paris sous l’impulsion des frères Pariente, Naf Naf avait été acquise par Vivarte en 2006. Elle pesait alors 240 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, contre environ 200 aujourd’hui.

Comme nous vous le rapportions en janvier, La Chapelle & Co est un acteur phare du marché chinois de la mode mass market, à l’histoire assez récente, porté par de nombreuses enseignes (La Chapelle, Pote, La Babité, Puella, Vougeek, Candie’s…).
Fondé en 1998, il est à la tête d’un vaste réseau de 9 448 points de vente, tous implantés en Chine. Employant 37 554 personnes, le groupe a généré en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 1,2 milliard d’euros. Ses dirigeants devraient conserver pour Naf Naf une assise française, tout en envisageant un développement parallèle de la marque en Chine.

Après avoir cédé Kookaï, Pataugas, André et Merkal, le groupe Vivarte poursuit sa restructuration autour de cinq enseignes (La Halle, Minelli, Caroll, Cosmoparis et San Marina) décidée par son PDG, Patrick Puy, en janvier 2017.
Il lui reste à vendre Besson Chaussures, qui aurait reçu plusieurs marques d’intérêt, ainsi que Chevignon.

Fermer Fermer


Nouveau  PDV/PSE - par webMaster le 17/04/2018 : 20:33

PDV/PSE

Commission de suivi du lundi 16 avril 2018


 

15 dossiers de projets ont été présentés.
Il s’agit principalement de promesses d’embauches en CDI, 2 demandes de formations et 1 demande de création d’entreprise.

13 dossiers ont été validés : promesse d’embauche en CDI,  formations, création d’entreprise.
2 dossiers n’ont pu être pris en compte du fait de priorité d’ancienneté sur les autres dossiers. Ces 2 personnes ayant un emploi en CDI par ailleurs devront donner leurs démissions ou réintégrer l'entreprise.

Les services financiers et informatiques comptabilisent le plus de départs à ce jour.

Prochaine commission le 25 avril 2018.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Zara fait entrer des mannequins virtuels dans cinq magasins à Paris

 

Durant deux semaines à compter de ce 12 avril, cinq magasins parisiens de l'enseigne Zara proposeront de découvrir des pièces de la collection Studio du géant espagnol en réalité augmentée. Une application dédiée permet en effet de faire apparaître des mannequins sous forme d’hologramme.

zara_1_le_16_avril_2018.jpg
A gauche, les mannequins animés apparaissant via l'application Zara

 

Au total, douze séquences ont été tournées dans un studio de 170 mètres carrés bardé de 68 caméras. Une captation à 360° qui permet à l’utilisateur de l’application de pouvoir se déplacer autour des projections virtuelles, qui se composent de courtes séquences se répétant à l'infini. Projections que l’outil, très simple, permet de photographier et filmer, mais également d’accéder à la page de commande des produits exposés. Mais l'incitation à l'achat n’est pas le seul but recherché de l’opération.

« Nous nous adressons à la génération des millennials, nous explique la directrice commerciale de Zara France. Et, alors que sont proposées en parallèle des expériences de commerce physique et online, ce type d’innovation redynamise la fréquentation de nos magasins physiques, ainsi que notre relais sur les réseaux sociaux ».

 


zara_2_le_16_avril_2018.gif
Une mannequin en réalité augmentée au sein de la boutique Zara de la rue du Faubourg-Saint-Honoré

 

« Le but est aussi que cela se transforme en achat. Et si cela anime les points de vente, cela participe aussi à l’expérience en ligne, souligne Aymeric Delaroche Vernet, président de la société spécialisée Holooh, qui a conçu le dispositif. Car, si ce dispositif marche en vitrines et sur les podiums en magasin, il s’applique aussi sur les colis en livraison. Une mannequin virtuelle miniature viendra ainsi défiler sur les cartons ».

Côté boutiques, l’opération est déployée à Paris dans les deux adresses des Champs-Elysées, ainsi que celles d’Opéra-Haussmann, de l’Hôtel de Ville et de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. A celles-ci s’ajouteront les flagships de Nice et Monaco.

Lire la suite Lire la suite

PDV/PSE

Commission de suivi du lundi 16 avril 2018


 

15 dossiers de projets ont été présentés.
Il s’agit principalement de promesses d’embauches en CDI, 2 demandes de formations et 1 demande de création d’entreprise.

13 dossiers ont été validés : promesse d’embauche en CDI,  formations, création d’entreprise.
2 dossiers n’ont pu être pris en compte du fait de priorité d’ancienneté sur les autres dossiers. Ces 2 personnes ayant un emploi en CDI par ailleurs devront donner leurs démissions ou réintégrer l'entreprise.

Les services financiers et informatiques comptabilisent le plus de départs à ce jour.

Prochaine commission le 25 avril 2018.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Zara fait entrer des mannequins virtuels dans cinq magasins à Paris

 

Durant deux semaines à compter de ce 12 avril, cinq magasins parisiens de l'enseigne Zara proposeront de découvrir des pièces de la collection Studio du géant espagnol en réalité augmentée. Une application dédiée permet en effet de faire apparaître des mannequins sous forme d’hologramme.

zara_1_le_16_avril_2018.jpg
A gauche, les mannequins animés apparaissant via l'application Zara

 

Au total, douze séquences ont été tournées dans un studio de 170 mètres carrés bardé de 68 caméras. Une captation à 360° qui permet à l’utilisateur de l’application de pouvoir se déplacer autour des projections virtuelles, qui se composent de courtes séquences se répétant à l'infini. Projections que l’outil, très simple, permet de photographier et filmer, mais également d’accéder à la page de commande des produits exposés. Mais l'incitation à l'achat n’est pas le seul but recherché de l’opération.

« Nous nous adressons à la génération des millennials, nous explique la directrice commerciale de Zara France. Et, alors que sont proposées en parallèle des expériences de commerce physique et online, ce type d’innovation redynamise la fréquentation de nos magasins physiques, ainsi que notre relais sur les réseaux sociaux ».

 


zara_2_le_16_avril_2018.gif
Une mannequin en réalité augmentée au sein de la boutique Zara de la rue du Faubourg-Saint-Honoré

 

« Le but est aussi que cela se transforme en achat. Et si cela anime les points de vente, cela participe aussi à l’expérience en ligne, souligne Aymeric Delaroche Vernet, président de la société spécialisée Holooh, qui a conçu le dispositif. Car, si ce dispositif marche en vitrines et sur les podiums en magasin, il s’applique aussi sur les colis en livraison. Une mannequin virtuelle miniature viendra ainsi défiler sur les cartons ».

Côté boutiques, l’opération est déployée à Paris dans les deux adresses des Champs-Elysées, ainsi que celles d’Opéra-Haussmann, de l’Hôtel de Ville et de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. A celles-ci s’ajouteront les flagships de Nice et Monaco.

Fermer Fermer


Nouveau  Zara - par webMaster le 17/04/2018 : 20:10

Zara fait entrer des mannequins virtuels dans cinq magasins à Paris

 

Durant deux semaines à compter de ce 12 avril, cinq magasins parisiens de l'enseigne Zara proposeront de découvrir des pièces de la collection Studio du géant espagnol en réalité augmentée. Une application dédiée permet en effet de faire apparaître des mannequins sous forme d’hologramme.

zara_1_le_16_avril_2018.jpg
A gauche, les mannequins animés apparaissant via l'application Zara

 

Au total, douze séquences ont été tournées dans un studio de 170 mètres carrés bardé de 68 caméras. Une captation à 360° qui permet à l’utilisateur de l’application de pouvoir se déplacer autour des projections virtuelles, qui se composent de courtes séquences se répétant à l'infini. Projections que l’outil, très simple, permet de photographier et filmer, mais également d’accéder à la page de commande des produits exposés. Mais l'incitation à l'achat n’est pas le seul but recherché de l’opération.

« Nous nous adressons à la génération des millennials, nous explique la directrice commerciale de Zara France. Et, alors que sont proposées en parallèle des expériences de commerce physique et online, ce type d’innovation redynamise la fréquentation de nos magasins physiques, ainsi que notre relais sur les réseaux sociaux ».

 


zara_2_le_16_avril_2018.gif
Une mannequin en réalité augmentée au sein de la boutique Zara de la rue du Faubourg-Saint-Honoré

 

« Le but est aussi que cela se transforme en achat. Et si cela anime les points de vente, cela participe aussi à l’expérience en ligne, souligne Aymeric Delaroche Vernet, président de la société spécialisée Holooh, qui a conçu le dispositif. Car, si ce dispositif marche en vitrines et sur les podiums en magasin, il s’applique aussi sur les colis en livraison. Une mannequin virtuelle miniature viendra ainsi défiler sur les cartons ».

Côté boutiques, l’opération est déployée à Paris dans les deux adresses des Champs-Elysées, ainsi que celles d’Opéra-Haussmann, de l’Hôtel de Ville et de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. A celles-ci s’ajouteront les flagships de Nice et Monaco.

Lire la suite Lire la suite

Zara fait entrer des mannequins virtuels dans cinq magasins à Paris

 

Durant deux semaines à compter de ce 12 avril, cinq magasins parisiens de l'enseigne Zara proposeront de découvrir des pièces de la collection Studio du géant espagnol en réalité augmentée. Une application dédiée permet en effet de faire apparaître des mannequins sous forme d’hologramme.

zara_1_le_16_avril_2018.jpg
A gauche, les mannequins animés apparaissant via l'application Zara

 

Au total, douze séquences ont été tournées dans un studio de 170 mètres carrés bardé de 68 caméras. Une captation à 360° qui permet à l’utilisateur de l’application de pouvoir se déplacer autour des projections virtuelles, qui se composent de courtes séquences se répétant à l'infini. Projections que l’outil, très simple, permet de photographier et filmer, mais également d’accéder à la page de commande des produits exposés. Mais l'incitation à l'achat n’est pas le seul but recherché de l’opération.

« Nous nous adressons à la génération des millennials, nous explique la directrice commerciale de Zara France. Et, alors que sont proposées en parallèle des expériences de commerce physique et online, ce type d’innovation redynamise la fréquentation de nos magasins physiques, ainsi que notre relais sur les réseaux sociaux ».

 


zara_2_le_16_avril_2018.gif
Une mannequin en réalité augmentée au sein de la boutique Zara de la rue du Faubourg-Saint-Honoré

 

« Le but est aussi que cela se transforme en achat. Et si cela anime les points de vente, cela participe aussi à l’expérience en ligne, souligne Aymeric Delaroche Vernet, président de la société spécialisée Holooh, qui a conçu le dispositif. Car, si ce dispositif marche en vitrines et sur les podiums en magasin, il s’applique aussi sur les colis en livraison. Une mannequin virtuelle miniature viendra ainsi défiler sur les cartons ».

Côté boutiques, l’opération est déployée à Paris dans les deux adresses des Champs-Elysées, ainsi que celles d’Opéra-Haussmann, de l’Hôtel de Ville et de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. A celles-ci s’ajouteront les flagships de Nice et Monaco.

Fermer Fermer


Nouveau  Accord de cantonnement - par webMaster le 16/04/2018 : 15:39


Aux instances du CCE du mardi 10 avril,
La CFE-CGC a remis dans le débat la mise en place d’un "accord de cantonnement".

 

Pour Rappel

Pour les magasins dont la clause de mobilité n’est pas applicable :
Faute d’accord majoritaire syndical (pour rappel, la CFE-CGC a signé l’accord), pour les magasins qui  ferment, ils  se verront appliquer des critères sociaux dans leur zone d’emploi élargie à un périmètre supérieur à leur clause de mobilité.
Cela signifie qu’il y aura des licenciements pour des salariés qui sont sur des magasins qui ne ferment pas,  et qui devront laisser leurs postes aux salariés des magasins qui ferment…sauf si les salariés des magasins en fermeture refusent ces postes.
Pour éviter cette situation, la direction va soumettre aux instances, un nouvel accord dit de « cantonnement ».
Il s’agit d’un accord qui limite les licenciements  aux  magasins qui ferment.

Sur ce sujet, la direction a clairement expliqué que cet accord devra être signé par les 4 organisations syndicales pour éviter tout risque de collusion avec l’homologation faite par la direction du travail.

La CFE-CGC a donné un accord favorable à une signature de cet accord.

Qui d’autres signera cet accord ?
Au vu des dernières négociations,  nous doutons sérieusement que toutes les organisations syndicales signent.

En conclusion, il fort probable que cet accord sera invalidé par manque de signature, et s’appliqueront donc les critères sociaux dans la zone d’emploi.


 

Lire la suite Lire la suite


Aux instances du CCE du mardi 10 avril,
La CFE-CGC a remis dans le débat la mise en place d’un "accord de cantonnement".

 

Pour Rappel

Pour les magasins dont la clause de mobilité n’est pas applicable :
Faute d’accord majoritaire syndical (pour rappel, la CFE-CGC a signé l’accord), pour les magasins qui  ferment, ils  se verront appliquer des critères sociaux dans leur zone d’emploi élargie à un périmètre supérieur à leur clause de mobilité.
Cela signifie qu’il y aura des licenciements pour des salariés qui sont sur des magasins qui ne ferment pas,  et qui devront laisser leurs postes aux salariés des magasins qui ferment…sauf si les salariés des magasins en fermeture refusent ces postes.
Pour éviter cette situation, la direction va soumettre aux instances, un nouvel accord dit de « cantonnement ».
Il s’agit d’un accord qui limite les licenciements  aux  magasins qui ferment.

Sur ce sujet, la direction a clairement expliqué que cet accord devra être signé par les 4 organisations syndicales pour éviter tout risque de collusion avec l’homologation faite par la direction du travail.

La CFE-CGC a donné un accord favorable à une signature de cet accord.

Qui d’autres signera cet accord ?
Au vu des dernières négociations,  nous doutons sérieusement que toutes les organisations syndicales signent.

En conclusion, il fort probable que cet accord sera invalidé par manque de signature, et s’appliqueront donc les critères sociaux dans la zone d’emploi.


 

Fermer Fermer


Nouveau  L'essentiel du CE Diramode Mars 2018 - par webMaster le 15/04/2018 : 11:08

L'Essentiel du CE Diramode 

Jeudi 29 mars  2018
 

ce_drm_mars_2018_les_chiffres.gif

 

Réception de la collection en semaine 12

ce_drm_mars_2018_les_engagements.gif




 

Point sur la le démarrage de la collection printemps / été

La direction présente les résultats : les nouveautés de la collection sont en positif tandis que les reconduits pénalisent les résultats.

La direction estime que les résultats devraient s’améliorer à partir du SS3, pour obtenir un résultat  à zéro sur le PE 2018 et être en positif sur AW 2018.

Point sur l’arrêt des familles accessoires

La  direction informe de l’arrêt des familles accessoires qu’elle estime de peu de valeur ajoutée (déco, parapluie…) et les familles dont la présence en magasin sera trop modulée selon leur saisonnalité (bonnet, écharpe chaude…)

Point sur le REX de février.

La direction présente :
1) un chiffre d’affaire en décalage négatif par rapport au budget
2) un stock résiduel supérieur aux prévisions
3) un REX  inférieur au budget.


Qu’en est-il de la politique de prix de transfert dans le retournement de l’entreprise ?

La direction répond qu’aucune modification n’est prévue sur ce sujet.
Diramode, en tant que grossiste des filiales,  continue de supporter les coûts des invendus de chaque zone et compense si nécessaire la perte des résultats des filiales, si celles-ci sont déficitaires, conformément aux conditions fiscales européennes en tant que maison mère.

Partenariats Pimkie

La direction donne le nom des partenaires Pimkie qui sont amenés à commercialiser nos articles :

Asos, Amazon, Ventes Privées, Showroom Privé et Zalando sont nos partenaires actuels.

La CA réalisé et le déstockage est conséquent.

Cependant, Il reste plus de 2 millions de pièces de résiduels Hiver au cumul international.

 

Peut-on avoir l’organigramme de l’informatique ?

La direction répond ne pas être en mesure de présenter un plan d’organisation définitif du fait des départs dans le cadre du PDV.
La direction indique que les prestations de services seront activées si nécessaire pour assurer les fonctionnements.


Cessions des actifs immobiliers de Pimkie

La direction informe de la mise en vente des actifs immobiliers.
Pour la direction, notre métier est de faire du commerce et non d’être propriétaire de biens immobiliers.

Des mandats de ventes ont été signés pour l’ensemble des bâtiments de Neuville, de Villeneuve d’Ascq,  et des 35 magasins français dont nous sommes propriétaires des murs.
 
« Nous resteront locataires » précise la direction, « ces ventes nous permettront  de remettre notre trésorerie dans de meilleures conditions et de reconstituer les fonds propres ».
La direction estime pouvoir vendre 50% des biens détenus en 2018.

La direction précise que les bureaux des ressources humaines, et des services financiers de Neuville repartent sur Villeneuve pour fin 2018.
Concernant les services du support réseaux (direction des magasins, approvisionnement, inventaire,  merchandising, expansion) resteront pour l’instant sur Neuville avec une possibilité de retour sur Villeneuve mi 2019.

La logistique reste sur Neuville.

Pour la CFE-CGC :   ces ventes posent plusieurs  interrogations sur la mobilité de Pimkie Neuville et Villeneuve, la fusion possible avec d’autres enseignes, des conséquences sur les emplois, et la perte d’une assise financière…


Prochain CE : jeudi 19 avril 2018


-------------------------------------------------------------------------------------------


Les effectifs

cliquez sur le lien ci dessous


effectifs.gif








 

Lire la suite Lire la suite

L'Essentiel du CE Diramode 

Jeudi 29 mars  2018
 

ce_drm_mars_2018_les_chiffres.gif

 

Réception de la collection en semaine 12

ce_drm_mars_2018_les_engagements.gif




 

Point sur la le démarrage de la collection printemps / été

La direction présente les résultats : les nouveautés de la collection sont en positif tandis que les reconduits pénalisent les résultats.

La direction estime que les résultats devraient s’améliorer à partir du SS3, pour obtenir un résultat  à zéro sur le PE 2018 et être en positif sur AW 2018.

Point sur l’arrêt des familles accessoires

La  direction informe de l’arrêt des familles accessoires qu’elle estime de peu de valeur ajoutée (déco, parapluie…) et les familles dont la présence en magasin sera trop modulée selon leur saisonnalité (bonnet, écharpe chaude…)

Point sur le REX de février.

La direction présente :
1) un chiffre d’affaire en décalage négatif par rapport au budget
2) un stock résiduel supérieur aux prévisions
3) un REX  inférieur au budget.


Qu’en est-il de la politique de prix de transfert dans le retournement de l’entreprise ?

La direction répond qu’aucune modification n’est prévue sur ce sujet.
Diramode, en tant que grossiste des filiales,  continue de supporter les coûts des invendus de chaque zone et compense si nécessaire la perte des résultats des filiales, si celles-ci sont déficitaires, conformément aux conditions fiscales européennes en tant que maison mère.

Partenariats Pimkie

La direction donne le nom des partenaires Pimkie qui sont amenés à commercialiser nos articles :

Asos, Amazon, Ventes Privées, Showroom Privé et Zalando sont nos partenaires actuels.

La CA réalisé et le déstockage est conséquent.

Cependant, Il reste plus de 2 millions de pièces de résiduels Hiver au cumul international.

 

Peut-on avoir l’organigramme de l’informatique ?

La direction répond ne pas être en mesure de présenter un plan d’organisation définitif du fait des départs dans le cadre du PDV.
La direction indique que les prestations de services seront activées si nécessaire pour assurer les fonctionnements.


Cessions des actifs immobiliers de Pimkie

La direction informe de la mise en vente des actifs immobiliers.
Pour la direction, notre métier est de faire du commerce et non d’être propriétaire de biens immobiliers.

Des mandats de ventes ont été signés pour l’ensemble des bâtiments de Neuville, de Villeneuve d’Ascq,  et des 35 magasins français dont nous sommes propriétaires des murs.
 
« Nous resteront locataires » précise la direction, « ces ventes nous permettront  de remettre notre trésorerie dans de meilleures conditions et de reconstituer les fonds propres ».
La direction estime pouvoir vendre 50% des biens détenus en 2018.

La direction précise que les bureaux des ressources humaines, et des services financiers de Neuville repartent sur Villeneuve pour fin 2018.
Concernant les services du support réseaux (direction des magasins, approvisionnement, inventaire,  merchandising, expansion) resteront pour l’instant sur Neuville avec une possibilité de retour sur Villeneuve mi 2019.

La logistique reste sur Neuville.

Pour la CFE-CGC :   ces ventes posent plusieurs  interrogations sur la mobilité de Pimkie Neuville et Villeneuve, la fusion possible avec d’autres enseignes, des conséquences sur les emplois, et la perte d’une assise financière…


Prochain CE : jeudi 19 avril 2018


-------------------------------------------------------------------------------------------


Les effectifs

cliquez sur le lien ci dessous


effectifs.gif








 

Fermer Fermer


Nouveau  Asos - par webMaster le 11/04/2018 : 16:44

Asos opte à son tour pour les mannequins virtuels

   

Après avoir fait parler de lui l’été dernier en cessant de retoucher les imperfections de ses mannequins, le pure player britannique Asos vient de signer un accord avec une start-up pour recourir aux mannequins digitaux, de plus en plus répandus sur le Web.

asos_le_10_avril_2018.gif

 


Le système, qui permet de rajouter virtuellement les vêtements sur un mannequin, permet en effet un gain de temps comme d’argent. Rien qu’en France, Vente-Privée a lourdement investi dans se domaine, se rapprochant même dernièrement de Nikon. La société Allure Systems, récemment relocalisée à Paris, avait pour sa part levé 3 millions d’euros en septembre dernier, comptant parmi ses clients des portails majeurs dont La Redoute et ShowroomPrivé.

Le montant de la transaction entre Asos et Zeekit n’a pas été dévoilé. Fondée il y a cinq ans, cette dernière a depuis levé 12,5 millions d’euros. Une longue phase de virtualisation du catalogue de 80 000 produits d’Asos s’annonce. Et si, dans un premier temps, il s’agira d’habiller les mannequins Asos, Zeekit entend à l’avenir proposer ce même essayage virtuel aux clients.

En attendant, Asos vient de déployer son outil de recherche visuelle, et teste sur son site la présentation de ses produits via différents types de morphologies, à l'aide de trois mannequins mesurant 1 mètre 78, mais s’habillant respectivement en 36, 40 et 42.

L'agence Reuters estimait en novembre à 5,7 milliards d'euros la valeur d’Asos, contre 5,5 milliards d'euros pour Marks & Spencer.
Sur son exercice fiscal 2016/17, Asos a vu ses recettes augmenter de 33 %, à 2,168 milliards d'euros, et le bénéfice avant impôt de 145 %.
Les ventes à l'international ont bondi de 47 % et atteignent 1,328 milliard d'euros.

Lire la suite Lire la suite

Asos opte à son tour pour les mannequins virtuels

   

Après avoir fait parler de lui l’été dernier en cessant de retoucher les imperfections de ses mannequins, le pure player britannique Asos vient de signer un accord avec une start-up pour recourir aux mannequins digitaux, de plus en plus répandus sur le Web.

asos_le_10_avril_2018.gif

 


Le système, qui permet de rajouter virtuellement les vêtements sur un mannequin, permet en effet un gain de temps comme d’argent. Rien qu’en France, Vente-Privée a lourdement investi dans se domaine, se rapprochant même dernièrement de Nikon. La société Allure Systems, récemment relocalisée à Paris, avait pour sa part levé 3 millions d’euros en septembre dernier, comptant parmi ses clients des portails majeurs dont La Redoute et ShowroomPrivé.

Le montant de la transaction entre Asos et Zeekit n’a pas été dévoilé. Fondée il y a cinq ans, cette dernière a depuis levé 12,5 millions d’euros. Une longue phase de virtualisation du catalogue de 80 000 produits d’Asos s’annonce. Et si, dans un premier temps, il s’agira d’habiller les mannequins Asos, Zeekit entend à l’avenir proposer ce même essayage virtuel aux clients.

En attendant, Asos vient de déployer son outil de recherche visuelle, et teste sur son site la présentation de ses produits via différents types de morphologies, à l'aide de trois mannequins mesurant 1 mètre 78, mais s’habillant respectivement en 36, 40 et 42.

L'agence Reuters estimait en novembre à 5,7 milliards d'euros la valeur d’Asos, contre 5,5 milliards d'euros pour Marks & Spencer.
Sur son exercice fiscal 2016/17, Asos a vu ses recettes augmenter de 33 %, à 2,168 milliards d'euros, et le bénéfice avant impôt de 145 %.
Les ventes à l'international ont bondi de 47 % et atteignent 1,328 milliard d'euros.

Fermer Fermer


Nouveau  Validation du PDV - par webMaster le 10/04/2018 : 20:00

La direction du travail valide le plan unilatéral du PDV et PSE
 


La commission de suivi,  composée de 3 membres de la direction, 2 membres de chaque organisation syndicale, d’1 représentant de la direction du travail, 1 représentant de Pôle Emploi, et 1 membre du cabinet de reclassement Ingéus,  va se mettre en place pour étudier les dossiers des demandes de départs volontaires de Neuville et Villeneuve.
La première commission de suivi aura lieu le lundi 16 avril 2018.


