Nombre de Visiteurs

 649177 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

L'équipe CFE-CGC


Vos représentants
CFE-CGC PImkie



frederique.gif
Frédérique Dupont
Titulaire Cadre 
Secrétaire du CSE
Déléguée Syndicale Diramode
Tel : 0609100853


myriam_election.gif
Myriam Bouzar
Représentante Syndicale et

Déléguée Syndicale PPP
Tél 0628967166


karine_election.gif
Karine Dewasmes
Titulaire AM
Déléguée Syndicale PPP
Tél 0643014544


vincent_butor.gif
Vincent Butor
Titulaire AM

Tél 0680826736

najjat.gif
Najjat Belmir
Suppéante AM

Tél 0661445235


hubert.gif
Hubert Legrand
Titulaire Cadre
Tél 0686915580


pascale.gif
Pascale Laversin
Suppléante Cadre

 

Vous pouvez nous écrire ou vous inscire 
en toute discrétion à :                  

cgcpimkie@gmail.com    

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Toutes les nouvelles

Black Friday : promotions trompeuses, contrefaçon, prix fantaisistes ?

Caractère trompeur de certaines réductions affichées, produits de qualité douteuse, voire contrefaits: les mises en garde se multiplient concernant le "Black Friday".

Article_Black_Friday.gif

En réalité, "5 à 10% des produits sont effectivement 5 à 10% moins chers pour les secteurs de l'électroménager et du high-tech", explique le  directeur de l'observatoire de la consommation de l'UFC-Que Choisir, qui a mené une étude sur les prix pratiqués en 2018 avant et pendant le "Black Friday", tradition américaine qui prend chaque année davantage racine en France.

L'association de défense des consommateurs a observé les prix de dizaines de milliers de produits sur les sites des grandes enseignes "28 jours avant le Black Friday et le jour J". "Ce qu'on observe, c'est que pour la plupart des produits le prix avant, pendant et après est le même".

Si le prix réel ne change pas, "c'est le prix de référence qui subit une inflation". Il s'agit du prix "avant réduction, celui duquel sont déduit les -50%, -70% que le consommateur peut voir sur l'étiquette".

 


Prix de référence "fantaisiste" :

En France, "il n'y a quasiment rien qui définisse le prix de référence", un économiste et cofondateur de l'Obsoco. "Ce vide juridique, combiné au manque de moyens de la DGCCRF (répression des fraudes, NDLR) pour contrôler tout ça, fait que très souvent le prix barré est un prix fantaisiste", poursuit-il.

De son coté, la DGCCRF assure qu'elle "fait des contrôles" pour "s'assurer que le prix est loyal". Mais son porte-parole reconnaît néanmoins que, dans des périodes comme le Black Friday, "il y a effectivement des fausses réductions".

Which?, l'équivalent britannique de l'UFC-Que Choisir, est arrivé à une conclusion similaire en observant les prix au Royaume-Uni. L'organisation affirme que 61% des 83 produits étudiés étaient "moins chers ou au même prix avant le Black Friday".

Pour éviter ce genre d'erreur, il conseille au consommateur de "mettre en place une petite alarme dans sa tête qui s'allume dès qu'on voit -50%" car "-50%, -70%, même en période de soldes, ça ne correspond pas à une réalité économique".

 

"Faux produits" :

Au-delà des questions de prix, se pose celles de la qualité, voire de la conformité des produits. L'Union des fabricants (Unifab) a ainsi mis en garde les consommateurs contre les risques de tromperie sur les ventes en ligne à l'occasion du Black Friday.

Selon l'organisation, les faux produits envahissent insidieusement la toile et les paniers des e-consommateurs.

L'association rappelle un certain nombre de réflexes lors d'achats en ligne: s'assurer d'être sur un site officiel, faire attention aux fautes d'orthographe qui pourraient trahir un site douteux, se méfier des offres trop alléchantes ou des prix bradés et regarder les conditions de retour, qui sont obligatoires en France.

Les mises en garde sur les prix et les produits s'ajoutent à la réaction "anti-Black Friday" qui monte aussi en France.

