Nombre de Visiteurs

 571970 visiteurs

 13 visiteurs en ligne

L'équipe CFE-CGC

Cliquez sur les photos

Vos représentants
CFE-CGC PImkie

 

guy_bouquet_1.gif
Guy Bouquet
Représentant Syndical CFE-CGC 
Tél 0630925370


frederique.gif
Frédérique Dupont
Titulaire Cadre 
Secrétaire du CSE
Déléguée Syndicale Diramode
Tel : 0609100853


myriam_election.gif
Myriam Bouzar
Suppléante AM

Déléguée Syndicale PPP
Tél 0628967166


karine_election.gif
Karine Dewasmes
Titulaire AM
Déléguée Syndicale PPP
Tél 0643014544


vincent_butor.gif
Vincent Butor
Titulaire AM
Tél 0680826736


najjat.gif
Najjat Belmir
Suppéante AM

Tél 0661445235


hubert.gif
Hubert Legrand
Titulaire Cadre
Tél 0686915580


pascale.gif
Pascale Laversin
Suppléante Cadre
Tél 0687416737

 

Vous pouvez nous écrire ou vous inscire 
en toute discrétion à :                  

cgcpimkie@gmail.com    

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Toutes les nouvelles

H&M va lancer une collection capsule «Stranger Things»

L’été s’annonce très 80’s chez H & M. La marque de prêt-à-porter suédoise va lancer une collection capsule Stranger Things, reprenant les codes esthétiques de la série. Alors que Netflix dévoilera la 3e saison de sa série à succès le 4 juillet prochain, la collection de vêtements sera disponible quant à elle à partir du 23 mai.


Article_HM_20190516.gif
Billy au bord d’une piscine

Alors que la piscine devrait être un élément central de la prochaine intrigue de la 3e saison de Stranger Things, H & M a décidé de s’en inspirer pour lancer une collection exceptionnelle. Maillots de bain rouge flashy, tee-shirt estampillé « Hawkins pool » (Hawkins étant la ville où évoluent les héros de la série), chemisettes et robes aux imprimés « demogorgons »… Autant de pièces à découvrir fin mai chez H & M. Et pour l’occasion, la marque a casté Dacre Montgomery, l’interprète de Billy dans Stranger Things, et surveillant de baignade dans la prochaine saison ?


Le distributeur Auchan quitte l’Italie et le Vietnam

L’entreprise a annoncé, mardi, la cession de la quasi-totalité de sa filiale transalpine. Le groupe a entrepris de rationaliser son parc de magasins pour revenir à la rentabilité.

Article_Auchan_20190515.gif
Dans un  supermarché Auchan à Rome, en 2012

Depuis son arrivée à la présidence des activités de distribution d’Auchan en octobre 2018, Edgard Bonte a entrepris des coupes sévères pour replacer son entreprise sur le chemin de la rentabilité. Après la mise en vente de 21 site en France sans « perspective réaliste de retour à la rentabilité », Auchan Retail a décidé de quitter l’Italie et le Vietnam.

L’entreprise a annoncé, mardi 14 mai, la cession de la quasi-totalité de sa filiale Auchan Retail Italia au groupe transalpin coopératif de distribution Conad, pour un montant non dévoilé. En Italie, Auchan, qui a fait 3,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018, est à la tête de près de 1 600 magasins (hypermarchés, supermarchés, ultra-proximité et activités digitales), sous les marques Auchan et Simply en propre et en franchise. Elle emploie 14 000 salariés en équivalent temps plein. Auchan conservera 33 supermarchés situés en Sicile et 50 drugstores Lillapois (parfumerie, hygiène, beauté) le temps d’en chercher un acquéreur.

Auchan Retail va également quitter le Vietnam avant l’été, un pays où il était le dernier distributeur occidental depuis le départ de Casino en 2016. L’annonce a été faite, mardi matin, aux équipes concernées. « Nous l’avions lancé il y a quatre ans et nous n’avons pas trouvé le modèle économique adapté au marché vietnamien », explique-t-on en interne. Auchan a réalisé 45 millions d’euros de chiffre d’affaires au Vietnam en 2018.