Pour les magasins dont la clause de mobilité n’est pas applicable :
Faute d’accord majoritaire syndical (pour rappel, la CFE-CGC a signé l’accord), pour les magasins qui  ferment, ils  se verront appliquer des critères sociaux dans leur zone d’emploi élargie à un périmètre supérieur à leur clause.
Cela signifie qu’il y aura des licenciements contraints pour d’autres salariés qui seront sur des magasins qui ne ferment pas,  et qui devront laisser leurs postes aux salariés des magasins qui ferment…
Pour éviter cette situation, la direction va soumettre aux instances, un nouvel accord dit de « cantonnement » qui permettra d’éviter ces licenciements contraints. Il s’agit d’un accord qui limite les licenciements  aux  magasins qui ferment en évitant de  tenir compte de la zone d’emploi.…attention, cet accord sera soumis à la majorité syndicale !.....
La CFE-CGC est favorable à cet accord dit de cantonnement.

Concernant les magasins dont la clause de mobilité s’applique :
L’accord est validé.
Les personnes qui souhaitent refuser leur mobilité doivent prendre contact avec les RH Neuville pour mettre en place le processus et bénéficier des modalités de cet accord spécifique.

Dans tous les cas, vous pouvez en parallèle contacter l’équipe CFE-CGC pour vous aider.

 

Restez connecté pour suivre les actualités sur notre site.
Une information parfaite, complète et dénuée de tout sens politique





 

Lire la suite Lire la suite

La direction du travail valide le plan unilatéral du PDV et PSE
 


La commission de suivi,  composée de 3 membres de la direction, 2 membres de chaque organisation syndicale, d’1 représentant de la direction du travail, 1 représentant de Pôle Emploi, et 1 membre du cabinet de reclassement Ingéus,  va se mettre en place pour étudier les dossiers des demandes de départs volontaires de Neuville et Villeneuve.
La première commission de suivi aura lieu le lundi 16 avril 2018.


Pour les magasins dont la clause de mobilité n’est pas applicable :
Faute d’accord majoritaire syndical (pour rappel, la CFE-CGC a signé l’accord), pour les magasins qui  ferment, ils  se verront appliquer des critères sociaux dans leur zone d’emploi élargie à un périmètre supérieur à leur clause.
Cela signifie qu’il y aura des licenciements contraints pour d’autres salariés qui seront sur des magasins qui ne ferment pas,  et qui devront laisser leurs postes aux salariés des magasins qui ferment…
Pour éviter cette situation, la direction va soumettre aux instances, un nouvel accord dit de « cantonnement » qui permettra d’éviter ces licenciements contraints. Il s’agit d’un accord qui limite les licenciements  aux  magasins qui ferment en évitant de  tenir compte de la zone d’emploi.…attention, cet accord sera soumis à la majorité syndicale !.....
La CFE-CGC est favorable à cet accord dit de cantonnement.

Concernant les magasins dont la clause de mobilité s’applique :
L’accord est validé.
Les personnes qui souhaitent refuser leur mobilité doivent prendre contact avec les RH Neuville pour mettre en place le processus et bénéficier des modalités de cet accord spécifique.

Dans tous les cas, vous pouvez en parallèle contacter l’équipe CFE-CGC pour vous aider.

 

Restez connecté pour suivre les actualités sur notre site.
Une information parfaite, complète et dénuée de tout sens politique





 

Fermer Fermer


Nouveau  Jules et Brice - par webMaster le 09/04/2018 : 14:16

Jules et Brice : vers une fusion des deux enseignes ?


jules_le_8_avril_2018.gif

Le groupe HappyChic s’apprête-t-il à s’effacer ? Créé en 2009, ce pôle appartenant à la famille Mulliez regroupe les enseignes Jules, Brice, Bizzbee et La Gentle Factory. Chapeauté depuis l’an dernier par le regroupement d’intérêt économique Fashion3 propulsé par la famille nordiste - incluant aussi Pimkie et Grain de Malice notamment -, HappyChic prépare sa mue et sa possible restructuration.

Le groupe, qui avance un chiffre d’affaires annuel de 720 millions d’euros, est épaulé depuis décembre 2017 par le cabinet de retournement d’entreprise Prosphères, également à l’œuvre chez Pimkie où un plan de départs volontaires est annoncé.

Le cabinet a dressé une radiographie des enseignes et, selon nos informations, 90 magasins Jules et 26 boutiques Brice ne seraient pas rentables. Comme chez Pimkie, des groupes de travail incluant les salariés ont été organisés pour décider des projets à mener et des arbitrages à opérer.

Fait marquant, le nom d’usage HappyChic devrait disparaître, comme l’annonce l'entreprise sur son site : « Le groupe laisse place à l’écosystème Fashion 3, qui rassemble les enseignes modes de l’Association Familiale Mulliez. Le siège baptisé "le 152" héberge lui toujours les marques Bizzbee, Brice, Jules, La Gentle Factory ainsi que le multi-store ».

Sur place, le changement semble engagé. Les panneaux HappyChic ont déjà été ôtés de l'entrée du site. Des modifications qui augurent des projets de grande ampleur. Selon plusieurs sources, le groupe planifie de fusionner ses enseignes masculines Jules et Brice. Une intention qui a été présentée dans une note d'information du comité d'entreprise.
Le scénario privilégié serait l'absorption de Brice par Jules.

Le nouvel ensemble aurait un nouveau nom qui reste encore à déterminer. Un choix qui, s’il est appliqué, inquiète déjà les syndicats, craignant une réduction du parc et de possibles suppressions de postes. « Que va-t-il se passer dans les centres commerciaux où il y a une boutique Brice et une boutique Jules ? questionnent les syndicats d’HappyChic. Pour le moment, tout est flou ». De son côté, Bizzbee s'émanciperait de ses deux aînées. La direction n’a pas pour l'heure répondu à nos sollicitations. Selon les syndocats, il n’y aurait plus de direction des ressources humaines au sein du groupe, ni de direction générale incarnée pour chacune des deux enseignes.
 
Née en 2000, la chaîne de mode masculine Jules cible les actifs et urbains de 18 à 40 ans, et revendique un réseau d’environ 450 magasins répartis dans 17 pays. Brice, fondée en 1985, totalise quant à elle près de 200 points de vente dans cinq pays.

Lire la suite Lire la suite

Jules et Brice : vers une fusion des deux enseignes ?


jules_le_8_avril_2018.gif

Le groupe HappyChic s’apprête-t-il à s’effacer ? Créé en 2009, ce pôle appartenant à la famille Mulliez regroupe les enseignes Jules, Brice, Bizzbee et La Gentle Factory. Chapeauté depuis l’an dernier par le regroupement d’intérêt économique Fashion3 propulsé par la famille nordiste - incluant aussi Pimkie et Grain de Malice notamment -, HappyChic prépare sa mue et sa possible restructuration.

Le groupe, qui avance un chiffre d’affaires annuel de 720 millions d’euros, est épaulé depuis décembre 2017 par le cabinet de retournement d’entreprise Prosphères, également à l’œuvre chez Pimkie où un plan de départs volontaires est annoncé.

Le cabinet a dressé une radiographie des enseignes et, selon nos informations, 90 magasins Jules et 26 boutiques Brice ne seraient pas rentables. Comme chez Pimkie, des groupes de travail incluant les salariés ont été organisés pour décider des projets à mener et des arbitrages à opérer.

Fait marquant, le nom d’usage HappyChic devrait disparaître, comme l’annonce l'entreprise sur son site : « Le groupe laisse place à l’écosystème Fashion 3, qui rassemble les enseignes modes de l’Association Familiale Mulliez. Le siège baptisé "le 152" héberge lui toujours les marques Bizzbee, Brice, Jules, La Gentle Factory ainsi que le multi-store ».

Sur place, le changement semble engagé. Les panneaux HappyChic ont déjà été ôtés de l'entrée du site. Des modifications qui augurent des projets de grande ampleur. Selon plusieurs sources, le groupe planifie de fusionner ses enseignes masculines Jules et Brice. Une intention qui a été présentée dans une note d'information du comité d'entreprise.
Le scénario privilégié serait l'absorption de Brice par Jules.

Le nouvel ensemble aurait un nouveau nom qui reste encore à déterminer. Un choix qui, s’il est appliqué, inquiète déjà les syndicats, craignant une réduction du parc et de possibles suppressions de postes. « Que va-t-il se passer dans les centres commerciaux où il y a une boutique Brice et une boutique Jules ? questionnent les syndicats d’HappyChic. Pour le moment, tout est flou ». De son côté, Bizzbee s'émanciperait de ses deux aînées. La direction n’a pas pour l'heure répondu à nos sollicitations. Selon les syndocats, il n’y aurait plus de direction des ressources humaines au sein du groupe, ni de direction générale incarnée pour chacune des deux enseignes.
 
Née en 2000, la chaîne de mode masculine Jules cible les actifs et urbains de 18 à 40 ans, et revendique un réseau d’environ 450 magasins répartis dans 17 pays. Brice, fondée en 1985, totalise quant à elle près de 200 points de vente dans cinq pays.

Fermer Fermer


Happychic - par webMaster le 08/04/2018 : 18:54

HappyChic : les syndicats se mobilisent pour alerter sur la situation du groupe

Remue-ménage chez Happychic : les syndicats du groupe d’habillement nordiste se réunissent ce vendredi 6 avril pour alerter les salariés et l’opinion sur le flou jeté selon eux par la direction sur l’avenir des marques, alors que celle-ci projette de fusionner ses enseignes masculines Jules et Brice.


jules_le_6_avril_2018.gif

L'enseigne Jules, née en 2000, vise les hommes de 18 à 40 ans
 

Pour se faire entendre, les syndicats organisent ce 6 avril en après-midi une action dans le centre-ville de Lille, dans l'artère commerçante de la rue de Béthune, où sont regroupés trois magasins du groupe (Jules, Brice et Bizzbee). La presse locale a été conviée.

« Nous sommes en colère, on ne nous dit pas les choses, regrette un délégué syndical, précisant que le groupe emploie près de 3 500 personnes. Les chiffres seraient catastrophiques et les salariés sont inquiets. S’il doit y avoir à terme des suppressions de postes, nous souhaiterions en être informés ».

Selon le groupement syndical, un nouvel homme fort du cabinet Prosphères vient d’arriver au siège, en remplacement d’Hervé Chabrerie : il s’agit de Philippe Favre, qui était jusqu’ici au chevet de la marque Mellow Yellow, et avait surtout mené le redressement de Grain de Malice (autre enseigne de la famille Mulliez), entre juin 2016 et octobre 2017. Un plan social touchant 177 emplois et incluant la fermeture de 39 magasins s’était concrétisé durant cette période.

Selon nos informations, le nom d’usage "HappyChic" s’efface également. Comme l’annonce l'entreprise sur son site : « Le groupe laisse place à l’écosystème Fashion 3, qui rassemble les enseignes modes de l’Association Familiale Mulliez. Le siège baptisé "le 152" héberge lui toujours les marques Bizzbee, Brice, Jules, La Gentle Factory ainsi que le multi-store ».

D'après plusieurs sources, la fusion des chaînes masculines Jules et Brice est planifiée : le scénario privilégié serait l'absorption de Brice par Jules. Un choix qui fait craindre une réduction du parc de magasins, puisque de nombreux points de vente des deux marques ne seraient pas rentables : 90 unités pour Jules, 26 pour Brice.

A ce jour, Jules compte 450 magasins et Brice près de 200.


 

Lire la suite Lire la suite

HappyChic : les syndicats se mobilisent pour alerter sur la situation du groupe

Remue-ménage chez Happychic : les syndicats du groupe d’habillement nordiste se réunissent ce vendredi 6 avril pour alerter les salariés et l’opinion sur le flou jeté selon eux par la direction sur l’avenir des marques, alors que celle-ci projette de fusionner ses enseignes masculines Jules et Brice.


jules_le_6_avril_2018.gif

L'enseigne Jules, née en 2000, vise les hommes de 18 à 40 ans
 

Pour se faire entendre, les syndicats organisent ce 6 avril en après-midi une action dans le centre-ville de Lille, dans l'artère commerçante de la rue de Béthune, où sont regroupés trois magasins du groupe (Jules, Brice et Bizzbee). La presse locale a été conviée.

« Nous sommes en colère, on ne nous dit pas les choses, regrette un délégué syndical, précisant que le groupe emploie près de 3 500 personnes. Les chiffres seraient catastrophiques et les salariés sont inquiets. S’il doit y avoir à terme des suppressions de postes, nous souhaiterions en être informés ».

Selon le groupement syndical, un nouvel homme fort du cabinet Prosphères vient d’arriver au siège, en remplacement d’Hervé Chabrerie : il s’agit de Philippe Favre, qui était jusqu’ici au chevet de la marque Mellow Yellow, et avait surtout mené le redressement de Grain de Malice (autre enseigne de la famille Mulliez), entre juin 2016 et octobre 2017. Un plan social touchant 177 emplois et incluant la fermeture de 39 magasins s’était concrétisé durant cette période.

Selon nos informations, le nom d’usage "HappyChic" s’efface également. Comme l’annonce l'entreprise sur son site : « Le groupe laisse place à l’écosystème Fashion 3, qui rassemble les enseignes modes de l’Association Familiale Mulliez. Le siège baptisé "le 152" héberge lui toujours les marques Bizzbee, Brice, Jules, La Gentle Factory ainsi que le multi-store ».

D'après plusieurs sources, la fusion des chaînes masculines Jules et Brice est planifiée : le scénario privilégié serait l'absorption de Brice par Jules. Un choix qui fait craindre une réduction du parc de magasins, puisque de nombreux points de vente des deux marques ne seraient pas rentables : 90 unités pour Jules, 26 pour Brice.

A ce jour, Jules compte 450 magasins et Brice près de 200.


 

Fermer Fermer


Kiabi - par webMaster le 06/04/2018 : 12:18

Kiabi poursuit sa conquête du Moyen-Orient

Présent dans 16 pays avec 500 magasins au compteur, Kiabi vient de faire son entrée sur un nouveau marché : les Emirats arabes unis. Faisant de son développement à l’international son axe majeur de croissance, l’enseigne d’habillement nordiste a ouvert deux premiers magasins à Dubaï fin mars, par le biais de son partenariat avec Al Futtaim.

kiabi_1__le_5_avril_2018.gif
Les premiers magasins de Kiabi à Dubaï ont été inaugurés les 27 et 28 mars 2018.

 

Ce franchisé, qui a mené l’arrivée de Kiabi au Moyen-Orient en 2015 avec une implantation en Arabie saoudite, a installé un premier magasin au sein du Dubai Festival City Mall et un second dans le centre commercial Ibn-Battuta Mall. De nouvelles ouvertures sont à venir, précise Al-Futtaim, indiquant de plus qu’un site marchand dédié au pays est en préparation. L’objectif de la chaîne ? Devenir à terme le leader de la mode abordable dédiée à la famille dans tout le Moyen-Orient.



kiabi_2_le_5_avril_2018.gif
Le récent concept de la marque y est déployé.

 

Kiabi, qui a généré un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros en 2017, soit une hausse de 4,6 %, progresse donc hors de ses frontières. Après avoir essaimé en Europe, l’enseigne vise plus loin en renforçant sa présence au Maghreb et en ciblant pour cette année de premières boutiques sur les très grands marchés que sont le Brésil, la Chine et l'Inde. Alors qu’en 2016 la part des ventes réalisées à l’étranger représentait 27 % de son chiffre d’affaires, l’ambition du distributeur, qui fête ses 40 ans cette année, est d’atteindre les 50 % en 2021.



 

Lire la suite Lire la suite

Kiabi poursuit sa conquête du Moyen-Orient

Présent dans 16 pays avec 500 magasins au compteur, Kiabi vient de faire son entrée sur un nouveau marché : les Emirats arabes unis. Faisant de son développement à l’international son axe majeur de croissance, l’enseigne d’habillement nordiste a ouvert deux premiers magasins à Dubaï fin mars, par le biais de son partenariat avec Al Futtaim.

kiabi_1__le_5_avril_2018.gif
Les premiers magasins de Kiabi à Dubaï ont été inaugurés les 27 et 28 mars 2018.

 

Ce franchisé, qui a mené l’arrivée de Kiabi au Moyen-Orient en 2015 avec une implantation en Arabie saoudite, a installé un premier magasin au sein du Dubai Festival City Mall et un second dans le centre commercial Ibn-Battuta Mall. De nouvelles ouvertures sont à venir, précise Al-Futtaim, indiquant de plus qu’un site marchand dédié au pays est en préparation. L’objectif de la chaîne ? Devenir à terme le leader de la mode abordable dédiée à la famille dans tout le Moyen-Orient.



kiabi_2_le_5_avril_2018.gif
Le récent concept de la marque y est déployé.

 

Kiabi, qui a généré un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros en 2017, soit une hausse de 4,6 %, progresse donc hors de ses frontières. Après avoir essaimé en Europe, l’enseigne vise plus loin en renforçant sa présence au Maghreb et en ciblant pour cette année de premières boutiques sur les très grands marchés que sont le Brésil, la Chine et l'Inde. Alors qu’en 2016 la part des ventes réalisées à l’étranger représentait 27 % de son chiffre d’affaires, l’ambition du distributeur, qui fête ses 40 ans cette année, est d’atteindre les 50 % en 2021.



 

Fermer Fermer


La Halle - par webMaster le 05/04/2018 : 20:19

La Halle demande à ses caissières d'oublier les réductions pour les clients

  

Malaise à La Halle. Le contenu d'un courriel a étéenvoyé lundi 12 mars par le directeur commercial de l'enseigne du groupe Vivarte, à ses employés. Il leur est demandé de ne plus signaler aux clients leurs réductions automatiques lors du passage en caisse.


la_halle_le_4_avril_2018.gif

 

La raison ? Après le Plan de sauvegarde de l'emploi de l'an dernier qui a vu 135 magasins et 451 postes supprimés, l'heure est aux économies pour La Halle. « Nous avons décidé de modifier dès à présent notre animation du programme auprès des clients », justifie le directeur commercial dans une communication, car les remises accordées à plus de 6,5 millions de clients impactent « de plus en plus fortement les résultats de marge ». Or, les clients de La Halle se voyaient offert jusqu'à présent 20 % de réduction au cinquième passage en caisse, sans oublier celles prévues lors de leur anniversaire.

C'est trop, donc, pour l'enseigne qui va revoir son programme de fidélité. En attendant, « je vous demande donc, avec la plus grande exigence, et ce à partir de samedi 17 mars au matin (dès l'ouverture), de ne plus présenter à chaque client leurs avantages en cours. Ceci concerne tous les avantages et toutes les offres », écrit le directeur commercial. De même, le courriel rappelant aux clients leur nombre de passages en caisse a été supprimé.

Le directeur commercial précise néanmoins que, si le client demande que ses avantages lui soient appliqués, ils le seront et cela même a posteriori, « avec un discours commun à tous en présentant nos excuses pour cet oubli ».

 

La Halle reconnait « une expression maladroite ». « La note envoyée aux magasins ne modifie en rien l’actuel programme de fidélité, mais demande de l’adapter le temps de la mise en place du nouveau programme. (…) Ce nouveau programme vise davantage à se situer dans le relationnel que dans le rabais, les prix étant de nouveau compétitifs au quotidien », a-t-elle indiqué.

Lire la suite Lire la suite

La Halle demande à ses caissières d'oublier les réductions pour les clients

  

Malaise à La Halle. Le contenu d'un courriel a étéenvoyé lundi 12 mars par le directeur commercial de l'enseigne du groupe Vivarte, à ses employés. Il leur est demandé de ne plus signaler aux clients leurs réductions automatiques lors du passage en caisse.


la_halle_le_4_avril_2018.gif

 

La raison ? Après le Plan de sauvegarde de l'emploi de l'an dernier qui a vu 135 magasins et 451 postes supprimés, l'heure est aux économies pour La Halle. « Nous avons décidé de modifier dès à présent notre animation du programme auprès des clients », justifie le directeur commercial dans une communication, car les remises accordées à plus de 6,5 millions de clients impactent « de plus en plus fortement les résultats de marge ». Or, les clients de La Halle se voyaient offert jusqu'à présent 20 % de réduction au cinquième passage en caisse, sans oublier celles prévues lors de leur anniversaire.

C'est trop, donc, pour l'enseigne qui va revoir son programme de fidélité. En attendant, « je vous demande donc, avec la plus grande exigence, et ce à partir de samedi 17 mars au matin (dès l'ouverture), de ne plus présenter à chaque client leurs avantages en cours. Ceci concerne tous les avantages et toutes les offres », écrit le directeur commercial. De même, le courriel rappelant aux clients leur nombre de passages en caisse a été supprimé.

Le directeur commercial précise néanmoins que, si le client demande que ses avantages lui soient appliqués, ils le seront et cela même a posteriori, « avec un discours commun à tous en présentant nos excuses pour cet oubli ».

 

La Halle reconnait « une expression maladroite ». « La note envoyée aux magasins ne modifie en rien l’actuel programme de fidélité, mais demande de l’adapter le temps de la mise en place du nouveau programme. (…) Ce nouveau programme vise davantage à se situer dans le relationnel que dans le rabais, les prix étant de nouveau compétitifs au quotidien », a-t-elle indiqué.

Fermer Fermer


Zara - par webMaster le 04/04/2018 : 10:08

Comment Zara l'a emporté sur H&M... et sur les autres concurrents

cliquez sur le lien ci dessous pour visualiser la vidéo de 3 minutes




zara_le_3_avril_2018.gif





 

Lire la suite Lire la suite

Comment Zara l'a emporté sur H&M... et sur les autres concurrents

cliquez sur le lien ci dessous pour visualiser la vidéo de 3 minutes




zara_le_3_avril_2018.gif





 

Fermer Fermer


H&M - par webMaster le 03/04/2018 : 13:30

Le détaillant de vêtements H&M croule sous 4 milliards de dollars de produits invendus

hetm_le_5_janvier_2018.gif

Malgré une série de démarques généralisées, la chaîne de vêtements suédoise H&M peine à vendre 4 milliards de dollars de marchandises en surplus -et notamment des costumes d'Halloween et des pulls de Noël- depuis des mois, à l'heure où les consommateurs changent de plus en plus vite et que la concurrence augmente. L'entreprise, depuis des années un chouchou de ce qu'on appelle la mode éphémère, dit avoir du mal à persuader ses clients d'acheter ses vêtements. Les ventes baissent, les bénéfices sont à leur plus bas niveau depuis 16 ans et les stocks sont en hausse, a indiqué le 27 mars la société mère de H&M, Hennes & Mauritz. Les actions de l'action du détaillant ont chuté à leur plus bas niveau depuis 2005.

« La transformation rapide du secteur de la distribution de mode se poursuit », a déclaré le directeur général de H&M, Karl-Johan Persson, dans un communiqué. « Le début de l'année a été difficile. La faiblesse des ventes combinée à des démarques substantielles a eu un impact négatif significatif sur les résultats du premier trimestre ». Selon les analystes, c'est une confluence de facteurs qui a conduit aux problèmes de H&M. Parmi eux, ceux qu'on appelle les « enfants du millénaire » grandissent et sont plus intéressés par l'achat de vêtements bien faits que par celui d'articles bon marché. D'après Milton Pedraza, directeur général du Luxury Institute, un marché basé à New York, les entreprises comme Zara, Topshop, Uniqlo et Asos sont de plus en plus concurrentielles, les clients ayant tendance à les associer à des vêtements de meilleure qualité et à de meilleurs sites Internet.

« Les millénaires recherchent la qualité plutôt que la quantité, ce qui signifie qu'ils ne veulent plus de produits jetables », a déclaré M. Pedraza. « Ils se soucient moins de la mode et plus du classique et de la qualité, ce que H&M n'a pas été en mesure de fournir ». Au cours du dernier trimestre, H&M a annoncé que ses stocks avaient augmenté de 7% pour atteindre un niveau record de 4 milliards de dollars. Le 27 mars, le site Internet de l'entreprise faisait la promotion de « réductions supplémentaires allant jusqu'à 70% ». De nombreux articles étaient manifestement âgés de plusieurs mois : les T-shirts sur le thème d'Halloween se vendaient ainsi à 3,99 dollars, tandis que les déguisements de Père Noël pour enfants étaient sacrifiés à 4,99 dollars.

Au cours des dernières années, les stocks excessifs ont touché un certain nombre de détaillants traditionnels, car les clients font de plus en plus leurs achats en ligne et se tournent vers des petites start-ups pour des vêtements plus uniques. Plusieurs chaînes ont réduit leurs stocks l'année dernière, dans l'espoir d'éviter d'offrir des réductions importantes sur les marchandises restantes. Le plan a semblé fonctionner : les détaillants ont affiché leurs performances les plus réussies depuis des années, et beaucoup ont dit qu'ils n'avaient pas à recourir à des démarques énormes.

Cependant, ce n'a pas été le cas chez H&M. En tant que deuxième plus grand détaillant de vêtements au monde (derrière Inditex, qui possède Zara), les analystes disent que l'entreprise est particulièrement sensible aux caprices des consommateurs.