De plus en plus d'associations, de marques et de commerçants prennent des initiatives pour "lutter contre l'hyperconsommation et pour une consommation et une production responsables", d’après le président d'Envie et du "Green Friday", un mouvement d'entreprises et d'associations qui s'engagent à ne pas pratiquer de promotions pendant le fameux "vendredi noir".

En réalité, "5 à 10% des produits sont effectivement 5 à 10% moins chers pour les secteurs de l'électroménager et du high-tech", explique le directeur de l'observatoire de la consommation de l'UFC-Que Choisir, qui a mené une étude sur les prix pratiqués en 2018 avant et pendant le "Black Friday", tradition américaine qui prend chaque année davantage racine en France.

L'association de défense des consommateurs a observé les prix de dizaines de milliers de produits sur les sites des grandes enseignes "28 jours avant le Black Friday et le jour J". Ce qu'on observe, c'est que pour la plupart des produits le prix avant, pendant et après est le même".


Noël : Stéphanie Durant co-crée une collection de prêt-à-porter pour Pimkie

Pimkie s'est associée à l'influenceuse et ex-candidate de téléréalité Stéphanie Durant, le temps d'une collection glamour et féminine dédiée aux fêtes de fin d'année. Les créations sont à découvrir en boutiques et en ligne sur Pimkie.fr à compter du 3 décembre.

Article_Steephanie_Durand_20191201.gif

Reconvertie en influenceuse après avoir brillé dans l'émission de téléréalité "Les Marseillais" pendant plusieurs années, Stéphanie Durant a prouvé à de nombreuses reprises son goût et sa passion pour la mode à travers plusieurs collaborations. En cette fin d'année 2019, la jeune femme fait équipe avec Pimkie pour proposer une collection festive accessible à toutes.

L'objectif de ce partenariat est de présenter une série de pièces de prêt-à-porter qui feront le bonheur des femmes au quotidien comme lors des fêtes de fin d'année : Des créations féminines hautes en couleur, souvent parsemées de détails scintillants et agrémentées de jeux de transparence, déclinées dans un style à la fois moderne et glamour.

Inspirée par le "clubbing 80's", la collection se compose notamment d'une longue robe noire à bretelles, d'une combi short à rayures scintillantes, d'un chemisier noir, d'un short taille haute, d'un blazer et d'une jupe fuchsia, d'un perfecto, d'un body asymétrique, ou encore d'un T-shirt imprimé. Elle est complétée par une sélection d'accessoires, parmi lesquels des boots, des sandales, des bottes, ou encore des sacs à main.

La collection Steph D.- Pimkie sera disponible dès le 3 décembre prochain, dans les boutiques Pimkie en France, Belgique, Luxembourg, et Suisse, et sur l'e-shop de la marque. Côté prix, il faut compter entre 15,99 euros et 45,99 euros.


Nouveau  Commission Frais de santé du 27 novembre 2019 - par webMaster le 02/12/2019 : 08:33

Commission Frais de santé du 27 novembre 2019

Article_Frais_de_santee_20191130.GIF

Notre courtier Verspieren est venu nous présenter la réforme des frais de santé 2020 et le
compte d’exploitation de PP et Diramode.


La réforme des frais de santé 2020
A partir du 1° janvier 2020 un panier 100% santé doit être proposé. C'est-à-dire un devis avec 0 reste
à charge :
- En optique et pour les aides auditives, 2 devis doivent vous être proposés : Un en 0 reste à charge,
l’autre en « tarif libre ».
- Pour les prothèses dentaires, 3 devis : Un en 0 reste à charge, un en « reste à charge maîtrisée » et  un
en « tarif libre ».