Bouleversement du marché

L’Italie et le Vietnam avaient été cités par M. Bonte lors de la présentation des résultats annuels, début mars, comme des pays où le distributeur était en très grande difficulté. En 2018, Auchan avait déjà fermé 23 magasins durablement en pertes en Italie, dont deux hypermarchés. « En Italie, on ne gagnait pas d’argent depuis 2011 », souffle-t-on en interne.

Entraîné ces dernières années dans le bouleversement du marché de la distribution alimentaire qui a déstabilisé les acteurs historiques (Internet, circuits spécialisés…), Auchan a également été pénalisé par des mauvais choix stratégiques. Il a affiché en 2018 une perte nette de 997 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 51 milliards d’euros, en baisse de 3,2 %.

Concurrence forte

Le groupe de distribution, présent dans 17 pays, a annoncé, en mars, mettre l’accent sur son retour à l’équilibre, avec « un cadre financier strict pour 2019 » et « une priorité donnée au redressement d’Auchan Retail ». Pour ce faire, une analyse des foyers de pertes « qui conduira à des renoncements et des arbitrages financiers », était à l’étude dans un plan de redressement baptisé « Renaissance ».

Le repli d’Auchan en Italie témoigne aussi des conditions difficiles auxquelles les distributeurs sont confrontés dans ce pays. « L’Italie est un marché extrêmement régionalisé, indique-t-on chez Auchan. Ce qui se fait à Milan ne peut pas se reproduire à Catane ou à Venise. Ce ne sont pas les mêmes habitudes alimentaires, ou culturelles, et les clients attendent des produits locaux. Si bien qu’aujourd’hui, les groupes coopératifs s’en sortent mieux que les groupes intégrés. »

Carrefour a d’ailleurs fait état d’une situation compliquée en Italie au premier trimestre, mentionnant « une intensité concurrentielle très forte » sur fond de « contexte macroéconomique difficile avec un chômage en hausse, un moral des ménages mal orienté », donnant lieu au premier trimestre à « un marché alimentaire en régression de 2 % ».


Kiabi a choisi Naples pour ouvrir son premier magasin de centre-ville sur le marché italien. Le distributeur français s'installe dans la galerie Ipogea de la Piazza Garibaldi où, l
e 18 mai prochain, sera inauguré ce nouvel espace de vente de 1 270 mètres carrés s’étendant sur deux étages.
 

Article_Kiabi_20190513.gif
Le premier magasin de centre-ville Kiabi en Italie
 



En prenant place dans cette galerie où passent 62 millions de personnes par an et 175 000 par jour, Kiabi renforce sa présence dans le chef lieu de la Campanie, où elle compte déjà 10 000 clients en ligne. 
 
Ce point de vente napolitain regroupe dans différents rayons ses lignes femme, homme, enfant, bébé, lingerie, size + et maternité. L'enseigne a mis à disposition un service de personnalisation de vêtements disponible le week-end, en collaboration avec les étudiants de l’Academia della Moda de Naples. 

Après avoir construit son modèle en périphérie des villes, l'enseigne familiale se rapproche depuis deux ans des centres-villes. En Europe, elle a ouvert un flagship dans le coeur de Barcelone en Espagen en 2017, puis s'est implantée l'an dernier au centre de Bruges, en Belgique.
 
Né en France en 1978, Kiabi est un acteur mondial du prêt-à-porter avec un chiffre d'affaires de 1,9 milliard d'euros en 2017, dont 10 % ont été réalisés sur le marché italien. Un pays qui s'avère être son premier marché pour les catégories grandes tailles et maternité, et qui génère son plus important chiffre d’affaires au mètre carré, avec 34 magasins dans le pays sur les 468 au niveau mondial.


Nouveau  Phildar - par webMaster le 10/05/2019 : 20:19


Phildar se focalise toujours plus sur la maille

Phildar poursuit sa mue pour mieux coller à l’air du temps. La marque-enseigne de la famille Mulliez, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 40 millions d’euros, poursuit plusieurs chantiers : elle affirme son propos maille pour la saison automne-hiver 19/20, a revu son logo et son e-shop, et lance son premier fil organique.  


phildar_le_9_mai_2019.gif

Pull de la collection automne-hiver 19/20
 

Née en 1903, le spécialiste de la laine a connu une histoire à tiroirs dans la mode puisqu’en développant au fil du temps sa ligne de prêt-à-porter, elle a fait naître la chaîne Pimkie dans les années 1970, puis Xanaka et enfin Grain de Malice, qui s’est émancipée en 2001. La partie prêt-à-porter de Phildar reste toujours présente en magasin, mais elle met depuis l’an dernier véritablement le cap sur le tricot. Les vêtements chaîne-et-trame (pantalon, veste, chemise….) s’amenuisant sur les portants pour laisser davantage de place à des pulls douillet et dans l’air du temps et des tops en maille tendance.