Les ventes trimestrielles de H&M ont commencé à chuter à la fin de l'année dernière.


 

Lire la suite Lire la suite

Le détaillant de vêtements H&M croule sous 4 milliards de dollars de produits invendus

hetm_le_5_janvier_2018.gif

Malgré une série de démarques généralisées, la chaîne de vêtements suédoise H&M peine à vendre 4 milliards de dollars de marchandises en surplus -et notamment des costumes d'Halloween et des pulls de Noël- depuis des mois, à l'heure où les consommateurs changent de plus en plus vite et que la concurrence augmente. L'entreprise, depuis des années un chouchou de ce qu'on appelle la mode éphémère, dit avoir du mal à persuader ses clients d'acheter ses vêtements. Les ventes baissent, les bénéfices sont à leur plus bas niveau depuis 16 ans et les stocks sont en hausse, a indiqué le 27 mars la société mère de H&M, Hennes & Mauritz. Les actions de l'action du détaillant ont chuté à leur plus bas niveau depuis 2005.

« La transformation rapide du secteur de la distribution de mode se poursuit », a déclaré le directeur général de H&M, Karl-Johan Persson, dans un communiqué. « Le début de l'année a été difficile. La faiblesse des ventes combinée à des démarques substantielles a eu un impact négatif significatif sur les résultats du premier trimestre ». Selon les analystes, c'est une confluence de facteurs qui a conduit aux problèmes de H&M. Parmi eux, ceux qu'on appelle les « enfants du millénaire » grandissent et sont plus intéressés par l'achat de vêtements bien faits que par celui d'articles bon marché. D'après Milton Pedraza, directeur général du Luxury Institute, un marché basé à New York, les entreprises comme Zara, Topshop, Uniqlo et Asos sont de plus en plus concurrentielles, les clients ayant tendance à les associer à des vêtements de meilleure qualité et à de meilleurs sites Internet.

« Les millénaires recherchent la qualité plutôt que la quantité, ce qui signifie qu'ils ne veulent plus de produits jetables », a déclaré M. Pedraza. « Ils se soucient moins de la mode et plus du classique et de la qualité, ce que H&M n'a pas été en mesure de fournir ». Au cours du dernier trimestre, H&M a annoncé que ses stocks avaient augmenté de 7% pour atteindre un niveau record de 4 milliards de dollars. Le 27 mars, le site Internet de l'entreprise faisait la promotion de « réductions supplémentaires allant jusqu'à 70% ». De nombreux articles étaient manifestement âgés de plusieurs mois : les T-shirts sur le thème d'Halloween se vendaient ainsi à 3,99 dollars, tandis que les déguisements de Père Noël pour enfants étaient sacrifiés à 4,99 dollars.

Au cours des dernières années, les stocks excessifs ont touché un certain nombre de détaillants traditionnels, car les clients font de plus en plus leurs achats en ligne et se tournent vers des petites start-ups pour des vêtements plus uniques. Plusieurs chaînes ont réduit leurs stocks l'année dernière, dans l'espoir d'éviter d'offrir des réductions importantes sur les marchandises restantes. Le plan a semblé fonctionner : les détaillants ont affiché leurs performances les plus réussies depuis des années, et beaucoup ont dit qu'ils n'avaient pas à recourir à des démarques énormes.

Cependant, ce n'a pas été le cas chez H&M. En tant que deuxième plus grand détaillant de vêtements au monde (derrière Inditex, qui possède Zara), les analystes disent que l'entreprise est particulièrement sensible aux caprices des consommateurs.

Les ventes trimestrielles de H&M ont commencé à chuter à la fin de l'année dernière.


 

Fermer Fermer


Essentiel CE PPP du mardi 27 mars 2018 - par webMaster le 02/04/2018 : 18:41

Essentiel CE PPP du mardi 27 mars 2018

ce_ppp_mars_2018_les_chiffres.gif

ce_ppp_mars_2018_les_tendances.gif



 

Nouvelle classification

Cette nouvelle classification, décidée par la convention collective de l’Habillement, détermine par métiers les compétences minimum attendues .
Elle doit prendre effet le 1 juillet 2018.

Le CE PPP a dépêché un expert pour vérifier que les critères utilisés par la direction sont les plus objectifs.
Cette expertise peut reculer la mise en place de cette nouvelle classification.

Nous rappelons que cette classification analyse les métiers et non les personnes qui sont dans les métiers.

Cette nouvelle classification ne remet en aucun cas en cause les salaires et  les primes d’ancienneté des salariés présents actuellement.
Les nouvelles grilles salariales ne concerneront que les nouvelles entrées.

Sur les fiches de paie figureront les métiers définis par la convention collective.

Nous sommes dans l’attente des résultats de l’expertise du CE PPP.


Test arrêt du plaquetage

La direction informe que 50 magasins en France ont souhaité tester l’arrêt du plaquetage des articles.
L’entrepôt conserve le plaquetage pour certains magasins.
Test à suivre…

Conventions Roadmap

Le CE PPP s’interroge sur le nombre de réunions et leurs coûts.
La direction a expliqué que le coût global ne dépasse pas celui d’une convention nationale organisée les années précédentes.

 

Partenariats Pimkie

La direction donne le nom des partenaires Pimkie qui sont amenés à commercialiser nos articles :

Asos, Amazon, Ventes Privées, Showroom Privé et Zalando sont nos partenaires actuels.

La CA réalisé et le déstockage est conséquent.

Cependant, Il reste plus de 2 millions de pièces de résiduels Hiver au cumul international.

 

Congés payés

La direction indique que dans le cadre de l’autonomie, les équipes magasins organiseront  leurs congés en toute indépendance, tout en préservant l’intérêt collectif.

La direction précise que l’ADR pourra avoir un droit de regard.
 

Cessions des actifs immobiliers de Pimkie

La direction informe de la mise en vente des actifs immobiliers. Pour la direction, notre métier est de faire du commerce et non d’être propriétaire de biens immobiliers.

Des mandats de ventes ont été signés pour l’ensemble des bâtiments de Neuville, de Villeneuve d’Ascq,  et des 35 magasins français dont nous sommes propriétaires des murs.
 « Nous resteront locataires » précise la direction, « ces ventes nous permettront  de remettre notre trésorerie dans de meilleures conditions et de reconstituer les fonds propres ».

La direction estime pouvoir vendre,en 2018,  50% des biens détenus.

La direction précise que les bureaux des Ressources Humaines, et des services Financiers de Neuville repartent sur Villeneuve pour fin 2018.

Concernant les services du support réseaux (direction des magasins, approvisionnement, inventaires,  merchandising, expansion) resteront pour l’instant sur Neuville avec une possibilité de retour sur Villeneuve mi 2019.

La logistique reste sur Neuville.

Pour la CFE-CGC :  ces ventes posent plusieurs interrogations sur la "mobilité" de Pimkie Neuville et Villeneuve, la fusion possible avec d’autres enseignes, des conséquences sur les emplois, et la perte d’une assise financière…

Restitution des groupes de travail sur l’Offre

La leader Offre est venue exposer les nouvelles stratégies Offre :

  1. Réduction des articles reconduits, avec  validation en table ronde avec des RM
  2. Mise en place de table ronde clientes pour présenter et faire valider la collection
  3. Adaptation du calendrier de la collection internationale en fonction  des zones
  4. Arrêt des spécifiques
  5. La collection sera composée de 50% d’essentiels
  6. Forte réduction de l’aérien dont les coûts sont élévés
  7. Réduction des délais d’approvisionnement pour une meilleure réactivité
  8. Réduction des gammes accessoires
  9. Arrêt des parfums, bijoux et décorations

La CFE-CGC a attiré l’attention sur 2 points fort et essentiels :

  1. la stabilité des équipes Offre afin d’avoir une organisation « plus mature ».
     
  2. La réduction des délais d’approvisionnement :  qui nous pénalisent face à nos concurrents, pour répondre rapidement aux demandes clientes, et  éviter les surstocks de fin de saison.

Pour la Leader Offre, les résultats devraient s’améliorer à partir du SS3 pour obtenir un résultat  à zéro sur le PE 2018
et être en positif sur AW 2018, avec une réduction de 4 point de décote.


Prochaine CE PPP 


Jeudi 19 avril 2018


 

---------------------------------------------------------------------------------------

Les effectifs

Cliquez sur les lien ci dessous pour les détails


Magasins
effectifs.gif


Neuville
effectifs.gif






 

Lire la suite Lire la suite

Essentiel CE PPP du mardi 27 mars 2018

ce_ppp_mars_2018_les_chiffres.gif

ce_ppp_mars_2018_les_tendances.gif



 

Nouvelle classification

Cette nouvelle classification, décidée par la convention collective de l’Habillement, détermine par métiers les compétences minimum attendues .
Elle doit prendre effet le 1 juillet 2018.

Le CE PPP a dépêché un expert pour vérifier que les critères utilisés par la direction sont les plus objectifs.
Cette expertise peut reculer la mise en place de cette nouvelle classification.

Nous rappelons que cette classification analyse les métiers et non les personnes qui sont dans les métiers.

Cette nouvelle classification ne remet en aucun cas en cause les salaires et  les primes d’ancienneté des salariés présents actuellement.
Les nouvelles grilles salariales ne concerneront que les nouvelles entrées.

Sur les fiches de paie figureront les métiers définis par la convention collective.

Nous sommes dans l’attente des résultats de l’expertise du CE PPP.


Test arrêt du plaquetage

La direction informe que 50 magasins en France ont souhaité tester l’arrêt du plaquetage des articles.
L’entrepôt conserve le plaquetage pour certains magasins.
Test à suivre…

Conventions Roadmap

Le CE PPP s’interroge sur le nombre de réunions et leurs coûts.
La direction a expliqué que le coût global ne dépasse pas celui d’une convention nationale organisée les années précédentes.

 

Partenariats Pimkie

La direction donne le nom des partenaires Pimkie qui sont amenés à commercialiser nos articles :

Asos, Amazon, Ventes Privées, Showroom Privé et Zalando sont nos partenaires actuels.

La CA réalisé et le déstockage est conséquent.

Cependant, Il reste plus de 2 millions de pièces de résiduels Hiver au cumul international.

 

Congés payés

La direction indique que dans le cadre de l’autonomie, les équipes magasins organiseront  leurs congés en toute indépendance, tout en préservant l’intérêt collectif.

La direction précise que l’ADR pourra avoir un droit de regard.
 

Cessions des actifs immobiliers de Pimkie

La direction informe de la mise en vente des actifs immobiliers. Pour la direction, notre métier est de faire du commerce et non d’être propriétaire de biens immobiliers.

Des mandats de ventes ont été signés pour l’ensemble des bâtiments de Neuville, de Villeneuve d’Ascq,  et des 35 magasins français dont nous sommes propriétaires des murs.
 « Nous resteront locataires » précise la direction, « ces ventes nous permettront  de remettre notre trésorerie dans de meilleures conditions et de reconstituer les fonds propres ».

La direction estime pouvoir vendre,en 2018,  50% des biens détenus.

La direction précise que les bureaux des Ressources Humaines, et des services Financiers de Neuville repartent sur Villeneuve pour fin 2018.

Concernant les services du support réseaux (direction des magasins, approvisionnement, inventaires,  merchandising, expansion) resteront pour l’instant sur Neuville avec une possibilité de retour sur Villeneuve mi 2019.

La logistique reste sur Neuville.

Pour la CFE-CGC :  ces ventes posent plusieurs interrogations sur la "mobilité" de Pimkie Neuville et Villeneuve, la fusion possible avec d’autres enseignes, des conséquences sur les emplois, et la perte d’une assise financière…

Restitution des groupes de travail sur l’Offre

La leader Offre est venue exposer les nouvelles stratégies Offre :

  1. Réduction des articles reconduits, avec  validation en table ronde avec des RM
  2. Mise en place de table ronde clientes pour présenter et faire valider la collection
  3. Adaptation du calendrier de la collection internationale en fonction  des zones
  4. Arrêt des spécifiques
  5. La collection sera composée de 50% d’essentiels
  6. Forte réduction de l’aérien dont les coûts sont élévés
  7. Réduction des délais d’approvisionnement pour une meilleure réactivité
  8. Réduction des gammes accessoires
  9. Arrêt des parfums, bijoux et décorations

La CFE-CGC a attiré l’attention sur 2 points fort et essentiels :

  1. la stabilité des équipes Offre afin d’avoir une organisation « plus mature ».
     
  2. La réduction des délais d’approvisionnement :  qui nous pénalisent face à nos concurrents, pour répondre rapidement aux demandes clientes, et  éviter les surstocks de fin de saison.

Pour la Leader Offre, les résultats devraient s’améliorer à partir du SS3 pour obtenir un résultat  à zéro sur le PE 2018
et être en positif sur AW 2018, avec une réduction de 4 point de décote.


Prochaine CE PPP 


Jeudi 19 avril 2018


 

---------------------------------------------------------------------------------------

Les effectifs

Cliquez sur les lien ci dessous pour les détails


Magasins
effectifs.gif


Neuville
effectifs.gif






 

Fermer Fermer


Un Jour Ailleurs - par webMaster le 30/03/2018 : 14:50

Un Jour Ailleurs cible l’affiliation pour densifier son réseau

Si Un Jour Ailleurs ne compte qu’une quinzaine de magasins affiliés à son parc de 150 adresses en France, l’enseigne de mode féminine souhaite aujourd’hui relancer plus spécifiquement ce mode de partenariat. La marque née en 1984, qui entend séduire les quinquas actives, expose son concept remanié du 25 au 28 mars au salon Franchise Expo, à Paris.

un_jour_ailleurs_le_29_mars_2018.gif
Façade de la boutique de Rouen - Un Jour Ailleurs


Ayant fait l’objet d’une procédure de sauvegarde en 2014, la marque haut de gamme a depuis lors démarré sa mue, revoyant son concept magasin, se renommant UJA Paris et débutant une nouvelle ère côté communication. Depuis l’automne dernier, son égérie n’est autre que l’actrice Julianne Moore.

« Entamé depuis quatre ans, le redressement a permis de moderniser la collection et le réseau, dont la rénovation est terminée. C’est aujourd’hui le bon moment pour déployer l’affiliation, car nous avons un vrai modèle à proposer aux potentiels partenaires », explique le directeur commercial de la marque. Un Jour Ailleurs cible pour cela des emplacements de 80 à 100 mètres carrés dans des villes où elle n’est pas encore présente, pilotés par des personnes bien ancrés localement, « pour qui la marque pourrait venir compléter le portefeuille d'enseignes sur un territoire donné ».

Dans son développement, l’enseigne continuera de mailler le territoire uniquement via l’affiliation en France, tandis qu’elle opérera tout de même quelques ouvertures en propre à Paris, à des adresses clés. Des corners au sein des grands magasins Printemps seront redéployés, notamment à Nice. Enfin, la marque inaugurera son dixième outlet en France fin avril, à Roppenheim, moins de deux ans après avoir décidé de s’orienter sur ce créneau. 

L’international, qui compte pour 20 % de ses ventes avec une cinquantaine de boutiques, représente également un relais de croissance certain pour l’entreprise, propriété du fonds Naxicap. « Une sixième adresse va prochainement ouvrir en Russie, via la franchise, tandis que nous nous réimplantons au sein des grands magasins Coin, en Italie », annonce le dirigeant.

Lire la suite Lire la suite

Un Jour Ailleurs cible l’affiliation pour densifier son réseau

Si Un Jour Ailleurs ne compte qu’une quinzaine de magasins affiliés à son parc de 150 adresses en France, l’enseigne de mode féminine souhaite aujourd’hui relancer plus spécifiquement ce mode de partenariat. La marque née en 1984, qui entend séduire les quinquas actives, expose son concept remanié du 25 au 28 mars au salon Franchise Expo, à Paris.

un_jour_ailleurs_le_29_mars_2018.gif
Façade de la boutique de Rouen - Un Jour Ailleurs


Ayant fait l’objet d’une procédure de sauvegarde en 2014, la marque haut de gamme a depuis lors démarré sa mue, revoyant son concept magasin, se renommant UJA Paris et débutant une nouvelle ère côté communication. Depuis l’automne dernier, son égérie n’est autre que l’actrice Julianne Moore.

« Entamé depuis quatre ans, le redressement a permis de moderniser la collection et le réseau, dont la rénovation est terminée. C’est aujourd’hui le bon moment pour déployer l’affiliation, car nous avons un vrai modèle à proposer aux potentiels partenaires », explique le directeur commercial de la marque. Un Jour Ailleurs cible pour cela des emplacements de 80 à 100 mètres carrés dans des villes où elle n’est pas encore présente, pilotés par des personnes bien ancrés localement, « pour qui la marque pourrait venir compléter le portefeuille d'enseignes sur un territoire donné ».

Dans son développement, l’enseigne continuera de mailler le territoire uniquement via l’affiliation en France, tandis qu’elle opérera tout de même quelques ouvertures en propre à Paris, à des adresses clés. Des corners au sein des grands magasins Printemps seront redéployés, notamment à Nice. Enfin, la marque inaugurera son dixième outlet en France fin avril, à Roppenheim, moins de deux ans après avoir décidé de s’orienter sur ce créneau. 

L’international, qui compte pour 20 % de ses ventes avec une cinquantaine de boutiques, représente également un relais de croissance certain pour l’entreprise, propriété du fonds Naxicap. « Une sixième adresse va prochainement ouvrir en Russie, via la franchise, tandis que nous nous réimplantons au sein des grands magasins Coin, en Italie », annonce le dirigeant.

Fermer Fermer


H&M - par webMaster le 29/03/2018 : 20:51

H&M: l'action perd plus de 6%, au plus bas depuis 2005

hetm_le_28_mars_2018.gif

Le géant suédois du prêt-à-porter Hennes et Mauritz (H&M) a annoncé mardi un chute de 44% de son bénéfice net au premier trimestre de son exercice 2018 décalé, faisant chuter de plus de 6% l'action à la Bourse de Stockholm.

Peu avant 12H00, l'action perdait 6,3%, à 119 couronnes, son plus bas niveau depuis 2005.

Cette baisse est "principalement due à l'incertitude entourant un potentiel redressement à venir" de la marque, a expliqué un économiste d’une banque d'investissement.

Le bénéfice net de la période décembre 2017-février 2018 est ressorti à 1,37 milliard de couronnes suédoises 135 millions d'€ contre 242 Mi d »€ un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a lui reculé de 1,7%.

"Le volume des soldes, combiné à un hiver exceptionnellement froid, ont eu un effet négatif sur les ventes de la collection printemps", a expliqué le directeur général du groupe.

En Allemagne, premier marché de H&M, les ventes ont chuté de 6% sur un an, et en France -quatrième marché du groupe-, elles se sont enfoncées de 10%.

L'enseigne a de plus en plus de mal à écouler ses stocks, en hausse de 8% en monnaie locale entre les premiers trimestres 2017 et 2018, un véritable "casse-tête" qui ne cesse de croître, selon le PDG.

Un analyste estime que "la chaîne d'approvisionnement du groupe manque de réactivité", ce qui nuie à la compétitivité du groupe.

"Leur logistique est plus lente que celle de la plupart de leurs concurrents", ajoute-t-il.

"Les stocks sont supérieurs aux prévisions, ce qui conduira à une augmentation des démarquages au deuxième trimestre 2018, par rapport au même trimestre l'année dernière", a expliqué le PDG.

Le groupe suédois table cependant sur une hausse de 25% de son commerce en ligne pour l'ensemble de l'année en cours, en dépit de la concurrence des géants comme Amazon et Alibaba.

"Les ventes en ligne du groupe ont augmenté d'environ 20%" ce trimestre, s'est félicité H&M.

Pour l'année à venir, le groupe entend ouvrir 220 nouvelles boutiques et s'installer sur deux nouveaux marchés: l'Ukraine et l'Uruguay.

H&M reste la marque vedette du groupe et la plupart des nouvelles ouvertures seront en ce nom.

Le groupe exploite également les magasins Cos, & Other Stories, Monki, Weekday et Cheap Monday, dont les ventes ne cessent de croître aussi bien en ligne qu'en magasins. 90 nouvelles boutiques sous ces marques devraient ouvrir en 2018.

Lire la suite Lire la suite

H&M: l'action perd plus de 6%, au plus bas depuis 2005

hetm_le_28_mars_2018.gif

Le géant suédois du prêt-à-porter Hennes et Mauritz (H&M) a annoncé mardi un chute de 44% de son bénéfice net au premier trimestre de son exercice 2018 décalé, faisant chuter de plus de 6% l'action à la Bourse de Stockholm.

Peu avant 12H00, l'action perdait 6,3%, à 119 couronnes, son plus bas niveau depuis 2005.

Cette baisse est "principalement due à l'incertitude entourant un potentiel redressement à venir" de la marque, a expliqué un économiste d’une banque d'investissement.

Le bénéfice net de la période décembre 2017-février 2018 est ressorti à 1,37 milliard de couronnes suédoises 135 millions d'€ contre 242 Mi d »€ un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a lui reculé de 1,7%.

"Le volume des soldes, combiné à un hiver exceptionnellement froid, ont eu un effet négatif sur les ventes de la collection printemps", a expliqué le directeur général du groupe.

En Allemagne, premier marché de H&M, les ventes ont chuté de 6% sur un an, et en France -quatrième marché du groupe-, elles se sont enfoncées de 10%.

L'enseigne a de plus en plus de mal à écouler ses stocks, en hausse de 8% en monnaie locale entre les premiers trimestres 2017 et 2018, un véritable "casse-tête" qui ne cesse de croître, selon le PDG.

Un analyste estime que "la chaîne d'approvisionnement du groupe manque de réactivité", ce qui nuie à la compétitivité du groupe.

"Leur logistique est plus lente que celle de la plupart de leurs concurrents", ajoute-t-il.

"Les stocks sont supérieurs aux prévisions, ce qui conduira à une augmentation des démarquages au deuxième trimestre 2018, par rapport au même trimestre l'année dernière", a expliqué le PDG.

Le groupe suédois table cependant sur une hausse de 25% de son commerce en ligne pour l'ensemble de l'année en cours, en dépit de la concurrence des géants comme Amazon et Alibaba.

"Les ventes en ligne du groupe ont augmenté d'environ 20%" ce trimestre, s'est félicité H&M.

Pour l'année à venir, le groupe entend ouvrir 220 nouvelles boutiques et s'installer sur deux nouveaux marchés: l'Ukraine et l'Uruguay.

H&M reste la marque vedette du groupe et la plupart des nouvelles ouvertures seront en ce nom.

Le groupe exploite également les magasins Cos, & Other Stories, Monki, Weekday et Cheap Monday, dont les ventes ne cessent de croître aussi bien en ligne qu'en magasins. 90 nouvelles boutiques sous ces marques devraient ouvrir en 2018.

Fermer Fermer


Etam - par webMaster le 28/03/2018 : 20:23

Etam teste la caisse libre-service

Dans le cadre de la transformation digitale du groupe Etam entamée en 2015, son enseigne phare expérimente de nouvelles solutions pour lier plus intimement commerce physique et en ligne. L’étiquetage RFID de ses produits va permettre de lancer le « ship from store » (soit l’expédition de produits depuis les magasins) et le passage en caisse libre-service. Les objectifs de l’enseigne de lingerie ? Améliorer la relation client, optimiser sa logistique et anticiper les comportements d’achat.

etam_le_28_mars_2018.gif
Sorti de la Bourse à l'été 2017, le groupe Etam aurait bouclé un exercice stable, autour de 1,3 milliard d'euros de ventes.


Deux des boutiques parisiennes de la marque - celles de Saint-Lazare et de Faubourg Saint-Antoine - sont à ce jour équipées de la RFID, ce principe de radio-identification fonctionnant à l’aide de puces. « L’objectif est d’implémenter cet outil dans tous les magasins du réseau français, soit 450 adresses, d’ici fin 2018, début 2019. Puis ensuite, évidemment, le déployer à l’international », comme l’annonce le directeur e-commerce et innovation de la marque.

L’un des premiers bénéfices de ce système est d’introduire pour Etam une nouvelle option en boutique, à savoir le « paiement sans caisse traditionnelle ni hôtesse, ce qu’on appelle le "self-check out" ». Concrètement, sur une borne, le client place son panier sur un crochet, tandis que l’antenne RFID enregistre aussitôt les articles, sans que l’on ait besoin de scanner d’étiquette. Le client paie alors seul à la borne via une tablette. La première semaine d’avril, un premier test sera mené dans le magasin de Saint-Lazare à Paris. « Ce service sera ensuite déployé dans une sélection de magasins à fort trafic, comme celui des Champs-Elysées, de la rue de Rennes à Paris ou de Lyon Part-Dieu », poursuit le dirigeant.