 

La CFE-CGC vous informe que vous êtes en droit de les réclamer à votre praticien

Le compte d’exploitation
En prévoyance, les résultats sont très défavorables, dus principalement aux arrêts de travail de
longue durée. Concernant la mutuelle, les résultats sont légèrement déficitaires.
Par conséquence, les cotisations seront en augmentation. Pour une demande d’augmentation de
20% pour la prévoyance et 5% pour la mutuelle, notre courtier a réussi à négocier +9% et +3%
d’augmentation

 

La CFE-CGC demandera une augmentation de la participation employeur lors des NAO


L'Essentiel du CSE Pimkie du mardi 21  novembre 2019

Article_CSE__20191129.GIF

Réception de la collection en semaine 47 au dépôt fédéral :


AW4 (semaine 46 à 01) =     93 % de la collection

SS1 (semaine 01 à 07)   =   7 % de la collection

Ces points ont été abordés :

En logistique :

Avancées à date des projets logistique :

La direction a présenté l’avancée du projet logistique du dépôt de Neuville-en-Ferrain. La vente des locaux + le bail de location sont signés. Le site devra être libéré au plus tard le 31 août 2020. Même si la localisation des nouveaux locaux n’a pas encore été annoncée (discussions encore encours), la direction réaffirme ses engagements d’un site neuf ou très récent dans un rayon de 15kms de Neuville, équipé d’un convoyeur neuf ainsi que le maintien dans l’emploi.

2 études ont été écartées, Dourges (chez Géodis) trop éloigné et un regroupement des dépôts F3

Dans l’attente de nouveaux éléments, la CFE-CGC reste vigilante sur ce projet

En magasin :

- Les soldes hiver 2019 :

même si l’atterrissage prévu du stock avant soldes est d’un niveau très correct, la répartition entre les collections est disparate, le stock est plus important sur l’entrée de saison (AW1, AW2) que sur le reste. Une partie du stock AW1 est d’ailleurs prévue en revente soldeur.

La CFE-CGC espère que les résultats seront quand même conformes aux objectifs, d’autant que la période de soldes ne sera que de 4 semaines

- Point sur la nomination des Sales managers ex Trade coach :

La nouvelle organisation hiérarchique magasins sera annoncée mi-décembre pour mise en place début janvier. Il reste à valider combien de Sales managers seront nommés sur les 4 retenus.

La CFE-CGC remarque que les prises de décision sont vraiment très longues à prendre. Le sujet a été lancé avant les congés d’été 2019…

- Picking WEB :

La direction précise que les colis « store to web » sont identifiés par une pastille violette ; Il n’y aura pas de « Pop up » ou autre alerte sur la caisse comme demandé. Une personne en centrale sera dédiée pour gérer les informations urgentes et envoi de mail pour ne pas submerger les magasins d’informations inutiles

La CFE-CGC est perplexe sur le bon fonctionne de cette organisation

- Le Black Friday :

La direction explique le décalage du Black Friday (lundi, mardi pour les clientes cartées et la fin de semaine pour toute la clientèle) pour une meilleure cohérence et éviter une rupture dans l’opération

La CFE-CGC relève ici encore un contre-ordre de dernière minute au détriment de l’organisation des magasins

- Retour sur la mise en place d’un système de prime en magasin :

Rappel des règles du challenge : Récompenser les efforts des meilleures équipes par région, dans un premier temps sous forme d’un challenge (jusqu’à mars 2019). Sur la progression en termes de taux de transformation, panier moyen et taux de recrutement CRM, les magasins gagnent des points. Les 3 premiers magasins seront récompensés par une prime pouvant aller jusqu’à 100€ au prorata temporis

La direction a accepté le calcul des points sur les heures réalisées mais ne revient pas sur les autres indicateurs.

La CFE-CGC relève que, quelque soit le résultat cela ne touchera que 17% de la population magasin par mois et souhaite que ce premier effort aboutisse à terme, à un système de primes pérenne et attractif

- Travail le dimanche et jours fériés :

La direction précise que 17 magasins travaillent régulièrement le dimanche en France, principalement en région parisienne.  Ils apportent en moyenne une contribution significative aux résultats de l’entreprise. Pour certains, il s’agit de la meilleure journée de la semaine après le samedi.

Pour la période de fêtes, selon les régions, les magasins pourront ouvrir jusqu’à 5 dimanches.