« Nous avons resserré notre offre sur la maille et celle-ci représente maintenant 50 % de la collection, livre la directrice marketing et digital de Phildar. Nous ne souhaitons pas trop monter en gamme côté prix mais nous ne nous interdisons pas de proposer quelques pièces plus chères et surtout plus mode et à plus fort impact visuel. L’objectif est de développer notre imagerie autour de la douceur, de l’authenticité, de tons pastels mais aussi de pétillance, toujours dans une ambiance cocooning ». Les silhouettes s’avèrent beaucoup plus modernes, avec des teintes au goût du jour, et même du fluo.

Côté pelote, Phildar innove en ce printemps-été 2019 sur le plan de la durabilité avec le lancement de son premier fil organique baptisé Ecocoton. Il s’agit donc de coton bio certifié Gots dont la pelote est fabriquée en Italie. En sus, la marque vient de commercialiser ses premières lessives, spéciale laine, fabriquée en Provence et à 95 % biodégradable.

Retravaillant donc son offre, l’entreprise qui s’appuie encore sur un réseau de 500 revendeurs wholesale a en parallèle également revu son logo et lancé son nouveau site marchand en ce début d’année. A côté du nom Phildar a été réintégrée la fameuse fleur stylisée – inspiré de la forme d’une pelote - que la marque a arborée pendant plusieurs décennies par le passé. Cette identité visuelle va progressivement être appliquée au réseau de magasins, qui se compose de 120 adresses en France, dont la moitié de succursales. Un premier test vient d’être effectué à Reims.


Nouveau  Primark - par webMaster le 09/05/2019 : 10:24

Primark reste solide en Europe, mais le marché allemand est problématique

Les résultats de Primark sont tombés mercredi : les chiffres intermédiaires pour la période de 24 semaines qui a pris fin le 2 mars confirment la croissance impressionnante de l'enseigne irlandaise.

primark_le_7_mai_2019.gif

 

Sa société mère, Associated British Foods (ABF), s'est félicitée de cette « série de résultats solides », bien que l'augmentation de 1 % du chiffre d'affaires de Primark, à 8,702 milliards d'euros, n'ait rien de véritablement impressionnant. Pourtant, la croissance de Primark a facilement dépassé celle des autres divisions du groupe, démontrant un fort potentiel de croissance, même sans distribution e-commerce - d'ailleurs, malgré les rumeurs, la marque irlandaise ne semble pas disposée à se lancer sur Internet pour le moment.

Le bénéfice ajusté avant impôts de la société mère est resté stable à 725 millions d'euros, mais Primark a dépassé les attentes. Le PDG du groupe a salué sa force et déclaré que Primark « a permis une excellente croissance des bénéfices du groupe, stimulée par nos efforts sur le développement de l'expérience client et l'expansion de notre surface de vente ».

Si l'augmentation de la surface commerciale a tiré vers le haut la croissance des recettes, le chiffre d'affaires à périmètre et change constants a baissé de 1,5 %, ce qui n'a clairement pas affecté les résultats puisque la société a pu bénéficier d'une « marge nettement supérieure ».

Forces et faiblesses

Point important : la société a déclaré que « le Royaume-Uni a une nouvelle fois réalisé une bonne performance » au premier semestre.

Sa part du marché total de l'habillement, de la chaussure et des accessoires a augmenté « sensiblement ». L'effet de la faible fréquentation en novembre a été compensé par une bonne activité sur tous les autres mois, avec une forte croissance au cours des deux dernières semaines, sous l'effet de températures plus clémentes par rapport à la météo glaciale de l'année dernière.