Pour l’entreprise, la RFID facilite également l’organisation et la gestion des stocks. Etam pourra à terme expédier des articles depuis un magasin à une cliente ayant passé commande en ligne. « Ce principe de "ship from store" sera développé progressivement, une fois que le système RFID aura été bien déployé. L’avantage, c’est que le client en ligne aura à disposition non seulement les stocks de l’entrepôt, mais aussi celui des 450 boutiques de l’Hexagone. Si une cliente à Lille veut un produit qui n’est disponible que dans le magasin de Nice, elle pourra le commander. Commercialement, cela nous permettra de diminuer les stocks résiduels, qui sont actuellement écoulés par des soldeurs. »

Autre nouveauté chez Etam, un service d’essai avant achat sera lancé début avril, afin de lever les freins liés à l’avance de trésorerie. Pour l’instant baptisé « try at home », ce service permettra à la cliente de passer commande en ligne en laissant ses coordonnées bancaires, mais ne sera pas débitée pendant 12 jours, ce qui lui laisse donc la possibilité de retourner le produit.



 

Lire la suite Lire la suite

Etam teste la caisse libre-service

Dans le cadre de la transformation digitale du groupe Etam entamée en 2015, son enseigne phare expérimente de nouvelles solutions pour lier plus intimement commerce physique et en ligne. L’étiquetage RFID de ses produits va permettre de lancer le « ship from store » (soit l’expédition de produits depuis les magasins) et le passage en caisse libre-service. Les objectifs de l’enseigne de lingerie ? Améliorer la relation client, optimiser sa logistique et anticiper les comportements d’achat.

etam_le_28_mars_2018.gif
Sorti de la Bourse à l'été 2017, le groupe Etam aurait bouclé un exercice stable, autour de 1,3 milliard d'euros de ventes.


Deux des boutiques parisiennes de la marque - celles de Saint-Lazare et de Faubourg Saint-Antoine - sont à ce jour équipées de la RFID, ce principe de radio-identification fonctionnant à l’aide de puces. « L’objectif est d’implémenter cet outil dans tous les magasins du réseau français, soit 450 adresses, d’ici fin 2018, début 2019. Puis ensuite, évidemment, le déployer à l’international », comme l’annonce le directeur e-commerce et innovation de la marque.

L’un des premiers bénéfices de ce système est d’introduire pour Etam une nouvelle option en boutique, à savoir le « paiement sans caisse traditionnelle ni hôtesse, ce qu’on appelle le "self-check out" ». Concrètement, sur une borne, le client place son panier sur un crochet, tandis que l’antenne RFID enregistre aussitôt les articles, sans que l’on ait besoin de scanner d’étiquette. Le client paie alors seul à la borne via une tablette. La première semaine d’avril, un premier test sera mené dans le magasin de Saint-Lazare à Paris. « Ce service sera ensuite déployé dans une sélection de magasins à fort trafic, comme celui des Champs-Elysées, de la rue de Rennes à Paris ou de Lyon Part-Dieu », poursuit le dirigeant.

Pour l’entreprise, la RFID facilite également l’organisation et la gestion des stocks. Etam pourra à terme expédier des articles depuis un magasin à une cliente ayant passé commande en ligne. « Ce principe de "ship from store" sera développé progressivement, une fois que le système RFID aura été bien déployé. L’avantage, c’est que le client en ligne aura à disposition non seulement les stocks de l’entrepôt, mais aussi celui des 450 boutiques de l’Hexagone. Si une cliente à Lille veut un produit qui n’est disponible que dans le magasin de Nice, elle pourra le commander. Commercialement, cela nous permettra de diminuer les stocks résiduels, qui sont actuellement écoulés par des soldeurs. »

Autre nouveauté chez Etam, un service d’essai avant achat sera lancé début avril, afin de lever les freins liés à l’avance de trésorerie. Pour l’instant baptisé « try at home », ce service permettra à la cliente de passer commande en ligne en laissant ses coordonnées bancaires, mais ne sera pas débitée pendant 12 jours, ce qui lui laisse donc la possibilité de retourner le produit.



 

Fermer Fermer


C&A - par webMaster le 28/03/2018 : 19:51

C&A : huit nouveaux magasins à vendre en France, fermeture à Blagnac

   

L'enseigne néerlandaise d'habillement C&A projette de vendre huit nouveaux magasins en France et va en fermer un neuvième, dans le cadre de sa stratégie de transformation, et ce sans impact négatif sur l'emploi, a annoncé lundi le groupe.


ceta_le_27_mars_2018.gif

« Comme l'entreprise s'y est engagée, ces cessions n'auraient pas d'impact négatif sur l'emploi », assure C&A dans un communiqué, « les contrats de travail des salariés dédiés aux fonds de commerce concernés seraient transférés auprès des repreneurs ».

Ce projet, qui s'inscrit dans le cadre d'une transformation imposée par un secteur très concurrentiel et en pleine mutation, vise à doter l'enseigne « d'un réseau de magasins plus adapté aux conditions d'un marché de l'habillement en pleine évolution », selon un communique de C&A.

Kiabi reprendrait cinq magasins tandis que La Halle reprendrait les trois autres. La localisation des magasins n'a pas été précisée à ce stade.

Le projet de cessions, qui intervient après la vente de 13 magasins annoncée en novembre dernier, va faire l'objet d'une phase d'information consultation des instances représentatives du personnel.

L'enseigne a par ailleurs annoncé la fermeture de son magasin de Blagnac (Haute-Garonne), « sans impact sur l'emploi car l'ensemble des salariés de ce magasin seront repositionnés dans les magasins situés à proximité », assure C&A dans un communiqué.

Lire la suite Lire la suite

C&A : huit nouveaux magasins à vendre en France, fermeture à Blagnac

   

L'enseigne néerlandaise d'habillement C&A projette de vendre huit nouveaux magasins en France et va en fermer un neuvième, dans le cadre de sa stratégie de transformation, et ce sans impact négatif sur l'emploi, a annoncé lundi le groupe.


ceta_le_27_mars_2018.gif

« Comme l'entreprise s'y est engagée, ces cessions n'auraient pas d'impact négatif sur l'emploi », assure C&A dans un communiqué, « les contrats de travail des salariés dédiés aux fonds de commerce concernés seraient transférés auprès des repreneurs ».

Ce projet, qui s'inscrit dans le cadre d'une transformation imposée par un secteur très concurrentiel et en pleine mutation, vise à doter l'enseigne « d'un réseau de magasins plus adapté aux conditions d'un marché de l'habillement en pleine évolution », selon un communique de C&A.

Kiabi reprendrait cinq magasins tandis que La Halle reprendrait les trois autres. La localisation des magasins n'a pas été précisée à ce stade.

Le projet de cessions, qui intervient après la vente de 13 magasins annoncée en novembre dernier, va faire l'objet d'une phase d'information consultation des instances représentatives du personnel.

L'enseigne a par ailleurs annoncé la fermeture de son magasin de Blagnac (Haute-Garonne), « sans impact sur l'emploi car l'ensemble des salariés de ce magasin seront repositionnés dans les magasins situés à proximité », assure C&A dans un communiqué.

Fermer Fermer


H&M - par webMaster le 27/03/2018 : 09:18

H&M fait son entrée sur la plateforme chinoise Tmall

   

H&M, le deuxième plus grand distributeur d’habillement au monde, a lancé ce mercredi sa marque principale sur la plateforme en ligne d’Alibaba, Tmall, pour essayer de résister à la concurrence qui fait rage en Chine.


hetm_le_26_mars_2018.gif
 

H&M, qui possède aussi sept autres marques créées plus récemment, distribuera, comme annoncé fin 2017, sa principale marque d’habillement bon marché via un tiers. En se positionnant sur Tmall, le géant suédois espère pouvoir rivaliser avec ses principaux concurrents.

Zara, la principale marque du leader du secteur Inditex, a pour sa part ouvert sa boutique en ligne sur Tmall en 2014, suivant l’exemple de marques occidentales comme Gap et Asos. Amazon a de son côté rejoint Tmall en 2015, en plus de sa propre boutique en ligne dans le pays.

La marque suédoise H&M a lancé sa boutique en ligne indépendante en Chine en 2014, après avoir fait son entrée dans le pays une dizaine d’années auparavant, mais le marché du e-commerce chinois est dominé par les centres commerciaux en ligne comme Tmall (Alibaba) et Taobao.

Magnus Olsson, directeur d’H&M pour la Chine, a déclaré dans une interview réalisée à Shanghai qu’H&M se devait d’être présent sur les plateformes fréquentées par la majorité de ses clients, ajoutant que les prix et l’offre sur Tmall ne seraient pas très différents de ce que l’on trouve sur hm.com en Chine.

Le groupe H&M, qui lutte pour s’adapter aux bouleversements d’un marché toujours plus tourné vers le digital, a vu la croissance de ses ventes ralentir et ses parts de marché régresser ces dernières années. Le potentiel de croissance réside dans les nouveaux marchés comme la Chine, même si le cœur de l’activité est encore en Europe. L’année passée, 11 milliards de couronnes suédoises (1,09 milliard d’euros) du chiffre d’affaires total du groupe, d’un montant de 200 milliards de couronnes suédoises (19,74 milliards d’euros), venaient de Chine, où sont implantées près de 500 de ses 4 700 enseignes dans le monde.

Tendances régionales

Selon Magnus Olsson, la concurrence est de plus en plus rude en Chine, entre un basculement de l’industrie vers le digital qui favorise les concurrents et une transparence accrue des prix. Il a également déclaré qu’H&M adaptait à présent plus ses gammes en fonction des critères spécifiques de chaque région du monde.

« Nous essayons vraiment de comprendre comment vont évoluer le comportement du consommateur et son goût pour la mode, surtout ici », a-t-il dévoilé. « Nous créons de plus en plus de collections spécialement pour l’Asie ou pour la Chine. »

Monki, une autre marque du groupe, était déjà présente sur Tmall et les autres labels devraient bientôt la rejoindre. Selon Magnus Olsson, le partenariat avec Tmall devrait ouvrir la voie à des ouvertures de boutiques dans des villes chinoises plus petites où la notoriété de la marque n’est pas encore acquise.

 

Lire la suite Lire la suite

H&M fait son entrée sur la plateforme chinoise Tmall

   

H&M, le deuxième plus grand distributeur d’habillement au monde, a lancé ce mercredi sa marque principale sur la plateforme en ligne d’Alibaba, Tmall, pour essayer de résister à la concurrence qui fait rage en Chine.


hetm_le_26_mars_2018.gif
 

H&M, qui possède aussi sept autres marques créées plus récemment, distribuera, comme annoncé fin 2017, sa principale marque d’habillement bon marché via un tiers. En se positionnant sur Tmall, le géant suédois espère pouvoir rivaliser avec ses principaux concurrents.

Zara, la principale marque du leader du secteur Inditex, a pour sa part ouvert sa boutique en ligne sur Tmall en 2014, suivant l’exemple de marques occidentales comme Gap et Asos. Amazon a de son côté rejoint Tmall en 2015, en plus de sa propre boutique en ligne dans le pays.

La marque suédoise H&M a lancé sa boutique en ligne indépendante en Chine en 2014, après avoir fait son entrée dans le pays une dizaine d’années auparavant, mais le marché du e-commerce chinois est dominé par les centres commerciaux en ligne comme Tmall (Alibaba) et Taobao.

Magnus Olsson, directeur d’H&M pour la Chine, a déclaré dans une interview réalisée à Shanghai qu’H&M se devait d’être présent sur les plateformes fréquentées par la majorité de ses clients, ajoutant que les prix et l’offre sur Tmall ne seraient pas très différents de ce que l’on trouve sur hm.com en Chine.

Le groupe H&M, qui lutte pour s’adapter aux bouleversements d’un marché toujours plus tourné vers le digital, a vu la croissance de ses ventes ralentir et ses parts de marché régresser ces dernières années. Le potentiel de croissance réside dans les nouveaux marchés comme la Chine, même si le cœur de l’activité est encore en Europe. L’année passée, 11 milliards de couronnes suédoises (1,09 milliard d’euros) du chiffre d’affaires total du groupe, d’un montant de 200 milliards de couronnes suédoises (19,74 milliards d’euros), venaient de Chine, où sont implantées près de 500 de ses 4 700 enseignes dans le monde.

Tendances régionales

Selon Magnus Olsson, la concurrence est de plus en plus rude en Chine, entre un basculement de l’industrie vers le digital qui favorise les concurrents et une transparence accrue des prix. Il a également déclaré qu’H&M adaptait à présent plus ses gammes en fonction des critères spécifiques de chaque région du monde.

« Nous essayons vraiment de comprendre comment vont évoluer le comportement du consommateur et son goût pour la mode, surtout ici », a-t-il dévoilé. « Nous créons de plus en plus de collections spécialement pour l’Asie ou pour la Chine. »

Monki, une autre marque du groupe, était déjà présente sur Tmall et les autres labels devraient bientôt la rejoindre. Selon Magnus Olsson, le partenariat avec Tmall devrait ouvrir la voie à des ouvertures de boutiques dans des villes chinoises plus petites où la notoriété de la marque n’est pas encore acquise.

 

Fermer Fermer


PDV accord pour les mobisables - par webMaster le 25/03/2018 : 19:47

L'accord, pour nos 83 collègues avec clause de mobilité, accepté par la direction !

La CFE-CGC  revendique la négociation de ces modalités spécifiques
pour nos 83 collègues.




Revendiquer et Négocier


Pour Négocier :
Nul besoin de journaliste
              Nul besoin de tapage médiatique
           Nul besoin de soutien politique


La CFE-CGC est  toujours restée à la table de négociations,
force de propositions réalistes dans l’intérêt des salariés.

 


La CFE-CGC a revendiqué et négocié pour nos 83 collègues
dont la clause de mobilité s’applique.



La direction a écouté notre revendication et a confirmé à la CFE-CGC
la mise en place de modalités spécifiques :

 

  • Garantie d’Emploi : 12 mois pour le salarié mobile et pour l’équipe du magasin d’accueil
  • Formation et Création Entreprise : 7 500€ pour l’un ou l’autre ou les deux
    et une enveloppe complémentaire de 40 000€ pour gérer les dépassements de budget si nécessaire
  • Prime de mobilité : le salarié qui accepte sa mobilité touchera une prime de 2 000€ brut au prorata du temps de travail
  • Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour 
  • Indemnisation de départ : indemnité légale + une indemnité complémentaire de départ équivalente à l’indemnité légale
  • « Switcht » pour les RM et RA : possibilité d’un switch de poste, une RM ou RMA d’un magasin « accueillant » pourrait décider de partir avec les modalités
  • Commission de suivi : composée des membres de la direction et des membres des organisations syndicales pour suivre les salariés en formation, en reclassement


*Attention, ces modalités sont  sous réserve de l’absence d’opposition
des organisations syndicales non signataires dans un délai de 8 jours.

La CFE-CGC a signé cet accord.



Certaines organisations syndicales  ont contesté, critiqué, bafoué nos négociations.
L’avenir de nos collègues méritait plus que ces attaques contre productives …


Notre but à la CFE-CGC est de défendre les salariés dans le cadre d’un dialogue social constructif.


La CFE-CGC  revendique la négociation de  ces modalités spécifiques pour nos 83 collègues.



 

Détail de l'accord

cliquez sur le lien ci dessous


pdv_accord_83_le_22_mars_2018.gif

Lire la suite Lire la suite

L'accord, pour nos 83 collègues avec clause de mobilité, accepté par la direction !

La CFE-CGC  revendique la négociation de ces modalités spécifiques
pour nos 83 collègues.




Revendiquer et Négocier


Pour Négocier :
Nul besoin de journaliste
              Nul besoin de tapage médiatique
           Nul besoin de soutien politique


La CFE-CGC est  toujours restée à la table de négociations,
force de propositions réalistes dans l’intérêt des salariés.

 


La CFE-CGC a revendiqué et négocié pour nos 83 collègues
dont la clause de mobilité s’applique.



La direction a écouté notre revendication et a confirmé à la CFE-CGC
la mise en place de modalités spécifiques :

 

  • Garantie d’Emploi : 12 mois pour le salarié mobile et pour l’équipe du magasin d’accueil
  • Formation et Création Entreprise : 7 500€ pour l’un ou l’autre ou les deux
    et une enveloppe complémentaire de 40 000€ pour gérer les dépassements de budget si nécessaire
  • Prime de mobilité : le salarié qui accepte sa mobilité touchera une prime de 2 000€ brut au prorata du temps de travail
  • Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour 
  • Indemnisation de départ : indemnité légale + une indemnité complémentaire de départ équivalente à l’indemnité légale
  • « Switcht » pour les RM et RA : possibilité d’un switch de poste, une RM ou RMA d’un magasin « accueillant » pourrait décider de partir avec les modalités
  • Commission de suivi : composée des membres de la direction et des membres des organisations syndicales pour suivre les salariés en formation, en reclassement


*Attention, ces modalités sont  sous réserve de l’absence d’opposition
des organisations syndicales non signataires dans un délai de 8 jours.

La CFE-CGC a signé cet accord.



Certaines organisations syndicales  ont contesté, critiqué, bafoué nos négociations.
L’avenir de nos collègues méritait plus que ces attaques contre productives …


Notre but à la CFE-CGC est de défendre les salariés dans le cadre d’un dialogue social constructif.


La CFE-CGC  revendique la négociation de  ces modalités spécifiques pour nos 83 collègues.



 

Détail de l'accord

cliquez sur le lien ci dessous


pdv_accord_83_le_22_mars_2018.gif

Fermer Fermer


La Halle - par webMaster le 22/03/2018 : 15:32

La Halle demande à ses clients de l’aider à imaginer ses modèles

Souhaitant redynamiser son attractivité auprès des consommateurs, l’enseigne de mode familiale du groupe Vivarte initie un événement participatif sur Facebook afin d’épauler ses équipes dans la conception de la collection d’entrée de saison de l’automne 2018.


la_halle_le_21_mars_2018.gif

Le dispositif de communication sur Facebook
 

Concrètement, depuis le 18 mars, les internautes sont invités à détailler leurs préférences en termes de tendances et de design des modèles. Un dispositif pensé pour « créer de l’engagement, de la préférence de marque, puis générer du trafic en magasin et sur le site », précise la chaîne, qui ouvre dans un premier temps cette consultation uniquement à ses membres VIP. Ensuite, à partir du 24 mars, trois sessions ouvertes à tous seront organisées sur Facebook, un réseau sur lequel La Halle compte plus de 416 000 abonnés : « A partir de cinq patrons, postés chaque week-end, les clients s’exprimeront sur leurs coupes, coloris, matières et imprimés favoris afin de donner vie aux pièces qu’ils ont envie de porter ».
 
Une sélection d’avis et d’idées sera effectuée et remontée aux stylistes, et chaque modèle retenu portera le nom d’un des membres de la communauté. La collection ainsi créée, appelée simplement « vous et nous », se composera de 15 pièces (vêtements et chaussures) et sera dévoilée en juillet prochain, en ligne et en magasin.

Une mobilisation sur les réseaux sociaux qui s’inscrit dans un plan de relance dévoilé en septembre dernier par le directeur général de l’enseigne. Alors qu’un plan social a touché La Halle en 2017, occasionnant la fermeture de 135 magasins et la suppression de 450 postes, les deux chaînes qui la constituent (La Halle aux Vêtements et La Halle aux Chaussures) sont en cours de fusion, sur le plan juridique comme physique.

L’objectif du dirigeant ? Passer de 1 milliard d’euros de chiffre d'affaires en 2016-2017 à 1,2 milliard d'ici 2020, avec ses quelque 870 magasins. La Halle, qui pèse plus de la moitié des ventes du groupe Vivarte, compte notamment s’appuyer sur une refonte de son offre assortie d’une baisse des prix, mais aussi un développement à l’international. Pour l’instant présente uniquement en Suisse et en Afrique, La Halle a signé un accord de franchise dans les Balkans. Le premier point de vente né de ce partenariat, un format mixte de 1 120 mètres carrés, a ouvert ses portes en février dernier à Tirana, en Albanie.




 

Lire la suite Lire la suite

La Halle demande à ses clients de l’aider à imaginer ses modèles

Souhaitant redynamiser son attractivité auprès des consommateurs, l’enseigne de mode familiale du groupe Vivarte initie un événement participatif sur Facebook afin d’épauler ses équipes dans la conception de la collection d’entrée de saison de l’automne 2018.


la_halle_le_21_mars_2018.gif

Le dispositif de communication sur Facebook
 

Concrètement, depuis le 18 mars, les internautes sont invités à détailler leurs préférences en termes de tendances et de design des modèles. Un dispositif pensé pour « créer de l’engagement, de la préférence de marque, puis générer du trafic en magasin et sur le site », précise la chaîne, qui ouvre dans un premier temps cette consultation uniquement à ses membres VIP. Ensuite, à partir du 24 mars, trois sessions ouvertes à tous seront organisées sur Facebook, un réseau sur lequel La Halle compte plus de 416 000 abonnés : « A partir de cinq patrons, postés chaque week-end, les clients s’exprimeront sur leurs coupes, coloris, matières et imprimés favoris afin de donner vie aux pièces qu’ils ont envie de porter ».
 
Une sélection d’avis et d’idées sera effectuée et remontée aux stylistes, et chaque modèle retenu portera le nom d’un des membres de la communauté. La collection ainsi créée, appelée simplement « vous et nous », se composera de 15 pièces (vêtements et chaussures) et sera dévoilée en juillet prochain, en ligne et en magasin.

Une mobilisation sur les réseaux sociaux qui s’inscrit dans un plan de relance dévoilé en septembre dernier par le directeur général de l’enseigne. Alors qu’un plan social a touché La Halle en 2017, occasionnant la fermeture de 135 magasins et la suppression de 450 postes, les deux chaînes qui la constituent (La Halle aux Vêtements et La Halle aux Chaussures) sont en cours de fusion, sur le plan juridique comme physique.

L’objectif du dirigeant ? Passer de 1 milliard d’euros de chiffre d'affaires en 2016-2017 à 1,2 milliard d'ici 2020, avec ses quelque 870 magasins. La Halle, qui pèse plus de la moitié des ventes du groupe Vivarte, compte notamment s’appuyer sur une refonte de son offre assortie d’une baisse des prix, mais aussi un développement à l’international. Pour l’instant présente uniquement en Suisse et en Afrique, La Halle a signé un accord de franchise dans les Balkans. Le premier point de vente né de ce partenariat, un format mixte de 1 120 mètres carrés, a ouvert ses portes en février dernier à Tirana, en Albanie.




 

Fermer Fermer


Takko - par webMaster le 21/03/2018 : 18:04

Takko : l’enseigne allemande de mode discount attaque le marché français   

Avec 1 900 magasins répartis dans 16 pays européens, Takko fait figure de poids lourd de l’habillement discount sur le Vieux Continent. En France, cette enseigne était cependant encore inconnue jusqu’au mois de février dernier. Car le distributeur né en 1982 à Telgte, en Westphalie, a enfin posé un premier pied outre-Rhin, poursuivant là une offensive retail réfléchie.

takko_1_le_20_mars_2018.gif
Le magasin de Lexy, en Meurthe-et-Moselle

 

Sur son 17e marché donc, Takko a choisi la proximité en s’installant non loin de la frontière, à 40 kilomètres de l’Allemagne, dans la petite ville de Lexy, en Meurthe-et-Moselle. Inauguré le 28 février, le point de vente de 415 mètres carrés prend place au sein d’un nouveau retail park ayant pour locomotive un hypermarché Leclerc. Un format qu’affectionne l’enseigne familiale, ciblant la périphérie.

Il ne s’agit pas d’une implantation esseulée, puisque Takko va ouvrir ce printemps trois autres magasins dans les villes de Frouard (dans la périphérie de Nancy), Wissenbourg (dans la pointe est du Bas-Rhin) et Pont-à-Mousson (entre Nancy et Metz). L’entreprise choisit donc de procéder en grappe, en installant une série de points de vente dans une région - celle du Grand Est – afin de tester son modèle.


takko_2_le_20_mars_2018.gif

L'intérieur du premier magasin français

 

Pour mener ce développement, l’entreprise au logo jaune et bordeaux a créé une filiale dans l’Hexagone en avril 2017, pilotée par Thomas Eichhorn, directeur des ventes internationales, et Juan Marcos Gabas, manager commercial sur ce marché. Spécialiste du hard discount dans la mode, Takko rejoint en France sur ce créneau porteur des concurrents comme le néerlandais Zeeman, les français Kiabi et Babou, ou les spécialistes du déstockage Stokomani et Noz.

L’enseigne est détenue par le fonds Apax Partners depuis huit ans : celui-ci considérerait actuellement une entrée en Bourse pour cet actif pesant près de 1,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel.



takko_3_le_20_mars_2018.gif
Tendance denim ce printemps chez Takko

 

Côté produit, Takko va droit au but, s’emparant des tendances grand public (fleurs romantiques, look 100 % jean ou encore licornes et sequins réversibles pour les enfants) pour parler au plus grand nombre et aux petits portefeuilles. Un t-shirt est par exemple étiqueté entre 3 à 12 euros, quand un pantalon est affiché entre 9 et 29 euros. En magasin, le décor est plutôt sobre : des portants métalliques côtoient des panneaux colorés au mur et des blocs bancs posés sur un sol façon parquet. Sans surprise, le prix est roi et s'expose fièrement en format XL.