Le travail du dimanche et jours férié doit bien être effectué sur la base du volontariat, majoré de 100% pour les dimanches et 200% pour les jours fériés.

La CFE-CGC réaffirme qu’elle est contre le travail du dimanche et ose croire que la règle du volontariat est bien respectée. Si tel n’est pas la cas, nous sommes à vos côtés pour vous entendre

- Contrats ATA fêtes de fin d’année et soldes :

La précision a été donnée, le contrat ATA démarre le lundi qui précède le dimanche travaillé

- Retour sur la création de nouveaux postes de 1° vendeuse :

La direction accepte de rouvrir ce poste sur certains magasins sans R.A. Le contrat doit être de 30 heures.

La CFE-CGC espère que ce n’est pas la porte ouverte à la disparition du poste de R.A

En Centrale :

- Pimkie a signé le Fashion pact (G7 d’août 2019). Qu’est ce que cela signifie pour Pimkie ?

La direction nous précise qu’il est trop tôt pour avoir de la visibilité sur cet engagement. Elle confirme l’engagement RSE sur ce sujet qui s’articule sur 3 grands pôles, la protection des océans, la biodiversité et le climat.

La CFE-CGC reviendra sur le sujet courant d’année prochaine

- Annonce de l’arrivée d’un responsable des opérations chez Fashion 3 Sourcing. Quel est son rôle ?

La direction n’a pas été en mesure de répondre à notre question. Le point sera remis au CSE de décembre.

La CFE-CGC désapprouve cette non-réponse

- Des nouveaux consultants pour la plateforme de marque :

La direction explique que 2 nouveaux cabinets (complémentaires) ont été missionnés, l’un d’une communication plus classique, le 2° beaucoup plus en décalage pour apporter plus de singularité et plus de « percutant ».

La CFE-CGC affirme qu’il est grand temps de prendre la bonne décision rapidement concernant cette plate-forme de marque. D’autre part, nous n’avons toujours pas de point d’avancement sur le sujet

- Un nouveau consultant pour l’Offre. Quelle est sa mission ? :

La direction réaffirme que le business modèle de l’offre aujourd’hui est obsolète. Demain, il ne faudra acheter que ce que l’on est en capacité de vendre avec pour objectif, la baisse de l’impact environnemental, le 0 déchet…. Ce consultant a pour mission d’accompagner les équipes dans ce changement.

La CFE-CGC est offusquée. Acheter que ce qu’on est capable de vendre n’est qu’une question de bon sens. Encore un consultant pour une mission qui pourrait très certainement être bien réalisée en interne

- Restitution de l’écoute Offre ? :

L’un des membres ayant participé à l’écoute Offre en juin 2019, nous en restitue les principaux éléments. Une vraie souffrance a été relevée. La direction affirme que la directrice de l’offre a pris en charge le sujet et que des actions sont en cours de mise en place.

La CFE-CGC demande un suivi régulier avec un retour sur le ressenti des personnes de l’offre directement concernées

- Communication de la note relative au télétravail :

Suite au mécontentement vis-à-vis de la note (restrictive) du télétravail, envoyée en septembre 2019, la direction a rédigé une nouvelle note, plus souple, rappelant les modalités et les règles du télétravail qui reposent sur l’autonomie, la confiance et l’exemplarité dans le respect de l’activité de l’entreprise. La note sera diffusée prochainement.

Prochain CSE PIMKIE le Mardi 10 Décembre


Pimkie, en pleine refonte, a accueilli une nouvelle directrice de l'offre

Après avoir réduit la voilure avec un plan de fermetures de boutiques et de départs volontaires en 2018, Pimkie avait ébauché un premier plan de relance avec la directrice générale Béatrice Lafon. Mais son départ au bout d'un an à peine, et l'arrivée récente du nouveau dirigeant, Yann Hinsinger, vont-ils bouleverser la feuille de route ? C'est la question qui se pose au sein de l'enseigne nordiste. Mais le travail de réécriture de la marque avait d'ores et déjà commencé, et va se poursuivre. Une nouvelle directrice de l'offre est ainsi arrivée il y a deux mois.