Le chiffre d'affaires de la zone euro a progressé de 5,3 % par rapport à l'année dernière, sans tenir compte de l'incidence du change. En données comparables, le chiffre d'affaires est en recul de 3,2 %, sous l'effet de la baisse du marché allemand et d'une baisse de la fréquentation en novembre partout dans le monde. 

L'Espagne, la France, l'Italie, la Belgique et l'Italie ont connu une croissance particulièrement forte de leur chiffre d'affaires. Mais l'Allemagne reste un problème. Dans ce pays, ABF a « renforcé l'équipe de direction pour faire face à la situation qui reste difficile ». Le groupe britannique va également « réduire l'espace de vente dans un petit nombre de magasins allemands afin d'optimiser leur base de coûts », ce qui souligne l'ampleur des enjeux sur ce marché.

Mais l'entreprise s'est dite « heureuse de gagner des parts de marché substantielles sur les marchés européens, particulièrement compétitifs ». 

Qu'en est-il des États-Unis ? Le chiffre d'affaires de Primark a continué d'y progresser « fortement, soutenu par l'excellente activité du magasin de Brooklyn, récemment ouvert, et par la croissance de ses revenus à périmètre et change constants ». Mais les activités de la marque irlandaise ne sont pas encore rentable sur ce marché.

La marque continue d'accroître sa présence, malgré quelques réductions ponctuelles de ses surfaces de vente. Primark va ouvrir un magasin à Ljubljana, son premier en Europe centrale. Et d'autres inaugurations sont prévues en Pologne et en République tchèque.


Nouveau  inditex - par webMaster le 07/05/2019 : 15:10

Inditex : une croissance contenue en Europe

Quelles sont les limites du potentiel de croissance d’un géant comme Inditex ? A la suite d'une hausse de son chiffre d’affaires de seulement 3 % lors du dernier exercice malgré un record historique de 26,145 milliards d’euros, la question de la pérennité de ce modèle se pose. En Espagne, le chiffre d’affaires de l’entreprise basée en Galice a crû de 3 %, pour atteindre 4,557 milliards d’euros. Alors certes, Inditex vend toujours plus ; mais le groupe enchaîne un quatrième exercice consécutif de ralentissement de sa croissance dans son pays d’origine.

inditex_le_6_mai_2019.gif
Pablo Isla Président du groupe lors d’une conférence de presse au siège du groupe

 

« Nous avons encore du potentiel de croissance », assurait le président du groupe pendant la présentation des résultats annuels d’Inditex au siège du groupe, à Arteixo (La Corogne). « L’entreprise n’a jamais été aussi dynamique d’un point de vue commercial ». Mais l’empire fondé par Amancio Ortega a clôturé l’exercice 2018 avec la croissance la plus faible de son histoire : un timide 3 %. Les marges brutes se maintiennent cependant à 14,816 milliards d’euros, soit 56,7 % des ventes totales et une hausse de quatre dixièmes. Avec + 4%, les ventes comparables sont encourageantes aussi bien en ligne qu’en boutiques physiques, et ce sur tous les marchés et tous les canaux.

Les dernières données publiées à la CNMV (Commission Nationale du Marché des Valeurs) espagnole confirment le ralentissement de la croissance d’Inditex sur son marché intérieur, comme tous les ans depuis 2015. En 2018, l’entreprise a enregistré une croissance de 3 % en Espagne, à 4,557 milliards d’euros. En 2017, la société affichait une hausse de 4 % et les ventes avaient augmenté de 6,2 % en 2016. Mais c’est 2015 qui a vraiment marqué les esprits avec une croissance de 8 % et des ventes dépassant pour la première fois les 4 milliards d’euros. Tout comme le soulignait le Président du groupe lors de sa conférence de presse, les ventes de l’entreprise sur son marché intérieur ont déjà augmenté de plus de 1 milliard d’euros depuis 2014.

Au niveau international, Inditex a réussi à assurer une croissance de 3,1 %, à 21,588 milliards d’euros, dont 9,948 milliards d’euros en provenance de l’Union européenne. Les 11,640 milliards d’euros restants viennent du reste du monde. L’Europe représente toujours le gros du chiffre d’affaires du groupe avec 45,1 %, suivie de l’Asie (23,2 %), l’Espagne (16,2 %) et l’Amérique (15,5 %).