 

Lire la suite Lire la suite

Takko : l’enseigne allemande de mode discount attaque le marché français   

Avec 1 900 magasins répartis dans 16 pays européens, Takko fait figure de poids lourd de l’habillement discount sur le Vieux Continent. En France, cette enseigne était cependant encore inconnue jusqu’au mois de février dernier. Car le distributeur né en 1982 à Telgte, en Westphalie, a enfin posé un premier pied outre-Rhin, poursuivant là une offensive retail réfléchie.

takko_1_le_20_mars_2018.gif
Le magasin de Lexy, en Meurthe-et-Moselle

 

Sur son 17e marché donc, Takko a choisi la proximité en s’installant non loin de la frontière, à 40 kilomètres de l’Allemagne, dans la petite ville de Lexy, en Meurthe-et-Moselle. Inauguré le 28 février, le point de vente de 415 mètres carrés prend place au sein d’un nouveau retail park ayant pour locomotive un hypermarché Leclerc. Un format qu’affectionne l’enseigne familiale, ciblant la périphérie.

Il ne s’agit pas d’une implantation esseulée, puisque Takko va ouvrir ce printemps trois autres magasins dans les villes de Frouard (dans la périphérie de Nancy), Wissenbourg (dans la pointe est du Bas-Rhin) et Pont-à-Mousson (entre Nancy et Metz). L’entreprise choisit donc de procéder en grappe, en installant une série de points de vente dans une région - celle du Grand Est – afin de tester son modèle.


takko_2_le_20_mars_2018.gif

L'intérieur du premier magasin français

 

Pour mener ce développement, l’entreprise au logo jaune et bordeaux a créé une filiale dans l’Hexagone en avril 2017, pilotée par Thomas Eichhorn, directeur des ventes internationales, et Juan Marcos Gabas, manager commercial sur ce marché. Spécialiste du hard discount dans la mode, Takko rejoint en France sur ce créneau porteur des concurrents comme le néerlandais Zeeman, les français Kiabi et Babou, ou les spécialistes du déstockage Stokomani et Noz.

L’enseigne est détenue par le fonds Apax Partners depuis huit ans : celui-ci considérerait actuellement une entrée en Bourse pour cet actif pesant près de 1,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel.



takko_3_le_20_mars_2018.gif
Tendance denim ce printemps chez Takko

 

Côté produit, Takko va droit au but, s’emparant des tendances grand public (fleurs romantiques, look 100 % jean ou encore licornes et sequins réversibles pour les enfants) pour parler au plus grand nombre et aux petits portefeuilles. Un t-shirt est par exemple étiqueté entre 3 à 12 euros, quand un pantalon est affiché entre 9 et 29 euros. En magasin, le décor est plutôt sobre : des portants métalliques côtoient des panneaux colorés au mur et des blocs bancs posés sur un sol façon parquet. Sans surprise, le prix est roi et s'expose fièrement en format XL.



 

Fermer Fermer


Zara et H&M - par webMaster le 20/03/2018 : 11:07

Zara et H&M, concurrencés par Internet, organisent leur défense   

Investissements logistiques, nouvelles technologies... Face à la féroce concurrence d'Internet, notamment d'Amazon, les géants de la mode bon marché Zara et H&M mettent les bouchées doubles en essayant de faire de leurs magasins physiques des atouts pour leurs ventes en ligne.

zara_1__le_19_mars_2018.gif

Les bornes de paiement que les clients peuvent utiliser seuls dans certains magasins Zara


Séparés par de fines cloisons, quinze plateaux photos dédiés uniquement à la mise à jour du site internet s'alignent dans un recoin de l'immense siège de Zara, près de La Corogne dans le nord-ouest de l'Espagne. Sous le crépitement incessant des flashes, des mannequins - le casting change chaque semaine- enchaînent les poses, pour obtenir sept photos montrant chaque vêtement sous tous les angles. Au total, 1 500 photos sont mises en ligne deux fois par semaine, pour coller au rythme de renouvellement des modèles en magasins.

"Les ventes en ligne sont en train de devenir un élément qui contribue de manière significative à la croissance de l'entreprise », assure le PDG du groupe Inditex, propriétaire de Zara. En 2017, ce segment a représenté 10 % des ventes, un chiffre dévoilé après des années de grande discrétion sur un virage pris avec un peu de retard, en 2010.

Acquérir « plus de visibilité online » est le principal défi du groupe s'il veut rester « compétitif à long terme », estime un analyste. Selon lui, Inditex a eu plus de mal à écouter ses stocks en 2017 en raison de la concurrence des ventes textiles d'Amazon.

En Suède chez H&M, on reconnaît que la chute des profits en 2017 est due en grande partie à la concurrence d'internet. Le marché de l'habillement subit « une grande transformation (...) qui représente un défi pour tout le monde », a expliqué le PDG mi-février. « Les grandes plateformes en ligne comme Amazon et Alibaba nuisent à notre industrie » et les nombreux petits sites spécialisés « sont réellement une force qui doit être prise en compte », selon lui.

Aux Etats-Unis, Amazon était en 2016 le premier vendeur en ligne de vêtements, et il détient même 11 % du marché total de l'habillement (19 % prévus en 2020), selon des données compilées par Bloomberg. En Europe, le chausseur allemand online Zalando a vu ses ventes bondir de 25 % entre 2012 et 2015 et le site de mode britannique Asos de 34 %, selon la Fondation E-commerce.

Défi logistique

Pour faire face, H&M a dédié 45 % de ses investissements à internet en 2017, soit près de 600 millions d'euros, prévoyant un nouveau studio photo et des applications personnalisées pour ses clients. Inditex investit aussi, sans dévoiler de montant.

Les deux groupes étendent progressivement la possibilité d'être livré le lendemain, voire le jour même après une commande online, puis de récupérer ou retourner facilement en magasin les vêtements. Ces services, cruciaux pour les clients, représentent un vrai défi logistique, face au rouleau-compresseur Amazon, à la « structure logistique bien plus grande, déjà adaptée à tous les types de produits », rappelle un PDG. Dans sa contre-attaque, Inditex a ouvert dans le monde 19 entrepôts uniquement dédiés à internet, gérés comme des magasins à part entière. H&M lui emboîtera bientôt le pas.

 


zara_2_le_19_mars_2018.gif
Magasin H&M aux Pays-Bas

 

L'Espagnol comme le Suédois s'appuient aussi sur leurs milliers de boutiques y compris pour livrer les clients. Lorsque des ventes en ligne sont lancées sur un nouveau marché, « nous atteignons très vite la profitabilité (...) grâce à notre réseau de magasins qui fait de nous une marque célèbre et appréciée », a assuré à des investisseurs le directeur financier d'H&M.

Inditex a lourdement investi dans la rénovation de ses boutiques, supprimant les plus petites au profit d'immenses magasins « étendard » dans les centres-villes. Les deux groupes mettent en place des systèmes pour éviter de rater des ventes en magasin, lorsqu'une taille n'est pas disponible par exemple, en indiquant au client que le produit est immédiatement disponible en ligne.

« La stratégie est de jouer l'omnicanalité, pour que les clients passent d'un mode de consommation à un autre. Les distributeurs qui développent à la fois leurs boutiques et les ventes en ligne sont assez performants », assure le directeur de l'observatoire économique de l'Institut français de la mode.



 

Lire la suite Lire la suite

Zara et H&M, concurrencés par Internet, organisent leur défense   

Investissements logistiques, nouvelles technologies... Face à la féroce concurrence d'Internet, notamment d'Amazon, les géants de la mode bon marché Zara et H&M mettent les bouchées doubles en essayant de faire de leurs magasins physiques des atouts pour leurs ventes en ligne.

zara_1__le_19_mars_2018.gif

Les bornes de paiement que les clients peuvent utiliser seuls dans certains magasins Zara


Séparés par de fines cloisons, quinze plateaux photos dédiés uniquement à la mise à jour du site internet s'alignent dans un recoin de l'immense siège de Zara, près de La Corogne dans le nord-ouest de l'Espagne. Sous le crépitement incessant des flashes, des mannequins - le casting change chaque semaine- enchaînent les poses, pour obtenir sept photos montrant chaque vêtement sous tous les angles. Au total, 1 500 photos sont mises en ligne deux fois par semaine, pour coller au rythme de renouvellement des modèles en magasins.

"Les ventes en ligne sont en train de devenir un élément qui contribue de manière significative à la croissance de l'entreprise », assure le PDG du groupe Inditex, propriétaire de Zara. En 2017, ce segment a représenté 10 % des ventes, un chiffre dévoilé après des années de grande discrétion sur un virage pris avec un peu de retard, en 2010.

Acquérir « plus de visibilité online » est le principal défi du groupe s'il veut rester « compétitif à long terme », estime un analyste. Selon lui, Inditex a eu plus de mal à écouter ses stocks en 2017 en raison de la concurrence des ventes textiles d'Amazon.

En Suède chez H&M, on reconnaît que la chute des profits en 2017 est due en grande partie à la concurrence d'internet. Le marché de l'habillement subit « une grande transformation (...) qui représente un défi pour tout le monde », a expliqué le PDG mi-février. « Les grandes plateformes en ligne comme Amazon et Alibaba nuisent à notre industrie » et les nombreux petits sites spécialisés « sont réellement une force qui doit être prise en compte », selon lui.

Aux Etats-Unis, Amazon était en 2016 le premier vendeur en ligne de vêtements, et il détient même 11 % du marché total de l'habillement (19 % prévus en 2020), selon des données compilées par Bloomberg. En Europe, le chausseur allemand online Zalando a vu ses ventes bondir de 25 % entre 2012 et 2015 et le site de mode britannique Asos de 34 %, selon la Fondation E-commerce.

Défi logistique

Pour faire face, H&M a dédié 45 % de ses investissements à internet en 2017, soit près de 600 millions d'euros, prévoyant un nouveau studio photo et des applications personnalisées pour ses clients. Inditex investit aussi, sans dévoiler de montant.

Les deux groupes étendent progressivement la possibilité d'être livré le lendemain, voire le jour même après une commande online, puis de récupérer ou retourner facilement en magasin les vêtements. Ces services, cruciaux pour les clients, représentent un vrai défi logistique, face au rouleau-compresseur Amazon, à la « structure logistique bien plus grande, déjà adaptée à tous les types de produits », rappelle un PDG. Dans sa contre-attaque, Inditex a ouvert dans le monde 19 entrepôts uniquement dédiés à internet, gérés comme des magasins à part entière. H&M lui emboîtera bientôt le pas.

 


zara_2_le_19_mars_2018.gif
Magasin H&M aux Pays-Bas

 

L'Espagnol comme le Suédois s'appuient aussi sur leurs milliers de boutiques y compris pour livrer les clients. Lorsque des ventes en ligne sont lancées sur un nouveau marché, « nous atteignons très vite la profitabilité (...) grâce à notre réseau de magasins qui fait de nous une marque célèbre et appréciée », a assuré à des investisseurs le directeur financier d'H&M.

Inditex a lourdement investi dans la rénovation de ses boutiques, supprimant les plus petites au profit d'immenses magasins « étendard » dans les centres-villes. Les deux groupes mettent en place des systèmes pour éviter de rater des ventes en magasin, lorsqu'une taille n'est pas disponible par exemple, en indiquant au client que le produit est immédiatement disponible en ligne.

« La stratégie est de jouer l'omnicanalité, pour que les clients passent d'un mode de consommation à un autre. Les distributeurs qui développent à la fois leurs boutiques et les ventes en ligne sont assez performants », assure le directeur de l'observatoire économique de l'Institut français de la mode.



 

Fermer Fermer


Grain de Malice - par webMaster le 19/03/2018 : 15:13

Grain de Malice amorce sa relance

Grain de Malice repart de l'avant après une période douloureuse. En 2016, l’enseigne de mode féminine de l’entité Fashion3 (Jules, Brice, Pimkie…) avait subi un plan social, occasionnant le départ de 177 personnes et la fermeture de 39 magasins en France. Elle dévoile en 2018 un plan de développement axé uniquement sur l’affiliation.


grain_de_malice_le_16_mars_2018.gif

Le nouveau concept de magasin initié en 2015, ici à Carré Sénart (77)

 

Lancée en 2007 par la famille Mulliez pour pallier le recul de Phildar, l’enseigne qui a absorbé ensuite la chaîne Xanaka en 2010 table sur l’ouverture de 10 nouveaux magasins par an d’ici 2020. Elle s’exposera pour la première fois au Salon de Franchise à Paris, fin mars : « Notre volonté première, c’est de renforcer la notoriété de la marque et de dire que l’on se redéveloppe, souligne la responsable affiliation et communication réseau. Bien sûr, la finalité serait de rencontrer des partenaires. »

Pour l’heure, un tiers du parc de 170 boutiques en France est piloté via l’affiliation. Avec deux types de profils que la chaîne souhaite toujours voir cohabiter : à savoir des commerçants qui gèrent un seul magasin et des investisseurs qui se constituent un petit réseau.
Grain de Malice vise des villes de 40 000 habitants et des emplacements d’environ 130 mètres carrés en centre-ville ou centre commercial. A l’étranger, il ne reste plus que deux points de vente en Belgique, la marque ayant été présente par le passé en Allemagne et en Autriche. La reprise à l’export n’est en revanche pas à l’ordre du jour.

« Au moment du plan social, un état des lieux a été dressé, se remémore la coordinatrice nationale de Grain de Malice. Il a été décidé de se recentrer sur les magasins les plus insérés dans leur tissu local, qui avaient une vision de proximité par rapport à la cliente. Les magasins des grands centres commerciaux de région parisienne n’étaient pas performants. »

La cliente, « une quadra dynamique sensible au conseil et la convivialité », est d’ailleurs au cœur des préoccupations pour cette relance. Un plan de formation des équipes de vente a été mis en place, intégrant des modules sur la colorimétrie, mais aussi le conseil morphologique. Il s’achèvera en juin prochain. La saisonnalité des collections s'avère plus rythmée, une nouvelle capsule est maintenant délivrée chaque mois.

Si elle ne dévoile pas le chiffre d’affaires de l’enseigne, un responsable précise que le mois de décembre dernier a enregistré une croissance des ventes à deux chiffres et que la tendance s’est poursuivie en janvier.
D'autre part, Alain Boittiaux a repris la direction générale de la marque fin 2017, prenant la suite de Philippe Favre, manager du cabinet de retournement Prosphères, appelé pour redresser la société en 2016.




 

Lire la suite Lire la suite

Grain de Malice amorce sa relance

Grain de Malice repart de l'avant après une période douloureuse. En 2016, l’enseigne de mode féminine de l’entité Fashion3 (Jules, Brice, Pimkie…) avait subi un plan social, occasionnant le départ de 177 personnes et la fermeture de 39 magasins en France. Elle dévoile en 2018 un plan de développement axé uniquement sur l’affiliation.


grain_de_malice_le_16_mars_2018.gif

Le nouveau concept de magasin initié en 2015, ici à Carré Sénart (77)

 

Lancée en 2007 par la famille Mulliez pour pallier le recul de Phildar, l’enseigne qui a absorbé ensuite la chaîne Xanaka en 2010 table sur l’ouverture de 10 nouveaux magasins par an d’ici 2020. Elle s’exposera pour la première fois au Salon de Franchise à Paris, fin mars : « Notre volonté première, c’est de renforcer la notoriété de la marque et de dire que l’on se redéveloppe, souligne la responsable affiliation et communication réseau. Bien sûr, la finalité serait de rencontrer des partenaires. »

Pour l’heure, un tiers du parc de 170 boutiques en France est piloté via l’affiliation. Avec deux types de profils que la chaîne souhaite toujours voir cohabiter : à savoir des commerçants qui gèrent un seul magasin et des investisseurs qui se constituent un petit réseau.
Grain de Malice vise des villes de 40 000 habitants et des emplacements d’environ 130 mètres carrés en centre-ville ou centre commercial. A l’étranger, il ne reste plus que deux points de vente en Belgique, la marque ayant été présente par le passé en Allemagne et en Autriche. La reprise à l’export n’est en revanche pas à l’ordre du jour.

« Au moment du plan social, un état des lieux a été dressé, se remémore la coordinatrice nationale de Grain de Malice. Il a été décidé de se recentrer sur les magasins les plus insérés dans leur tissu local, qui avaient une vision de proximité par rapport à la cliente. Les magasins des grands centres commerciaux de région parisienne n’étaient pas performants. »

La cliente, « une quadra dynamique sensible au conseil et la convivialité », est d’ailleurs au cœur des préoccupations pour cette relance. Un plan de formation des équipes de vente a été mis en place, intégrant des modules sur la colorimétrie, mais aussi le conseil morphologique. Il s’achèvera en juin prochain. La saisonnalité des collections s'avère plus rythmée, une nouvelle capsule est maintenant délivrée chaque mois.

Si elle ne dévoile pas le chiffre d’affaires de l’enseigne, un responsable précise que le mois de décembre dernier a enregistré une croissance des ventes à deux chiffres et que la tendance s’est poursuivie en janvier.
D'autre part, Alain Boittiaux a repris la direction générale de la marque fin 2017, prenant la suite de Philippe Favre, manager du cabinet de retournement Prosphères, appelé pour redresser la société en 2016.




 

Fermer Fermer


Inditex - par webMaster le 16/03/2018 : 19:55

Inditex réalise un bénéfice net de 3,37 milliards d'euros

Le géant textile espagnol Inditex, propriétaire de Zara, a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 7% pour son exercice décalé 2017, à 3,37 milliards d'euros, dépassant largement son grand rival suédois H&M.


zara_le_15_mars_2018.gif
Le groupe a enregistré une hausse de 7% de son bénéfice net

 

Ce résultat est très légèrement supérieur aux attentes des analystes interrogés qui tablaient en moyenne sur 3,35 milliards d'euros. La hausse du bénéfice net est néanmoins plus faible qu'en 2016 (+10%) et 2015 (+15%).

Les profits engrangés par le groupe espagnol représentent quasiment le triple de ceux de H&M en 2017 (1,6 milliard d'euros).
Inditex devance également son concurrent suédois en terme de chiffre d'affaires, avec 25,3 milliards d'euros de ventes contre 22,7 milliards.

Les ventes ont progressé de 9%. Les marges se sont un peu érodées: la marge nette recule de 13,5 à 13,3%, et la marge brute de 57 à 56,3%.

Les ventes en ligne ont représenté 10% du chiffre d'affaires global, 12% en prenant uniquement en compte les pays dans lesquels cette possibilité est offerte, explique Inditex qui dévoile pour la première fois ce chiffre. Ce secteur spécifique a vu son chiffre d'affaires augmenter de 41% sur l'année.

Le groupe explique avoir investi 1,8 milliard d'euros en 2017 "dans le développement de son modèle intégré de magasins et de ventes en ligne". Une partie de la somme a notamment été consacrée à l'expansion de la technologie "RFID", un système de puces électroniques sur les étiquettes des vêtements permettant un inventaire très précis des ventes et des stocks.

Le groupe a réalisé 183 ouvertures nettes de boutiques en 2017 (279 l'année précédente). Il compte désormais 7.475 magasins à travers le monde pour ses huit marques (Zara, Massimo Dutti, Oysho, Bershka...). Il a étendu les ventes sur internet à cinq pays supplémentaires (Thaïlande, Inde, Malaisie, Vietnam et Singapour).

L'Europe représente plus de 60% du chiffre d'affaires, dont 16% pour l'Espagne (en légère baisse).

Fin 2017, le groupe employait plus de 171.800 personnes dans le monde, en hausse de près de 6% sur un an.




 

Lire la suite Lire la suite

Inditex réalise un bénéfice net de 3,37 milliards d'euros

Le géant textile espagnol Inditex, propriétaire de Zara, a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 7% pour son exercice décalé 2017, à 3,37 milliards d'euros, dépassant largement son grand rival suédois H&M.


zara_le_15_mars_2018.gif
Le groupe a enregistré une hausse de 7% de son bénéfice net

 

Ce résultat est très légèrement supérieur aux attentes des analystes interrogés qui tablaient en moyenne sur 3,35 milliards d'euros. La hausse du bénéfice net est néanmoins plus faible qu'en 2016 (+10%) et 2015 (+15%).

Les profits engrangés par le groupe espagnol représentent quasiment le triple de ceux de H&M en 2017 (1,6 milliard d'euros).
Inditex devance également son concurrent suédois en terme de chiffre d'affaires, avec 25,3 milliards d'euros de ventes contre 22,7 milliards.

Les ventes ont progressé de 9%. Les marges se sont un peu érodées: la marge nette recule de 13,5 à 13,3%, et la marge brute de 57 à 56,3%.

Les ventes en ligne ont représenté 10% du chiffre d'affaires global, 12% en prenant uniquement en compte les pays dans lesquels cette possibilité est offerte, explique Inditex qui dévoile pour la première fois ce chiffre. Ce secteur spécifique a vu son chiffre d'affaires augmenter de 41% sur l'année.

Le groupe explique avoir investi 1,8 milliard d'euros en 2017 "dans le développement de son modèle intégré de magasins et de ventes en ligne". Une partie de la somme a notamment été consacrée à l'expansion de la technologie "RFID", un système de puces électroniques sur les étiquettes des vêtements permettant un inventaire très précis des ventes et des stocks.

Le groupe a réalisé 183 ouvertures nettes de boutiques en 2017 (279 l'année précédente). Il compte désormais 7.475 magasins à travers le monde pour ses huit marques (Zara, Massimo Dutti, Oysho, Bershka...). Il a étendu les ventes sur internet à cinq pays supplémentaires (Thaïlande, Inde, Malaisie, Vietnam et Singapour).

L'Europe représente plus de 60% du chiffre d'affaires, dont 16% pour l'Espagne (en légère baisse).

Fin 2017, le groupe employait plus de 171.800 personnes dans le monde, en hausse de près de 6% sur un an.




 

Fermer Fermer


H&M - par webMaster le 15/03/2018 : 11:25

Monki (groupe H&M) ouvre sa plus grande boutique au monde rue de Rivoli
 

Cinq ans après être entrée en France avec une boutique située dans le quartier Haussmann à Paris,
l’enseigne de mode jeune accueille les premiers clients de son nouveau magasin de la capitale.
Un écrin de 610 mètres carrés qui constitue sa plus grande boutique au monde.



monki_1_le_13_mars_2018.gif

Ambiance pop et enjouée dans ce nouveau magasin parisien.
 

L'atmosphère du point de vente est clairement girly et forcément Instagrammable. Le mobilier, qu'il soit métallisé ou pourvu de découpes arrondies, participe à l'image de bonne humeur véhiculée par la marque.

monki_2_le_13_mars_2018.gif
Pluie de ballons pour célébrer en fanfare l'ouverture de ce magasin.

 

Pour l’inauguration, Monki a fait le choix d'offrir 40 % de réduction sur les achats de ses 200 premières clientes, tandis qu’un rabais de 20 % est accordé toute la journée de l’ouvertur. Dans le cadre de cette ouverture, la marque au positionnement féministe incite ses fans français à se mobiliser sur les réseaux sociaux par le biais du hashtag #monkistyle.

monki_3_le_13_mars_2018.gif
Boules à facettes à gogo


La France fait partie du top 6 des pays générant le plus de ventes online pour l’enseigne, qui totalise plus de 115 magasins dans 14 pays. Sur les médias sociaux, 5,8 % des followers de la marque sont français, dont 39 % de Parisiens.


 

Lire la suite Lire la suite

Monki (groupe H&M) ouvre sa plus grande boutique au monde rue de Rivoli
 

Cinq ans après être entrée en France avec une boutique située dans le quartier Haussmann à Paris,
l’enseigne de mode jeune accueille les premiers clients de son nouveau magasin de la capitale.
Un écrin de 610 mètres carrés qui constitue sa plus grande boutique au monde.



monki_1_le_13_mars_2018.gif

Ambiance pop et enjouée dans ce nouveau magasin parisien.
 

L'atmosphère du point de vente est clairement girly et forcément Instagrammable. Le mobilier, qu'il soit métallisé ou pourvu de découpes arrondies, participe à l'image de bonne humeur véhiculée par la marque.

monki_2_le_13_mars_2018.gif
Pluie de ballons pour célébrer en fanfare l'ouverture de ce magasin.

 

Pour l’inauguration, Monki a fait le choix d'offrir 40 % de réduction sur les achats de ses 200 premières clientes, tandis qu’un rabais de 20 % est accordé toute la journée de l’ouvertur. Dans le cadre de cette ouverture, la marque au positionnement féministe incite ses fans français à se mobiliser sur les réseaux sociaux par le biais du hashtag #monkistyle.

monki_3_le_13_mars_2018.gif
Boules à facettes à gogo


La France fait partie du top 6 des pays générant le plus de ventes online pour l’enseigne, qui totalise plus de 115 magasins dans 14 pays. Sur les médias sociaux, 5,8 % des followers de la marque sont français, dont 39 % de Parisiens.


 

Fermer Fermer


H&M - par webMaster le 13/03/2018 : 12:20

Le groupe H&M lance sa plateforme discount Afound en ligne et en boutique

Le groupe H&M investit le digital pour contrer son ralentissement sur le plan du retail. 

Il a officialisé le 31 janvier le lancement d’une marketplace multimarque nommée Afound,
dédiée à une offre d’habillement homme et femme et de produits lifestyle.