Article_Pimkie_20191129_3.gif       Article_Pimkie_20191129_4.gif

Depuis quelques semaines, c'est ainsi Marie-Astrid du Beaudiez, ex-Camaïeu, 3 Suisses ou encore Vertbaudet, qui analyse les besoins et les leviers de changement pour permettre aux collections de Pimkie d'être à la fois plus opérantes et moteur d'un retour à la croissance. Déjà à la tâche, son travail doit permettre de réorienter les collections à compter de la saison printemps-été prochaine.

Alors qu'elle vient de changer de pilote, pour la troisième fois en deux ans, avec l'arrivée de Yann Hinsinger à la direction générale, l'enseigne Pimkie cherche en effet toujours la bonne orientation pour sa relance. Et pour financer celle-ci, elle vient de procéder à une dernière vente immobilière.

La chaîne féminine du groupe nordiste Fashion 3 vient ainsi de fermer son point de vente "étendard" à Paris, rue de Rivoli, qui lui appartenait. Une cession du bail rapide - mais pas "en urgence" précise-t-on chez Pimkie - et une fermeture effective qui n'a pris que quelques semaines. Annoncée il y a un mois, la décision a d'ores et déjà été suivie d'effet depuis le 6 novembre dernier. Cette adresse de 230 mètres carrées située au 130 rue de Rivoli avait permis à l'enseigne de présenter un nouveau concept, "la Fashion Factory", à la fois plus mode et avec une fonction événementielle avec un showroom à l'étage supérieur.C'est le groupe italien Calzedonia qui s'est porté acquéreur du bail.
Cette boutique de la rue de Rivoli, ne faisait pourtant pas partie de la liste des magasins concernés par le plan de fermetures annoncé en 2018 par le groupe d'habillement nordiste. Il s'agit d'une décision "stratégique" selon l'enseigne, qui lui permettrait néanmoins de réaliser une belle opération de trésorerie via la cession du bail.

La chaîne aux 664 magasins, dont près de la moitié en France, avait donc déjà annoncé 37 fermetures l'an passé dans le cadre d'un plan qui court jusqu'en 2021. Mais elle n'annonce, dans l'immédiat, pas d'autre vague de fermetures en dehors du cas particulier de cette surface de valeur qu'était Rivoli.

Article_Pimkie_20191129_5.gif
 


Les prochaines annonces de la direction en matière de restructuration de l'entreprise devraient concerner le plan logistique. Les activités de l'entrepôt de Neuville-en-Ferrain doivent ainsi être transférées, après la vente de ses locaux, tandis que des questions se posent sur la subsistance des antennes logistiques allemande et espagnole également, au vu de la réduction du parc de magasins dans ces pays.
L'année en cours n'a semble-t-il par permis de redresser la barre, le chiffre d'affaires de l'enseigne serait à nouveau en recul. Confronté à un courant de marché défavorable, Pimkie, comme d'autres concurrents, ne connait pas un automne favorable.

Mais la mutation en cours se poursuit pour une relance à échéance 2020/2021, dont les contours sont en cours de dessin par cette direction remaniée.


Décathlon : bientôt la fin des caisses et des inventaires grâce à des API* ?

1 600 magasins dans pas moins de 52 pays, qui ne connaît toujours pas le magasin d’équipements et vêtements sportifs ? En avril dernier, Décathlon a ouvert un premier grand magasin aux États-Unis. Après son magasin connecté, c’est un magasin sans caisse qu’il souhaiterait déployer.

Article_Deecathlon_20191128.gif

Encaisser un client en direct du rayon

L’un des premiers changements souhaités par Décathlon, c’est la suppression des caisses traditionnelles. À la place, l’enseigne a mis en place des scanners mobiles, à différents endroits du magasin, et les paiements d’achats sont donc réalisés auprès des employés, un peu n’importe où dans le magasin.