 


Nouveau  H&M - par webMaster le 06/05/2019 : 19:30

H&M, en pleine transformation digitale, stoppe son catalogue historique

Engagé dans la transformation de son modèle, surtout sur les plans digital et écoresponsable, le groupe H&M dit aujourd’hui adieu à une de ses activités, que la plupart de ses clients actuels à travers le monde ignorent : son historique catalogue de vente par correspondance va cesser de paraître dans les six pays (Suède, Finlande, Norvège, Pays-Bas, Allemagne et Autriche) où il est expédié depuis 1980.


hetm_le_3_mai_2019.gif
L'enseigne publie ses tendances et inspirations sur les médias sociaux et son e-shop

La raison est simple pour le distributeur scandinave : « Les achats sur catalogue ne sont tout simplement pas pertinents pour les consommateurs d’aujourd’hui », livre-t-il dans un communiqué, en précisant que la dernière parution de cet ouvrage commercial a eu lieu la semaine du 29 avril. Il avait connu ses premières heures il y a 39 ans, suite au rachat par le groupe de l’activité suédoise de vente par correspondance Rowells.

Le groupe ne précise pas quelle part de son activité était générée par ce biais mais celle-ci doit s’être sérieusement amenuisée au fil du temps et des changements de comportement des consommateurs, à l’heure ou l’efficacité sur le plan e-commerce s’avère être le vrai défi d’H&M. Les ventes en ligne du groupe ont représenté 14,5 % de son chiffre d’affaires de l’année 2018 (+22 %), et plusieurs chantiers ont été investis ces dernières années pour rattraper son retard en la matière.  

Elle s’en remet ainsi parfois à des acteurs tiers, en rejoignant des marketplaces, récemment en Inde (partenariats avec Myntra et Jabong), et en testant la commercialisation directement via Instagram aux Etats-Unis ; mais souhaite aussi améliorer ses propres services sur le web : en 2019, la livraison le jour même va être étendue à de nouveaux marchés et le click & collect sera déployé dans une dizaine de nouveaux pays. En outre, H&M a inauguré trois nouveaux entrepôts logistique fin 2018 en Pologne et en Allemagne, tandis que deux nouvelles plateformes sont attendues près de Madrid et au Nord de Londres d’ici un an. Avec l'objectif d'être plus efficace encore côté livraison.

Enfin, cet arrêt de publication fait également sens dans la quête d’écoresponsabilité poursuivie par le géant suédois. « Nous améliorons constamment nos activités afin de réduire notre impact sur l'environnement. Il s’agit d’un travail progressif et c’est maintenant le tour du secteur des catalogues ». Un choix qui fait écho à celui d’autres enseignes qui ont décidé d’arrêter d’imprimer des prospectus, à l’instar de Monoprix en France.


Auchan - par webMaster le 03/05/2019 : 21:13

En difficulté, Auchan veut céder 21 sites en France

Confronté à une forte baisse de ses revenus, le groupe Auchan a annoncé mardi un projet de cession de 21 sites français jugés non rentables, dont 13 supermarchés et un hypermarché. Si les sites ne trouvent pas de repreneur, le groupe nordiste, propriété de la famille Mulliez, précise dans un communiqué qu’un plan de sauvegarde de l’emploi sera négocié avec les partenaires sociaux. Il ne précise pas le nombre d’emplois concernés, évalués par les syndicats à 723 personnes.

auchan_le_2_mai_2019.gif

 

En France, son premier marché (35 % de ses ventes), Auchan a continué à perdre du terrain l’an dernier, plombé par les contre-performances de ses hypermarchés qui comptent pour environ 80 % de ses ventes.

Ces très grands formats, aux prises avec la concurrence féroce de E.Leclerc et des spécialistes du commerce en ligne, Amazon en tête, ont aussi été très impactés par le mouvement des « gilets jaunes », comme l’ont été Carrefour ou Casino, allié à Auchan dans les achats au sein de la centrale Horizon. Les blocages des accès aux magasins en novembre et décembre 2018 ont coûté 140 millions d’euros de chiffre d’affaires à Auchan et 35 millions d’excédent brut d’exploitation.

Le groupe Auchan, qui dispose également d’activités à l’étranger, a accusé une perte nette de près d’un milliard d’euros l’an dernier.