En service dès 2018, le site aura pour spécificité de proposer des rabais
allant jusqu’à -70 %.



hetm_le_12_mars_2018.gif

Le logo ? Une typo épaisse et un « A » souligné d'une barre rose

 

Uniquement disponible en Suède pour ses débuts, le site est d’ores et déjà en ligne, mais n’est pas encore achalandé. Il est simplement proposé aux visiteurs de s’enregistrer pour bénéficier d’un accès en avant-première. Cet outlet, qui offrira, selon le groupe, des « deals fantastiques », accueillera ses différentes marques (H&M, Cos, Monki…), mais aussi toute une série de labels internationaux. L’offre se répartira sur des segments de prix variés et inclura des séries limitées de produits créés spécialement par les marques pour le site. Une soixantaine de griffes auraient déjà signé avec le groupe, selon le média suédois Breakit.

Afound n’est pas seulement un portail Web. Son lancement s’accompagnera de l’ouverture d’une première boutique physique à Stockholm, sur l’artère. « Afound se soucie à la fois de la valeur des produits et de l’assortiment. En présentant au client des labels de qualité et le sentiment que vous faites vraiment une bonne affaire, Afound offrira une nouvelle forme d’expérience off-price (prix barrés, ndlr) », expose le directeur général de la plateforme, qui a occupé le poste de directeur des ventes H&M aux Etats-Unis entre 2006 et 2015.

La société scandinave ne dévoile pas encore ses ambitions en matière de développement, mais il s’agit à coup sûr d’un projet qui pourra être dupliqué à l’international, à la fois en ligne et physiquement. Afound s’inscrit pleinement dans sa stratégie (essentielle) de transformation pour tenter de s’adapter aux nouvelles manières de consommer la mode, vers un modèle incluant davantage le digital.

Sur l’année 2017, le distributeur suédois a généré des ventes en hausse de 4 %, mais a vu son bénéfice net reculer de 13 %.




 

Lire la suite Lire la suite

Le groupe H&M lance sa plateforme discount Afound en ligne et en boutique

Le groupe H&M investit le digital pour contrer son ralentissement sur le plan du retail. 

Il a officialisé le 31 janvier le lancement d’une marketplace multimarque nommée Afound,
dédiée à une offre d’habillement homme et femme et de produits lifestyle.

En service dès 2018, le site aura pour spécificité de proposer des rabais
allant jusqu’à -70 %.



hetm_le_12_mars_2018.gif

Le logo ? Une typo épaisse et un « A » souligné d'une barre rose

 

Uniquement disponible en Suède pour ses débuts, le site est d’ores et déjà en ligne, mais n’est pas encore achalandé. Il est simplement proposé aux visiteurs de s’enregistrer pour bénéficier d’un accès en avant-première. Cet outlet, qui offrira, selon le groupe, des « deals fantastiques », accueillera ses différentes marques (H&M, Cos, Monki…), mais aussi toute une série de labels internationaux. L’offre se répartira sur des segments de prix variés et inclura des séries limitées de produits créés spécialement par les marques pour le site. Une soixantaine de griffes auraient déjà signé avec le groupe, selon le média suédois Breakit.

Afound n’est pas seulement un portail Web. Son lancement s’accompagnera de l’ouverture d’une première boutique physique à Stockholm, sur l’artère. « Afound se soucie à la fois de la valeur des produits et de l’assortiment. En présentant au client des labels de qualité et le sentiment que vous faites vraiment une bonne affaire, Afound offrira une nouvelle forme d’expérience off-price (prix barrés, ndlr) », expose le directeur général de la plateforme, qui a occupé le poste de directeur des ventes H&M aux Etats-Unis entre 2006 et 2015.

La société scandinave ne dévoile pas encore ses ambitions en matière de développement, mais il s’agit à coup sûr d’un projet qui pourra être dupliqué à l’international, à la fois en ligne et physiquement. Afound s’inscrit pleinement dans sa stratégie (essentielle) de transformation pour tenter de s’adapter aux nouvelles manières de consommer la mode, vers un modèle incluant davantage le digital.

Sur l’année 2017, le distributeur suédois a généré des ventes en hausse de 4 %, mais a vu son bénéfice net reculer de 13 %.




 

Fermer Fermer


PDV - par webMaster le 11/03/2018 : 19:41

Ce jour, vendredi 9 mars 2018 a eu lieu les consultations
des  CE PPP, CE Diramode, et CCE sur le  processus PDV/PSE


Pour la CFE-CGC, 86% des salariés souhaitaient la signature des accords
et n’ont pas compris l’absence de majorité.
Pour rappel, la CFE-CGC a signé les accords.


De ce fait, la direction a donc pris la décision d’engager un plan unilatéral
avec principalement une réduction de la supra légale et un plafond fixé à 30 000€.


En tout début de séance ce vendredi 9 mars, 
la CFE-CGC a proposé de revenir sur les dernières négociations du jeudi 1 mars.


La CFE-CGC a été suivie par une majorité d’organisations syndicales.


La direction a répondu, en partie positivement, en supprimant le plafond de 30 000€.
Nous approuvons cette avancée.

 



Concernant les consultations des CE et CCE,
la CFE-CGC a validé le processus du PDV conformément aux attentes des salariés.


A ce stade, les procédures de négociations du PDV /PSE sont désormais terminées.



Reste la direction du travail qui devrait se prononcer sur l'homologation du plan  
pour fin mars, tout début avril.

Dès l'homologation, les procédures de volontariats pourront être mises en oeuvre




 

Lire la suite Lire la suite

Ce jour, vendredi 9 mars 2018 a eu lieu les consultations
des  CE PPP, CE Diramode, et CCE sur le  processus PDV/PSE


Pour la CFE-CGC, 86% des salariés souhaitaient la signature des accords
et n’ont pas compris l’absence de majorité.
Pour rappel, la CFE-CGC a signé les accords.


De ce fait, la direction a donc pris la décision d’engager un plan unilatéral
avec principalement une réduction de la supra légale et un plafond fixé à 30 000€.


En tout début de séance ce vendredi 9 mars, 
la CFE-CGC a proposé de revenir sur les dernières négociations du jeudi 1 mars.


La CFE-CGC a été suivie par une majorité d’organisations syndicales.


La direction a répondu, en partie positivement, en supprimant le plafond de 30 000€.
Nous approuvons cette avancée.

 



Concernant les consultations des CE et CCE,
la CFE-CGC a validé le processus du PDV conformément aux attentes des salariés.


A ce stade, les procédures de négociations du PDV /PSE sont désormais terminées.



Reste la direction du travail qui devrait se prononcer sur l'homologation du plan  
pour fin mars, tout début avril.

Dès l'homologation, les procédures de volontariats pourront être mises en oeuvre




 

Fermer Fermer


New Look - par webMaster le 09/03/2018 : 19:57

New Look va supprimer près d'un millier d'emplois

   

New Look a annoncé officiellement le lancement d'une procédure de concordat qui lui permettra de réduire le nombre de ses magasins et ses frais de loyers : près de 1000 emplois sont menacés.





new_look.gif


New Look

 

Les rumeurs allaient bon train au sujet de l'enseigne de vêtements depuis quelques mois, depuis que ses ventes et ses bénéfices ont commencé à faiblir ; l'entreprise a dû faire face à des loyers importants - un grand nombre de magasins sont alors devenus moins rentables que par le passé, ou même carrément déficitaires. L'entreprise doit actuellement affronter "des performances commerciales en difficulté et un contexte préoccupant pour la vente au détail".

L'enseigne britannique lance la procédure dès mercredi, et cherche l'appui de ses créanciers pour établir un plan "d'amélioration de ses performances opérationnelles".

Comme la rumeur le prédisait, New Look a identifié 60 magasins - parmi ses 593 boutiques britanniques - qui pourraient fermer, ainsi que six emplacements sous-loués à des tiers. La proposition comprend aussi une réduction des coûts des loyers et la révision des conditions du bail pour 393 autres magasins.

Évidemment, des licenciements sont à prévoir dans les magasins qui s'apprêtent à fermer. "980 collègues parmi le personnel de l'entreprise, qui emploie 15 300 personnes au Royaume-Uni" seraient concernés, selon New Look. "Mais tous les efforts nécessaires seront effectués pour redéployer les collègues là où ce sera possible".

Jusqu'à l'approbation des créanciers, qui devrait être rendue le 21 mars, tous les magasins britanniques resteront ouverts. Le site e-commerce ne sera pas affecté par les changements proposés.


Les magasins menacés de fermeture sont à la fois des boutiques qui distribuent l'ensemble des collections de la marque, ainsi que des magasins réservés au prêt-à-porter masculin.



 

Lire la suite Lire la suite

New Look va supprimer près d'un millier d'emplois

   

New Look a annoncé officiellement le lancement d'une procédure de concordat qui lui permettra de réduire le nombre de ses magasins et ses frais de loyers : près de 1000 emplois sont menacés.





new_look.gif


New Look

 

Les rumeurs allaient bon train au sujet de l'enseigne de vêtements depuis quelques mois, depuis que ses ventes et ses bénéfices ont commencé à faiblir ; l'entreprise a dû faire face à des loyers importants - un grand nombre de magasins sont alors devenus moins rentables que par le passé, ou même carrément déficitaires. L'entreprise doit actuellement affronter "des performances commerciales en difficulté et un contexte préoccupant pour la vente au détail".

L'enseigne britannique lance la procédure dès mercredi, et cherche l'appui de ses créanciers pour établir un plan "d'amélioration de ses performances opérationnelles".

Comme la rumeur le prédisait, New Look a identifié 60 magasins - parmi ses 593 boutiques britanniques - qui pourraient fermer, ainsi que six emplacements sous-loués à des tiers. La proposition comprend aussi une réduction des coûts des loyers et la révision des conditions du bail pour 393 autres magasins.

Évidemment, des licenciements sont à prévoir dans les magasins qui s'apprêtent à fermer. "980 collègues parmi le personnel de l'entreprise, qui emploie 15 300 personnes au Royaume-Uni" seraient concernés, selon New Look. "Mais tous les efforts nécessaires seront effectués pour redéployer les collègues là où ce sera possible".

Jusqu'à l'approbation des créanciers, qui devrait être rendue le 21 mars, tous les magasins britanniques resteront ouverts. Le site e-commerce ne sera pas affecté par les changements proposés.


Les magasins menacés de fermeture sont à la fois des boutiques qui distribuent l'ensemble des collections de la marque, ainsi que des magasins réservés au prêt-à-porter masculin.



 

Fermer Fermer


Comparatif des mesures PDV - par webMaster le 07/03/2018 : 16:44

Comparatif des mesures du PDV unilatéral



Si Accord Majoritaire
I
I
v

PDV Unilatéral
I
I
V

Socle de 4 000€

Supprimé = 0 €

De tranches au prorata du temps de travail : soit 800€ pour 3 à 9 ans, 900€ de 10 à 14 ans, 1 000€ de 15 à 19, 1 100€ au dessus de 20 ans.

Réduction de 100 € sur chaque tranche


 

 Suppression du plafond
de 30 000 €

Plafond remis à 30 000 €

Lors du congé de reclassement, le salarié continue à acquérir des points retraite

Faute d’accord d’entreprise, le salarié n’aura pas de point retraite pendant la période
de reclassement

Les autres mesures restent identiques

(Voir dans la rubrique les news " dernières modalités du PDV)


 

Du fait d’absence d’accord , pour la partie PSE Magasins qui concerne les 83 salariés dont la clause de mobilité n’est pas applicable :
en l’absence d’accord, il passe en PSE « classique » avec des critères sociaux et sur un périmètre plus large appelé zone d’emploi INSEE. Les critères sociaux sont : ancienneté, charge de famille, compétence professionnelles, situation handicap, etc…
Exemple : une RA concernée par une fermeture dont la clause de mobilité n’est pas applicable. Les critères sociaux s’appliqueront sur tous les magasins de la zone d’emploi, ainsi elle se verra proposer une mutation sur un magasin d’une distance supérieure à sa clause de mobilité.
Si elle accepte, c’est la RA d’un des magasins de la zone d’emploi qui aura le moins de points en critères sociaux qui se verra licencier avec les mesures.
Si la RA du magasin qui ferme refuse la mutation alors c’est elle qui sera licenciée avec les mesures .




 

L’accord concernant les salariés dont la clause de mobilité est applicable perdent toutes les modalités négociées.




 

Liste des catégories professionnelles
remise à jour avec les départs

cliquez sur le lien ci dessous


categories_professionnelles.gif







 

Lire la suite Lire la suite

Comparatif des mesures du PDV unilatéral



Si Accord Majoritaire
I
I
v

PDV Unilatéral
I
I
V

Socle de 4 000€

Supprimé = 0 €

De tranches au prorata du temps de travail : soit 800€ pour 3 à 9 ans, 900€ de 10 à 14 ans, 1 000€ de 15 à 19, 1 100€ au dessus de 20 ans.

Réduction de 100 € sur chaque tranche


 

 Suppression du plafond
de 30 000 €

Plafond remis à 30 000 €

Lors du congé de reclassement, le salarié continue à acquérir des points retraite

Faute d’accord d’entreprise, le salarié n’aura pas de point retraite pendant la période
de reclassement

Les autres mesures restent identiques

(Voir dans la rubrique les news " dernières modalités du PDV)


 

Du fait d’absence d’accord , pour la partie PSE Magasins qui concerne les 83 salariés dont la clause de mobilité n’est pas applicable :
en l’absence d’accord, il passe en PSE « classique » avec des critères sociaux et sur un périmètre plus large appelé zone d’emploi INSEE. Les critères sociaux sont : ancienneté, charge de famille, compétence professionnelles, situation handicap, etc…
Exemple : une RA concernée par une fermeture dont la clause de mobilité n’est pas applicable. Les critères sociaux s’appliqueront sur tous les magasins de la zone d’emploi, ainsi elle se verra proposer une mutation sur un magasin d’une distance supérieure à sa clause de mobilité.
Si elle accepte, c’est la RA d’un des magasins de la zone d’emploi qui aura le moins de points en critères sociaux qui se verra licencier avec les mesures.
Si la RA du magasin qui ferme refuse la mutation alors c’est elle qui sera licenciée avec les mesures .




 

L’accord concernant les salariés dont la clause de mobilité est applicable perdent toutes les modalités négociées.




 

Liste des catégories professionnelles
remise à jour avec les départs

cliquez sur le lien ci dessous


categories_professionnelles.gif







 

Fermer Fermer


PDV : Pas d'accord majoritaire - par webMaster le 06/03/2018 : 17:27

Seuls 2 syndicats sur 4 ont signé

La CFE-CGC est signataire


Pas d'accord majoritaire !
--- >>>   La direction engage un PDV unilatéral  <<<---

Nous allons prendre connaissance du projet modifié par la direction
afin de connaître les points à la baisse
Une synthèse que vous trouverez demain mardi sur ce site

ce qui est sûr : perte de l'accord pour les 83 salariés
avec une clause de mobilité applicable




 

Lire la suite Lire la suite

Seuls 2 syndicats sur 4 ont signé

La CFE-CGC est signataire


Pas d'accord majoritaire !
--- >>>   La direction engage un PDV unilatéral  <<<---

Nous allons prendre connaissance du projet modifié par la direction
afin de connaître les points à la baisse
Une synthèse que vous trouverez demain mardi sur ce site

ce qui est sûr : perte de l'accord pour les 83 salariés
avec une clause de mobilité applicable




 

Fermer Fermer


PDV - par webMaster le 06/03/2018 : 11:42


La mise en place d’un large sondage a permis de déterminer que 89 %  des Agents de Maîtrise et Cadres  considèrent que les mesures sont acceptables.

L’aboutissement de la négociation des accords n’est pas totalement  satisfaisant, mais reste recevable au vu du résultat du sondage et nos consultations.

 Soucieux d’écouter et de défendre les intérêts de nos collègues, la CFE-CGC va s’engager vers une signature des 2 accords négociés.
 

 A préciser, au dernier instant, la CFE-CGC a obtenu, au sein de la commission de suivi, la possibilité pour un salarié dont le poste est supprimé, qui souhaite rester dans un autre emploi de sa catégorie professionnelle, de saisir la commission en cas de difficultés.






 

Lire la suite Lire la suite


La mise en place d’un large sondage a permis de déterminer que 89 %  des Agents de Maîtrise et Cadres  considèrent que les mesures sont acceptables.

L’aboutissement de la négociation des accords n’est pas totalement  satisfaisant, mais reste recevable au vu du résultat du sondage et nos consultations.

 Soucieux d’écouter et de défendre les intérêts de nos collègues, la CFE-CGC va s’engager vers une signature des 2 accords négociés.
 

 A préciser, au dernier instant, la CFE-CGC a obtenu, au sein de la commission de suivi, la possibilité pour un salarié dont le poste est supprimé, qui souhaite rester dans un autre emploi de sa catégorie professionnelle, de saisir la commission en cas de difficultés.






 

Fermer Fermer


Dernières modalités du PDV - par webMaster le 05/03/2018 : 16:03


Les dernières modalités des projets d’accord



Concernant les modalités des 208 personnes

  1. Antenne Emploi : Mise en place du cabinet antenne emploi, cabinet INGEUS, à partir du lundi 5 mars.  Pour vous aider à prendre votre décision et présenter votre dossier, il est essentiel de prendre contact avec l’antenne emploi. C’est un cabinet externe sans lien avec l’entreprise et qui a une clause de confidentialité
     
  2. Congés de Reclassement : 9 mois préavis compris pour un suivi du salarié + 3 mois si le salarié n’a pas abouti son projet. Payable à 75% sur le salaire brut de réference. Exemple : si préavis de 2 mois (payé non effectué), alors 2 mois à 100% et 10 mois à 75%. Suspension du congé de reclassement si CDI ou CDD 6 mois avec retour possible jusqu’au terme du congé de reclassement. Exemple : si  dès le premier mois, un salarié obtient un CDD de 6 mois ou CDI, et qu’il revient à la fin de son CDD ou CDI non concluant, alors il a encore 6 mois de reclassement.
    Paiement des cotisations retraite pendant le congé de reclassement

     
  3. Budget Formation : entre 3 500 et 8 500€ en fonction de la formation, du niveau de qualification, de l’âge
     
  4. Enveloppe Formation : ajout d’une enveloppe dédiée au dépassement de 100 000€
     
  5. Création d’Entreprise, Auto Entrepreneur,etc… : 8 000€ avec suivi du cabinet de reclassement sur le projet, et 10 000€ pour les plus de 50 ans. Versement du budget 50% à la création et 50% 5 mois après.
    Le créateur d’entreprise peut utiliser si besoin son budget formation

     
  6. Mobilité : frais de déménagement à hauteur de 2 500€ avec aide complémentaire : voyage de reconnaissance, frais d’agence, aide au loyer, frais d’installation, aide au conjoint, etc…
     
  7. Commission d’examen de la mobilité interne afin de s’assurer de la bonne mise en œuvre d’une mobilité sur un autre métier dans une même catégorie professionnelle : formation d’adaptation, acceptation de la mobilité, etc…
     
  8. Supra légale se compose de :
    Un socle de 4 000€ non proratisé au temps de travail
    De tranches au prorata du temps de travail : soit 800€ pour 3 à 9 ans, 900€ de 10 à 14 ans, 1 000€ de 15 à 19, 1 100€ au dessus de 20 ans.

    Exemple : pour un temps complet de 35 heures avec 10 années d’ancienneté : 13 000€ soit 4 000€ + 10 fois 900€.
    Pour un temps partiel de 24 heures : 10 171€ : 4 000€ de socle + 10 fois 900€ divisé par 35 et multiplié par 24 (soit 617€ par année d’ancienneté)

    L’indemnité légale s’ajoute à la supra légale : 1/4 mois par année d’ancienneté jusque 10 ans + 1/3 mois d’ancienneté au-delà de 10 ans.
    Versement de l’indemnité légale avec le solde de tout compte, et indemnité supralégale paiement 30% de suite et 70% à la fin du congé de reclassement.
    Attention 10 % à enlever pour la CSG et CRDS sur l’enveloppe globale

     
  9. Reclassement chez Grain de Malice et Rouge Gorge : un emploi dans ces enseignes est considéré comme un reclassement interne : pas d’indemnités.
    Allocation de  perte de salaire sur ce reclassement interne, pendant 12 mois dès le premier euro et jusqu’à 200 € maximum

     
  10. Mesure d’âgés : concerne les salariés qui n’ont pas la totalité de leurs trimestres de retraite et qui en sont proches.
    Soit, il reste à leur poste actuel avec une limite au 30 septembre 2019 pour assurer leur fin de cotisations retraite.
    Soit, une dispense d’activités avec un salaire à 50% jusqu’au 31 mars 2019

     
  11. Allocation Temporaire Dégressive: Allocation destinée à compenser une perte de salaire sur un emploi externe, pendant 12 mois dès le premier euro et jusqu’à 200 € maximum
     
  12. Commission d’Examen des volontaires composée des membres de la direction et des organisations syndicales pour étudier les demandes de volontariats
     
  13. Commission de suivi : composée des membres de la direction et des membres des organisations syndicales pour suivre les salariés volontaires en formation, en reclassement



Concernant les 83 salariés avec clause de mobilité applicable.

  1. Garantie d’Emploi : 12 mois pour le salarié mobile et pour l’équipe du magasin d’accueil
     
  2. Formation et Création Entreprise : 7 500€ pour l’un ou l’autre ou les deux
    et une enveloppe complémentaire de 40 000€ pour gérer les dépassements de budget si nécessaire

     
  3. Prime de mobilité : le salarié qui accepte sa mobilité touchera une prime de 2 000€ brut au prorata du temps de travail
     
  4. Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour 
     
  5. Indemnisation de départ :  indemnité légale + une indemnité complémentaire de départ équivalente à l’indemnité légale
     
  6. « Switcht » pour les RM et RA : possibilité d’un switch de poste, une RM ou RMA d’un magasin « accueillant » pourrait décider de partir avec les modalités
     
  7. Commission de suivi : composée des membres de la direction et des membres des organisations syndicales pour suivre les salariés en formation, en reclassement



Les catégories Professionelles
cliquez sur le lien ci dessous

categories_professionnelles.gif













 

Lire la suite Lire la suite


Les dernières modalités des projets d’accord



Concernant les modalités des 208 personnes

  1. Antenne Emploi : Mise en place du cabinet antenne emploi, cabinet INGEUS, à partir du lundi 5 mars.  Pour vous aider à prendre votre décision et présenter votre dossier, il est essentiel de prendre contact avec l’antenne emploi. C’est un cabinet externe sans lien avec l’entreprise et qui a une clause de confidentialité
     
  2. Congés de Reclassement : 9 mois préavis compris pour un suivi du salarié + 3 mois si le salarié n’a pas abouti son projet. Payable à 75% sur le salaire brut de réference. Exemple : si préavis de 2 mois (payé non effectué), alors 2 mois à 100% et 10 mois à 75%. Suspension du congé de reclassement si CDI ou CDD 6 mois avec retour possible jusqu’au terme du congé de reclassement. Exemple : si  dès le premier mois, un salarié obtient un CDD de 6 mois ou CDI, et qu’il revient à la fin de son CDD ou CDI non concluant, alors il a encore 6 mois de reclassement.
    Paiement des cotisations retraite pendant le congé de reclassement

     
  3. Budget Formation : entre 3 500 et 8 500€ en fonction de la formation, du niveau de qualification, de l’âge
     
  4. Enveloppe Formation : ajout d’une enveloppe dédiée au dépassement de 100 000€
     
  5. Création d’Entreprise, Auto Entrepreneur,etc… : 8 000€ avec suivi du cabinet de reclassement sur le projet, et 10 000€ pour les plus de 50 ans. Versement du budget 50% à la création et 50% 5 mois après.
    Le créateur d’entreprise peut utiliser si besoin son budget formation

     
  6. Mobilité : frais de déménagement à hauteur de 2 500€ avec aide complémentaire : voyage de reconnaissance, frais d’agence, aide au loyer, frais d’installation, aide au conjoint, etc…
     
  7. Commission d’examen de la mobilité interne afin de s’assurer de la bonne mise en œuvre d’une mobilité sur un autre métier dans une même catégorie professionnelle : formation d’adaptation, acceptation de la mobilité, etc…
     
  8. Supra légale se compose de :
    Un socle de 4 000€ non proratisé au temps de travail
    De tranches au prorata du temps de travail : soit 800€ pour 3 à 9 ans, 900€ de 10 à 14 ans, 1 000€ de 15 à 19, 1 100€ au dessus de 20 ans.