Ce système est d’ores et déjà déployé dans le magasin d’Emeryville, le magasin géant ouvert en Californie, il y a plusieurs mois. Comme le rapporte French Morning, le système est simple : « Il suffit de présenter son panier, il est entièrement scanné, et les prix s’affichent sur l’iPad. Il ne reste plus qu’à payer avec son téléphone, ou par carte, car le magasin n’accepte pas les espèces ».

Et si toutefois, le client n’a pas trouvé son bonheur en raison d’une rupture de stock ou d’une simple absence de produit, il pourra voir en temps réel la disponibilité du stock du produit concerné, cela via les différents écrans disposés dans le magasin.

Ne plus imposer d’inventaires aux employés

Pour ne plus imposer la mission inventaire à ses employés, Décathlon prévoit de faire appel à des robots autonomes. Ces derniers pourraient être en mesure de faire des mises à jour des stocks, mais aussi de préciser dans les informations rapportées où sont situés chacun des produits dans le magasin, et leur quantité exacte.

Décathlon a donc décidé de se reposer sur la plateforme Anypoint de Mulesoft pour mettre en place ces différents objectifs. C’est en premier lieu dans le magasin californien que seront testés et déployés tous ces nouveaux services.

Utiliser un réseau d’API* : la solution la plus rentable aux yeux de Décathlon

Décathlon a commencé à travailler avec Anypoint en 2018, afin de déployer le réseau d’API pour l’ouverture du magasin géant en avril dernier.

Actuellement, ce sont donc 11 API* réutilisables qui sont déployées par l’enseigne, et la réutilisabilité a été un élément important, dans la mesure où il est possible d’utiliser une seule API* pour plusieurs applications différentes.

Finalement, entre le déploiement de ces méthodes informatiques et le remplacement des tâches auparavant attribuées aux employés, nul doute qu’il s’agisse ici d’une solution vue comme rentable pour l’enseigne. Mais celle-ci risque également de réduire ses besoins en terme d’employés, et c’est là un important point faible,  car si cela venait notamment à être déployé, un jour, dans tous les magasins français, cela représenterait un nombre important de perte d’emploi.

* API = en informatique, une interface de programmation d’application ou interface de programmation applicative (souvent désignée par le terme API pour application programming interface) est un ensemble normalisé de classes, de méthodes, de fonctions et de constantes qui sert de façade par laquelle un logiciel offre des services à d'autres logiciels. Elle est offerte par une bibliothèque logicielle ou un service web, le plus souvent accompagnée d'une description qui spécifie comment des programmes consommateurs peuvent se servir des fonctionnalités du programme fournisseur.


Mango invite ses clients à participer à la création de ses prochaines collections sur Instagram

La marque espagnole va confier ses prochaines décisions créatives à ses quasi 11 millions de followers Instagram. Sous le titre "Your choice makes us", l’équipe créative de Mango lance un projet de consultation de sa communauté concernant les décisions relatives à sa nouvelle collection et à sa prochaine campagne printemps/été 2020.

Article_Mango_20191125.gif

Le projet s’articule autour de la devise "Look. Participate. Decide." Renforçant les interactions avec sa communauté, Mango ne se contente plus d’impliquer ses fans dans le choix des accessoires complétant le look des mannequins, comme pour la campagne printemps/été 2018. Cette fois-ci, la marque va encore plus loin et donne la parole à son réseau de fidèles pour décider du développement créatif des pièces de la campagne estivale.

Dans les "stories" publiées par la marque lundi 11 novembre, Mango a demandé à ses followers quels prototypes devaient selon eux entrer en phase de production. Trois modèles de sandales plates, trois colliers, deux robes fleuries et quelques pulls en maille en version avec ou sans manches sont concernés. De plus, la marque a proposé quatre échantillons de couleurs pour une robe à volants qui n’est pour l’instant qu’une esquisse.