Promod - par webMaster le 02/05/2019 : 19:28

Promod se dote d’un site communautaire

Souhaitant s’adresser plus directement à ses fidèles, Promod leur dédie un site Web participatif. La marque de mode nordiste vient de lancer sa « communauté en ligne », comme elle le décrit, soit une plateforme qui permet d’échanger, de connaître les actualités de l’enseigne et de donner son avis sur les collections.

promod_le_30_avril_2019.gif
L'interface lancée par la marque

 

Souhaitant « passer d’une culture produit à une culture client », Promod a collaboré avec l’agence Chall’angel pour concrétiser cet outil qui « se place entre le blog, le magazine et le réseau social ». Une abonnée peut par exemple débattre d’un sujet sur un groupe de discussion donné ou signaler la couleur qu’elle préfère pour un manteau en cours de mise au point par l’équipe créative. La création d’un profil peut se faire via une adresse e-mail ou un profil Facebook.

Pour accompagner ce lancement, les 700 vitrines Promod affichent une campagne mettant en valeur une bande d'adeptes de la marque. L’enjeu est ici clairement de réussir à faire venir ses clientes sur ce site et à ce qu’elles se l’approprient vraiment.

Fin 2017, Kiabi avait également sa propre plateforme communautaire baptisée « We Are Kiabi », censée engager ses clients en les faisant interagir, poster des looks ou poser des questions. Ce site n’est aujourd’hui plus accessible.

Présente depuis 1975 dans le paysage des chaînes d’habillement tricolores, Promod est présidée depuis septembre dernier par Julien Pollet, qui n’est autre que le fils du fondateur. Implantée dans 34 pays et revendiquant un chiffre d’affaires annuel de 650 millions d’euros, l’entreprise se restructure depuis trois ans déjà et la mise en œuvre d’un plan social en 2016 (suppression de 133 postes au siège et 180 magasins à l’export).


H&M - par webMaster le 30/04/2019 : 14:43

H&M détaille ses fournisseurs sur son e-shop

pour chaque vêtement

Porté par la volonté et d’être plus transparent vis-à-vis de ses clients, H&M a lancé le 23 avril un nouvel onglet sur les fiches produits de ses collections mode. L’internaute peut ainsi avoir accès à une description de la matière exacte du vêtement ainsi qu’au pays de fabrication de celui-ci, incluant le nom du fabricant et de l’usine sous-traitante, son adresse et le nombre de salariés qu’elle emploie.


hetm_20190425_fournisseurs.gif
Exemple de détails diffusés pour une robe en viscose - H&M


Par cette action, l’enseigne suédoise revendique être « le premier grand acteur de mode à proposer une transparence de ses produits à grande échelle. (…) En partageant de plus amples détails sur les matières et l’endroit où nos vêtements sont fabriqués, nous aidons les clients à faire des choix plus éclairés lorsqu'ils font leurs achats ». Ces informations sur la fabrication ont été mises en ligne sur les 47 marchés où H&M possède un site marchand. Par contre, en magasin, celles-ci ne sont pas inscrites directement sur les étiquettes : il faut scanner l’étiquette du prix pour avoir accès aux données sur son smartphone via l’application de l’enseigne.

Depuis 2013, la chaîne publie une liste de ses fournisseurs, mais celle-ci n’était jusqu'ici pas reliée directement aux produits distribués pour H&M.
C’est aussi une manière pour la firme scandinave de communiquer et de s’assurer que le client se rende compte de l’évolution de sa réflexion vers une mode plus durable. Car le défi de taille qu'elle s'est fixé 
est que tous ses produits soient réalisés à partir de matériaux recyclés ou issus de sources durables d'ici 2030, et que la société dans son ensemble ait un impact neutre sur le climat à horizon 2040.  


NEWS PIMKIE
REMUNERATION PIMKIE
CSSCT (CHSCT)

CSSCT Magasins : votre représentant CFE-CGC


karine_election.gif
Karine
Pimkie Noyelles Godault
06 43 01 45 44



CSSCT Bureaux / Logistique : votre représentant CFE-CGC

pascale.gif
Pascale
Offre Villeneuve d'Ascq
06 87 41 67 37



 

CONVENTION COLLECTIVE DIRAMODE
Vous êtes ici :   Accueil » Toutes les nouvelles