    Exemple : pour un temps complet de 35 heures avec 10 années d’ancienneté : 13 000€ soit 4 000€ + 10 fois 900€.
    Pour un temps partiel de 24 heures : 10 171€ : 4 000€ de socle + 10 fois 900€ divisé par 35 et multiplié par 24 (soit 617€ par année d’ancienneté)

    L’indemnité légale s’ajoute à la supra légale : 1/4 mois par année d’ancienneté jusque 10 ans + 1/3 mois d’ancienneté au-delà de 10 ans.
    Versement de l’indemnité légale avec le solde de tout compte, et indemnité supralégale paiement 30% de suite et 70% à la fin du congé de reclassement.
    Attention 10 % à enlever pour la CSG et CRDS sur l’enveloppe globale

     
  9. Reclassement chez Grain de Malice et Rouge Gorge : un emploi dans ces enseignes est considéré comme un reclassement interne : pas d’indemnités.
    Allocation de  perte de salaire sur ce reclassement interne, pendant 12 mois dès le premier euro et jusqu’à 200 € maximum

     
  10. Mesure d’âgés : concerne les salariés qui n’ont pas la totalité de leurs trimestres de retraite et qui en sont proches.
    Soit, il reste à leur poste actuel avec une limite au 30 septembre 2019 pour assurer leur fin de cotisations retraite.
    Soit, une dispense d’activités avec un salaire à 50% jusqu’au 31 mars 2019

     
  11. Allocation Temporaire Dégressive: Allocation destinée à compenser une perte de salaire sur un emploi externe, pendant 12 mois dès le premier euro et jusqu’à 200 € maximum
     
  12. Commission d’Examen des volontaires composée des membres de la direction et des organisations syndicales pour étudier les demandes de volontariats
     
  13. Commission de suivi : composée des membres de la direction et des membres des organisations syndicales pour suivre les salariés volontaires en formation, en reclassement



Concernant les 83 salariés avec clause de mobilité applicable.

  1. Garantie d’Emploi : 12 mois pour le salarié mobile et pour l’équipe du magasin d’accueil
     
  2. Formation et Création Entreprise : 7 500€ pour l’un ou l’autre ou les deux
    et une enveloppe complémentaire de 40 000€ pour gérer les dépassements de budget si nécessaire

     
  3. Prime de mobilité : le salarié qui accepte sa mobilité touchera une prime de 2 000€ brut au prorata du temps de travail
     
  4. Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour 
     
  5. Indemnisation de départ :  indemnité légale + une indemnité complémentaire de départ équivalente à l’indemnité légale
     
  6. « Switcht » pour les RM et RA : possibilité d’un switch de poste, une RM ou RMA d’un magasin « accueillant » pourrait décider de partir avec les modalités
     
  7. Commission de suivi : composée des membres de la direction et des membres des organisations syndicales pour suivre les salariés en formation, en reclassement



Les catégories Professionelles
cliquez sur le lien ci dessous

categories_professionnelles.gif













 

Fermer Fermer


Pimkie négo PDV - par webMaster le 02/03/2018 : 14:11

Pimkie : négociations terminées, dans l’attente d’une signature de l’accord

 

L’ultime séance de négociations concernant le plan de départs volontaires souhaité par la direction de Pimkie s’est tenue ce 1er mars. La proposition d’accord élaborée est mise en signature jusqu’au lundi 5 mars. Une réunion de mise en forme du document se déroulera le 2 mars, en présence des avocats des deux parties, annonce Guy Bouquet, délégué de la CFE-CGC.



pimkie_le_1_mars_2018.gif

Le chiffre d’affaires de Pimkie a baissé de 10 % en 2017 

 

Après une réunion marathon le 28 février, qui s’est achevée dans la nuit sans possibilité d’accord, un dernier rendez-vous avait été fixé le 1er mars.

La direction est revenue vers les représentants du personnel avec de nouvelles propositions et un projet d’accord a été présenté. Libre aux différentes organisations syndicales de le signer ou non.

La CGT, nous précise d’ores et déjà qu’elle ne signera pas cet accord, jugeant les dernières propositions trop basses, notamment concernant les indemnités et les garanties de reclassement.

La CFE-CGC a quant à elle décidé d'organiser au plus vite  un sondage auprès des salariés pour déterminer son choix. Ce sondage sera mis en place sur le site
www.cgcpimkie.info.

Pour restructurer l’enseigne de mode féminine, la direction a programmé en décembre dernier la fermeture de 37 magasins en France et vise la suppression de 208 postes en magasins, au siège et au dépôt logistique. Si une rupture conventionnelle collective était prévue au départ, c’est un plan de départs volontaires classique qui a finalement été choisi en janvier.

Lire la suite Lire la suite

Pimkie : négociations terminées, dans l’attente d’une signature de l’accord

 

L’ultime séance de négociations concernant le plan de départs volontaires souhaité par la direction de Pimkie s’est tenue ce 1er mars. La proposition d’accord élaborée est mise en signature jusqu’au lundi 5 mars. Une réunion de mise en forme du document se déroulera le 2 mars, en présence des avocats des deux parties, annonce Guy Bouquet, délégué de la CFE-CGC.



pimkie_le_1_mars_2018.gif

Le chiffre d’affaires de Pimkie a baissé de 10 % en 2017 

 

Après une réunion marathon le 28 février, qui s’est achevée dans la nuit sans possibilité d’accord, un dernier rendez-vous avait été fixé le 1er mars.

La direction est revenue vers les représentants du personnel avec de nouvelles propositions et un projet d’accord a été présenté. Libre aux différentes organisations syndicales de le signer ou non.

La CGT, nous précise d’ores et déjà qu’elle ne signera pas cet accord, jugeant les dernières propositions trop basses, notamment concernant les indemnités et les garanties de reclassement.

La CFE-CGC a quant à elle décidé d'organiser au plus vite  un sondage auprès des salariés pour déterminer son choix. Ce sondage sera mis en place sur le site
www.cgcpimkie.info.

Pour restructurer l’enseigne de mode féminine, la direction a programmé en décembre dernier la fermeture de 37 magasins en France et vise la suppression de 208 postes en magasins, au siège et au dépôt logistique. Si une rupture conventionnelle collective était prévue au départ, c’est un plan de départs volontaires classique qui a finalement été choisi en janvier.

Fermer Fermer


Négo PDV - par webMaster le 01/03/2018 : 20:01

PDV
négociation du mercredi 28 février 2018




16H32
Les négociaitons sont cloturées
Les accords seront mis en signature jusque Lundi 5 mars au soir



16H03
Suspension de séance

15H54
La lecture est terminée

La direction demande une suspension de séance
sur une question concernant les 208 Salariés


15H46
pour les 83 salariés : ajout d'une enveloppe de 40 000€
pour la formation

15H36
La lecture de l'accord des 83 salariés mobilisables est en cours

15H19
Il y a eu quelques points d'améliorations
sur l'accord des 208 salariés.

Nous passons à l'accord des 83 salariés

14H45
Nous discutons des points sensibles

13H57
La réunion va démarrer
nous attendons les avocats qui échangent actuellement

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2H33
Levée de la séance
Retour en négociation à 13H00

01H48
Demande de suspension de séance pour échanger
sur certains points

01H36
La lecture de l'accord des 208 salariés est pratiquement terminé
Il y a des points à revoir sur cet accord
L'accord des 83 salariés n'est pas encore en lecture

00H58
La lecture de l'accord continue

00H38
Nous continuons la lecture.

Il y aura des points à rediscuter ce soir....

00H13
La relecture continue

23H46
Nous procédons à la lecture du nouvel accord

23H25
Reprise des négociations

23H12
La direction rédige une nouvelle version de l'accord

22H19
Reprise des négociations dans 15 minutes

20H44
Pause repas

20H15
Toujours en suspension de séance

19H55
Nous demandons une suspension de séance

19H53
Il reste d'autres points bloquants à discuter

19H34
Dernière proposition de la direction sur la supra légale

La direction augmente les tranches de 100€, 
supprime les plafonds
et augmente le socle à 4 000€
+
de 3 à 10 ans = 800 €
de 10 à 15 ans = 900 €
de 15 à 20 ans = 1 000 €
Supérieur à 20 ans = 1 100€


19H25
Reprise des négociations

19H22
Toujours en suspension de séance

18H54
La direction est toujours en suspension de séance

18H27
Contre propositions syndicales à la direction
sur la supralégale

...comment la direction va-t-elle réagir ?

18H25
Nouvelles propositions de la direction

sur l'ensemble des modalités
Des efforts sont faits

17H11
toujours en suspension de séance

16H08
Demande de suspension de séance par la direction
pour étudier les nouvelles demandes

15H50
Reprise de séance avec nouvelles propositions syndicales

15H46
La séance va reprendre dans 15 minutes

15H26
Toujours en suspension de séance

14H58
La réunion de négociation n'a toujours pas démarré

La direction est toujours en suspension de séance
pour faire des nouvelles propositions



Point à 14H00

 

Accord pour les 208 salariés

Le plafond des 30 000€ 
s'adresse désormais à tous les salariés quelque soit leur âge


Mise en place d'un socle pour tous de 3 000€
(au prorata du temps de présence)


Le congé de reclassement passe de 9 à 12 mois
pour ceux qui n'auraient pas trouvé un emploi
…attention suppression de la prime spéciale si pas de consommation
totale du congé de reclassement..


Mise en place d’une commission d’examen
pour les mobilités internes

Formation : enveloppe complémentaire de 50 000€
pour les salariés dont les formations dépasseraient les budgets individuels. Les formations sont non proratisées

Retraite : Départ décalé au  maximum jusque septembre 2019 pour ceux qui n’auraient leurs droits complets à la retraite dans l’immédiat

Financement par l’entreprise des cotisations retraite le temps du congé de reclassement

Augmentation de la part patronale pour la mutuelle et la prévoyance

Lire la suite Lire la suite

PDV
négociation du mercredi 28 février 2018




16H32
Les négociaitons sont cloturées
Les accords seront mis en signature jusque Lundi 5 mars au soir



16H03
Suspension de séance

15H54
La lecture est terminée

La direction demande une suspension de séance
sur une question concernant les 208 Salariés


15H46
pour les 83 salariés : ajout d'une enveloppe de 40 000€
pour la formation

15H36
La lecture de l'accord des 83 salariés mobilisables est en cours

15H19
Il y a eu quelques points d'améliorations
sur l'accord des 208 salariés.

Nous passons à l'accord des 83 salariés

14H45
Nous discutons des points sensibles

13H57
La réunion va démarrer
nous attendons les avocats qui échangent actuellement

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2H33
Levée de la séance
Retour en négociation à 13H00

01H48
Demande de suspension de séance pour échanger
sur certains points

01H36
La lecture de l'accord des 208 salariés est pratiquement terminé
Il y a des points à revoir sur cet accord
L'accord des 83 salariés n'est pas encore en lecture

00H58
La lecture de l'accord continue

00H38
Nous continuons la lecture.

Il y aura des points à rediscuter ce soir....

00H13
La relecture continue

23H46
Nous procédons à la lecture du nouvel accord

23H25
Reprise des négociations

23H12
La direction rédige une nouvelle version de l'accord

22H19
Reprise des négociations dans 15 minutes

20H44
Pause repas

20H15
Toujours en suspension de séance

19H55
Nous demandons une suspension de séance

19H53
Il reste d'autres points bloquants à discuter

19H34
Dernière proposition de la direction sur la supra légale

La direction augmente les tranches de 100€, 
supprime les plafonds
et augmente le socle à 4 000€
+
de 3 à 10 ans = 800 €
de 10 à 15 ans = 900 €
de 15 à 20 ans = 1 000 €
Supérieur à 20 ans = 1 100€


19H25
Reprise des négociations

19H22
Toujours en suspension de séance

18H54
La direction est toujours en suspension de séance

18H27
Contre propositions syndicales à la direction
sur la supralégale

...comment la direction va-t-elle réagir ?

18H25
Nouvelles propositions de la direction

sur l'ensemble des modalités
Des efforts sont faits

17H11
toujours en suspension de séance

16H08
Demande de suspension de séance par la direction
pour étudier les nouvelles demandes

15H50
Reprise de séance avec nouvelles propositions syndicales

15H46
La séance va reprendre dans 15 minutes

15H26
Toujours en suspension de séance

14H58
La réunion de négociation n'a toujours pas démarré

La direction est toujours en suspension de séance
pour faire des nouvelles propositions



Point à 14H00

 

Accord pour les 208 salariés

Le plafond des 30 000€ 
s'adresse désormais à tous les salariés quelque soit leur âge


Mise en place d'un socle pour tous de 3 000€
(au prorata du temps de présence)


Le congé de reclassement passe de 9 à 12 mois
pour ceux qui n'auraient pas trouvé un emploi
…attention suppression de la prime spéciale si pas de consommation
totale du congé de reclassement..


Mise en place d’une commission d’examen
pour les mobilités internes

Formation : enveloppe complémentaire de 50 000€
pour les salariés dont les formations dépasseraient les budgets individuels. Les formations sont non proratisées

Retraite : Départ décalé au  maximum jusque septembre 2019 pour ceux qui n’auraient leurs droits complets à la retraite dans l’immédiat

Financement par l’entreprise des cotisations retraite le temps du congé de reclassement

Augmentation de la part patronale pour la mutuelle et la prévoyance

Fermer Fermer


PDV - par webMaster le 28/02/2018 : 08:23

La direction annonce la mise en place, pour ce jeudi 1 mars après midi,
d'une conférence téléphonique avec les magasins
afin de les informer sur les négociations du PDV.

Lire la suite Lire la suite

La direction annonce la mise en place, pour ce jeudi 1 mars après midi,
d'une conférence téléphonique avec les magasins
afin de les informer sur les négociations du PDV.

Fermer Fermer


Flash Info PDV - par webMaster le 28/02/2018 : 08:21




Flash Info

Précisions sur le PDV

 

Des RM et RA nous ont contactés pour obtenir des précisions complémentaires sur le PDV concernant les fermetures des 37 magasins de fin mars 2018 à fin décembre 2021, en fonction des baux.

Ces fermetures concernent 166 salariés qui se divisent en 2 groupes comme suit :

  1. 83 salariés dont la clause de mobilité n’est pas applicable : pour les vendeuses pas de magasins à moins de 5km, pour les RA à moins de 20km et RM à moins de 30km.
    Ces salariés sont concernés par les négociations des 208 salariés du PDV/PSE.

  1. 83 salariés se voient appliquer leur clause de mobilité : magasins à 5 km pour les vendeuses, 20 km pour les RA et 30 km pour les RM.
    Ces salariés bénéficient de leur clause de mobilité applicable leur garantissant leur emploi, ainsi la direction ne souhaite pas les inclure dans les négociations.

Néanmoins, au fil des négociations et malgré les freins de la direction, la CFE-CGC a proposé la négociation d’un accord spécifique pour ces salariés, appuyé par le consensus syndical.

Attention, les modalités ne sont pas les mêmes que l’accord des 208 salariés du PDV/PSE, du fait que la direction a accordé, à titre exceptionnel, un départ possible malgré une clause de mobilité contractuel.


Vous pouvez retrouver les détails des négociations sur l’article ci-dessous, intitulé « synthèse PDV au vendredi 23 février 2018 »


Rappel : les négociations se terminent mercredi 28 février au soir.


A suivre en direct sur notre site


La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés

Lire la suite Lire la suite




Flash Info

Précisions sur le PDV

 

Des RM et RA nous ont contactés pour obtenir des précisions complémentaires sur le PDV concernant les fermetures des 37 magasins de fin mars 2018 à fin décembre 2021, en fonction des baux.

Ces fermetures concernent 166 salariés qui se divisent en 2 groupes comme suit :

  1. 83 salariés dont la clause de mobilité n’est pas applicable : pour les vendeuses pas de magasins à moins de 5km, pour les RA à moins de 20km et RM à moins de 30km.
    Ces salariés sont concernés par les négociations des 208 salariés du PDV/PSE.

  1. 83 salariés se voient appliquer leur clause de mobilité : magasins à 5 km pour les vendeuses, 20 km pour les RA et 30 km pour les RM.
    Ces salariés bénéficient de leur clause de mobilité applicable leur garantissant leur emploi, ainsi la direction ne souhaite pas les inclure dans les négociations.

Néanmoins, au fil des négociations et malgré les freins de la direction, la CFE-CGC a proposé la négociation d’un accord spécifique pour ces salariés, appuyé par le consensus syndical.

Attention, les modalités ne sont pas les mêmes que l’accord des 208 salariés du PDV/PSE, du fait que la direction a accordé, à titre exceptionnel, un départ possible malgré une clause de mobilité contractuel.


Vous pouvez retrouver les détails des négociations sur l’article ci-dessous, intitulé « synthèse PDV au vendredi 23 février 2018 »


Rappel : les négociations se terminent mercredi 28 février au soir.


A suivre en direct sur notre site


La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés

Fermer Fermer


Kiabi - par webMaster le 27/02/2018 : 16:14

Kiabi a des ambitions sur le marché algérien

   

Après le Maroc en 2013 et la Tunisie en 2015, Kiabi conquiert un autre marché du Maghreb : l’Algérie. L’enseigne nordiste a ainsi inauguré à Alger son premier magasin dans le pays en décembre dernier. Un point de vente ouvert en partenariat qui devrait rapidement être suivi par d’autres implantations, puisqu’elle envisage de totaliser une quinzaine d’adresses en Algérie d’ici cinq ans. Se présentant comme le numéro un du prêt-à-porter en France, Kiabi ambitionne même à cette échéance de « devenir la marque de mode préférée des familles algériennes ».


kiabi_1_le_26_fevrier_2018.gif

Kiabi s'est installé dans le centre commercial de Bab Ezzouar
 

Le magasin algérien prend place au sein du centre commercial de Bab Ezzouar, et s’étend sur 1 300 mètres carrés. Le plan de développement mené par la société Elegant Line, partenaire franchisé de Kiabi dans le pays, inclut d’autres magasins dans la région d’Alger mais aussi dans d’autres grandes villes comme Oran.

« L’enjeu est de poursuivre notre développement international, sur une zone où nous percevons une forte adéquation entre les attentes des clients et l’offre prix /mode/service de Kiabi pour toute la famille », estime un chargé du développement de Kiabi en Algérie.


kiabi_2_le_26_fevrier_2018.gif

Le dernier concept magasin de l'enseigne a été implanté à Alger

 

La chaîne fondée en 1978, qui vient de recevoir le prix « Excellence Client » 2018, mise sur l’export pour doper sa croissance. Et s’est fixé un objectif de taille en 2016 : voir doubler ses ventes d’ici 2021. Elle prévoit d’entrer sur trois marchés de choix, la Chine, l’Inde et le Brésil, mais orchestre aussi une percée vers les centres-villes, s’étant par exemple installée au cœur de Barcelone en septembre dernier.

En 2017, Kiabi revendique un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros, assorti d’une croissance de 4,6 % par rapport à son exercice 2016. L’enseigne s’appuie sur un réseau de près de 500 magasins dans le monde, dont près de 350 en France.


 

Lire la suite Lire la suite

Kiabi a des ambitions sur le marché algérien

   

Après le Maroc en 2013 et la Tunisie en 2015, Kiabi conquiert un autre marché du Maghreb : l’Algérie. L’enseigne nordiste a ainsi inauguré à Alger son premier magasin dans le pays en décembre dernier. Un point de vente ouvert en partenariat qui devrait rapidement être suivi par d’autres implantations, puisqu’elle envisage de totaliser une quinzaine d’adresses en Algérie d’ici cinq ans. Se présentant comme le numéro un du prêt-à-porter en France, Kiabi ambitionne même à cette échéance de « devenir la marque de mode préférée des familles algériennes ».


kiabi_1_le_26_fevrier_2018.gif

Kiabi s'est installé dans le centre commercial de Bab Ezzouar
 

Le magasin algérien prend place au sein du centre commercial de Bab Ezzouar, et s’étend sur 1 300 mètres carrés. Le plan de développement mené par la société Elegant Line, partenaire franchisé de Kiabi dans le pays, inclut d’autres magasins dans la région d’Alger mais aussi dans d’autres grandes villes comme Oran.

« L’enjeu est de poursuivre notre développement international, sur une zone où nous percevons une forte adéquation entre les attentes des clients et l’offre prix /mode/service de Kiabi pour toute la famille », estime un chargé du développement de Kiabi en Algérie.


kiabi_2_le_26_fevrier_2018.gif

Le dernier concept magasin de l'enseigne a été implanté à Alger

 

La chaîne fondée en 1978, qui vient de recevoir le prix « Excellence Client » 2018, mise sur l’export pour doper sa croissance. Et s’est fixé un objectif de taille en 2016 : voir doubler ses ventes d’ici 2021. Elle prévoit d’entrer sur trois marchés de choix, la Chine, l’Inde et le Brésil, mais orchestre aussi une percée vers les centres-villes, s’étant par exemple installée au cœur de Barcelone en septembre dernier.

En 2017, Kiabi revendique un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros, assorti d’une croissance de 4,6 % par rapport à son exercice 2016. L’enseigne s’appuie sur un réseau de près de 500 magasins dans le monde, dont près de 350 en France.


 

Fermer Fermer


Synthèse PDV au vendredi 23 février 2018 - par webMaster le 26/02/2018 : 14:54

SYNTHESE PDV au Vendredi 23 février 2018

Il s’agit d’un point à date

Les négociations ne sont pas terminées
 

Concernant les modalités des 208 personnes

  1. Mise en place du cabinet antenne emploi, cabinet INGEUS, à partir du lundi 5 mars.  Pour vous aider à prendre votre décision et présenter votre dossier, il est essentiel de prendre contact avec l’antenne emploi. C’est un cabinet externe sans lien avec l’entreprise et qui a une clause de confidentialité.
  2. Suivi du cabinet de reclassement : 9 mois de suivi pour le salarié
  3. Budget Formation : entre 3 000 et 8 000€ en fonction de la formation, du niveau de qualification, de l’âge
  4. Budget création d’entreprise : 8 000€ avec suivi du cabinet de reclassement sur le projet, et 10 000€ pour les plus de 50 ans
  5. mobilité : frais de déménagement à hauteur de 2 500€
  6. Congés de reclassement : 9 mois dont préavis compris, congé de reclassement payé à 70%. Exemple :  si préavis de 2 mois, alors 2 mois à 100% et 7 mois à 70%
  7. Demande de la CFE-CGC de créer une commission d’examen de la mobilité interne afin d’avoir un suivi actif des propositions de poste lors de la réorganisation : proposition des postes, critères de sélection et de départages, demande d’évolution, etc…
  8. Supra légale : attention 10 % à enlever pour la CSG et CRDS // Calcul de l’ensemble de la supra légale au prorata temporis

Les tranches ont été améliorées de 100€, soit pour 600€ de 1 à 2 ans, 700€ de 3 à 9 ans, 800€ de 10 à 14 ans, 900 de 15 à 19, 1 000€ au dessus de 20 ans.

Un plancher est mis en place de 4 000€ et un plafond à  30 000 € pour les + de 50 ans et à 18 000€ pour les moins de 50 ans.

La prime complémentaire sur congés de reclassement : si le salarié ne consomme pas la totalité de son reclassement, alors une prime sera versée équivalent à 50% du reliquat. Le maximum de cette prime est de 3 mois de l’allocation.

  1. Indemnité de majoration additionnelle : elle est supprimée pour une répartition sur la supra égale



Concernant les 83 salariés avec clause de mobilité applicable.

  1. La garantie d’emploi  à 12 mois pour le salarié mobile et pour l’équipe du magasin d’accueil
  2. Un budget de formation à 3 000€. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  3. Un budget de création d’entreprise de 6 000€. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  4. Les budgets formation et  création d’entreprise sont cumulables dans la limite d’un plafond de 7 500€ à faire évoluer. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  5. Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour 
  6. Prime de mobilité : le salarié qui accepte sa mobilité touchera une prime de 2 000€ brut au prorata temporis
  7. Indemnité de départ :   soit une valeur totale correspondant à 2 fois les indemnités légales.
  8. Demande de la CFE-CGC sur un « switcht » pour les RM et RMA, à savoir la possibilité d’un switch de poste, une RM ou RMA d’un magasin « accueillant » pourrait décider de partir avec les modalités ci-dessus.

Les négociations continuent mercredi 28 février 2018


La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés


Restez connecté 





 

Lire la suite Lire la suite

SYNTHESE PDV au Vendredi 23 février 2018

Il s’agit d’un point à date

Les négociations ne sont pas terminées
 

Concernant les modalités des 208 personnes

  1. Mise en place du cabinet antenne emploi, cabinet INGEUS, à partir du lundi 5 mars.  Pour vous aider à prendre votre décision et présenter votre dossier, il est essentiel de prendre contact avec l’antenne emploi. C’est un cabinet externe sans lien avec l’entreprise et qui a une clause de confidentialité.
  2. Suivi du cabinet de reclassement : 9 mois de suivi pour le salarié
  3. Budget Formation : entre 3 000 et 8 000€ en fonction de la formation, du niveau de qualification, de l’âge
  4. Budget création d’entreprise : 8 000€ avec suivi du cabinet de reclassement sur le projet, et 10 000€ pour les plus de 50 ans
  5. mobilité : frais de déménagement à hauteur de 2 500€
  6. Congés de reclassement : 9 mois dont préavis compris, congé de reclassement payé à 70%. Exemple :  si préavis de 2 mois, alors 2 mois à 100% et 7 mois à 70%
  7. Demande de la CFE-CGC de créer une commission d’examen de la mobilité interne afin d’avoir un suivi actif des propositions de poste lors de la réorganisation : proposition des postes, critères de sélection et de départages, demande d’évolution, etc…
  8. Supra légale : attention 10 % à enlever pour la CSG et CRDS // Calcul de l’ensemble de la supra légale au prorata temporis

Les tranches ont été améliorées de 100€, soit pour 600€ de 1 à 2 ans, 700€ de 3 à 9 ans, 800€ de 10 à 14 ans, 900 de 15 à 19, 1 000€ au dessus de 20 ans.