Fondée en 1984 par Isak Andic, Mango se caractérise par ses partenariats récurrents avec des influenceurs et son utilisation experte des réseaux sociaux. Le label n’hésite pas à multiplier les collections créées par des prescripteurs du secteur. La plus récente a été confiée à Leandra Medine. La griffe a aussi développé le hashtag #MangoGirls, regroupant les femmes qui représentent l’identité de la firme. Enfin, elle se fend régulièrement de contenu spécifique pour les réseaux sociaux, comme les vidéos du voyage aux Açores de Nuria Val. Aujourd’hui, la firme approche les 11 millions d’abonnés sur Instagram, mais reste bien loin derrière sa rivale toute-puissante Zara et ses 36 millions d’aficionados. En revanche, elle dépasse largement les 773 000 abonnés de Bimba y Lola ou les 340 000 de Springfield.

Lors du dernier exercice, l’entreprise a vu ses ventes augmenter de 1,8 % à 2,233 milliards d’euros. Un résultat positif, mais pas suffisant pour faire sortir Mango du déficit dans lequel la marque se trouve depuis la troisième année consécutive. Cependant, les ventes en ligne décollent avec + 31 % à 445 millions d'euros et représentent déjà 20 % du chiffre d’affaires total. Pour 2019, l’entreprise table sur 25 % des ventes issues du e-commerce et 30 % pour 2020. Des objectifs qui paraissent cohérents avec la stratégie pertinente mise en place sur les réseaux sociaux.


Pimkie passe à la vitesse supérieure dans l’écoute de ses clientes

Pimkie veut connaître l’avis de ses clientes et améliorer leur expérience. Toutes les équipes sont mobilisées depuis le siège jusqu’aux boutiques.

Article_Pimkie_20191120.gif



Connexion de l’ensemble des points de contacts à une plateforme de recueil des avis clients
 

Pimkie équipe depuis le 1er août 2019, 581 magasins Pimkie, dans 6 pays, France, Belgique, Espagne, Italie, Allemagne et Autriche, ainsi que 6 sites e-commerce d’une plateforme d’écoute. L’objectif est d’écouter les clientes à chaque étape de leur parcours. Depuis août, Pimkie collecte l’avis de ses clientes et permet à ses équipes en magasin de suivre l’évolution de la satisfaction client.

Les avis sont collectés après un achat en magasin ou via le site e-commerce, après la livraison, après une interaction avec le SAV

Dans le cadre d’une expérience omni-canal, l’enseigne sollicite l’avis de ses clientes, après un achat en magasin ou via le site e-commerce de la marque, en post livraison, et après une interaction avec le SAV. La plateforme d’avis collecte également les avis spontanés.
« Nous avons toujours écouté les clientes, mais avec un process irrégulier » reconnaît la Head of Customer Excellence chez Pimkie. « Cette fois, nous sommes entrés dans une démarche d’une autre dimension » ajoute-t-elle. « Il s’agit d’aller plus loin en nous permettant d’écouter nos clientes sur tous les points de leur parcours » précise-t-elle. Pour Pimkie, être centré sur les clients est un critère de différenciation parmi les enseignes de mode.

Un poste de « Customer Experience Manager » a été créé


Le NPS (Net Promoter Score) est un outil managérial et de mesure, permettant de passer à l’action. Un poste de « Customer Experience Manager » a été créé pour identifier les sujets remontés par les clientes qui doivent faire l’objet d’actions prioritaires, en collaboration avec la « responsable étude et connaissance clients », garante de l’analyse des feedbacks.

Les équipes en magasin sont sensibilisées à la nécessité de soigner la satisfaction client.

Les responsables de magasin et les vendeurs peuvent consulter, chaque jour depuis leur caisse et leur mobile, les notes et les commentaires des clientes, et leur répondre directement.
La donnée client ainsi collectée leur permet de comprendre facilement quels sont les leviers d’amélioration à activer. Pimkie a pour ambition de former et d’informer 100% de ses équipes à sa démarche d’écoute client. « La customer excellence, c’est le résultat de l’addition entre écouter et agir ». Toutes les données collectées ont vocation à être analysées pour proposer des parcours ultra-personnalisés aux clientes, indique-t-elle.


CSE PIMKIE du 21 Novembre 2019 : les points importants qui y seront abordés

Le CSE Pimkie du mois de Novembre se tiendra ce jeudi 21 novembre 2019. Parmi les nombreuses questions portées à l'ordre du jour, il est important pour nous de partager les sujets abordés les plus importants vous concernant :

Logistique :

 - Avancées à date des projets logistique

Magasins :

- Les soldes Hiver 2019

- Point sur la nomination des Sales managers, ADR….

- Le Black Friday

- Retour sur la mise en place d’un système de prime en magasin

- Travail le dimanche et jours fériés

Centrale :

- Pimkie a signé le Fashion pact (G7 d’août 2019) : qu’est ce que cela signifie pour Pimkie ?

- Des nouveaux consultants pour la plateforme de marque

- Communication de la note relative au télétravail

La CFE-CGC forte de son expérience et de ses convictions portera vos attentes et défendra vos droits.

Vous pourrez consulter la synthèse du CSE directement sur notre www.cgcpimkie.info


A Paris, la violence autour de l’anniversaire des Gilets Jaunes touche deux centres commerciaux

Un anniversaire sous tension. Ce week-end, entre 28 000 et 39 530 "Gilets Jaunes" manifestaient dans différentes villes de France à l’occasion de la première année du mouvement.

Article_Gilets_Jaunes_20191118.gif

A Paris, épicentre de plusieurs samedis violents, les Champs-Elysées, cadenassés et interdits à toute manifestation, ont été épargnés. La situation a en revanche dégénéré dans plusieurs quartiers de la capitale. A la mi-journée, la place d’Italie (XIIIème arrondissement) était le théâtre d’affrontements entre des casseurs et les forces de police et le centre commercial Italie 2 a été l’objet de dégradation.

En début de soirée, c’est le centre du Forum des Halles qui a été la cible de «Gilets jaunes ». Des poubelles ont été incendiées et les forces se sont interposées pour interdire l’entrée aux manifestants et casseurs. Les deux centres ont rouvert le dimanche matin, bénéficiant d’une forte protection de la part des forces de police et des CRS, selon nos informations. En revanche, dimanche midi une dizaine de manifestants ont occupé le flagship des Galeries Lafayette sur le boulevard Haussmann ( IXème arrondissement).

Les manifestations ont rassemblé 28 000 personnes dans toute la France, dont 4 700 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. La dernière participation équivalente remonte au samedi 9 mars, avec 28 600 personnes en France. De son côté le mouvement a donné une estimation globale de 39 530 participants ce samedi, selon le "Nombre jaune".

Les "gilets jaunes", qui avaient rassemblé 282.000 manifestants lors du samedi inaugural, cherchaient pour cet "acte 53" à redonner un souffle à la "révolte des ronds-points" qui avait ébranlé le mandat d'Emmanuel 
Macron mais ne rassemblait plus que quelques milliers de personnes ces derniers mois.

 

Gaz lacrymogènes au Forum des Halles :


En début de soirée, des petits groupes de manifestants ont rejoint le Forum des Halles, très fréquenté à cette heure. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour les disperser et ont interpelé plusieurs individus.

Des violences ont eu lieu à proximité et dans le centre Westfield Forum des Halles samedi 16 novembre du milieu d’après-midi au début de soirée, conduisant le centre à fermer ses portes. Quelques dégradations matérielles sont à déplorer. Le centre a rouvert ses portes ce jour à 11h, a précisé la communication du groupe à FashionNetwork.com. Notre centre est un site sécurisé. Nous sommes en contact permanent avec les autorités afin d’adapter nos dispositifs en cas de nouvelles manifestations ce jour et assurer la sécurité de nos clients et nos commerçants".


 


NEWS PIMKIE
REMUNERATION PIMKIE
CSSCT (CHSCT)

CSSCT Magasins : votre représentant CFE-CGC


karine_election.gif
Karine
Pimkie Noyelles Godault
06 43 01 45 44



CSSCT Bureaux / Logistique : votre représentant CFE-CGC

pascale.gif
Pascale
Offre Villeneuve d'Ascq
06 87 41 67 37



 

CONVENTION COLLECTIVE DIRAMODE
Vous êtes ici :   Accueil » Toutes les nouvelles