Un plancher est mis en place de 4 000€ et un plafond à  30 000 € pour les + de 50 ans et à 18 000€ pour les moins de 50 ans.

La prime complémentaire sur congés de reclassement : si le salarié ne consomme pas la totalité de son reclassement, alors une prime sera versée équivalent à 50% du reliquat. Le maximum de cette prime est de 3 mois de l’allocation.

  1. Indemnité de majoration additionnelle : elle est supprimée pour une répartition sur la supra égale



Concernant les 83 salariés avec clause de mobilité applicable.

  1. La garantie d’emploi  à 12 mois pour le salarié mobile et pour l’équipe du magasin d’accueil
  2. Un budget de formation à 3 000€. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  3. Un budget de création d’entreprise de 6 000€. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  4. Les budgets formation et  création d’entreprise sont cumulables dans la limite d’un plafond de 7 500€ à faire évoluer. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  5. Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour 
  6. Prime de mobilité : le salarié qui accepte sa mobilité touchera une prime de 2 000€ brut au prorata temporis
  7. Indemnité de départ :   soit une valeur totale correspondant à 2 fois les indemnités légales.
  8. Demande de la CFE-CGC sur un « switcht » pour les RM et RMA, à savoir la possibilité d’un switch de poste, une RM ou RMA d’un magasin « accueillant » pourrait décider de partir avec les modalités ci-dessus.

Les négociations continuent mercredi 28 février 2018


La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés


Restez connecté 





 

Fermer Fermer


Primark - par webMaster le 23/02/2018 : 14:17

Primark inaugure au Havre son douzième magasin français

   

Primark pose ses valises en Normandie. L’enseigne de fast fashion britannique a inauguré le 21 février un magasin de 4 200 mètres carrés au Havre, ce qui constitue sa douzième adresse en France.




primark_1_le_22_fevrier_2018.gif

Le magasin du Havre présente toute l'offre de l'enseigne


 

La chaîne, qui totalise 352 magasins dans 11 pays, s’est installée au sein du centre commercial des Docks Vauban.

Employant 250 personnes, le magasin commercialise toute l’offre de la chaîne : mode femme, homme et enfant, accessoires, lingerie, beauté et maison. Il compte 51 cabines d’essayage ainsi que 36 caisses, dont quatre sont consacrées à l’échange et au remboursement.

Les prochaines ouvertures en vue pour Primark en France ? Deux magasins prévus pour le printemps 2018 à Toulouse (au centre-ville) et à Metz (centre commercial Muse). En 2019, c’est à Noyelles-Godault, près de Lens, qu’elle devrait s’implanter.


 


primark_2_le_22_fevrier_2018.gif

Une partie des 36 caisses du magasin

 

Sur son exercice 2016/17, la chaîne appartenant au groupe Associated British Foods (ABF) a enregistré un chiffre d’affaires de 7,05 milliards de livres (8 milliards d’euros), soit un bond de 19 % en données publiées et de 12 % à taux de change constants. La croissance de Primark en France avoisinerait 25 à 30 % par an.


 

Lire la suite Lire la suite

Primark inaugure au Havre son douzième magasin français

   

Primark pose ses valises en Normandie. L’enseigne de fast fashion britannique a inauguré le 21 février un magasin de 4 200 mètres carrés au Havre, ce qui constitue sa douzième adresse en France.




primark_1_le_22_fevrier_2018.gif

Le magasin du Havre présente toute l'offre de l'enseigne


 

La chaîne, qui totalise 352 magasins dans 11 pays, s’est installée au sein du centre commercial des Docks Vauban.

Employant 250 personnes, le magasin commercialise toute l’offre de la chaîne : mode femme, homme et enfant, accessoires, lingerie, beauté et maison. Il compte 51 cabines d’essayage ainsi que 36 caisses, dont quatre sont consacrées à l’échange et au remboursement.

Les prochaines ouvertures en vue pour Primark en France ? Deux magasins prévus pour le printemps 2018 à Toulouse (au centre-ville) et à Metz (centre commercial Muse). En 2019, c’est à Noyelles-Godault, près de Lens, qu’elle devrait s’implanter.


 


primark_2_le_22_fevrier_2018.gif

Une partie des 36 caisses du magasin

 

Sur son exercice 2016/17, la chaîne appartenant au groupe Associated British Foods (ABF) a enregistré un chiffre d’affaires de 7,05 milliards de livres (8 milliards d’euros), soit un bond de 19 % en données publiées et de 12 % à taux de change constants. La croissance de Primark en France avoisinerait 25 à 30 % par an.


 

Fermer Fermer


Négociation du PDV - par webMaster le 21/02/2018 : 20:18

Réunion de négociation PDV
Mercredi 21 février 2018



19H09
Fin de séance

18H36
Proposition de la direction 

Pour un temps complet :
-augmentation de 100€ sur chaque tranche
-un plancher minimum de 4 000€ 
-plafond de 30 000€

18H03
La direction présente des simulations
pour des raisons de négociations, nous ne pouvons pas vous diffuser les détails

17H47
La direction fait ses propositions sur la supralégale

17H00
Pause

16H46
On discute des horaires d'accès à l'espace antenne emploi
et des emplois disponibles possible sur les autres enseignes

16H23
on reviendra sur les emplois concernés qui restent 

On reprend les débats sur le cabinet de reclassement qui sera Ingéus
Apparement Ingéus s'engage à trouver une solution pérenne
quelque soit le temps nécessaire. 
La direction va vérifier.


www.ingeus.fr


16H00

Nous sommes toujours dans le débat

15H28
Les échanges concernent les salariés qui veulent rester et qui devront changer d'emploi
dans la même catégorie professionnelle

15H08
C'est ok pour la journée complémentaire de négociation au 28 février

14H50
La réunion démarre sur l'avenant pour la journée complémentaire de négociation

 

Lire la suite Lire la suite

Réunion de négociation PDV
Mercredi 21 février 2018



19H09
Fin de séance

18H36
Proposition de la direction 

Pour un temps complet :
-augmentation de 100€ sur chaque tranche
-un plancher minimum de 4 000€ 
-plafond de 30 000€

18H03
La direction présente des simulations
pour des raisons de négociations, nous ne pouvons pas vous diffuser les détails

17H47
La direction fait ses propositions sur la supralégale

17H00
Pause

16H46
On discute des horaires d'accès à l'espace antenne emploi
et des emplois disponibles possible sur les autres enseignes

16H23
on reviendra sur les emplois concernés qui restent 

On reprend les débats sur le cabinet de reclassement qui sera Ingéus
Apparement Ingéus s'engage à trouver une solution pérenne
quelque soit le temps nécessaire. 
La direction va vérifier.


www.ingeus.fr


16H00

Nous sommes toujours dans le débat

15H28
Les échanges concernent les salariés qui veulent rester et qui devront changer d'emploi
dans la même catégorie professionnelle

15H08
C'est ok pour la journée complémentaire de négociation au 28 février

14H50
La réunion démarre sur l'avenant pour la journée complémentaire de négociation

 

Fermer Fermer


Négociations PDV - par webMaster le 21/02/2018 : 14:05

Prolongation des négociations du PDV

ou dernière réunion mercredi 21 février ?

il reste de nombreux points à voir et à revoir dans les négociations

Après échange avec la direction, il est possible qu’il y ait des prolongations

la semaine prochaine sur 1 nouvelle journée de négociation.

Un avenant à l’accord de méthode sera présenté ce mercredi en début de réunion.

La CFE-CGC signera cet avenant pour continuer à négocier.


La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés


Restez connecté 


 

Lire la suite Lire la suite

Prolongation des négociations du PDV

ou dernière réunion mercredi 21 février ?

il reste de nombreux points à voir et à revoir dans les négociations

Après échange avec la direction, il est possible qu’il y ait des prolongations

la semaine prochaine sur 1 nouvelle journée de négociation.

Un avenant à l’accord de méthode sera présenté ce mercredi en début de réunion.

La CFE-CGC signera cet avenant pour continuer à négocier.


La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés


Restez connecté 


 

Fermer Fermer


4 ième réunion du PDV - par webMaster le 20/02/2018 : 21:02

4 iéme réunion de négociation du PDV
 

Mardi 20 février 2018




18H56
Fin de réunion

La direction a pris note de l'ensemble des demandes
sans pour autant donner de réponse écrite et sans comemntaire pour l'instant
Rendez vous demain apm pour la prochaine réunion de négociation


18H35

Les échanges continuent sur les souhaits des départs
des futurs volontaires

17H52
On revient sur les départs volontaires

17H38
Les sujets sur les informations pour les salariés sous forme 
d'assemblée générale sont abordés

17H30
On aborde les sujets des formations

17H20
Reprise de séance

16H39
Suspension de séance

16H32
On continue à balayer le projet

16H10
La direction rappelle que le salarié qui veut être volontaire
doit présenter un projet de départ.
La recherche d'emploi comme projet n'est pas possible

15H56
On continue à balayer les modalités du projet d'accord

15H26
La direction et les organisations syndicales décident de réécrire 
le point des emplois

15H19
Grand débat sur le sujet des postes supprimés
et des salariés non volontaires

14H50
Le cabinet de reclassement est désormais choisit

Nous passons sur les emplois supprimés
dont les personnes ne sont pas volontaires

14H43
Pas de réponse pour l'instant de la direction sur la supra légale
Nous passons sur le choix du cabinet de reclassement

14H28
La direction a écouté les demandes des organisations

14H15
La réunion de négociation démarre sur la supra légale


 

Lire la suite Lire la suite

4 iéme réunion de négociation du PDV
 

Mardi 20 février 2018




18H56
Fin de réunion

La direction a pris note de l'ensemble des demandes
sans pour autant donner de réponse écrite et sans comemntaire pour l'instant
Rendez vous demain apm pour la prochaine réunion de négociation


18H35

Les échanges continuent sur les souhaits des départs
des futurs volontaires

17H52
On revient sur les départs volontaires

17H38
Les sujets sur les informations pour les salariés sous forme 
d'assemblée générale sont abordés

17H30
On aborde les sujets des formations

17H20
Reprise de séance

16H39
Suspension de séance

16H32
On continue à balayer le projet

16H10
La direction rappelle que le salarié qui veut être volontaire
doit présenter un projet de départ.
La recherche d'emploi comme projet n'est pas possible

15H56
On continue à balayer les modalités du projet d'accord

15H26
La direction et les organisations syndicales décident de réécrire 
le point des emplois

15H19
Grand débat sur le sujet des postes supprimés
et des salariés non volontaires

14H50
Le cabinet de reclassement est désormais choisit

Nous passons sur les emplois supprimés
dont les personnes ne sont pas volontaires

14H43
Pas de réponse pour l'instant de la direction sur la supra légale
Nous passons sur le choix du cabinet de reclassement

14H28
La direction a écouté les demandes des organisations

14H15
La réunion de négociation démarre sur la supra légale


 

Fermer Fermer


Sondage PDV - par webMaster le 20/02/2018 : 21:00

Vous avez été 196 personnes à répondre au sondage concernant le PDV.

Nous vous remercions de votre participation qui nous permet de défendre au mieux vos intérêts

 et vous communiquons les résultats :



pdv_1.gif
pdv_2.gif
pdv_3.gif
pdv_4.gif
pdv_5.gif
pdv_6.gif



pdv_7.gif

Les demandes se situent entre 700€ et 1700€ par année d'ancienneté




Les souhaits d'importance notés sur 5



Reclassement :  3 sur 5

Formation : 3,4 sur 5

Création Entreprise :  2,3 sur 5

Supra légale : 4,8 sur 5



La supra légale apparaît comme le premier critère







 

Lire la suite Lire la suite

Vous avez été 196 personnes à répondre au sondage concernant le PDV.

Nous vous remercions de votre participation qui nous permet de défendre au mieux vos intérêts

 et vous communiquons les résultats :



pdv_1.gif
pdv_2.gif
pdv_3.gif
pdv_4.gif
pdv_5.gif
pdv_6.gif



pdv_7.gif

Les demandes se situent entre 700€ et 1700€ par année d'ancienneté




Les souhaits d'importance notés sur 5



Reclassement :  3 sur 5

Formation : 3,4 sur 5

Création Entreprise :  2,3 sur 5

Supra légale : 4,8 sur 5



La supra légale apparaît comme le premier critère







 

Fermer Fermer


Point avant les nouvelles négociations de demain mardi 20 février 2018

Pour rappel, la CFE-CGC est restée présente à la table de négociations le lundi 12 févier et a négocié les points suivants :

Négociations  pour les  83 postes en clause de mobilité :

  1. La garantie d’emploi  à 12 mois
  2. Un budget de formation à 3 000€ que nous souhaitons encore faire évoluer . Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  3. Un budget de création d’entreprise de 6 000€. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  4. Les budgets formation et  création d’entreprise sont cumulables dans la limite d’un plafond de 7 500€ à faire évoluer. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  5. Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour
  6. Des avancées significatives encore à finaliser sur l’indemnité de départ,  soit : à ce jour la négociation est restée sur une valeur totale correspondant à 2 fois les indemnités légales.

 Négociations  pour les 208 postes du PDV :

  1. Finalisation des catégories professionnelles
  2. Choix du cabinet de  reclassement



La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés

Lire la suite Lire la suite

Point avant les nouvelles négociations de demain mardi 20 février 2018

Pour rappel, la CFE-CGC est restée présente à la table de négociations le lundi 12 févier et a négocié les points suivants :

Négociations  pour les  83 postes en clause de mobilité :

  1. La garantie d’emploi  à 12 mois
  2. Un budget de formation à 3 000€ que nous souhaitons encore faire évoluer . Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  3. Un budget de création d’entreprise de 6 000€. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  4. Les budgets formation et  création d’entreprise sont cumulables dans la limite d’un plafond de 7 500€ à faire évoluer. Il est à noter que  les budgets sont applicables quelque soit la durée du temps de travail (temps complet ou temps partiel= même budget)
  5. Mobilité : les frais complémentaires de déplacements seront couverts pendant 6 mois à hauteur de 60€ par jour
  6. Des avancées significatives encore à finaliser sur l’indemnité de départ,  soit : à ce jour la négociation est restée sur une valeur totale correspondant à 2 fois les indemnités légales.

 Négociations  pour les 208 postes du PDV :

  1. Finalisation des catégories professionnelles
  2. Choix du cabinet de  reclassement



La CFE-CGC est restée et restera à la table des négociations
pour protéger l’intérêt de TOUS les salariés

Fermer Fermer


Meilleurs enseignes - par webMaster le 19/02/2018 : 17:03

Enseignes de l’année : Picard devance Amazon, Sephora et Decathlon

   

Le cabinet EY-Parthenon a dévoilé son palmarès des distributeurs plébiscités par les Français. Toutes catégories confondues, la chaîne de produits surgelés Picard remporte le titre d’enseigne de l’année 2018, devançant le géant de l’e-commerce Amazon. Le distributeur d’articles de sport Decathlon et le spécialiste de la beauté Sephora partagent la troisième marche du podium.



commerce_1_le_17_fevrier_2018.gif
Le nouveau concept magasin de Sephora


Pour parvenir à constituer ce palmarès, le cabinet a interrogé plus de 8 000 consommateurs sur leur perception d’environ 150 enseignes, en se focalisant sur trois grands critères : l’offre, l’expérience en ligne et en magasin, et le service après-vente. Si Picard domine, c’est surtout grâce à la qualité de ses produits et la gentillesse des équipes, tandis qu’Amazon est reconnu pour son choix, ses prix et ses services. « Decathlon et Sephora excellent également sur les produits et le rapport qualité/prix, et ne cessent de surprendre sur l’innovation, notamment produit », indique l’étude.


commerce_2_le_17_fevrier_2018.gif

Le classement et les notes attribuées par les consommateurs

 

Les e-commerçants sont globalement en retrait par rapport aux distributeurs spécialisés. « D’une manière générale, les pure players et les enseignes généralistes ont du mal à rivaliser avec les meilleurs spécialistes de chaque catégorie. Il y a cependant une exception de taille : Amazon, dans le multimédia, qui a acquis un statut de spécialiste dans cette catégorie », explique un associé EY-Parthenon.

Des récompenses par catégorie ont également été décernées : dans le secteur mode femme, Zara a été plébiscitée, alors qu’Okaïdi et Petit Bateau sont à égalité sur le segment mode enfant. Au rayon mode multimarque, Les Galeries Lafayette occupent la première place.

L’étude constate peu de disparités entre les générations. « Les meilleures enseignes par catégorie ratissent large et se classent généralement première tant auprès des Millennials que de leurs aînés. Les Millennials sont par ailleurs plus curieux et plébiscitent davantage les enseignes nouvelles et/ou plus accessibles comme Lush, Asos, Rituals ou Primark », nuance une  associée EY-Parthenon.




 

Lire la suite Lire la suite

Enseignes de l’année : Picard devance Amazon, Sephora et Decathlon

   

Le cabinet EY-Parthenon a dévoilé son palmarès des distributeurs plébiscités par les Français. Toutes catégories confondues, la chaîne de produits surgelés Picard remporte le titre d’enseigne de l’année 2018, devançant le géant de l’e-commerce Amazon. Le distributeur d’articles de sport Decathlon et le spécialiste de la beauté Sephora partagent la troisième marche du podium.



commerce_1_le_17_fevrier_2018.gif
Le nouveau concept magasin de Sephora


Pour parvenir à constituer ce palmarès, le cabinet a interrogé plus de 8 000 consommateurs sur leur perception d’environ 150 enseignes, en se focalisant sur trois grands critères : l’offre, l’expérience en ligne et en magasin, et le service après-vente. Si Picard domine, c’est surtout grâce à la qualité de ses produits et la gentillesse des équipes, tandis qu’Amazon est reconnu pour son choix, ses prix et ses services. « Decathlon et Sephora excellent également sur les produits et le rapport qualité/prix, et ne cessent de surprendre sur l’innovation, notamment produit », indique l’étude.


commerce_2_le_17_fevrier_2018.gif

Le classement et les notes attribuées par les consommateurs

 

Les e-commerçants sont globalement en retrait par rapport aux distributeurs spécialisés. « D’une manière générale, les pure players et les enseignes généralistes ont du mal à rivaliser avec les meilleurs spécialistes de chaque catégorie. Il y a cependant une exception de taille : Amazon, dans le multimédia, qui a acquis un statut de spécialiste dans cette catégorie », explique un associé EY-Parthenon.

Des récompenses par catégorie ont également été décernées : dans le secteur mode femme, Zara a été plébiscitée, alors qu’Okaïdi et Petit Bateau sont à égalité sur le segment mode enfant. Au rayon mode multimarque, Les Galeries Lafayette occupent la première place.

L’étude constate peu de disparités entre les générations. « Les meilleures enseignes par catégorie ratissent large et se classent généralement première tant auprès des Millennials que de leurs aînés. Les Millennials sont par ailleurs plus curieux et plébiscitent davantage les enseignes nouvelles et/ou plus accessibles comme Lush, Asos, Rituals ou Primark », nuance une  associée EY-Parthenon.




 

Fermer Fermer


Commerce - par webMaster le 17/02/2018 : 11:41

Prêt-à-porter féminin : le poids des prix barrés a reculé en 2017

   

C'est l'un des enjeux majeurs du secteur de la mode que de parvenir à enrayer la course aux promotions, si l'on en croit ses acteurs. A ceux-ci, la Fédération française du prêt à porter féminin a peut-être envoyé un premier signal positif, à l'occasion de la publication des résultats 2017. Car au milieu de plusieurs bonnes nouvelles, comme la reprise de la consommation et la hausse des exportations, la fédération a fait état, après des années de hausse, d'un recul du poids des prix barrés sur les achats de prêt-à-porter féminin en France. 




soldes_le_15_fevrier_2018.gif
La multiplication des périodes de promotion réduit l'intérêt des consommateurs pour les soldes traditionnels


La part d'achats en soldes ou en promotions a reculé de 2,1 points en 2017, passant de 48,7 % à 46,6 % du total en valeur. Un poids évidemment toujours très fort, mais peut-être le début d'une inversion de tendance, ce que beaucoup espèrent. Un repli en valeur conforté par une baisse en nombre de pièces de prêt-à-porter féminin, puisque 50,8 % d'entre elles ont été achetées à prix barré en 2017, soit 2,8 points de moins qu'en 2016. 

Dans le détail, et sans surprise, les soldes au sens traditionnel du terme ont reculé en volume d'achat, pesant pour 23,3 % du total l'an passé, soit 3,7 points de moins qu'en 2016.

Les promotions ont en revanche progressé (+0,9 point), mais pas autant que les soldes ont reculé, ce qui explique le recul global. « Il y a un effet de vases communicants, avec la création de nouvelles périodes de promotion qui se font au détriment des soldes classiques », explique un délégué général de la fédération. 


La fédération a relevé un nouveau démarrage poussif pour les soldes d'hiver en janvier 2018, confirmant la perte de vitesse notée en 2017. Celle-ci est accentuée par la montée du « Black Friday » et du « Cyber Monday » avant les fêtes, que la fédération évoque comme un nouveau facteur supplémentaire de désintérêt pour les soldes. Un nouvel événement commercial d'automne qui devrait donc avoir prochainement un pendant dans les premiers mois de l'année, puisque c'est ce à quoi s'attèle le gouvernement dans le cadre de sa réforme des soldes et promotions.

« Les équilibres changent entre promotions et soldes, mais la bonne nouvelle reste tout de même le recul des prix barrés sur les ventes françaises de prêt-à-porter féminin l'an passé », résume un expert. Un recul dû probablement à un effet de saturation, d'une part, mais aussi à la nouvelle volonté de la part de certaines marques de réduire nettement la proportion des prix barrés dans leurs ventes, pour assainir leur modèle et préparer l'avenir.




 

Lire la suite Lire la suite

Prêt-à-porter féminin : le poids des prix barrés a reculé en 2017

   

C'est l'un des enjeux majeurs du secteur de la mode que de parvenir à enrayer la course aux promotions, si l'on en croit ses acteurs. A ceux-ci, la Fédération française du prêt à porter féminin a peut-être envoyé un premier signal positif, à l'occasion de la publication des résultats 2017. Car au milieu de plusieurs bonnes nouvelles, comme la reprise de la consommation et la hausse des exportations, la fédération a fait état, après des années de hausse, d'un recul du poids des prix barrés sur les achats de prêt-à-porter féminin en France. 




soldes_le_15_fevrier_2018.gif
La multiplication des périodes de promotion réduit l'intérêt des consommateurs pour les soldes traditionnels


La part d'achats en soldes ou en promotions a reculé de 2,1 points en 2017, passant de 48,7 % à 46,6 % du total en valeur. Un poids évidemment toujours très fort, mais peut-être le début d'une inversion de tendance, ce que beaucoup espèrent. Un repli en valeur conforté par une baisse en nombre de pièces de prêt-à-porter féminin, puisque 50,8 % d'entre elles ont été achetées à prix barré en 2017, soit 2,8 points de moins qu'en 2016. 

Dans le détail, et sans surprise, les soldes au sens traditionnel du terme ont reculé en volume d'achat, pesant pour 23,3 % du total l'an passé, soit 3,7 points de moins qu'en 2016.

Les promotions ont en revanche progressé (+0,9 point), mais pas autant que les soldes ont reculé, ce qui explique le recul global. « Il y a un effet de vases communicants, avec la création de nouvelles périodes de promotion qui se font au détriment des soldes classiques », explique un délégué général de la fédération. 


La fédération a relevé un nouveau démarrage poussif pour les soldes d'hiver en janvier 2018, confirmant la perte de vitesse notée en 2017. Celle-ci est accentuée par la montée du « Black Friday » et du « Cyber Monday » avant les fêtes, que la fédération évoque comme un nouveau facteur supplémentaire de désintérêt pour les soldes. Un nouvel événement commercial d'automne qui devrait donc avoir prochainement un pendant dans les premiers mois de l'année, puisque c'est ce à quoi s'attèle le gouvernement dans le cadre de sa réforme des soldes et promotions.

« Les équilibres changent entre promotions et soldes, mais la bonne nouvelle reste tout de même le recul des prix barrés sur les ventes françaises de prêt-à-porter féminin l'an passé », résume un expert. Un recul dû probablement à un effet de saturation, d'une part, mais aussi à la nouvelle volonté de la part de certaines marques de réduire nettement la proportion des prix barrés dans leurs ventes, pour assainir leur modèle et préparer l'avenir.




 

Fermer Fermer


NEWS PIMKIE

Cliquez sur les liens 

guide_pdv_et_pse_magasins.gif
Guide PDV Neuville/ Villeneuve et PSE Magasins
ACCORD signé par la CFE-CGC



guide_accord_de_mobilite.gif
Guide Accord spécifique pour la mobilité
ACCORD négocié par la CFE-CGC





neuville_3.gif
L'essentiel CE PPP du mardi 27 mars 2018
 

REMUNERATION PIMKIE
CHSCT
CONVENTION COLLECTIVE DIRAMODE
Vous êtes ici :  Accueil